Publié le 25 Janvier 2013

20130118-003.jpg Photo (c) Luciamel, place de la Bastille, première neige, le 18/01/2013.

 

 

 

Ne pas parler de tout (l'actualité en long en large et en travers), ne pas parler de rien (nos états d'âme à tout va). Entre les deux mon coeur balance. Se taire, l'éventuelle option.

 

J'aime ce film, j'aime ce livre, ou j'écoute ce disque... Bien... mais encore ?

 

J'aime cet homme. C'est mieux, sans nul doute... mais encore ?

 

Le monde se vomit lui-même, me dit-on. Le monde se tord de douleur, le monde accouche de lui-même... veux-je croire.

 

Une affiche me dit sur le mur d'un métro que les femmes mariées ont un amant, un homme titubant nous serine, dans le même métro, que c'est dur pour lui parce qu'il est vieux et malade, nous supplie de lui donner une pièce, un ticket resto...

 

Certains hurlent, d'autres prient pour que le monde tienne tel qu'il est.

 

Une femme est libérée au Mexique, on en fait une icône... est-elle la nouvelle Ingrid Betancourt du nouveau pouvoir ? elle va faire le tour des télés, elle va représenter quoi ? Même si Florence Aubenas y croit depuis longtemps, on se dit que tout cela ne va faire valoir que ce que de droit... et c'est bien... mais... tout cela va aussi servir à valoriser les ayant droit du moment,  i.e. les dirigeants politiques.

 

La fashion week est finie... et pourtant elle continue sur nos antennes télévisées, à chaque jour nous avons une info qui va servir de faire-valoir aux ministres, et à leur Président. Oyez, oyez, braves gens, à la foire aux bonnes nouvelles ce sont les soldes toute l'année.

 

Gober. Voilà tout ce qui nous est demandé. Gober les guerres, gober les prix, gober les scandales, les parties fines des politiques, les salaires faramineux des sportifs et des PDG, les privilèges des nantis, les palaces qui nous sont interdits... et gober TF1 de surcroît qui vend notre cerveau à moindre prix.

 

Vomir... ce monde, ou accoucher du nouveau. Voilà tout ce qui nous reste à nous le monde des petits, nous le plus grand nombre, nous le seul monde qui existe.

 

Alors se taire. Jusqu'au moment où le cri sera plus fort que la nuit. Ici ou au Mexique.

 

 

 

 

Nancy Huston, Le mâle entendu...

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0

Publié le 22 Janvier 2013

J'étais invitée aujourd'hui à assister aux voeux à la presse de Bertrand Delanoë, cela en tant que blogueuse, et ce bien que non émérite. Déjà, ça m'a plu. Je me dis que si on m'invite moi, qui, en termes d'influence blogosphérique, ne suis pas au top... c'est qu'on fait aussi attention (à la Mairie) à d'autres critères que la seule notoriété, ou à la diffusion de l'info (mes tweets de l'événement n'ont pas été retweetés une seule fois).

 

Pour vous en donner un aperçu quelques photos, et mes tweets... en pleine action. Nous n'étions pas si nombreux : 100, 150 journalistes... du monde entier, et de Navarre (de blogueurs je n'ai reconnu personne).

 

Moi, vous le devinerez aux photos, j'étais heureuse de la place réservée à Anne Hidalgo (à la droite du Maire). Même si, je le crains, elle aura à souffrir, en tant que femme, "beaucoup, beaucoup, beaucoup" plus qu'un homme, pour reprendre les termes de B. Delanoë (il parlait de son admiration pour l'action de F. Hollande au Mali...).

 

 

20130122-002.jpg 

20130122-004.jpg 

 

20130122-008.jpg 

 

20130122-009.jpg

 

20130122-012.jpg 

 

20130122-013.jpg

 

 

20130122-015.jpg 

 

20130122 017Photos (c) Luciamel, Hôtel de Ville de Paris, voeux à la presse de B. Delanoë, le 22/01/2013 

 

 

 

 

Tweets

  1. "moi j'attends une guerre civile,que tte l'Europe soit à feu et à sang,bientôt notre profession ne vaudra plus rien" buffet

  2. "Un ministère ça ne se refuse pas... -ça dépend lequel.. -il va y aller tu crois? -l'histoire le dira..."

