Le bel amant (5)

Publié le 2 Août 2008

Première hypothèse, me dis-je, je suis fou. Deuxième hypothèse, je suis en train de le devenir. Dernière possibilité, ceci me dépasse.

"Je comprends votre surprise", murmura-t-elle, son visage s'éclairant d'un délicat sourire. "Ca fait toujours cette impression la première fois, on se dit qu'on a perdu la raison".

- Pardon ? répondis-je.
- Oui, vous ne savez plus où vous en êtes, que je sois le portrait craché de votre mère, c'est bien à elle que je ressemble, n'est-ce pas ? ça doit profondément vous perturber.
- Mais...
- Je vais vous dire ce que nous attendons de vous.

C'est alors que sous mes yeux elle se métamorphosa en quelque chose d'éthéré, je ne voyais plus vraiment, je percevais plutôt des couleurs, des sensations, une chaleur, un bien-être... c'était peut-être ça le ventre de ma mère... sentis-je.

Je crus m'être assoupi, pourtant autour de moi, la pièce n'avait pas bougé, plus lumineuse, plus vibrante, mais, la même. J'écarquillais les yeux, de nouveau Nani avait repris forme humaine.

- Oui, je vais vous expliquer, pourquoi nous vous avons choisi. Nous devons intervenir, non pas empêcher, car tout doit arriver, mais interférer dans le déroulement du plan orchestré par les dirigeants du pays. Pourquoi nous le devons, je ne peux le révéler, mais comment nous allons procéder, ça oui, je peux vous en informer.

Ma tête tournait un peu, mes jambles flageolaient, je m'étais relevé pour observer par la fenêtre la nouvelle tour "Phare" construite en 2013, avec ses éoliennes tournant à son sommet, sa blancheur, sa forme bombée, comme le ventre d'une femme enceinte, elle était le symbole de "l'architecture organique". Sur la passerelle des hommes et des femmes d'affaires s'affairaient vers leurs bureaux. J'avais rendez-vous avec Judith, à midi, au pied de la tour, on irait déjeuner au restaurant panoramique qui se trouvait au dernier étage pour finaliser le programme de vacances des enfants. Tout se mélangeait dans mon esprit, puis peu à peu, je commençai à ressentir une sensation de légèreté, comme si tout ça, les vacances avec les enfants, les tensions avec Judith, mon travail, ma petite vie, mes frustrations... comme si c'était devenu une aquarelle tracée par la main légère et assurée d'un... ange.

Je me tournai vers elle, ses yeux brillaient d'une sorte de fièvre "froide", calme. De quelle couleur étaient-ils ses yeux ? vert noisette ? gris bleu ? j'allais m'y plonger pour vérifier. Elle les ferma un instant, qui me parut une éternité.



(à suivre)

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Le bel amant

Repost 0
Commenter cet article

lucia mel 22/02/2012 07:39


@Phil : je dirais même plus ;)) http://www.luciamel.com/article-23390598.html (illustration du billet du Bel amant (12), oui, oui, j'avais fait le lien avec Shiva, il y a aussi un Orixa (dans le candomblé)
qui a cette caractéristique, Oshun peut-être

phil 21/02/2012 09:01


Shiva (le dieu hindou bisexuel)


http://fr.wikipedia.org/wiki/Shakti_%28hindouisme%29


dans la religion hindou, toute personne a une bisexualité, shakti est la partie féminine de
l'homme..



luciamel 05/08/2008 07:15

@May Nat team : hommes mûrs et femmes mûres en ces murs, ou ces tours phares, soyez-en sûrs, vos murmures sont ici les bienvenus :-))))@Tini : il y a ici du calembour, de la contrepèterie (quel drôle de mot), du clin d'oeil entre blogs... Ah ben, si les blogs se font des clins d'oeil !!! ;-)

Tini 05/08/2008 02:12

at.may: J´ai du mal à comprendre vraiment ce que tu dis, mais je crois tu devrais peut-etre changer tes lunettes....... N´est pas amitié cela te dis quelque chose, non?

May Nat team 05/08/2008 01:19

tiniak : - quand est-ce qu'on baise ?May Nat : - rhôô, titi! viens ici, allez. 'suffit mainnant.tiniak - tsi hi. bon ben, ciao, la femme mûre qui brille entre ces murs.May Nat : - oui-bon, rrrrhh... kichiou, Lucia.

Tini 03/08/2008 04:14

Woow c´est fait, tu as reussi la quadrature du cercle......Alors  je ne doute pas pour la suite pour laquelle je suis tant curieuse. Bisous belle amie