Pourquoi les Japonaises pleurent...

Publié le 4 Novembre 2008

Groupe du lundi matin (je suis prof dans une école privée, de français pour étrangers, adultes, cadres sup, souvent très friqués, pour ceux qui n'auraient pas suivi) :

Deux Japonaises, une Chinoise...  (mini-groupe).

Et on se présente, et "que faites-vous dans la vie ?" et "pourquoi étudiez-vous le français ?"... Sauf que, là, on a eu un grain de sable dans le sablier... L'une (japonaise) demande à l'autre (japonaise aussi) : "où habitez-vous ?", l'autre après avoir écarquillé les yeux plusieurs fois lui dit : "Tokyo"... la première ne se démontant pas (jeune, dynamique, arrivant de Nice, où elle avait suivi une formation très intensive de français) : "mais où à Tokyo ? dans quel quartier ?".  C'est là où Mayu s'est défaite... elle a regardé dans le vague, a plusieurs fois froncé les sourcils... impossible de retrouver... où...

La petite (en fait, assez grande) Japonaise, ne comprenant pas bien, insiste, lui donne la liste des quartiers de Tokyo, l'autre pas paniquée s'interroge en direct, non... je ne me souviens plus où j'habite à Tokyo... Je sens un malaise, je demande à Satoko (la plus jeune) de nous dessiner un plan de Tokyo, de nous situer les différents quartiers, l'autre va pouvoir se repérer...

Rien n'y a fait, elle était dans le vague... je leur dis de se parler en japonais, et Satoko me confirme, par traduction, que Mayu a oublié où elle habitait.

Je continue, comme si de rien n'était, Sophia, la Chinoise, qui depuis le début du cours ne s'est nullement démontée, a répondu à toutes les questions, a montré un enthousiasme à toute épreuve... et continue à regarder avec gentillesse et attendrissement Mayu...

Je pose une question : "quel temps fera-t-il cette semaine ?" ou quelque chose d'approchant... et voilà que Satoko fond en larmes... et elle continuera à pleurer pendant les deux heures qui ont suivi... Je ne pouvais plus rien dire, plus rien demander, elle pleurait... à grosses larmes.

A la fin... on a mis Mayu en cours particulier (en fait, on la connaissait déjà à l'école, on avait voulu essayer une fois encore de l'intégrer dans un groupe... sans succès), le lendemain le "groupe" n'aurait plus cet élément perturbateur...

Ce qui m'a étonnée, c'est la réaction de Sophia, si attentive et participative pendant tout le cours quelles qu'aient été les perturbations... Elle a explosé à la fin, quand tout le monde est parti : "Mais qu'est-ce qu'elles ont ces Japonaises à pleurer tout le temps ? je ne comprends pas ça. Moi, si je perds la face, si j'ai honte, j'en profite pour progresser... Elles, elles n'arrêtent pas de pleurer" (elle avait été précédemment dans un groupe où une jeune Japonaise opérée de l'appendicite en France, et dépressive après ça... fondait régulièrement en larmes).
"Je n'arrive pas à les comprendre, c'est incroyable d'être comme ça."

Sophia, une superwoman, une Kill Bill, elle m'étonne. Mayu, finalement, est aussi libre qu'elle. Celle qui n'a rien compris, trop déstabilisée... c'est Satoko : le monde devrait toujours nous rassurer en ressemblant à ce que nous voulons qu'il soit, se dit-elle...

Mais non Satoko, le monde n'est pas ainsi. Et, arrête de pleurer !





André Masson, parce que Sophia m'en a parlé, elle qui est proche de son petit fils, elle a visité les lieux où il a habité, a vu les tableaux qu'il a laissés, qui s'enthousiasme aussi pour cette création, elle s'enthousiasme... un point c'est tout.


Rédigé par Luciamel

Publié dans #les langues : française - portugaise

Repost 0
Commenter cet article

luciamel 15/11/2008 01:34

@Frenchi : je vois qu'il ne manque pas d'âmes secourables pour consoler les femmophobes... en effet, Satoko en plus de fondre en larmes à tout bout de champ, et de se mettre à hurler à l'évocation de la mousse au chocolat, nous a avoué cette phobie. @Clarence : aujourd'hui avec deux nouvelles Japonaises (Naoko et Hiroko) nous avons essayé de comprendre pourquoi les Japonaises parlaient tout doucement (en murmurant presque). On s'est demandé si c'était dû à la respiration, à la politesse, ou à la soumission... elles ont supposé que les Françaises parlaient plus fort parce qu'elles étaient plus libres.Cette semaine personne n'a pleuré, Mayu est retournée chez elle, dans ce quartier de Tokyo dont elle avait oublié le nom, et Satoko semble "calmée". Lucia, libératrice de jeunes Japonaises en pleurs.

Clarence Boddicker 14/11/2008 13:19

En même temps, des japonaises à Paris... Il en fallait bien une pour fuir sa propre vie dans l'archipel, et se permettre d'oublier jusqu'à sa propre adresse. Se confronter aux autres et à leur perception de l'environnement, c'est toujours troublant. Pleure Satoko, pleure, il y en aura encore beaucoup comme ça...Clarence, spécialiste en japonaises

frenchi971 05/11/2008 18:52

ah, si j'avais ete la j'aurais pu consoler la madelaine :-)))))))))))(dsl j'ai pas pu manquer ca)

luciamel 05/11/2008 18:36

@Marie : je suis sensible à ton regard de psychologue :-)))@Tiniak : Internet ou la communication des esprits, merci belle âme pour ta lecture.@Frenchi : euh... ben, si tu veux, c'était un peu ça qui était "comico-dramatique", l'une psychotique et l'autre... un peu névrosée, la troisième jubilant d'observer ce qui pour elle relevait du cas clinique.@Yaëlle : la plus malheureuse n'était pas Mayu, mais Satoko : en effet, l'univers éclaté de Mayu - elle, tout à fait à son aise dans son manque de repères, à aucun moment stressée ou désespérée - a provoqué en elle une panique sans nom... elle ne frissonnait pas mais s'est mise à sangloter deux heures durant...

yaëlle 05/11/2008 11:57

Ca me rappelle le film "lost in translation"...c'est très angoissant de ne plus se souvenir du lieu d'où l'on vient...j'en frissonne à la place de ta petite japonaise!

frenchi971 05/11/2008 00:14

j'ai lu plusieurs fois mais je suis passe a cote semble-t-il.Comment qqun est-il incapable de se rappeler de son quartier?pourquoi l'autre a-t-elle pete un cable?Peut-etre ai-je moi-meme bousille un fusible et c'est pourquoi j'ai rien compris lol

tiniak 04/11/2008 23:15

du jeu des correspondances, distribué par des mains invisibles que rien n'abîme...le thème courant chez les Impromptus Littéraires ?"C'est par où..."zib zoub, "beauté fascinante..."*_ _ _ _ _ _ _ _ _ *Terry GILLIAM, Le Baron de Münchhausen

marie 04/11/2008 21:30

Je suis bien d'accord avec toi. le monde ne ressemble pas toujours à ce qu'on voudrait qu'il soit et finalement c'est bien ainsi parce qu'on ne veut pas que des choses pertinentes...J'aime beaucoup ta manière d'harmoniser la réflexion, l'art... dans le vécu.merci à toi.