Cristina Branco chante la révolution.

Publié le 18 Mars 2008

Elle vient de sortir un nouvel album "Abril" : hommage à la révolution des oeillets, celle du 25 avril 1974 et à Zeca Afonso, dont elle reprend les chansons. Voici Zeca (le grand nom d'Avril, le grand poète) dans "Grandola vila morena"  (c'est ce chant passé à la radio qui a donné le signal aux forces armées du déclenchement de la révolution).


 



De lui encore : "Venham mais cinco"  (qu'il en vienne encore cinq)





Elle est belle comme un rêve... elle a une voix divine... 

La voici dans "Abril" ... 

La voici encore...

 




Rédigé par Luciamel

Publié dans #Portugal

Repost 0
Commenter cet article

luciamel 21/03/2008 21:59

@Grégory : oui frère !
@Aurélie : moi aussi j'ai les les larmes aux yeux, mais c'est étrange ces larmes-là... ce n'est pas de la tristesse, pas de la joie... non c'est de la "saudade"...

aurélie 21/03/2008 16:59

trop émouvant zeca qui chante "grandola" devant cette foule au point levé!!
cristina, elle, opère un virage vers la modernité, je l'ai vu en concert dans une formation beaucoup plus traditionelle, j'en aurais pleuré tellement c'était beau... mais bref!!

ctoileblog 19/03/2008 21:36

Hey bien Lucia, merci d'avoir défendu ma cause sur epidemik..c'est inattendu car la solidarité est assez rare sur le net. Et dans Liberté Egalité Fraternité, j'ai toujours eu une préférence pour la Fraternité. Ceux qui prônent l'égalité sont si peu fraternels..

luciamel 19/03/2008 19:09

Hello Hélène L.O. LN ;-))) oui le mardi je rentre tard (j'ai un cours de chant... gospel, jazz, variété... la méthode Wilfart, tu connais peut-être, le samedi c'est des chants sacrés : grégorien, arabe, hébreu, italien, araméen...). Là, je vais aller m'instruire un peu sur ton blog (m'ouvrir à d'autres musiques).

@Grégory, oui la dictature a fait fuir beaucoup de Portugais, mais c'est surtout la pauvreté (tu me diras que ça revient souvent au même...) qui les a obligés à quitter leur pays, c'est aussi la configuration géographique de ce bout de terre au bord de l'océan qui les pousse à partir, naviguer, naviguer toujours... et vivre la "saudade"... En quelque lieu du monde que tu te trouves, va au "café de la gare", mets-toi au comptoir et tends l'oreille, au bout d'un moment tu entendras parler portugais... (9 millions d'habitants au pays, 9 millions éparpillés dans le monde...)

ctoileblog 19/03/2008 16:20

Très émouvant ce chant de la révolution des oeillets. Et en même temps on ne peut pas s'empêcher de penser que la France serait bien triste sans les vagues d'immigrations successives italienne,espagnole et portugaise. Je ne vais pas remercier les dictatures mais tout de même il me manquerait quelques amis sans ça ;)

helene 19/03/2008 09:07

coucou lucia, ça va bien? hier soir je t'ai loupée...tant pis !
sinon, tu as de très bons goûts musicaux !biz