Publié le 27 Mars 2010






l'amour, le soleil... en nous. A alegria voltou... la joie est revenue, chante Orphée. 

Regarde Orphée, le Soleil renaît, ton Eurydice est morte, mais le Soleil luit, regarde-le... qui renaît... joue... joue encore et fais-le se lever pour nous. La la la la, la la la la... 


Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Poésies - musiques

Repost 0

Publié le 27 Mars 2010

A Mtislav et à Blandine

La douceur, le bonheur, la mélancolie... Pour faire un samba de toute beauté, il faut un peu de tristesse, sinon ce n'est pas un samba, non... Pour goûter au bonheur, à la félicité, il nous faut accepter son camarade, le malheur. Qui mieux que nous les lusophones (car ça en devient une identité, en Afrique, au Cap Vert avec la morna, au Brésil avec le samba et la bossa, au Portugal avec le fado, j'en oublie et des meilleurs; avec notre saudade à la boutonnière) a chanté, bu et vécu, cette dualité ? 

Le bonheur, la félicité, Vinicius et Toquinho. Ce bonheur où l'on ne rit pas, ce bonheur où l'on plonge dans l'intériorité de nos vies, ce bonheur qui nous sourit par moments... ce bonheur qui nous fuit tout le temps... Cette éphémère, cette instable, cette vacillante flamme, nous ne cessons pourtant de l'entretenir. 

Félicité, notre devenir. 

Dans la présence en creux de nos âmes, nous le sentons, nous le savons. 

Tristeza nao tem fim, felicidade sim... 






Tristeza não tem fim                                                      Tristesse n'a pas de fin
Felicidade sim                                                                 Félicité, oh oui

A felicidade é como a gota                                           La félicité est comme la goutte
De orvalho numa pétala de flor                                     De rosée sur un pétale de fleur
Brilha tranquila                                                              Elle brille tranquille
Depois de leve oscila                                                    Puis doucement elle oscille
E cai como uma lágrima de amor                                   Et tombe, comme de l'amour un pleur

A felicidade do pobre parece                                       La félicité du pauvre ressemble
A grande ilusão do carnaval                                        A la grande illusion du carnaval
A gente trabalha o ano inteiro                                      On travaille l'année entière
Por um momento de sonho                                           Pour un moment de rêve
Pra fazer a fantasia                                                      Pour vivre la fantaisie
De rei ou de pirata ou jardineira                                   D'être roi, pirate ou jardinier
Pra tudo se acabar na quarta feira                              Et, le mercredi, voir tout s'achever.

Tristeza não tem fim                                                     Tristesse n'a pas de fin
Felicidade sim                                                               Félicité, oh oui

A felicidade é como a pluma                                        La félicité est comme une plume
Que o vento vai levando pelo ar                                  Que le vent va portant dans les airs
Voa tão leve                                                                 Qui vole si légère
Mas tem a vida breve                                                   Mais dont la vie brève
Precisa que haja vento sem parar                                Nécessite un souffle sans trève.

A minha felicidade está sonhando                               Ma félicité est en train de rêver
Nos olhos da minha namorada                                     Par les yeux de ma fiancée
É como esta noite                                                         Elle est comme cette nuit
Passando, passando                                                   Qui passe, qui passe
Em busca da madrugada                                              Dans l'attente de l'aurore
Falem baixo, por favor                                                  Parlez bas, je vous en prie
Prá que ela acorde alegre como o dia                          Pour qu'elle se réveille épanouie
Oferecendo beijos de amor                                          Et m'offre des baisers d'amour encore

Tristeza não tem fim                                                    Tristesse n'a pas de fin
Felicidade sim                                                               Félicité, oh oui


(traduction (c) Luciamel)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Poésies - musiques

Repost 0

Publié le 24 Mars 2010

24032010-004-.jpg


Ton corps couché sous la terre. Je vais de temps à autre vérifier la jardinière... Toi, tu n'es plus là. Tu es sur la montagne, tu es dans le soleil qui se lève, les fleurs que je t'ai apportées, la terre, le vent... Ton squelette qui se profile dans le cercueil, je l'imagine aussi... mes yeux ne veulent pas se leurrer... 

