L'écriture

Publié le 27 Mai 2008

Le film qui a gagné la palme d'or à Cannes nous parle d'écriture... du goût des mots... leur beauté,  la bataille des mots... Entre les murs... entre les mots...

J'ai toujours eu ce rapport à l'écrit... celui de la mélancolie... ça ne serait-il que le reflet de ma perception de la vie ? peut-être...

Pourtant les mots, l'univers qui s'y déploie, m'ont toujours portée plus loin que les simples désarrois, que les petits (ou grands) chagrins du quotidien... Avec eux, avec leur sonorité... j'ai tellement voyagé. Ils me sont le tableau, ils me sont la symphonie ou la toute petite ballade... qui m'aide à me lever le matin, à sourire, à m'exalter (le soir...).

Je ne suis pas une "blogueuse influente" et je ne le souhaite en aucune façon (en tout cas pas de cette façon si racolleuse qu'on voit par-ci par-là, que ça en devient... indécent) je fais mon petit ouvrage... j'y mets un peu du mien... après ça m'indiffère... totalement.

Ecrire, dites-vous... Sur un clavier. Se nourrir du regard virtuel qui pourrait un jour se poser sur vous.

J'ai aimé, adoré, vu, revu... Out of Africa... Ce n'est pas tant Sydney Pollack à qui je pense... mais Karen Blixen... "j'avais une ferme en Afrique"... Cette femme me fascine... Je voudrais comme elle écrire, comme elle aimer, comme elle... avoir une ferme... comme elle être libre. Comme elle être seule ?

Les mots... plus forts, plus vrais, que la vie "réelle"... ça fait belle lurette que le monde virtuel... en moi se déploie.

Ma vie rêvée...


Out of Africa.

Rédigé par Luciamel

Publié dans #arts - livres - films -spectacles

Repost 0
Commenter cet article

béa 28/05/2008 23:37

Pour sublimer faut l'avoir essayé...puis dépassé. Alors sublimons ou restons sublimes, tout vient à point à qui sait attendre ; J'avoue, ça ce n'est pas le plus facile.reste à mater Redford ou les petits oiseaux, ont l'air de se poser moins de questions, les petits oiseaux.Nous nous ennuyons car nous n'avons plus de prédateur...si, l'homme. L'homme est un loup pour la femme. Et inversement sans doute/dites moi si c'est chiant ce que je raconte

luciamel 28/05/2008 19:45

@Béa : Karen Blixen j'y songeais pour l'écriture... ce qu'elle y a réalisé... sa ferme... son mariage et la relation avec son amant étant sans doute ce qu'il y eut de moins réussi dans sa vie... encore que... avec le deuxième (bon mais c'était Robert Redford... au mieux de sa forme...) ça ne semblât pas trop mal...

bea 28/05/2008 09:00

Ta plus belle ferme en afrique, c'est toi, et celle-là nul ne peux te l'enlever. Et méfions nous du romantisme, c'est souvent méchant, regarde C Claudel. L'amour comme on le voit dans la ferme africaine est enfant de bohème, moi je n'aime plus l'amour et sans vouloir offenser personne, c'est plutôt un fils de p... (avec tout le respect que je leur dois, d'ailleurs , aux P ...)

luciamel 28/05/2008 00:34

@M1 : entre les murs de nos vies... elle comme le dit Béa... elle ne s'en est libérée que par l'écriture.

@Béa : comme on paye cher en général... les moments d'intense bonheur... d'intense liberté... comme je voudrais, quand même, la trouver... ma ferme en Afrique...

luciamel 28/05/2008 00:24

@M1 : qui n'est pas entre les murs ? qui parvient à s'en libérer ? oui... film grandiose... femme sublime.

@Béa : les hommes viennent de la brousse... les femmes de l'Afrique originelle... y arrivera-t-on un jour à se rejoindre ? à se comprendre...

bea 28/05/2008 00:07

Tu sais comme elle l'a payée cher, Karen, son Africa, quelques années d'intense liberté et de galère ...et tout le reste entre les murs, au Danemark, sous un ciel plombé comme aujourd'hui, devant une mer morose...et un écritoire. Mais quel fulgurence, et merci pour la référence. Sa tombe est dans ce jardin Danois, face à la mer, face à l'Afrique peut-être? Coragio, fromagio, comme dirait l'autre.

M1 27/05/2008 23:53

Out of Africa, Out of Time...
Un chef d'oeuvre tellement intemporel!
Pas une histoire entre les murs!