Publié le 30 Mars 2011

 

 

img327.JPG                         Claudine Monteil, dessin de Simon Gaetan, photo (c) Simon Gaetan

 


 

Elle avait 20 ans. Simone de Beauvoir, 62. C'était en 1970. Vous, les jeunes, vous pouvez compter : ça fait 41 ans. Aujourd'hui elle va avoir 62 ans. Le temps est passé car il a passé. Les soeurs sont mortes (Simone et Hèlène), ses amies. Sartre aussi. Elle s'embrase face à nous. Elle s'extasie de tout ce passé. On le revit à travers ses yeux qui brillent, on les entend dans sa voix, eux qui se sont enflammés pour changer le monde qui est maintenant le nôtre. Elle nous dit ce qu'elle même est devenue : "Simone de Beauvoir parlait d'égal à égal, en regardant droit dans les yeux". "Beauvoir était obsédée par le temps, car Sartre et elle étaient des intellectuels extrêmement sollicités".

 

Claudine Monteil nous a fait la gentillesse, et l'honneur, de partager avec nous, simplement et humblement, ses souvenirs, ses combats, ses espoirs, ses craintes. A l'occasion de notre MDB n°3, notre Montmartre des Blogueuses, nous femmes des années 2000, elle femme des années 2000, car pour moi elle n'est pas une "féministe des années 70", elle est féministe d'aujourd'hui, comme Beauvoir à 62 ans dans les années 70, était l'une de celles qui ont superbement servi la cause des femmes en leur temps, pour le nôtre. 

 

Elle nous a bien sûr rappelé les luttes du passé, celles qui semblent acquises et qui pourtant sont encore en sursis...

 

"En 68, pendant la Révolution, seuls les hommes s'exprimaient, c'était ces Messieurs (Cohn Bendit, etc.) plus Sartre, les femmes avaient le droit de se taire et de distribuer des tracts".

 

Le manifeste des 343, la mise au banc de la société à l'époque, mais encore aujourd'hui le stigmate d'avoir été une de ces 343... Défendre l'avortement, défendre Marie-Claire dans son procès à Bobigny, c'était pour toutes ces femmes-courage (matraquées à l'Opéra par les motards de la police) une prise de risque sociale très forte. Simone Veil, oui, mais surtout elles toutes, elles intellectuelles, écrivaines, actrices, avocates, elles femmes solidaires témoignant de leur avortement à la Mutualité, avant. 

 

Elle nous a secouées Claudine Monteil, elle semblait encore animée par l'enthousiasme de ces années où combattre n'était pas un vain mot, où combattre n'était pas désespéré... Nous l'avons connu ce temps-là nous aussi, à peine un peu plus jeunes qu'elle pour certaines, nous nous souvenons de l'enthousiasme à croire que nous allions y arriver... à changer le monde.

 

Elle nous a étonnées en nous redonnant espoir, en nous conseillant : "Tournez-vous vers les mouvements nordiques, infiltrez les organisations, les femmes qui s'en sortent aux Etats-Unis sont les auto-entrepreneuses, oui, mieux vaut le Women's Forum que rien".

 

Et puis, cette référence à un ouvrage de Simone de Beauvoir : La vieillesse. Presque prémonitoire, pleinement d'actualité, où l'auteure du Deuxième sexe se penche sur la condition des vieux, défend leur cause... un pavé de 600 pages, à (re)découvrir.

 

 

Les présentes à ce MDB étaient (dans le désordre de mes notes) :


 

Isabelle Germain

Augustine Blaisdelle, écrivaine étatsunienne, sans blog... mais avec stylo.

Les diablogues du vagin, Léa Lejeune

Le Blog de Polluxe

Luciamel

Nectar du Net 

Olympe et le plafond de verre

Le blog d'une femme de sportif

Le journal de maman

Fée myrtille

Alibibi (épices)

Entrées en lice

Scharlotte en France

Decumanos, Barbara Boehm

Sandrine Joseph

 

et notre portraitiste :

Simon Gaetan

 

 

img328.JPG

 

img329.JPG

 

img330.JPG

 

img331.JPG

 

img333.JPG

 

img332.JPG

              Dessins de Simon Gaetan, au MDB 3, le 29 mars 2011, au Just be, photos (c) Simon Gaetan

 

 

 

 

 

  

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Montmartre des Blogueuses - MDB

Repost 0

Publié le 27 Mars 2011

 

20110327-Ile-Saint-Denis-001.jpg

                         Pimprenelles ? quai de Seine, Ile-Saint-Denis, photo (c) Luciamel, 27/03/2011

 

 

