Euh... misandre ?

Publié le 27 Août 2008

                                                              Image skyrock.com



Non, je ne deviendrai pas misandre. Il y a quelque temps on m'en avait, en effet, qualifiée... Vous ne savez pas ce qu'est misandre ? c'est vrai qu'avant les années 80 ça n'était pas répertorié dans le dictionnaire... Ben oui, pendant des millénaires, les hommes avaient toujours très tranquillement dominé... mais depuis que les femmes se sont accrochées à leur nouvelle liberté durement conquise, certains ont vu naître en eux le souci de défendre leurs droits, se sentant floués, ils veulent même recourir au Conseil Constitutionnel pour que justice leur soit rendue, face à cette nouvelle suprématie féminine... Euh... laquelle de suprématie ? vous faites bien de poser la question... ben figurez-vous, celle de pouvoir se faire faire un enfant, et en plus de pouvoir exiger que le père soit obligé de le reconnaître cet enfant. Ces nouveaux hommes (?) revendiquent le droit à la lâcheté ! ils veulent, comme les femmes, disent-ils, pouvoir refuser leur progéniture, or, si la femme ne l'abandonne pas, elle peut obliger le père (tout comme l'enfant devenu adulte le peut, d'ailleurs) à en assumer la paternité, et ça, ça leur semble inacceptable à ces nouveaux hommes. Je ne reprendrai pas le débat : tout est .  

J'ai bien peur, pourtant, en regardant l'actualité, de m'enfoncer...
J'ai pris, au hasard, la "une" du Monde de ce soir... et là cette omniprésence masculine : tous ceux qui dirigent le monde (et Le Monde aussi...) sont des hommes. On en a marre d'entendre parler de Medvedev, de Poutine, de Sarkozy, de Bush (bon lui, son décompte a commencé), d'Obama, de Mc Cain, de Ben Laden (bon lui on ne sait plus trop où il est...), de Khadafi, bref ! partout des mecs dominent le monde... ça finit par me donner la nausée. Euh... c'est ça être misandre ? Oui, vous allez me dire mais Condoleeza Rice, mais Margaret Thatcher (euh, elle est périmée elle...), Ségolène Royal cette dinde (eh, l'attaquez pas, d'abord c'est ma championne ! le premier qui rigole, je lui décoche une de mes "armes de destruction massive" que normalement on ne s'en relève pas, na !), Martine qui ? ah oui, celle qui aurait pu...


Ah ! Malalai Joya, jeune députée en Afghanistan... libre, socialiste, féministe, osant braver l'Etat islamique, défendant le droit des femmes; n'oublions pas que dans ce pays il n'y a pas que des talibans, ou des soldats français pris en embuscade, parce que leur état-major, si l'on en croit Le canard enchaîné du 27 août, n'a pas fait son boulot correctement.

Oui, elles toutes sont un sursaut, un espoir, oui, je suis féministe ! et pourtant je me méfie de ces autres femmes qui feront tout pour dénigrer leurs semblables (j'en ai fait les frais, moi si quelconque, et je vois ces femmes admirables, elles, qui l'ont payé parfois de leur vie : Benazir Butho, ou de leur carrière : Ségolène Royal, Hillary Clinton, même déroute, cette dernière faisant preuve d'un fair play, et d'une solidarité, dont on ne sait si son adversaire aurait été capable). Photo wikimédia, Malalay Joya en Finlande, 17 nov 2007


Alors, hommes je vous aime... surtout (et je l'ai déjà écrit ici) quand vous êtes un Daniel Baremboïm, que j'admire terriblement, un dalaï-lama, même s'il m'est difficile de percevoir sa banale humanité, ou d'atteindre son idéal (ce soir pourtant, je lis qu'il se voit contraint, pour cause d'épuisement, d'annuler ses voyages, il serait donc bien humain...). Comme homme politique à l'heure actuelle ? en France... j'ai du mal à trouver, mais je suis de parti pris, je le reconnais. Ah si, et je vais encore me faire des amis... Daniel Cohn Bendit, car il pourrait donner un coup de pied dans la fourmilière.

Femmes, je crois en nous. Je sens que de nous peut surgir demain. Il nous faudra les rassurer, leur montrer que le pouvoir que nous prendrons ne les mutilera pas... qu'ils pourront procréer eux aussi (avec mère, comme ils l'ont toujours fait, ou matrice porteuse... même homosexuels ils pourront avoir des enfants, comme les autres!), qu'ils n'auront plus rien à nous envier et pourront nous laisser, nous aussi, nous occuper de la maison Terre.

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0
Commenter cet article

luciamel 28/08/2008 19:27

@Tini : il faudrait seulement partager le "pouvoir", les plus hautes responsabilités :-), non pas diriger le monde à la place des hommes (ça ne serait qu'une nouvelle domination...), mais se battre pour que partout et à tous les niveaux la voix des femmes soit entendue, je note qu'il y a plus de femmes au Parlement afghan (conformémement aux quotas imposés par leur Constitution) qu'en France. On me raillera bien sûr, en me demandant si je voudrais échanger ma condition de Française pour celle d'une Afghane, c'est que, simplement, et comme souvent, on préférera ne pas entendre ce que je veux dire.Un monde sans hommes ? mais pourquoi le fait de demander qu'on laisse les femmes assumer les responsabilités les plus hautes, supposerait-il qu'on élimine les hommes ? C'est encore notre cerveau reptilien qui résiste... C'est ce même cerveau (féminin et masculin) qui au fond de lui n'accorde pas sa confiance aux femmes.Un monde sans hommes serait sans épices... oui ! un monde sans femmes... ne serait pas... tout simplement.:0084:

Tini 28/08/2008 07:03

Moi, j'aime la photo des deux enfants mignonnes, Daniel Barenboim, Sir Simon Rattle, Le monde sous le povoir des femmes fonctionnera peut-etre mieux, mais un monde sans hommes serait un repas sans epices....