Le coeur en vrac

Publié le 23 Juin 2008

Qu'est-ce qui fait qu'on écrit sur un blog... qu'est-ce qu'on écrit ? comment se choisissent les premiers mots ? secrète alchimie... Entre l'impulsion, la pulsion et l'intention. Ce n'est pas un journal intime... ce n'est pas un journal, ce n'est pas un roman. Parfois une image, une réflexion qui continue à trotter dans l'esprit le soir venu. Une mélodie qu'on sent se lever en soi et qu'on voudrait entonner.

Aujourd'hui, un échange précieux... une âme à fleur de peau, une personne, ô combien appréciée (oserai-je le mot... allez, soyons honnête : aimée), m'a posé cette question : "cela change-t-il ta perception, cette écriture à venir ?" Non, ai-je répondu, mon regard s'affine peut-être, mais le regard est là déjà avant; je suis plus attentive, simplement, en déroulant la pelote de mes jours. Un fil tiré, des associations, pour, parfois, plus de clarté.

Ce qui reste, en fin de journée, c'est l'essentiel, le plus beau ou le plus douloureux...

On écrit, aussi, parce qu'on aime échanger et lire d'autres écrits... ils deviennent nos amis. Leurs univers se mêlent au nôtre. Et là, parfois, danger...

Blogueuses rencontrées un soir dans Paris... et puis la déception qui se lisait sur leurs visages... c'est pas si bien que sur tes images... semblait être le message.

Blogueur accueilli dans le nid, les coups de bec, les coups de pied, vous laissent un drôle de goût dans le ramage... Bon voyage sur la plat Net... A vos risques et périls petite intrépide... Mon cher Zygmunt (Baumann, cf. L'amour liquide) m'avait pourtant prévenue, et je l'étais donc... mais voilà, on ne se refait pas... j'ai voulu faire l'expérience de l'humanité, or, il ne s'agissait que d'un jeu... (de cons ?). Et oui, c'est mon côté François Pignon. Dans ce jeu-là (de cons), il y a les "branchés", qui se plaisent à se moquer de leurs victimes "pêchées" dans l'anonymat du Net... aucun danger, vous êtes protégé par votre statut d'avatar... Donc, allez-y, oubliez toutes ces obligations sociales, familiales, amicales... qui vous ligotent en temps "trop" normal, à être un gentleman, car là  (pas Bruni, non!) vous pouvez vous en donner à coeur joie et être le dernier des... salauds (ou des salopes, tout dépend du point de vue). Le Net, c'est aussi la jungle des sentiments.

Quel intérêt à procéder ainsi ? 

Celui de notre époque... celui du zapping, de la rentabilité... surtout ne rien rater, surtout consommer... être le SUPER CONSOMMATEUR, celui qui a goûté à tout, celui qui a obtenu le meilleur prix, celui qui en a eu pour son argent, celui qui sait faire monter les enchères. 

Celui dont la vie s'est vidée de tout sens. Celui qui n'a plus d'âme, ou de conscience (car ces mots ont disparu de son vocabulaire). Celui qui se bâtit un monde de chimères (en 3D !) celui-là n'aura aucun scrupule à vous effacer... tel un message, un mail, un sms... de ses fichiers.

Alors, je me plais à revenir à mon essentiel... ces gens croisés dans le métro, ces ami(e)s, ces proches, aux vies parfois compliquées, douloureuses... mais aussi ces collègues, ces inconnus, ces humains... vus, écoutés, respectés dans leur humanité.

Mon désir est trop grand, mon désir est trop vaste... la limitation le sera tout autant.

Aimez-vous les uns les autres, disait-il... mais surtout "aimez votre prochain comme vous-même", et pas moins... (petit test  : comment comprenez-vous le "pas moins" ? pas moins que vous-même ? ou pas moins que l'autre ?).



Rédigé par Luciamel

Publié dans #blogs et blogueurs

Repost 0
Commenter cet article

luciamel 25/06/2008 18:58

@Miss Doodle : côté "fautes" t'en fais pas... je suis prof de FLE (français langue étrangère, les "erreurs" c'est mon gagne pain, mon pain quotidien, mon terreau...). Pour ce soir : "ALLEZ L'ALLEMAGNE !" et pour taquiner qui tu sais... je dirai : "ALLEZ L'EUROPE !"... Moi aussi je me suis endormie plusieurs fois sur les matchs... mais j'ai pas de M. Doodle pour me les raconter après... à chacune sa galère... Bien sympa d'avoir découvert ton blog... A plus !

miss doodle 25/06/2008 18:51

ps: en me re-lisant, je vois toujours mes fautes, ahlalala.correction: "nous avons acheté un repas "chinois"....mais en écrivant ceci, j'en rajoute probablement d'autres (fautes), sorry.

miss doodle 25/06/2008 18:48

Bonsoir Luciamel:)merci d'avoir pris le temps pour aller voir mon univers, et de tes commentaires, c'est une belle motivation pour continuer le travail:)CE SOIR YESSSS: je m'attends surtout à un moment sympa et une tension palpable:) Sinon j'ai tendance à m'endormir et je m'en vais sans regarder la fin du match (mon homme me le raconte après:) pour ne pas perdre le temps précieux...On verra, mais on a acheter "du chinois" et de la bière (pour moi, bien-sûr) LOLà bientôtj'ai mis un lien sur le blog de Miss Doodle, pour ne pas te perdre de vue:)la secrétaire de Miss Doodle

luciamel 25/06/2008 17:50

@Miss Doodle : mais quel joli nom ! oui, j'aime prendre le temps... même de me perdre parfois. Merci pour ton compliment, suis allée sur ton blog : wouaouh !!! les artistes ça m'impressionne. Turquie-Allemagne : on n'a pas fini d'en parler... avec M1, surtout (ce qui semble très peu probable, mais, après tout, les Portugais se sont bien fait éliminer) si on a une finale Russie-Turquie.

Miss Doodle 25/06/2008 13:57

Bonjour, je suis venue du blog de M1 que j'aime beaucoup lire, parce-que tu as parlé du match Turquie/Allemagne :)J'ai bien aimé lire tes mots.  Tu prends le temps qu'il faut pour écrire ce que tu veux, c'est reposant dans ce monde ultra-rapide. Les relations entre humains sont complexes et délicates...Et puis, comme toi, j'ai mes relations avec les gens dans le métro, si tu veux les visualiser, je t'invite à venir voir mes Metroportraits, peut- être tu t'y retrouve:)  (sur http://cestandrea.blogspot.com

luciamel 24/06/2008 00:06

@Béa : heu... serait-ce ce satané Saturne ??? Bisous de la part de Vénus (qui lutte tant qu'elle peut contre cette satanée mélancolie).

luciamel 24/06/2008 00:03

@Tini : le doute... nous affermit, sans lui nous serions les éternels benêts d'une farce qui se joue de nous. Soyons les naïfs, les crédules... notre coeur toujours laissons-le s'ouvrir... mais, que les chenilles cessent de nous bouffer le coeur (même d'artichaut)... sous prétexte qu'elles veulent se transformer en papillon.

Béa 24/06/2008 00:01

Suis pile dans le même mood que toi.Bisous solidaires et tendresse

Tini 23/06/2008 22:33

J aime une grande partie de cette article.pas celle de doute, ma celle de reflxion serieuse de douceur et je t aime peut-etre un peu plus  que moi, car tu es  comme tu es ou comme je te vois, te connais ....... J aime bien ce film, le gros pourrait etre mon frere...