Allais-je en trouver ? je les avais promises sur FaceBook mais rien ne garantissait qu'elles croiseraient mon chemin sur l'Ile-Saint-Denis, dans le 9-3... Déjeuner chez des amis, Lucas, mon neveu, surpris à la sortie de la gare RER par l'aspect très "banlieue", très très... Puis balade digestive avant de rentrer dans nos pénates, dans le Marais : les bords de Seine, les péniches, les anciens entrepôts des Galeries Lafayette, les immeubles du début du XXe siècle construits pour les ouvriers de l'industrie chimique installée sur place. Laboratoires où les Curie (Marie et Pierre) ont fait leurs expériences et développé la radium thérapie, alors si, à l'époque, des déchets radioactifs ont été enfouis dans le sol (ou dans l'eau... de la Seine qui servait à refroidir les éléments radioactifs) cela s'est fait sans aucune précaution, il paraît que ça reste actif des milliers d'années... Le nuage de Fukushima ??? c'est cela oui...on s'en est protégés, lors de notre promenade sur l'Ile-Saint-Denis, avec notre parapluie...

 

Heureusement, elles sont venues à moi, elles m'ont saluée toutes fières et verdies par la douceur printanière : les pimprenelles ! Qu'on nous laisse les pimprenelles, et la chélidoine, et nous survivrons aux radiations. Et puis dans cette antichambre de l'Afrique, nous avons aussi retrouvé les traces de Bamako !!!

 

 

20110327 Ile Saint Denis 005

                           quai de Seine, Ile-Saint-Denis, décor pour un film, photo (c) Luciamel, le 27/03/2011

 

 

Permettez que vos discussions (vos salades) électorales ne m'aient guère inspirée. Je me sens assez proche de la majorité des Français : pour moi c'est l'abstention qui a gagné (donc une autre aspiration).

 

 

 

 

 

 

 

"Le dimanche à Bamako, c'est le jour de mariage", "Beaux dimanches", spéciale dédicace pour les amis de l'Ile-Saint-Denis ;)))

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0

Publié le 25 Mars 2011

 

"Qu'est-ce que c'est être Don Quichotte ? C'est être un mec très bien mais être incroyablement minoritaire. C'est ça être Don Quichotte. Mettez 10 Don Quichotte ensemble ça devient un mouvement politique, et vous en mettez 30 millions ça fait une majorité. Mais s'il est vraiment tout seul, il est Don Quichotte."  Jacques Brel.

 

 

 

La-Commune-mars-2011-Hotel-de-Ville-003.jpg 

La-Commune-mars-2011-Hotel-de-Ville-002.jpg

 

                         photos (c) Luciamel, mars 2011, Hôtel de Ville, Paris, anniversaire de la Commune

 

 

 

On ne peut pas dire que  je vous aie saoulés avec des billets quotidiens pour vous convaincre de cliquer sur un nouveau bouton Wikio, ou Twitter... histoire de... quoi exactement ? même pas pour gagner de l'argent, non, juste pour me rassurer que quelqu'un viendrait, visiterait, regarderait trois mots en passant... sur mon blog.

 

Mais, il est vrai que si je n'écris rien vous ne venez plus, ce qui se comprend, car vous n'êtes quand même pas complètement neuneus (loin s'en faut), j'en déduis aussi que vous me lisez :))

 

J'en aurais des choses à vous dire et à écrire (permettez que j'évite les poncifs : Marine Le Pen, FN, salut nazi, PS, cantonales, Mélenchon, DSK, Kadhafi, Irak Iran, Lybie, Syrie, Fukushima, Hiroshima - avec une association photos/idées absolument malhonnête, car les images du Tsunami sont recouvertes par les celles de la bombe atomique, de la même façon pour Marine Le Pen, on superpose sur son visage celui d'Hitler... on se trompe, car ça n'est pas si simple que ça).

 

Tout d'abord quelques recommandations à l'attention de mes amis blogueurs et blogueuses... J'aimerais leur dire que d'écrire à tout va c'est bien joli, mais que s'ils prenaient le temps de vérifier leurs conjugaisons, leurs accords de participes passés, leur dictionnaire, tout bêtement, ça serait bien plus agréable, bien plus plaisant (de les lire). J'ai plusieurs fois regretté qu'ils ne sachent pas orthographier l'impératif des verbes en "er" : pas de "s" !!! écoute, regarde, chante, dessine, imagine... En revanche, si ces verbes sont suivis du pronom "en" le "s" revient (pour la prononciation) : manges-en. J'ai aussi lu de nombreuses fois des "si il" ou "si ils"... non !!! "s'ils" ou "s'il" (vous plaît !). En revanche le "si elle" est tout à fait normal, pour "si on" il est préférable dans une langue châtiée d'ajouter un "l" euphonique : "si l'on", de même pour le "qu'on", pas très élégant, auquel on pourra substituer "que l'on".

 

Les mauvais accords de participes passés sont légion. Combien de "Martine qui a connue Martin"... non, "Martine qui a connu Martin", et "Martin qui a connu Martine", mais "Martin l'a connue"... L'accord du participe passé avec avoir se fait avec le pronom complément d'objet direct s'il est placé avant l'auxiliaire (et ça n'a rien de sexiste car ça se passe de la même façon avec le pluriel).  Martin a connu Paul et Jacques : il les a connus.