Aujourd'hui, en rendant visite, comme à chaque fois, à ton voisin Bashung, j'ai vu que sa tombe était bien fleurie... plus que la tienne, mais j'ai aussi remarqué que sa famille non plus n'avait pas encore fait poser de pierre tombale... ni de stèle. Après un an, nous t'en ferons ériger une, avec un bas relief de Zoltan Zsako, notre ami. En face du radeau de la Méduse de Géricault, tu l'auras toi aussi ton oeuvre, toi l'artiste de la vie. 
 
Voici les photos prises lors de ma dernière visite à ta nouvelle résidence secondaire... 


24032010.jpg


24032010-001-.jpg


24032010-002-.jpg


24032010-003-.jpg

                                                              Photos (c) Luciamel


Les chats

Les amoureux fervents et les savants austères
Aiment également, dans leur mûre saison,
Les chats puissants et doux, orgueil de la maison,
Qui comme eux sont frileux et comme eux sédentaires.

Amis de la science et de la volupté,
Ils cherchent le silence et l’horreur des ténèbres ;
L’Erèbe les eût pris pour ses coursiers funèbres,
S’ils pouvaient au servage incliner leur fierté.

Ils prennent en songeant les nobles attitudes
Des grands sphinx allongés au fond des solitudes,
Qui semblent s’endormir dans un rêve sans fin ;

Leurs reins féconds sont pleins d’étincelles magiques
Et des parcelles d’or, ainsi qu’un sable fin,
Etoilent vaguement leurs prunelles mystiques.

Baudelaire.







 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Poésies - musiques

Repost 0

Publié le 23 Mars 2010







Toi la soeur que j'ai vraiment eue
Sais-tu toi qui l'as vécu 
Ce que nous avons fait ensemble
Deux ans après moi, tu étais née
Alors on ne s'est plus quittées
Comme des amies qui se ressemblent
On a appris l'argot par cœur
Et j'ai été ton professeur
A notre école buissonnière 
Sûr qu'un jour on s'est battues
Pour peu qu'alors on ait connu
Ensemble les mêmes premières

[Refrain] :
Mais tu n'es plus là
A qui la faute
Pas à mon père
Pas à ma mère
Tu aurais pu chanter cela

Toi la soeur que je n'aurai jamais plus
Si tu savais ce que j'ai bu
De mes chagrins en solitaire 
Si tu ne m'avais pas fait faux bond 
Tu aurais fini mes chansons
Je t'aurais appris à en faire
Si la vie s'était comportée mieux
Elle aurait divisé en deux
Les paires de gants, les paires de claques 
Elle aurait sûrement partagé
Les mots d'amour et les pavés 
Les gars et les coups de matraque 

[Refrain]

Toi la soeur que je ne verrai plus jamais
Je suis moins seule de t'avoir appelée
Pour un instant, pour une peine
Je t'ai dérangée, tu me pardonnes
Ici quand tout vous abandonne
On se rappelle sa famille
 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Poésies - musiques

Repost 0

Publié le 23 Mars 2010

17032010(012)
                                                              Photo (c) Luciamel


Entendons-nous bien, quand je parle de vous, dans le miroir c'est surtout moi que je vois. Vos défauts, ce qui m'irrite en vous n'est souvent dû qu'à mon envie de ne pas me reconnaître telle que je suis. Il m'est arrivé récemment de me trouver confrontée à ce que je nommerai  "le degré zéro de la beaufitude". Sur les pistes de ski, des hommes... se retrouvant en bande, et s'entraînant mutuellement à celui qui ferait les plus belles blagues, les plus grasses... les plus... "blondes" ? Oui, je vous l'annonce solennellement, les hommes blonds (devenant, avec le temps, légèrement chauves sur le dessus du crâne) sont... "blonds" tout autant que les femmes.

