Arrêtons, tonton, les petites marionnettes

Publié le 28 Juillet 2008

                                                                "Mes" Cévennes

Ca commence à me prendre la tête... le roman de l'été... lancé par Ladies Room, je me suis prise au jeu et là, j'étouffe. Un blog, c'est fait aussi pour "desabafar" (comme on dit en portugais; ça veut dire... expulser tout l'air emmagasiné, dire tout ce qu'on a sur le coeur, soulager, épancher son coeur, mais aussi décharger sa bile ou sa colère, ben, on n'a pas un mot pour tout ça en français, en portugais on l'a : desabafar).

Je peux vous dire que j'en ai gros sur la patate (ça on l'a pas en portugais... "gros sur la patate"...). Alors, y a May qui propose de vider son sac... je peux vous dire que depuis quelques jours il s'était un peu chargé le mien...

Certains, que je ne vais pas nommer, sur leurs blogs m'ont traitée de "..."; pour ces gens-là, c'est un peu comme dans le film Le dîner de cons : y a les gens très cultivés, très intelligents (ça les rassure de se renvoyer la balle), mais surtout très huppés (d'après leurs blogs, on comprend qu'ils ont le pouvoir... d'achat équivalent à leur mépris)... qui cherchent, pour s'amuser, des "cons", dont ils vont pouvoir se moquer, à loisir, car tel est leur plus grand plaisir (points de suspension), trouvant très très drôle de chercher leurs "champions du monde de la connerie", François Pignon, au secours !

Alors mon sac, merci chère May, tu es mon ange d'un soir... je vais le vider.

Dans mon sac il y a :

1. des points de suspension (il paraît que Sollers en est friand, j'ai pas lu Sollers, moi c'est Tabra qui m'en a donné le goût, et il paraît aussi que j'en abuse..., comme des répétitions, à ce qu'il paraît);
2. des poissons offerts par Tini, ils portent mes clés... ils me rassurent quand je ne sais plus où j'en suis;
3. un plan de randonneuse, pour parcourir Paris, en long, en large, et en travers;
4. des lunettes de soleil, parce que parfois le soleil m'éblouit (et je ne me prends pas pour une célébrité poursuivie par des paparazzi, ma tête, heureusement, n'est pas si enflée);
5. un chéquier, une carte de crédit, un porte-monnaie... ça c'est le point délicat, mon talon d'Achille;
6. un carnet d'adresses, un agenda, pour garder les pieds sur terre;
7. un poudrier, pour faire croire que je suis tout à fait dégagée du temps qui passe;
8. un rouge à lèvres : à mes détracteurs je voudrais dire que je ne suis pas le "vieux boudin" qu'ils voudraient voir en moi;
9. des essences "florame", elles sont "roll-on", on peut les rouler sur le poignet et sentir les bienfaits de l'orange, de la lavande, du romarin, du thym;
10. des crayons, des stylos... pour... écrire et décrire :
11. mes Cévennes : la Bastide Puy Laurent... Notre Dame des Neiges...


Alors, merci encore ma belle May, pour ta belle iday...

Rédigé par Luciamel

Publié dans #blogs et blogueurs

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

May Nat 30/07/2008 14:04

Aoh noooon! quand j'ai lu ta contribution à mon ersatz-de-tag-à-la-noix-en-mieux, j'avais pas bien capté... et pi, là! NOOOON!bon!le première hyène-guêpe ou le premier truc-bidule-mal-léché venus qui font encore des misères à ma tasse de miel, je lui fourre des comms à tout vat pendant des semaines, té!non-obstant le fait que je le conch*ie d'emblée, na!

luciamel 30/07/2008 07:30

@Clarence : cher lion ! la jungle toujours, tu sais... Qui ? Les Pierre Brochant ont tous le même profil, dans "le dîner" il est éditeur, là, c'est du même acabit, journaliste, publicitaire. C'est un phénomène intéressant à analyser, ces "confréries" de la blogosphère, on y croise de drôles d'animaux, parfois des loups en meute, avec leur mâle dominant. Mais tu connais Lucia, l'éléphante, avec ses gros sabots dans le magasin de porcelaine elle fait pas forcément dans la dentelle... heureusement, avec l'expérience, sa peau s'est tannée. Je me reverrais bien un petit épisode de Daktariiiii !

Clarence Boddicker 30/07/2008 00:57

"Certains, que je ne vais pas nommer, sur leurs blogs m'ont traitée de "..."; pour ces gens-là, c'est un peu comme dans le film Le dîner de cons : y a les gens très cultivés, très intelligents (ça les rassure de se renvoyer la balle), mais surtout très huppés (d'après leurs blogs, on comprend qu'ils ont le pouvoir... d'achat équivalent à leur mépris)... qui cherchent, pour s'amuser, des "cons", dont ils vont pouvoir se moquer, à loisir, car tel est leur plus grand plaisir (points de suspension), trouvant très très drôle de chercher leurs "champions du monde de la connerie", François Pignon, au secours !"Qui Lucia ? Qui ? C'est pas moi tout de même ? Parce que Clarence veut les noms de cette odieuse confrérie ! Et il ira leur voler dans les plumes, histoire de nous faire "Justice" !!!!!Clarence, super-héro !