 

Je frémis aussi quand je lis "en tous cas" ou "en tous les cas"... non ! il faut écrire "en tout cas" (c'est un singulier : à chaque cas), ou "dans tous les cas" (le "en" ne se combine pas avec le pluriel diriez-vous "en les maisons" ou "dans les maisons", "en les régions" ou "dans les régions" ? on associera volontiers le "en" et le singulier "en région", ou à la rigueur "en régions", mais sûrement pas avec l'article "en les régions".

 

Je ne vous dirai rien de l'imparfait du subjonctif, car, fort heureusement, vous ne vous y risquez pas trop souvent (sauf quand vous voulez vous amuser... et qu'alors, tout comme les politiques, vous nous servez des "qu'il fusse" au lieu de "qu'il fût").

 

L'erreur est humaine, et j'en fais bien plus souvent qu'à mon tour. Le problème est quand elle devient la règle... et quand celui qui se targue de maîtriser le discours ne connaît pas la chanson. L'amusant est que, paradoxalement (en fait assez logiquement), ce n'est pas celui qu'on croit qui y est. Il est très courant que l'orthographe et la grammaire soient les seules médailles, la seule gloire, d'un enfant issu d'un milieu défavorisé (ce fut mon cas, tant et si bien que mon maître de CM1 avait annoncé à la classe, deux ans après mon arrivée en France : "et c'est une étrangère qui va vous apprendre votre langue !"). Ca ne m'a pas fait que des amis.

 

Je suis fort tolérante à l'égard des erreurs de français (c'est mon métier, j'enseigne le français aux étrangers). J'ai moins de patience quand je lis des discours très doctes, très assurés (par les idées, la position sociale)... et que j'y vois des marquis (et des marquises), fiers de leur position au wikio, fiers de leur statut social, ne pas connaître la règle de base de l'accord du participe passé. Je ne le leur passe pas car eux ne se gênent pas quand ils peuvent épingler un "bleu" au wikio, un nul en formulation des idées. J'ai plus de tendresse pour les maladroits, les nuls en thème, les approximatifs de l'orthographe qui ne se veulent pas premiers de la classe à tout prix, qui n'ont pas tout fait dans leur vie pour dominer leurs petits camarades. Il faut dire que j'ai longtemps été première de la classe, mais que j'ai eu un professeur de maths assez particulier (en 1972-73) : il écrivait sur mon bulletin (que j'ai gardé) : "on ne peut mieux faire... pourrait aider ses petits camarades".  Ca m'a marquée. Il jouait aussi de la guitare : Brassens et Boby Lapointe.

 

Cela dit, je n'apprécie pas plus les psycho-rigides de l'orthographe qui balancent des idées réacs en même temps que leur goût des belles lettres (ils cumulent esthétique, pouvoir et ordure). A eux je voudrais dédier ces poèmes écrits par des chanteurs à la fois amoureux de la langue française et libertaires, ou anarchistes...

 

 

 

 

 

 

 
 
Jacques Brel : "je suis relativement misogyne..." / Léo Ferré : "la tendresse c'est la fin du monde". Jacques Brel : "On est tous les trois trop féminins pour apprécier follement les femmes"

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0

Publié le 19 Mars 2011

 

la cene                                    photo et aquarelle de (c) Simon Gaetan, MDB, 'La cène'.

 

 

 

 

Maintenant le monde va tellement vite, les catastrophes annoncées et les guerres programmées succédant aux Tsunami et aux révolutions spontanées. Alors, les journaux nous proposent de suivre en Live sur leur site la progression des événements. On "live twitte" un peu tout et n'importe quoi, de la guerre sur le terrain, à la réunion au sommet de l'ONU, en passant par nos impressions devant nos émissions de télé, quand ce n'est pas le déroulement de notre soirée (cf mon tweet d'hier : "apéro "boudin oignons", avant d'aller écouter le choeur du Secours Populaire devant l'Hôtel de Ville, en hommage à la Commune").

 

Grâce à l'outil Internet, nous devenons tous des big brother (big sister, big father, big mother) en puissance. A une différence près avec celui d'Orwell, c'est qu'aujourd'hui on est vu tout autant qu'on regarde, "we watch" nous aussi. L'ère du Verseau, le New Age si vous voulez, c'est, après celle des Poissons (Messie, mais non), celle de la FRATERNITE (eh non, Ségo n'était pas si nulle), frères/soeurs nous serons donc, pour le meilleur et pour le pire.

