Le bel amant (7)

Publié le 10 Août 2008





La nuit précédant ce vendredi, il avait très mal dormi. Un rêve récurrent était venu agiter sa psyché; d'habitude, c'était les eaux qui submergeaient Paris, ou une attaque nucléaire, un tremblement de terre... là, ça innovait : il vit une météorite, immense, s'écraser près de la capitale. Dans son rêve, il se dit : "Ah, c'est donc ainsi que des montagnes ont poussé sur Paris". L'inquiétude l'étreignait, comment échapper à cette catastrophe ? il voyait qu'il était déjà parti en vacances au loin, avec ses enfants, quand l'événement survint. Ouf, donc, la météorite avait tout détruit, mais lui était sain et sauf avec ses petits... Il pouvait se réveiller.

De toute la journée (le rendez-vous avec la nouvelle directrice de la communication, qui était-elle vraiment ? une sorte d'hallucination lui avait fait croire qu'elle était un ange, ou son âme... personnifiée), il n'avait réussi à reprendre pied (Judith, son ex-femme, qui l'embobina au point qu'il crut à une intervention divine venue résoudre ses difficultés relationnelles) qu'au moment du dessert.

Il sortit de la tour "Phare", vers 14h30, il avait encore quelques dossiers à régler, avant d'être en vacances ! Ce qui l'agaçait le plus était de ne pouvoir assister le soir-même au lancement de la grande inauguration de la Ville, la Maire l'avait personnellement convié, la présidente de la République serait présente aussi... Oui, il avait beaucoup fait, même de loin, seulement sur les blogs, soit ! il se contentait de faire le "spin doctor" à droite et à gauche, si l'on peut dire... pourtant, dans le sérail on savait qu'il y avait beaucoup contribué à cet extraordinaire projet : après "Paris plages", "Paris montagne". Il faisait partie des hommes de l'ombre, ceux sans qui rien n'aurait pu se concrétiser.

Non, il me l'avait clairement exprimé, il n'était qu'une brindille servant à allumer ce beau feu de joie... Mais, rien ne lui était plus précieux que ses enfants... et il n'avait aucune envie de les mêler à cette mascarade. Il y réfléchissait souvent : quand on a une descendance on peut finalement accepter de s'éteindre sans plus d'atermoiement; pour lui la mort n'était pas une ennemie, juste une rencontre à faire... à désirer même par moments, il lui fallait juste la faire attendre un peu que ses enfants soient... à l'abri. Pourquoi, cette obsession de la mort ? pourquoi ces rêves ? se demandait-il seulement, au petit matin...

Quand il rencontra cette "femme", Nani, il comprit que quelque chose ne tournait plus rond. Soit il devenait fou, soit la terre devenait folle, soit le monde se dressait face à leur projet...

Oui, la France était depuis de nombreuses années championne en "énergie nucléaire"... "civile"... Bruno avait contribué au nouveau projet, lui et son équipe avaient fait pourrir les révoltes nées des blogs, en noyautant tout ce qui se trouvait d'opposition... lui, il avait réussi, personnellement, à infiltrer les réseaux les plus opposés... les ayant dissous, par la technique dite du double langage, des doubles contraintes, savamment orchestrés. Une équipe de techniciens, linguistes, psychologues, sociologues... travaillant quotidiennement à démonter ce que des individus, des réseaux associatifs... essayaient d'élever contre la nouvelle société du bonheur obligé...

Alors, lui qui était à l'origine de tout ça... même s'il n'en était qu'un rouage subalterne... pourquoi voulait-il fuir ? Quel danger planait sur Paris ?

(à suivre)


Rédigé par Luciamel

Publié dans #Le bel amant

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Tini 10/08/2008 22:13

Ca y est la montagne tombe du ciel!Félicitations:) le chapitre 7 est comme toujours trop court...