Musica nuda

Publié le 24 Juin 2008

"La plupart du temps, la télévision était allumée, et les voix faussement dramatiques des journalistes me parvenaient. Toutes nos conversations tournant court, Fizz était rapidement devenue une droguée de l'information. Elle semblait combler les vides soudains de sa vie avec les incommensurables déchets de l'univers. Les chaînes d'information ont le pouvoir étrange de nous procurer un sentiment d'adéquation avec le monde moderne. Un tremblement de terre à Porto Rico donne un sens à notre vie. Un Américain fou qui abat des enfants dans une ville du Texas lui donne un contexte. De pitoyables politiciens s'insultent devant une caméra, nous nous sentons concernés." (Tarun J. Tejpal, Loin de Chandigarh)

Tarun J. Tejpal, journaliste, critique, essayiste, indien. Loin de Chandigarh est son premier roman (2005). C'est une amie qui me l'a passé, en me disant que ça l'avait captivée; dimanche, une autre amie, me voyant le lire, m'en fit un éloge dithyrambique, elle l'avait offert à plusieurs collègues, tant ça l'avait emballée. Elle (fonctionnaire au ministère du travail et militante au parti socialiste), elle en avait entendu parler par Martine Aubry. J'ai du mal à imaginer Martine Aubry appréciant les passages "érotiques" du roman... et ça ne me semblerait moins étonnant concernant Ségolène Royal... va savoir pourquoi...

Il a mon âge Tarun J. Tejpal... je me sens bien dans son univers, dans sa thématique, son questionnement. Son regard même, sur la nature, sur le désir, sur les êtres... semble traverser les cultures et m'atteint.

Nul n'est prophète en son pays... ce sont souvent vos proches qui vous trahissent. La nature humaine est complexe, en elle toujours coexistent : je t'aime, je veux te détruire... La relation parent-enfant n'en est pas exempte, bien au contraire.

Serai-je toute ma vie aussi méfiante et peu encline à me laisser conter des sornètes ? Et pourquoi suis-je si souvent bernée, moi qui me targue de ne pas m'en laisser conter ?

Parfois ma cuirasse s'entrouvre et laisse passer votre chaleur... quelle claque alors... et bien vite je la referme, le temps de cicatriser mes blessures.

Musica nuda, être à nu... mais savoir se protéger... des autres.





Rédigé par Luciamel

Publié dans #arts - livres - films -spectacles

Repost 0
Commenter cet article

lucia mel 17/03/2009 22:25

@Corinne : euh, ici je suis Lucia , bon, comme personne ne l'aura lu... c'est pas très grave. Merci pour le compliment, et heureuse d'avoir une nouvelle lectrice, enthousiaste de surcroît. Oui, il va falloir s'occuper de la promotion des oeuvres de notre chère Béatrice.

crinne peretz 17/03/2009 19:57

Béatrice vient de me téléphoner en me disant : "va sur le blog de ma copine Maria c'est génial" et oh quelle ne fut pas ma surprise de voir son tableau magnifique en 1ère page. Merci pour elle et merci pour le blog que je n'ai fait que survoler mais je viens de visionner le clip de rabbi muffin et je suis sûre de dénicher d'autres trouvailles qui me font penser que ben ça fait du bien de cotoyer autre chose que la médiocrité.bon j'y retourne à bientôt

Béa 25/06/2008 20:19

Bon, ben demain la campagne, j'espère que je trouvera un ordi, mais c'est pas gagné. Bonne continuation et bisous

luciamel 25/06/2008 17:02

@Béa et Tini : la grande fille que je suis vous remercie pour votre amicale sollicitude et votre inquiétude à mon endroit ;-)))) Comme vous me connaissez dans la "vraie vie", ça vous est sans doute difficile de distinguer la personne de l'écrit... Ecrire est en soi une mise à distance de ce qui parfois s'agite à l'intérieur de nous, donc, je peux "aller bien" (ou normalement) et écrire sur le malaise qui traverse "ma vie" ou nos vies, c'est parfois une rencontre, une personne aimée dans l'épreuve, qui éveillent ces mots... C'est une alchimie entre le médium, le lecteur, et la psyché (la mienne et celle d'autrui).@Béa : je suis désolée pour ta déprime, et tes soucis, si tu veux tu peux m'écrire un mail (tu as l'adresse) ou même me téléphoner...

Tini 25/06/2008 12:52

Les "Lieder eines fahrenden Gesellen" de Gustav Mahler sont trés triste. Il a perdu son amour et ne veut pas perdre l'image d'elle dans son coeur et pour cela son coeur devrait rester gelé...... 

Béa 25/06/2008 10:17

Bon, un coup d'oeil sur la nature, l'herbe, les oiseaux,  ça remonte le moral.

Béa 25/06/2008 09:18

pas si désespérèe, tant mieux, parce que moi suis pas au top, chacun son tour .../ Marrant, j'ai rêvé que j'étais pestiférée - un cordon de flics m'entourait pour je n'entre pas en contact avec les gens / Drôle de cauchemar .bonne journée

Béa 25/06/2008 09:10

Bonjour Tini, et merci

luciamel 25/06/2008 07:15

@Béa : holà, la situation n'est pas si tragique... grave mais pas désespérée... ;-) on attendra un peu pour l'oraison funèbre. :-D@Tini : j'écoute France Musique au réveil : là, il y a "Guten Tag, gutten Tag, meine..." quelque chose... les lieders de Gustav Malher “Lieder eines fahrenden Gesellen”, en ce beau matin de juin, ça ravigote !  

Tini 25/06/2008 04:13

Chere Bea, je ne sais rien ajouter de meilleure. Merci, tu n es pas pour rien meilleure amie..Lucia, c est presque impossible d etre nu et de se proteger. les blessures sont programmes a mon avis.....Connais-tu l opera plus court de Mozart? La violette. Cette pauvre fleur (masculin) tombe amoureuse d une bergere jeune et belle. La fille ne la remarque pas elle vient elle chante et elle ecrase la violette et la violette meurt heureuse car c etait la bergere adoree qui la tue. Comme chanson si beau, mais comme attitude dans la vie j amais. La, quel que soit, il faut prendre distance de ce qui n est pas bon pour la sante. les humains sont avantageux contrairement des fleurs, il peuvent prendre la fuite..... Gros gros bisous ( j ai la grippe d ete et ne suis pas responsable de mes actes.....)