 

Le pire : c'est par exemple les pétitions de ce genre qui circulent dans nos boîtes mail, nos comptes FaceBook, ou sur twitter, dénonçant dans un élan bien pensant tous les méchants de nos mondes de gentils (nous, écolos, sommes aussi des gogos facilement manipulables). Nous, les purs, dans ce monde de sales industriels profiteurs, sales médecins, sales labos pharmaceutiques, sales politiques de tous bords, sales pro-nucléaire. Nous, nous avons notre bonne conscience et nos bons sentiments pour nous. Sauf que ça nous rend parfois très... cons. Alors, pendant deux jours j'ai été innondée d'appels à la révolte, de demandes de signature de pétition, "ça urge !" me disait-on, le monde des "plantes médicinales" est en danger. Sauf que tout n'était qu'une arnaque, une manipulation organisée, par qui ? des groupes écolos intégristes ? ben... il faut croire que ça existe. Puis, on trouve la faille, les spécialistes de la question, convoqués à l'insu de leur plein gré dans le texte de la pétition, dénoncent la dérive...  Que cela ne nous empêche pas de réfléchir, un peu, la prochaine fois avant de foncer comme des moutons de panurge de la bien pensance. Hoaxbuster existe, ça peut nous aider à décrypter les messages fumeux. Car, répétons-le, nous ne défendrons jamais mieux une cause qu'en étant rigoureux, en vérifiant les sources, en doutant, en gardant notre calme (je suis désolée de voir sur les plateaux télé les membres de Green Peace ou les Isabelle Saporta, se mettre à hurler face à leur détracteurs, je dois avouer que, dans ces cas-là, les Claude Allègre et les Sylvie Brunel me semblent bien plus crédibles).

 

Le meilleur : c'est de nous rencontrer et de former au gré de nos lectures, de nos échanges (sur Twitter, grâce à nos blogs, et dans les cafés) une communauté de gens curieux de nos diversités et richesses mutuelles. Rien ne peut arrêter un peuple qui se lève pour conquérir sa liberté, rien ne peut nous abattre si nous sommes solidaires, rien ne pourra nous empêcher de reprendre en main nos destins, à condition de ne pas rester tout seuls dans nos coins.

 

Le prochain MDB (Montmartre des Blogueuses), le n°3, sera l'occasion pour nous blogueuses  de nous réunir au café le "Just Be", le mardi 29 mars à partir de 19h30, pour faire naître, une fois encore, la magie "d'être ensemble". Cette fois-ci, grâce à Olympe et à Polluxe, nous aurons le plaisir d'accueillir une "femme de lettres, spécialiste des droits des femmes et de la philosophie féministe",  Claudine Monteil, elle fut l'amie de Sartre et de Beauvoir, ainsi qu'une fervente admiratrice de l'oeuvre d'Hélène de Beauvoir (artiste peintre, soeur de Simone). Et, pour notre plus grande joie, Simon  sera de nouveau là pour faire le portrait de notre invitée.

 

N'oubliez pas de vous inscrire chez Polluxe : en commentaire de son billet.

 

portrait06

 

                                           photo et aquarelle (c) Simon Gaetan, MDB, "portrait 06"

 

 

 

 

 

MDB n°3, 29 mars 2011, à partir de 19h30,

au café le Just Be, 46, rue Caulaincourt, Paris 18e.

 

 


comptes rendus des précédents MDB

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Montmartre des Blogueuses - MDB

Repost 0

Publié le 14 Mars 2011

20111402 Art de rue, Père Lachaise, février 2011 002                       Photo (c) Luciamel, oeuvre de rue de No Rules Corp, Paris 4e, 14/02/2011

 

 

Des fois ça me lasse de bloguer... des fois comme ces fois dernières, où tous nos piaillements me semblent si fats et si sots. Alors, je devrais me taire, pour commencer. En attendant j'ai lu, pendant les 4 heures passées  aujourd'hui aux Urgences de St Antoine (rien de grave, une alerte, juste un léger tremblement de corps, degré 3 sur l'échelle de Richter), un petit bouquin étonnant sur les mystères de notre cerveau. L'auteure ,neuro-anatomiste ,raconte son Voyage au-delà de [son] cerveau, quand à l'âge de 37 ans (en 1996) elle a été terrassée par un AVC (accident vasculaire cérébral), qui l'a totalement privée des capacités liées à son cerveau gauche : parole, logique, motricité, communication avec le monde extérieur. Consciente seulement grâce à l'activité de son cerveau droit elle a expérimenté un autre état de conscience : une béatitude cosmique, un bien-être qu'elle qualifie de nirvanique, dans lequel elle était tentée de se laisser glisser... Ce n'est que par un immense amour de la vie, et grâce à huit années de lutte, qu'elle a réappris à  de nouveau faire fonctionner son cerveau gauche : celui où notre ego prend ses racines, celui de notre monologue intérieur, celui du raisonnement logique qui nous permet de nous adapter à notre condition terrestre finie et inscrite dans le temps.