  3. Je m'approche du buffet pour une 2e coupe de champagne : "tu l'as trouvé comment ? -Franchement, je le trouve extraordinaire"

  4. Nouvelle gouvernance I.dF., le périmètre ? zone urbaine dense au sens de l'INSEE : Paris, petite et grande couronne" Delanoë

  5. Nouvelle Gouvernance de l'Ile de France : "oui! l'année 2013 sera l'année de la naissance de la gouvernance de la métropole... le périmètre?

  6. Questions de la presse:"mais cet argent vous le prendrez où?"(réforme rythmes scolaires) B. Delanoë :"mais dans mon budget !"

  7. Questions de la presse "est-ce que vous-même envisagez de vous marier ?" - "ça ne m'a jamais tenté pour moi" Delanoë

  8. le mariage pour tous: "Personne n'y perd rien,c'est le pari de l'amour,Mme Boutin ira au mariage de ses cousins de même sexe"

  9. Delanoë "c'est pas parfait!.. c'est un point de départ... c'est une avancée" en parlant de l'action du gouvernement

  10. Hommage à F. Hollande et à son action "tout n'est pas bon... mais je veux saluer tout ce qui a déjà été fait depuis 8 mois"

  11. ´les rythmes éducatifs doivent-ils être ceux des enfants ou ceux des adultes?(...)nous y mettrons les moyens financiers ´ B. Delanoë

  12. A. Hidalgo À la droite de B. Delanoë : un signe ;))

  13. à la presse de B. : hommage à la profession. Et petit cadeau :l'ouvrage de F. Héritier ´Le sel de la vie

 

 

 

Et, pour les poètes... voici l'intégralité du film de Jean Cocteau La belle et la bête, car, avant tout, il nous faut être sensibles au fait que dans les châteaux, fussent-ils de l'Hôtel de Ville, les statues peuvent se mettre à vivre... Car, le monde n'est pas tel que nous le croyons.

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0

Publié le 11 Janvier 2013

photo0350_001.jpg

Photo (c) Simon Gaetan, triptyque en cours de réalisation, 100 rue de Charenton, le 12/01/2013

 

 

Elle est blogueuse, elle chante, elle peint... bref, elle est une femme libre et entière. Entière, au sens sacré ancien, celui qui prend en compte la dimension lilithienne de la féminité. Qui est Lilith ? nous en avons parlé, longuement, elle nous a dit que Lilith était l'inspiration de son travail actuel. Elle...  Claire James-Dupain. Elle nous a accueilli(e)s à notre expo de MDB, elle était là ce soir-là, comme d'autres, à peindre tranquillement avec des oreillettes lui permettant d'être tout à son art, tout en nous accompagnant du coin de l'oeil.


 

20130111-008.jpg

Photo (c) Luciamel le 09/01/13, 100, rue de Charenton, Claire James-Dupain devant ses tableaux.

 

 

Il nous a impressionnées, par sa technique où Polluxe a vu un lien avec les fresques de Pompéi... "quel bel hommage", a-t-il dit. En effet, Xavier Devaud met en scène un couple... aux couleurs travaillées a fresco, ou peut-être  a tempera... (à lui de nous le préciser), des couleurs si... antiques, ou renaissance ? 

 

20130111-006-copie-1.jpg

Photo (c) Luciamel, le 09/01/13, 100, rue de Charenton, Xavier Devaud.

 

 

Lui, il avait l'air d'un lutin débarqué au milieu d'un jeu de filles... lui c'est Christophe Lassale, il nous regardait avec des yeux pétillants, et, nous, on a regardé ses oeuvres si précises, si délicates, si attentives au détail... avec toute l'attention qu'il nous avait prodigué.


 

20130111-003.jpg Photo (c) Luciamel le 09/01/13, 100, rue de Charenton, Christophe Lassalle

 

 

20130111-005.jpg

Photo (c) Luciamel le 09/01/13, 100, rue de Charenton, Christophe Lassalle, Lisbonne...

