Dieu serait mort, mais le diable est toujours vivant !

Publié le 23 Janvier 2009

Je voulais écrire sur les performers... Hier j'ai assisté à une conférence de mon amie Barbara sur "Le corps en jeu" dans l'art... J'en suis encore tellement bouleversée que je préfère laisser mûrir la chose. C'est presque comme si pour moi il y avait un avant et un après cette approche du fait artistique. Pour vous résumer, il s'agit de la "dinguerie" (absolue et géniale) d'Oleg Kulik, même Télérama l'encense ("Dieu reconnaîtra les chiens"...  dans son supplément "Sortir" de cette semaine), pour annoncer la mise-en-scène de cet "artiste" totalement déjanté au Châtelet, dans "Les Vêpres de la Vierge" de Claudio Monteverdi. C'est d'ores et déjà présenté comme un événement incontournable. Oleg Kulik étant le nec plus ultra de l'avant-garde plasticienne (depuis, il a viré de bord et aujourd'hui, comme Léonard Cohen, lui, l'artiste devenu millionnaire, se serait tourné vers la méditation tibétaine).

 

J'ai aussi retenu la... création... de Marina Abramovitch, une ex-Yougoslave. Je me dis que des deux, d'Oleg ou d'elle... je ne peux décider lequel est le plus... azimuté (au sens positif du terme).

 

Elle est née en 1946, depuis toujours elle performe... en 2004 au Guggenheim, une dizaine d'heures, elle mange un kilo de miel, boit un litre de vin rouge (ça a dû l'aider quand même...), dessine sur son ventre, à la lame de rasoir, une étoile à cinq branches (c'est son obsession), puis s'allonge des heures durant sur une croix de glace, avec une plaque chauffante suspendue au-dessus d'elle, faisant saigner l'étoile. Avant cela, elle s'était copieusement fouettée. Ils disent, se disent... que la démarche est mystique, transcendante. De l'art, je ne peux encore juger... j'ai besoin de digérer.

 

J'en passe certains, des Autrichiens (l'école viennoise des années 50/60 qui me fait furieusement penser à Elfriede Jelinek), dont les créations me semblent si proches des "messes noires" du Moyen Âge, que j'en reste dubitative.


Il n'en demeure pas moins que la démarche de ces artistes au mysticisme flagrant, revendiqué, exacerbé ou exhibé, prenant leur corps pour une toile, leur psyché pour une terre à explorer, tels des dadaïstes révoltés, réveille quelque chose dans nos consciences endormies : c'est leur but je crois.
 

Dieu serait mort, a-t-on dit, le Diable, quant à lui, est toujours bien vivant.

 



Photo : "Adam et Eve", oeuvre de Zoltan Zsako, exposition du 31 janvier au 14 mars, à la galerie Blondel, à Paris.

Rédigé par Luciamel

Publié dans #émotions artistiques

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

luciamel 25/01/2009 20:43

@Tini : ça nous en fait du travail pour février... ;-))

Tini 25/01/2009 16:25

J'essaie le formuler encore une fois: J'ai l'impression que dans notre société on entend plus les sons calmes et pour réveiller et déranger il faut se servir des méthodes assez agressives.....Sur l'art et l'histoire de l'art on pourrait discuter en février si tu as envie???

luciamel 25/01/2009 14:54

je pensais que t'étais fâché, pour quelles raisons... va savoir, et comme dirait Balmolok... (points de suspension) En plus, t'as effacé l'adresse sur ton blog... alors.

simon 25/01/2009 14:49

L'expo, je me tartine rien sur le ventre, mais je devrais peut être, j'ai maigrispourquoi tu passes pas?

luciamel 25/01/2009 14:45

@Simon : tiens Simon, je pensais à toi... à t'envoyer un mail, pour te demander si tu étais fâché... ben, c'est ma copine Barbara, que je voulais te présenter, historienne d'art, qui m'initie à tout ça. Et toi, où, et comment tu vas ? et ton expo ?

simon 25/01/2009 14:42

Lucia, Lucia...tu vas où?

luciamel 25/01/2009 14:38

@Thierry : oh, si tu savais... comme souvent j'enrage de ne pas vivre en pleine cambrousse : juste ouvrir les yeux, la fenêtre, et voir la nature devant soi.@Mtislav : Didier est Dieu ? ou Diable... ma foi, c'est idem, car rien n'existe en dehors de Lui.@Tini : les révolutionnaires, les contestataires, étaient plus les surréalistes, et avant eux les dadaïstes (au sens où les performers l'entendent). Je ne sais si leur démarche est à rapprocher de la délinquance que tu décris, eux ne font qu'agresser (martyriser) leur propre corps... pas celui, ni les biens, d'autrui.

Tini 24/01/2009 20:09

il n'y a peut-être plus ou seulement peu de place pour des œuvres non irritantes dans notre vie. J'ai lu ce matin du jeune homme qui agressait, tuait dans une crèche belge. En retournant ce matin j'ai trouvé mon vélo et les autres détruit. Bon on ne l'a pas volé (peut être un signe positif). Et quand on voit les impressionnistes, on a du mal a croire qu'à l'époque ils ont été refusé.....

mtislav 24/01/2009 15:08

Il y en a qui pensent que Didier Goux est la preuve de son existence.

thierry 24/01/2009 07:11

Loin de Paris , difficile de suivre tout ça, nous qui dans nos provinces n'avons que des miettes . Tu me sais râler. Bises