 

Elle s'appelle Jill Bolte Taylor. La vidéo suivante, très vivante, très... cerveau droit en effusion, vous donnera peut-être envie d'en savoir plus sur nous et nos cerveaux gauches (de blogueurs) suractivés.

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #arts - livres - films -spectacles

Repost 0

Publié le 13 Mars 2011

 

L'océan s'est déchaîné et il a tout dévasté... Notre planète a mal, elle crie, elle veut nous réveiller. Marie : la goutte de l'océan "mar" et "yam" (en hébreu), pleure et demande au ciel de s'apaiser. Elle implore les dieux, pour que leur colère s'atténue.

 

 

 

 

 

 

Canção do mar (Dulce Pontes)

Frederico de Brito / Ferrer Trindade

 

Fui bailar no meu batel
Além do mar cruel
E o mar bramindo
Diz que eu fui roubar
A luz sem par
Do teu olhar tão lindo

Vem saber se o mar terá razão
Vem cá ver bailar meu coração

Se eu bailar no meu batel
Não vou ao mar cruel
E nem lhe digo aonde eu fui cantar
Sorrir, bailar, viver, sonhar contigo


ma 2e Traduction  (la 1ère est ici) :

Parti(e) danser sur mon batel
Loin de l'océan si cruel
Lui qui dit en hurlant
Que je suis allé(e) voler
La lumière sans égal
De ton regard profond

Viens savoir si l'océan a raison
Viens pour voir mon coeur danser

Si je danse sur mon batel
Je n'irai pas vers l'océan cruel
Ni  ne lui dirai où je suis allé(e)
Chanter, sourir, danser, vivre, rêver

de toi.

 


Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Poésies - musiques

Repost 0

Publié le 8 Mars 2011

 

MDB-n-2-017.jpg 

                            photo (c) Luciamel, Gif-sur-Yvette, joueuse de "touch rugby".

 

 

 

J'aime pas les trucs tendance (fashion week... oblige) : alors, Galliano ? Pourtant ça s'est passé juste à côté de chez moi, un café devant lequel je passe presque tous les jours, fréquenté par les mannequins et stylistes, La Perle, hiver comme été, tous les jours de la semaine c'est bondé, avec autant de gens sur le trottoir qu'à l'intérieur. 

 

J'aime pas sacrifier à l'actualité : combien de blogueurs ne font que copier/coller/macher/digérer des titres glanés à droite à gauche... sur des sites d'info. Et Marine Le Pen ? et les sondages ? et Kadhafi ? tiens... on ne parle pas beaucoup de Chirac... Mais c'est pourtant comme ça, à faire le perroquet, qu'on est bien classé "en politique" au Wikio, ou autres sites de blogueurs. On vous demande de commenter et de réagir, en vous pliant à l'actualité. Ca n'est pas réfléchir. Ca n'est pas penser. 

 

J'aime pas les marronniers : aujourd'hui c'est la journée de la femme... ou le carnaval, à vous de décider. Les marrons, les châtaignes, j'aurais bien envie de faire comme à Ivrea près de Turin, de les balancer comme ils le font là-bas avec des oranges pour se souvenir de la révolte du peuple au Moyen Âge qui s'était retourné contre son tyran (entraînés par la fille du meunier). Et puis, je mélangerais tout : la Lybie, la Tunisie, l'Egypte, la banlieue, l'Islam, Marine Le Pen, Sarkozy, Galliano, Kadhafi, les hommes machistes et tortionnaires, les violeurs, les profiteurs, les femmes dominatrices et castratrices, les privilégié(e)s... pour leur balancer à travers la gueule des marrons, des châtaignes, des oranges, des tomates... bref, pour un jour, de fêter Carnaval ! Et puis de continuer, pas seulement pour Carnaval, pour demain, pour après demain, continuer à protester, à gueuler, à dire non, à ne pas se laisser rouler dans la farine, dans les entourloupes de l'endormissement de nos consciences. 

 

Dimanche dernier j'étais à Gif-sur-Yvette pour une rencontre de "touch rugby" féminin, j'en ai encore des courbatures... Je voudrais seulement dire combien le sport d'équipe est important pour nous femmes, combien nous devrions apprendre à penser "collectif". Je suis désolée de travailler dans une petite société où les salariées sont à 100% des femmes, et où c'est chacune pour soi, où (ça revient au même) ça fonctionne en petit clan : on navigue pour favoriser ou dégommer une personne, c'est-à-dire, pour nous femmes, à désigner celle qui pourra représenter la maman. On a du mal à s'associer pour faire gagner tout le monde (je me suis battue pour obtenir gain de cause pour nous toutes, tant que c'était l'intérêt de chacune j'ai été épaulée, puis quand on n'a plus vu si je pouvais servir à cela on n'a pas hésité à me dégommer). Or, il se trouve que dans notre entreprise les femmes sont sous-payées, la profession est dévalorisée... Il n'y aurait qu'en se liguant, en se serrant les coudes qu'on pourrait faire avancer la condition de toutes. Mais, les femmes ne pensent qu'à leur petit intérêt personnel : leur couple, leur famille, leur petite personne, et, surtout, il leur faut empêcher qu'une autre (qui n'est pas leur "maman") puisse être valorisée. Elles seront les plus cruelles avec celle qui veut se détacher du lot, car une seule le peut : maman. Et maman, ça ne peut être que soi. 