Imaginez mon désarroi, moi l'intello, moi la Parisienne... moi... la brune  (et fière de l'être), quand, mon diplôme en bandoulière, mes lectures, mes citations de Cyrulnik, mes digressions sur Einstein, et toute mon envolée poétique (fado, fado...) se dérobent sous mes pas... Ici le concours est à celui qui saura faire rire l'autre, l'intelligence se jaugeant uniquement à cette aune-là... la beaufitude. Ce qui me désole est de constater que même dans la franche rigolade, l'amitié virile se décline sur le ton de la domination. Dans un groupe d'hommes vous trouverez toujours un "mâle dominant", celui qui attend qu'on se soumette à lui. Moi, qui suis habituée à refuser les dominations je m'étonne toujours de voir que le modèle semble se reproduire si aisément. Ce schéma est celui de nos institutions, celui de nos modèles sociaux, un mâle en haut... le chef de meute... et ceux qui se rabaissent, en dessous. En dessous... on trouvera... ceux qu'on essaiera de subjuguer : nos "inférieurs" sociaux, "beaufs", immigrés, femmes, enfants... Deux femmes, trois hommes... quelle surprise, regardant les résultats des élections, j'ai tout vérifié... les mâles dominants... avec des femmes servant de décoration... de justification... Ah ? Cécile Duflot ? Martine Aubry ? Ségolène Royal ? vraiment des chefs de meute ? ou plutôt des pions sur l'échiquier de ces Messieurs ? Je leur souhaite de trouver la force... de réagir, de surmonter les obstacles, de faire des propositions... nouvelles. 

Et surtout, regardons toujours dans le rétroviseur quand nous dénonçons les défauts de ces Messieurs...

Et surtout, attendons toujours le miracle... 

Et surtout, croyons toujours en nous : hommes, femmes, enfants... 




Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0

Publié le 21 Mars 2010

16032010-008-.jpg


J'étais au
pays du Dahu. Vous savez : l'animal qui a deux pattes plus courtes du côté qui longe la montagne, la nature l'ayant ainsi pourvu pour lui faciliter la grimpette, adaptation optimale de l'animal à son milieu, l'obligeant toutefois à toujours suivre la même direction et l'empêchant de rebrousser chemin... Cette singularité explique qu'on ait des Dahu de droite, aux pattes droites plus courtes, ils tournent toujours dans le sens des aiguilles d'une montre, tandis que les Dahu de gauche, aux pattes gauches raccourcies, vont à l'opposé. Se retrouvant de ce fait toujours face à face, ou fesses à fesses, ces deux espèces n'ont jamais pu se reproduire... 
 

16032010-005-.jpg


Ces deux grandes familles ont fini, par cousinage, par donner naissance à des Dahu au pelage changeant (car, suivant les saisons, ils grimpent plus ou moins haut dans les alpages). Pour les reconnaître il n'est qu'un moyen : l'observation attentive de leurs crottes. Parmi les Dahu de gauche ceux qui s'approchent un peu trop du sommet ont, du fait de la raréfaction de l'oxygène, tendance à saigner plus facilement, et il est fréquent de voir quelques gouttes rouges près de leurs crottes, alors que leurs cousins, qui aiment brouter le plus possible au ras des pâquerettes, font de jolies petites crottes toutes vertes et oxygénées. Les Dahu de droite qui s'aventurent tout en haut sont assez agressifs, ils passent leur temps à essayer d'expulser de leur territoire tout ce qui leur semble un peu trop vivant... et qui, soi-disant, vient manger leur pain... leurs crottes sont noires et sèches comme du charbon. Les Dahu de droite qui broutent tout en bas, près du ruisseau, en comptant fleurette aux vaches, veaux et cochons..., ont des crottes plutôt orange... leur bile n'ayant pas réussi à digérer tout ça... 

Ce soir est soir de chasse au Dahu. Vous avez sorti votre carte d'électeur, euh... de chasseur de Dahu ?

Prenez vos lampes, votre sac de jute... et attendez... toute la nuit. Sifflez de temps en temps pour en attirer un. Et, qui sait ? au matin... 
 