 

 

Nous étions au 100, rue de Charenton, lieu de création, lieu communautaire, lieu public offrant aux artistes la possibilité de disposer d'un espace pour étaler leurs toiles, leurs tubes, leurs palettes, leurs doutes... Simon Gaetan nous y avait invitées pour un MDB aquarellé. Il avait exposé dans une salle mise à sa disposition tous les portraits de blogueuses du MDB (et d'ailleurs) réalisés durant les presque deux années où il nous a suivies.

 

Voici, en avant première, une vidéo postée sur Youtube pour l'occasion (le son reste à améliorer... mais je l'ai laissé pour le côté décalé : elle est la preuve que les garçons aussi parlent des soldes...) rendant compte des toiles exposées. Au mur, les portraits des blogueuses croquées par Simon tout au long des MDB (des aquarelles), mêlées à quelques-unes de ses toiles grand format (portraits de femmes, à l'huile, avec modèle ou imaginés).

 

 

 

 

 


 

Un cocktail nous attendait, des échanges avec les artistes du lieu, des retrouvailles avec les blogueuses amies, et la découverte d'un monde nouveau, ce monde que tous nous espérons, celui où nous serions à la fois artiste, libre et enfant... Que vous dire si ce n'est que ces moments sont trop rares dans nos vies, que la révolution ne se situe qu'à cet endroit-là, celui où nous nous rencontrons essentiellement. 

 

Bon, il faut reconnaître que le lendemain matin il me fut nécessaire de prendre de l'essence d'estragon (pour la digestion...), et de faire preuve de beaucoup de persuasion face à mes étudiants : "Oui, oui, je suis une professeure très compétente, malgré ma fatigue...". Tout se passa pour le mieux, et j'étais heureuse d'avoir festoyé pour ce MDB d'exception. 

 

Les blogueuses présentes et participantes étaient (j'en oublie plusieurs car je n'ai pas fait passer ma feuille de présence... qu'elles me le mentionnent en commentaire) :

 

 

Polluxe -  @PolluxeBlog - @MDBlogueuses

Plafond de verre - @Olympeblogueuse

Luciamel -  @Luciamel

Decumanos - @BarbaraBoehm

Princesse 101 - @princesse101

Je suis top de Blandine Métayer - @BlandineMetayer

@chrism

Romy tétue @tetue

Quoi de 9 Cécile @CeciledeQuoide9

Ciloubidouille @ciloubidouille

...

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Montmartre des Blogueuses - MDB

Repost 0

Publié le 6 Janvier 2013

Spéciale dédicace à mon amoureux :   

 

 

 

 

 

 

 

 

Mel, de Maria Bethânia.

 

Ó abelha rainha
Faz de mim um instrumento
De teu prazer, sim, e de tua glória
Pois se é noite de completa escuridão
Provo do favo de teu mel
Cavo a direta claridade do céu
E agarro o sol com a mão
É meio dia, é meia noite, é toda hora
Lambe olhos, torce cabelos
Feiticeira vamo-nos embora
É meio dia, é meia noite
Faz zum zum na testa
Na janela, na fresta da telha
Pela escada, pela porta
Pela estrada toda à fora
Anima de vida o seio da floresta
Amor empresta a praia deserta
Zumbe na orelha, concha do mar
Ó abelha boca de mel
Carmim, carnuda, vermelha
Ó abelha rainha
Faz de mim um instrumento
De teu prazer, sim, e de tua glória.

 

 

Miel,

 

Oh, abeille reine

Fais de moi un instrument

De ton plaisir, oui, et de ta gloire

Car si la nuit est noire

Je goûte l'alvéole de ton miel

Je creuse la clarté directe du ciel

Et j'attrape le ciel avec la main

Il est midi, il est minuit, il est tout heure

Lèche les yeux, tords les cheveux,

Sorcière allons-nous-en

Il est midi, il est minuit

Tu fais zzz zzz sur la tempe

A la fenêtre, à la lézarde de la tuile

Par l'escalier, par la porte

Par la route, tout droit

Anime de vie le sein de la forêt

Amour emprunte la plage déserte

Bourdonne aux oreilles, coquillage de mer

Oh, abeille bouche de miel

Carmin, charnue, rouge

Oh, abeille reine

Fais de moi un instrument

De ton plaisir, oui, et de ta gloire.