 

 

MDB-n-2-020.jpg

                                     Photo (c) Lucas B., Gif-sur-Yvette, "touch rugby"

 

 

 

 

   
       
                                                          Photos pour Julien :
MDB-n-2-015.jpg
MDB-n-2-013-copie-1.jpg 
MDB-n-2-018.jpg 
                                                  Photos (c) Luciamel et Lucas B.

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0

Publié le 4 Mars 2011

 

 http://1pic1day.com/wp-content/uploads/2011/01/Tasha-de-Vasconcelos-nue-Paris-Match-3219.jpg 

                                                      Tasha de Vasconcelos, photo 

 

Y a ceux qui ont l'info en exclusivité : ils la publient illico presto sur leur blog, et sur Twitter. Le CLASSEMENT Wikio !!! y a le number one des number one... c'est le politique, puis il y a le société, le multithématique (je ne sais toujours pas comment je suis classée... mais bon, moi, je ne suis pas dans les petits papiers de ces Messieurs, car je suppose qu'ils sont des Messieurs, et pas des Dames...) bref, des p'tits trous, des p'tits trous, toujours des p'tits trous : première et seconde classe.

 

Ce qui me gêne dans tout ça c'est que, non seulement, ça ne fait que reproduire (merci Bourdieu) les distinguos sociaux, mais qu'en plus ça le fait de la pire des façons : le copinage, les passe-droits, les valeurs machistes. J'entends déjà notre cher numéro un, Nicolas, me hurler dans les oreilles : "tu dis n'importe quoi ! qu'est-ce qui te permet de dire que le Wikio triche, et que les mecs ne sont pas supérieurs aux femmes ?" 

 

Je lui ai suggéré sur son blog de number one d'innover, d'ouvrir son esprit, de concevoir une autre façon de ne pas classer les gens... d'envisager que cela puisse être possible : 

lucia mel a dit…

1. le classement "politique" suit une logique "machiste" (comme "la politique" en général dans la société). Les hommes n'y sont pour rien, dis-tu, je te laisse te plier de rire...

2. Je propose juste que nous femmes essayions de montrer une autre façon de voir les choses, d'inventer une autre façon de fonctionner. Je te laisse te plier de rire...

3. Les hommes ne sont pas plus mes ennemis que certaines femmes qui ne pensent qu'à me flinguer... J'ai, me semble-t-il plus de femmes qui sont mes ennemies déclarées que d'hommes. Et je dirai même que surtout les hommes sont mes alliés... 

4. Essaie un peu de me comprendre... arrête de te braquer et de projeter sur moi je ne sais quoi... Non, je n'ai pas un discours prémaché, oui, c'est difficile de comprendre ce que je veux dire.

lucia: pardon, j'oubliais de te répondre. Moi, en tant que "révoltée de ma race de Portugaise", quand les hommes me parlent... je ne suis ni à la cuisine, ni dans l'escalier, ni à l'institut de beauté (à me faire épiler), ni à écrire des trucs de mode ou de mioches, ou jolis... non, je suis sur twitter, ou sur les blogs, à m'engueuler avec Nicolas (entre autre).Poireau (Monsieur) m'a donné à réfléchir (sur Twitter aussi ), il m'a fait suivre un article qui disait : 

 

"Pourquoi des mecs intelligents sortent avec des filles stupides".

Monsieur Poireau m'a indiqué un billet s'interrogeant sur un sujet crucial : "Pourquoi des mecs intelligents sortent avec des filles stupides". Je lui ai vaguement répondu quelque chose, mais, surtout, il m'aurait fallu dire : "certains hommes intelligents, ques aco ? "

A tout cela je voudrais ajouter : 

1. Les classements sont faits par et pour des hommes;
2. Inventons nos dé-classements !!! notre MDB, une autre manière de voir, à inventer !!!
3. Donnons chaque mois, ou chaque semaine, ou quand nous le voulons, nos déclassements de blogs
4. Les femmes peuvent être belles et jeunes et intelligentes !!! en voici un exemple (une Portugaise SVP !), à se demander pourquoi elle se méfie autant des hommes... :

http://photo.parismatch.com/media/photos2/actu/monde/tasha-de-vasconcelos/02-princese-de-caeur/662189-1-fre-FR/actu-monde-tasha-de-vasconcelos-02-Princese-de-caeur_galleryphoto_paysage_std.jpg
                                                                    photo
5. les hommes peuvent être vieux, cons, et nuisibles... mais... puissants : ô combien !
(je vous laisse choisir la photo).
 