16032010-001-.jpg
Photos (c) Luciamel



En dehors des sentiers battus, j'ai aussi entendu ceci :





Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0

Publié le 11 Mars 2010

 

Regarder une interview de Patrick Modiano, un jeudi soir sur France 5... et, par moments, se dire... euh... non... je ne vais pas continuer... enfin... regarder... écouter... comment dire ? aurai-je toute la patience de suivre les pérégrinations langagières de cet homme, sous prétexte qu'on le dit le "meilleur écrivain" français contemporain ? 

Mais, c'est mon métier... écouter ceux qui cherchent leurs mots... qui hésitent, qui trébuchent... qui bafouillent, s'emmêlent les pinceaux dans leurs pensées. Et, souvent, je n'ai pas à le regretter, car, plus que les beaux parleurs, plus que les érudits, ils me font voyager en des terres de poésie. 

En ce moment, mon groupe d'étudiants : une Suisse (de 55 ans, travailleuse sociale), un Américain (55 ans, chef d'entreprise), un Italien (35 ans, journaliste), une Finlandaise (35 ans, institutrice). Notre cours aujourd'hui, suite à l'exposé de Ruth, la littérature française, et, pour elle, sa découverte de Françoise Sagan, de Bonjour tristesse et du film avec la merveilleuse Sylvie Testud; de sa passion pour l'oeuvre et la femme. 

Tour de table : votre amour de la littérature française ou autre. Federico nous a fait part de sa ferveur pour Marcel Proust dont il est un lecteur chevronné, et sur la tombe duquel il vient de se faire prendre en photo au Père Lachaise, ce qui, nous a-t-il confié, a beaucoup choqué sa mère, mais aussi Zola qu'il a littéralement dévoré (surtout Le ventre de Paris). Sam, lui, notre poète, qui n'arrête pas de nous interroger sur les mots, et de rimer à tout bout de champ, nous a avoué son amour pour Baudelaire, Stendhal, et Victor Hugo. Païvi, elle, m'a parlé d'un auteur finlandais qu'elle adore, ce qui m'a rappelé que j'avais le livre à la maison (déposé mystérieusement un jour dans ma bibliothèque par un inconnu), Mika Waltari, Sinouhé, l'Egyptien (en fait, moi, on m'a laissé "en cadeau", Le serviteur du prophète).

J'ai dit à Païvi que, grâce à elle, je savais quel livre emporter pour mes prochaines vacances à la montagne... 

Je vous souhaite une bonne semaine, vous enverrai, peut-être (s'il y a la Wifi) quelques images de mon paradis blanc...

En cadeau, cette autre suggestion de Païvi, elle est tombée en pâmoison en l'écoutant : une jeune musicienne américaine, au destin peu commun, tout comme Sagan... Melody Gardot.



 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #arts - livres - films -spectacles

Repost 0

Publié le 9 Mars 2010

 




Meus lindos olhos, qual pequeno deus                                      Mes yeux si beaux, si petit Dieu,
Pois são divinos, de tão belos os teus.                                     Oui, si divins, qu'ils sont les tiens,
Quem, tos pintou com tal feição                                                 Qui te les a peints avec une telle intensité
Jamais neles sonhou criar tanta imensidão.                               Jamais n'a cru les décrire en telle immensité

De oiro celeste,                                                                           De l''or céleste,
Filhos de uma chama agreste                                                     Fils d'une flamme agreste
Astros que alto o céu revestem                                                 Astres que le ciel revêt
E onde a tua história é escrita.                                                   Et où ton histoire est écrite.

Meus lindos olhos, de lua cheia                                                 Mes yeux si beaux par la lune pleine,
Um esquecido do outro, a brilhar p´rá rua inteira.                     L'un de l'autre oublié, l'un à l'autre éperdus,
Quem não conhece o teu triste fado                                         Qui connaissent ton triste fado
Não desvenda em teu riso um chorar tão magoado.                 Qui révèlent dans leur rire une plainte si douloureuse.