 

(traduction libre (c) Luciamel)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Poésies - musiques

Repost 0

Publié le 5 Janvier 2013

20121229-028.jpg

Photo (c) Luciamel, gâteau des rois portugais (pour Noël), Barra, le 24/12/2012

 

 

Le monde n'est pas fini... et beaucoup s'en désolent à Bugarach... ou à Paris...

 

Difficile de s'en émouvoir, difficile de suivre la paranoïa générale dans laquelle politiques, économistes, écologistes, spiritualistes ou conformistes... voudraient nous faire entrer. Nous les petites souris, toutes prêtes à nous faire manger par les serpents tapis dans l'ombre de nos peurs.


 

20121229-029.jpg

Photo (c) Luciamel, le gâteau de la REINE, pour ceux qui en ont marre des ROIS.... tradition portugaise..., le 24/12/2012. 

 

 

La nouvelle année chinoise (bientôt nous serons tous en Chinoisie...) nous annonce l'année du serpent, ce qui devrait plutôt nous amener à la philosophie, à l'intériorité et au repli. Attention, quand même, aux envies (élans ou pulsions) d'infidélité... me glisse-t-on dans l'oreillette de mon smartphone...

 

Moi, le petit rat... je ne sais si je vais aimer... ces glissades serpentines.

 

Je prèfère Mozart. Le concerto pour clarinette.

 

Nous, les rats, n'avons pas peur de la fin du monde, au moment des naufrages nous savons nous faufiler, car nous savons que mourir n'est rien au regard de toute l'immensité.

 

Mourir, la belle affaire ! mais vieillir... comme le chantait déjà Jacques Brel.

 

Nos morts nous disent le mérite que nous avons à vivre.

 

Alors, que la nouvelle année de 2013, nous innonde de joie (ou de jouir...) et nous fasse atteindre les rivages de nouveaux continents, ceux qui restent à découvrir en chacun de nous.

 

Les ROIS et LA REINE,  viennent SALUER L'ENFANT.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vieillir, Jacques Brel

 

Mourir en rougissant
Suivant la guerre qu´il fait
Du fait des Allemands
A cause des Anglais

Mourir baiseur intègre
Entre les seins d´une grosse
Contre les os d´une maigre
Dans un cul de basse-fosse

Mourir de frissonner
Mourir de se dissoudre
De se racrapoter
Mourir de se découdre

Ou terminer sa course
La nuit de ses cent ans
Vieillard tonitruant
Soulevé pas quelques femmes
Cloué à la Grande Ourse
Cracher sa dernière dent
En chantant "Amsterdam"

Mourir, cela n´est rien
Mourir, la belle affaire!
Mais vieillir… Oh! vieillir


Mourir, mourir de rire
C´est possiblement vrai
D´ailleurs la preuve en est
Qu´ils n´osent plus trop rire

Mourir de faire le pitre
Pour dérider l´ désert
Mourir face au cancer
Par arrêt de l´arbitre

Mourir sous le manteau
Tellement anonyme
Tellement incognito
Que meurt un synonyme

Ou terminer sa course
La nuit de ses cent ans
Vieillard tonitruant
Soulevé par quelques femmes
Cloué à la Grande Ourse
Cracher sa dernière dent
En chantant "Amsterdam"

Mourir, cela n´est rien
Mourir, la belle affaire!
Mais vieillir… Oh! vieillir


Mourir couvert d´honneur
Et ruisselant d´argent
Asphyxié sous les fleurs
Mourir en monument

Mourir au bout d´une blonde
Là où rien ne se passe
Où le temps nous dépasse
Où le lit tombe en tombe

Mourir insignifiant
Au fond d´une tisane
Entre un médicament
Et un fruit qui se fane

Ou terminer sa course
La nuit de ses mille ans
Vieillard tonitruant
Soulevé par quelques femmes
Cloué à la Grande Ourse
Cracher sa dernière dent
En chantant "Amsterdam"

Mourir, cela n´est rien
Mourir, la belle affaire!
Mais vieillir… Oh! vieillir

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Poésies - musiques

Repost 0