Elle, Tasha de Vasconcelos, une Portugaise née au Mozambique, aux origines européennes et lusophones, et aux racines qu'elle revendique africaines. Elle est belle, elle est intelligente, elle se méfie des hommes... eux qui ont violé, assassiné... abusé des jeunes filles, femmes, de son pays, le Mozambique, de son continent, l'Afrique. Je me sens très africaine... à la veille de ce jour qu'on dit des femmes, je me sens belle... comme elle, je me sens jeune et, surtout, je me sens FEMME.

 
Tasha de Vasconcelos a créé une association AMOR pour aider les femmes atteintes du SIDA à  éviter de transmettre leur maladie à leur enfant. Il y a des gens qui veulent être numéro un... il y a des gens qui croient que l'important est d'avoir un certain pouvoir (financier, social, sexuel, politique, familial... ou... bloguesque), et puis surtout il y a nous...  qui aimons naviguer, voguer, rêver... et divaguer... de nous à vous. 
 
Mon "déclassement" du mois, de la semaine... du jour... sera, dans le désordre, les blogs (et les billets) qui m'ont accompagnée, qui m'ont particulièrement amusée, intriguée, passionnée, en plus de ceux que je lis avec plaisir quasi quotidiennement :

      
Ils mériteraient tous d'être numéros un du Wikio ! ils n'y sont (pour la plupart) même pas mentionnés... J'en oublie certains qui me ravissent eux aussi de leur écriture, de leur esprit, qu'ils me pardonnent, je les indiquerai à ma prochaine édition ;))) 
  

Et, je ne manquerai pas de citer mes chers amis du Wikio, les numéros un : Olympe et Nicolas. Bravo à vous, je vous adore, et sans trop de flagornerie je vous dis que, ben, puisque vous êtes des numéros... on vous applaudit
    
  
   


note : la mise en page du billet est merdique... du fait de la limitation du serveur OverBlog... impossible de faire des retour paragraphe (texte qui reste collé par endroits) , et certains éléménts incrustés sur le côté ne peuvent être supprimés. 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #blogs et blogueurs

Repost 0

Publié le 1 Mars 2011

Une femme est morte. Gabrielle Russier. Elle a été accusée d'avoir eu des relations sexuelles avec un de ses élèves, un jeune-homme de 17 ans, elle avait 32 ans. La société a condamné non l'acte (combien d'hommes de trente ans ayant couché avec des jeunes femmes de 17 ans ont fini en prison ? à cette époque-là, 1969, ou aujourd'hui) mais la femme. Pompidou s'en est ému

 

"Je ne vous dirai pas tout ce que j'ai pensé sur cette affaire. Ni même d'ailleurs ce que j'ai fait. Quant à ce que j'ai ressenti, comme beaucoup, eh bien, 
Comprenne qui voudra ! 
Moi, mon remords, ce fut 
la victime raisonnable 
au regard d'enfant perdue, 
celle qui ressemble aux morts 
qui sont morts pour être aimés. 

C'est de l'Éluard. Mesdames et Messieurs, je vous remercie".

Le poème est en effet de Paul Éluard, écrit dans un tout autre contexte, celui de l'épuration (et de la "collaboration sentimentale" de nombreuses Françaises avec des soldats allemands - drame évoqué avec beaucoup de finesse et de pudeur dans la chanson de Gérard Lenormand, "Warum mein Vater"). Au vrai, Monsieur Pompidou devait s'attendre à la question, et avait distrait dans ce but quelques vers du poème. Peu importe : l'intention était louable, et l'émotion semble-t-il non feinte.
Et l'on a su, depuis, qu'il avait effectivement ordonné une enquête sur la responsabilité mêlée de l'Éducation nationale et du monde judiciaire, et plus précisément sur le fait que le cas Russier avait échappé aux mesures d'amnistie qui, traditionnellement, accompagnent toute nouvelle élection.

(vous pouvez retrouver l'intégralité de la citation, ainsi que le poème d'Eluard ici)


Elle s'est tuée, ou plutôt la société l'a tuée, notre morale a lapidé celle par qui le scandale était arrivé. 

 

Oh, mais de nos jours ça n'existe plus ces choses-là, pas chez nous, pas dans nos "pays développés", seulement en Iran, ou en Afghanistan, voyez Demi Moore ou Madonna... Aujourd'hui,  les femmes sont des Cougar, libres de leur corps et de leur destinée... Et mon oeil ? tu l'as vu ? 