Perdões perdidos                                                                      Pardons perdus
Num murmúrio desolado                                                            Dans un murmure désolé
Quando o réu morava ao lado                                                   Quand l'accusé habitait à côté
Mais cruel não pode ser.                                                           Rien ne pouvait être plus cruel

Este fado que aqui canto                                                           Ce fado qu'ici je chante
Inspirou-se só em ti                                                                    N'est inspiré que de ta vie
Tu que nasces e renasces                                                        Toi qui nais et renais
Sempre que algo morre em ti                                                      Dès lors qu'en toi quelque chose meurt 
Quem me dera poder cantar                                                      Comme j'aimerais pouvoir chanter
Horas, dias, tão sem fim                                                             Des heures, des jours, sans fin...
Quando pedes só pra mim                                                          Quand tu me demandes, à moi...
Por favor só mais um fado.                                                        S'il te plaît, encore un fado.

(traduction (c) Luciamel)




Ah, comme ça rassure de lire les résultats des entreprises du CAC 40. Quel bonheur d'apprendre que les organismes financiers, mais surtout les banques, ont réalisé des bénéfices colossaux en 2009. Au moins notre argent aura servi à quelque chose. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres... c'est aussi les déboires des industries (Renault, PSA et compagnie) qui les obligeant à faire allégeance, et à s'endetter, a soufflé des dividendes à tous ces actionnaires assoiffés. Des vampires, vous dis-je. Des vampires.

Le mur sera terriblement dur. Nous le savons.

Eux, les nantis (les gros actionnaires, et autres "riches" profiteurs du travail du plus grand nombre) se disent que tout est au mieux dans l'Adam Smith des mondes... Tout se régule, le bas, le haut, la droite, la gauche, les noirs, les blancs... avec le marché et son libéralisme. Vas-tu te poser des questions parce que tu es un "héritier" ? non ! tu vas, naturellement, essayer d'en profiter (tu serais bien bête de ne pas utiliser les relations de papa/maman, de ne pas défendre, chèrement, ta place, celle du favorisé  : les pauvres sont si nombreux... soyons logiques, à partager équitablement toutes les richesses ça ne créerait, au bout du compte, qu'une immensité de "pauvres", alors qu'en favorisant une classe de privilégiés on préserve intact... LE REVE.  Avec en prime, le principe du Loto, tous y ont un accès -surtout les pauvres, car quand on lit les livres consacrés aux "millionnaires gagnants du Loto", on se dit qu'ils étaient tous pauvres avant ! et que seuls les pauvres gagnent, c'est, par conséquent, la justice du "libéralisme économique", vous, pauvres, vous pouvez devenir riches grâce au Loto...). C'est Metropolis
 



Ce qui me désole (pour rester "sobre") c'est le discours
"des gens de gauche" et je puis vous dire que les extrêmes me plongent dans un abîme de perplexité... Les anarco-gauchistes-écolo-trotskistes me hérissent le poil. Je suis socialiste. Royaliste. Que voulez-vous, je suis fidèle. Je me souviens des quolibets sur mon blog (et d'autres blogs "féminins", car de féministe ils n'avaient rien) quand j'osais mentionner le nom de Ségolène Royal. Je pense que les femmes ont été les juges les plus sévères, les plus cruelles, à son endroit. 

Je suis fidèle à certains idéaux, je le répète avant elle j'étais une fervente de Lionel Jospin... (quelle déconvenue de voir comment, lui et sa femme, l'ont démolie : un manque de vision certain). 

Vous qui aujourd'hui vous apprêtez à "donner une leçon à la gauche", à faire entendre votre voix... (avec Le Pen, avec Besancenot, avec Duflot...) dites-vous que vous ne servez qu'un maître : le pouvoir en place. 

Oui, vous entendez négocier votre place dans les conseils régionaux... était-ce la meilleure méthode que d'affaiblir ceux qui, dans votre camp, pouvaient l'emporter ?

Ah, vous calquez votre stratégie sur celle de la guerre. Ah, oui... 

Que savons-nous de la vie ? si ce n'est le conflit ? Et je n'élève pas la compassion en exergue pour contrebalancer l'injustice (car quel marché se compare à celui-là... celui de la charité ? l'obligation d'empathie avec la souffrance d'autrui... quelle hypocrisie ! quelle tromperie...).

