Contes, légendes et petites histoires (1)

Publié le 30 Décembre 2008

Atterrissage en douceur. Au départ 16°C, à l'arrivée 0° : même pas froid ! Attente des bagages, un jeune couple franco-portugais (elle portugaise), qu'ils sont mignons ces deux-là à s'embrasser... elle l'enlace avec insistance, je remarque qu'il semble distant (ah, les hommes quand ils se ferment...), puis il se lance dans d'interminables (jusqu'à ce que j'ai récupéré ma valise et m'éloigne d'eux) récriminations : "Non, vraiment, je ne ne les supporte plus, c'est un état d'esprit trop différent. Ce que j'ai subi pendant ces 15 jours, c'est la dernière fois. Et toi, ils te prennent pour leur femme de ménage, ce sont tes parents, mais ils t'ont traitée comme une bonne ! Non, je n'en peux plus, sache-le, je ne pourrai pas l'admettre plus longtemps."

Je vous passe les détails.

C'est vrai que je ne vois pas plus loin que le bout de mon nez, et n'entends pas plus que ne portent mes oreilles. Alors, pardon, si ce que je vais vous conter vous paraît vu par le petit bout de ma lorgnette : qu'y puis-je ?

Au pays où les arbres de Noël ressemblent à ça, où les maisons sont celles où on est née, où les puits ont été creusés par son arrière-grand-père : 

 




 


 

 

Où l'on entend de drôles d'histoires, que, si vous le permettez, je m'en vais vous raconter. Pour ce soir, laissez-moi, simplement, vous en donner le sommaire :

Où l'on se pend sur fond de crise économique; où l'on dit comment se calcule la durée de l'année; où les femmes battues se défendent; où l'on apprend que l'auteure d'Harry Potter a enseigné à Porto et s'y est mariée à un Portugais; où l'on s'initie aux nouveaux horaires de travail imposés par les Espagnols; où l'on prend note de la recette des gâteaux aux haricots; où l'on découvre un auteur anglo-indien; où Lucia nous parle de son arrière grand-mère...

Je vous dis : à demain (peut-être... car c'est la fin de l'année et qu'il me faudrait aller bien la fêter, nous disons : "bonnes sorties et bonnes entrées dans l'année nouvelle").




En attendant, voici par Fado em si bemol, un fado enlevé et relevé... (cliquez, vous ne le regretterez pas).




Photos (c) Luciamel

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Portugal

Repost 0
Commenter cet article

luciamel 01/01/2009 20:57

@Tini : bonne année, comme me le disait un ami aujourd'hui disparu : "bananier" !!!@Noèse : bonne année, et restons à l'écoute de ce qui nous entoure.

noese cogite 31/12/2008 09:54

J'ai aussi cette oreille toujours à l'écoute des gens qui parlent...J'aime écouter et regarder..capter.Bonne année à toi!

Tini 31/12/2008 07:32

Plein de bonnes choses pour l'année 2009, Lucia!