 

Pas plus tard que ce matin j'ai lu dans Direct Matin (reprenant une étude de l'INSEE) que 90% des Françaises auront un enfant dans leur vie... que pour s'épanouir une femme doit avoir des enfants (50% des Français avant 30 ans partagent cet avis, et 80% des plus de 65 ans). J'ai aussi lu que les féministes américaines avaient protesté quand Natalie Portman avait déclaré lors de la cérémonie des Oscars que son bébé, et "sa nouvelle identité" en tant que mère, était le plus beau rôle de sa vie. Une femme ne se réalise-t-elle que par l'enfantement ? va-t-on toujours servir aux 10% de femmes qui n'auront pas d'enfant, elles qui ne se sentent pas des sous humains, ni des sous-femmes... que seulement en procréant on sait ce qu'est être femme ? Comme si l'amour, et l'amour des enfants, l'amour complet, l'amour parfait, l'amour absolu... ne se concevait que dans cette relation mère-enfant... cette relation dont on sait tant les névroses et les souffrances qu'elle génère... Comme si l'humanité ne se concevait que dans biologie-là. On se demande (quand on ne l'est pas soi-même) comment les mères, et les pères, oublient si facilement les conflits, les douleurs, qui les relient à leurs propres parents. Nous sortir du biologique, le pourrons-nous un jour ? 

 

Aujourd'hui la société nous demande, comme par le passé, de nous soumettre, de nous plier... à ses diktats, à ses douces contraintes... celles qui nous permettent de faire partie des 90% de femmes... comme il faut, des vraies femmes... celles qui ont eu des enfants, celles qui ont allaité (nous dira-t-on bientôt), celles qui ne se sont pas écartées de la norme : mari, famille, patrie. Celles qui n'ont pas dérogé, celles qui maintiennent haut et fort le modèle social. 

 

Je fais partie des 10% de celles qui n'ont pas eu d'enfant, celles qui les aiment pourtant, celles qui se sentent femmes tout autant, celles qui sentent qu'être femme ce n'est pas seulement enfanter, que de ne l'avoir pu est peut-être une opportunité (je ne dirai pas que c'est une chance) : celle de savoir qu'on peut aimer profondément, qu'on peut être totalement humain quel que soit notre destin. 

 

Gabrielle Russier était une femme libre. Annie Girardot était une femme libre. Comme elles, je voudrais être libre, sans nécessairement avoir à être la victime de la société. 

 

  

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Femmes - aimons-nous

Repost 0

Publié le 1 Mars 2011

 

 

20111402 Art de rue, Père Lachaise, février 2011 020

                    photo (c) Luciamel, oeuvre de rue, rue des Blancs Manteaux, 14 février 2011.

 

Quel intérêt à lister tous les blogs qui ont fait des liens sur le mien, en février ? Comme m'a dit Higelin (à notre soirée de blogueuses) "me prendre en photo de dos, quel intérêt ?". Car, voyez-vous nous vivons dans un monde où on se doit de tout faire (ou presque) par intérêt. L'intérêt à ces Wikio Back links, repris par ces Jegounotron, c'est que vous créez une sorte de chaîne (ceux que vous listez devront logiquement vous compter parmi ceux qui durant le mois ont fait des liens sur leur blog, et ainsi de suite) devant servir à mieux vous placer dans les classements. On peut dire que c'est imbécile (comme je l'ai fait ici ou comme ceux qui ont décidé de quitter cette compétition), on peut s'en amuser... ainsi le disent les numéros 1, on peut comme Homer s'interroger, on peut, comme Falconhill, essayer d'innover. Pour l'instant (pour le deuxième mois consécutif) je vais participer, histoire de voir l'effet sur mon blog (cela va-t-il modifier son contenu ?) et sur moi-même... (vais-je me sentir tenue, soutenue, détenue, parvenue ?).

 

24 sites ont fait des liens sur http://www.luciamel.com/ depuis le 2011-02-01
Partageons mon avis
Mon avis t'intéresse
le blog de polluxe
Philippe Méoule
Le coucou de Claviers
Bah !
Partageons nos agapes
Fucking disgrace
Quelque chose à dire
Carnet de notes de Yann Savidan
De tout et de rien, surtout de rien d'ailleurs
Au comptoir de la Comète
Olympe et le plafond de verre
Chez El Camino
Partageons l'addiction
Je n'ai rien à dire ! et alors ??
aulnay politique media et blabla
Nectar du Net
Le Charabia de Moushette
Le Carnet Ordinaire de MamzellecarnetO
le blog d'une femme de sportif
dadavidov homepage
Le blog de la Fée Myrtille
Sourires et soupirs de Jeffanne

Liste générée à partir des infos du Top Blog Wikio par le Jegounotron

 

Je n'ai pas encore le classement Wikio de mon blog, ni le classement Blogonet, du mois dernier, ça devrait tomber demain, ou après-demain. Je l'ajouterai sur ce billet à ce moment-là. 

 

* Trompe-oreilles :

"– Tes laitues naissent-elles, Estelle ?
– Oui mes laitues naissent.
– Si tes laitues naissent, mes laitues naîtront."


 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #blogs et blogueurs

Repost 0