C'est comme l'amour... tiens ! pas de plus grande escroquerie que celle de la "charité"... (voyez toutes nos associations caritatives, que de mégalos à y prospérer...), les bons sentiments... ah, comme ça se vend bien dans les milieux bobos de gauche (que de fils et de filles de bourgeois "priviliégiés" de gauche qui s'engagent et "font carrière" dans l'humanitaire).

L'amour... n'est "rentable" que tant qu'il vous rapporte (c'est comme le CAC 40). 

Est-ce choquant de le dire ? profiter de la misère d'autrui pour se faire valoir (qu'on fasse partie d'une association humanitaire n'y change rien) est une bien triste chose. La gauche se doit ne pas rester assise sur de bons sentiments. La gauche doit avoir le courage de se critiquer, et même de faire profil bas... Il ne suffit pas de prendre la défense des faibles et des plus démunis (bien que ça soit chose fondamentale), encore faut-il avoir la poigne, la réponse, la ferveur qui portera l'ensemble de la population.


 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0

Publié le 5 Mars 2010

"Etre libéré
Lâcher prise
Je fais ce que je veux
Plus d'entrave
Je m'en fous de tout.

Parler des autres, des SDF, des politiques, pour que mon spectacle parle des autres. Eclater tout ça, éclater les structures de mon jeu".  Michel Boujenah.

Les relations hommes/femmes. Les hommes ont le droit d'avoir beaucoup de femmes, alors que les femmes doivent avoir un seul homme. Le mensonge de l'amour. On essaie d'être ce qu'on n'est pas. 

*********************************************************************************************

Super, super... euh... tu dis quoi ? les hommes, les femmes, quoi ? euh... reprenons.
 

http://pawaland.canalblog.com/images/_Users_jeanchri_Desktop_petit_chaperon_rouge.jpg
L'eucytocine (in Wikipédia), pour celles qui ont accouché, ou allaité... uniquement.

"L'injection d'ocytocine dans le cerveau d'un mammifère produit des modifications significatives de son comportement : diminution de l'agressivité, augmentation de la sociabilité, plus grande résistance à la douleur, baisse de la tension artérielle, augmentation de l'appétit et comportement maternel chez les femelles. Ces effets persistent en moyenne deux fois plus longtemps chez les femelles que chez les mâles. Chez l'être humain, l'inhalation d'ocytocine permettrait de majorer un état de confiance vis-à-vis d'autrui.

L'ocytocine naturelle produite dans le circuit neuronal joue un rôle essentiel dans l'attachement entre la femelle mammifère et son nouveau-né". 

 
**********************************************************************************************

C'est comme ça que Boujenah justifie son inconstance amoureuse... euh... vous (les femmes) avez de l'eucytocine... à certains moments bien déterminés, nous (hommes) ça survient sans crier gare... Les nanas qui n'ont pas d'enfant, ça se produirait pendant le rapport sexuel (rapport au fait qu'elles ne pensent, de toute façon, qu'à procréer... suivez le raisonnement !).

Alors que, pour ces Messieurs, ça pourrait survenir n'importe quand... dès qu'ils voient des seins dévoilés (d'où qu'ils nous bassinent sur leurs blogs avec des filles dénudées). Et que ça n'aurait rien à voir avec la personne qui se trouve en face d'eux... Pour vous donc, Messieurs, le sexe serait, forcément, indéterminé, alors que pour nous, faibles femmes soumises à l'influence de l'ocytocine, il serait dicté par votre présence, existence, unicité, domination, sans conteste. CQFD. 

Oui, Messieurs, vous auriez bien raison de nous trahir, d'être inconstants, volages et futiles... (se dit-il).

Retenez, simplement, que nous pourrons, par conséquent, très bien nous passer de vous, ou apprendre à vous manipuler. Heureusement, certains hommes aussi savent aimer... éperdument (voyez John Keats) et s'attachent à une seule femme (à la fois), car ils sont des humains comme nous. Certaines femmes se rient de l'eucytocine et n'ont aucune difficulté à vous collectionner... voyez Carla.

*********************************************************************************************

un homme sous l'effet de l'eucytocine...




une femme qui a été aimée par cet homme... 


    
 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0