Entre Ségo et Adjani, y a pas photo

Publié le 26 Février 2009


Elle et lui marchent derrière moi, sur le trottoir. Quand je le peux, c'est avec grand bonheur que je vous vole des bribes de vie. Je les entends, puis je les écoute : 

- C'est une époque où moi ça n'allait pas très bien, j'ai fait une dépression, après une rupture.
- Ah...
- Oui, mon copain de l'époque me trompait, je m'en doutais, alors un soir je lui ai demandé.
- Ah...
- Les hommes c'est comme ça, ça ne dit rien, ça cache...
- Ah bon ?
- Ouais, un jour j'ai voulu en avoir le coeur net, je l'ai mis au pied du mur. Il a reconnu que c'était vrai.

C'est là où j'ai dû m'arrêter devant un magasin, et les laisser me doubler. J'ai vu ce couple se tenant par la main : deux jeunes de 25 ans, qui avaient l'air de deux amoureux.

Les femmes trompées... quel roman ! (oui, je sais... les hommes trompés aussi ça existe, mais là ça devient du "boulevard"). Plus que trompées, pour les femmes, il faudrait dire "trahies".

Suivant l'analyse du complexe de Jocaste (l'équivalent du complexe d'Oedipe au féminin, l'amour d'Oedipe pour sa mère, et réciproquement, leurs enfants, la haine qu'il voue à toutes les autres femmes - les putes... - qui ne pourront jamais supplanter maman, celles qu'il faut trahir, celles qu'il faut éliminer).

Ségolène Royal et Isabelle Adjani (après Uma Thurman et Jennifer Aniston) se sont fait larguer par leur mec. Bon, et alors ? Nous vivons en pleine liberté... à la fois sexuelle et relationnelle. Et Cécilia a bien quitté Nicolas... Soit, même si les façons de "jeter" l'autre tendent à s'uniformiser, elles me semblent encore marquées par des différences d'attitudes de "genre" (comme on dit aujourd'hui).

Madame Royal n'a communiqué (elle dit qu'elle s'est fait voler la photo... hmmm, hmmm) sur sa nouvelle relation qu'après une séparation de plusieurs mois. Isabelle Adjani reste dans le secret (sauf pour crier sa colère devant la muflerie de J.-M. Jarre, prenant en cela exemple sur Uma Thurman) longtemps après la rupture.

Les hommes nous quittent, en nous traitant comme des traînées... alors que peu de temps avant ils nous prenaient pour des Jocastes... Ils nous quittent souvent pour une nouvelle Jocaste... Remarquez comme l'homme ne rompt pas quand il n'a rien d'autre sous la main... Je caricature naturellement. Combien d'hommes seuls, abandonnés, ou simplement en quête de vérité. Et la vérité, tout comme la liberté, se paie généralement au prix fort : la solitude. Combien de femmes, jouant le rôle de maman ? n'étant plus des "individus", mais remplissant juste un rôle... celui qui leur a été attribué... par dame Nature, ou la société.

En quoi Royal et Adjani se distinguent-elles ? elles ont le même âge, l'une très très liftée, l'autre un peu moins... je dirai qu'il n'y a pas photo... l'une d'entre elles semble bien plus "nature".

L'une est engagée et comme insubmersible... je trouve qu'Adjani avec
La journée de la jupe revient au plus haut niveau de celle que l'on a tant admirée dans Camille Claudel, et qu'ainsi elle rejoint l'autre dans son engagement.

Elle est attaquée... mais semble toujours plus épanouie, plus heureuse de vivre (son sourire ces derniers temps, sa force de combat me donne envie de lui apporter, comme par le passé, mon soutien (ici, ou ici, ou )).

Peut-être que si, en fait, il y a photo... car toutes deux sont des femmes de caractère, engagées dans une lutte. Je les défendrai, quoi qu'il en soit, à égalité.




D'autres extraits du film ici... et pour ceux qui, comme moi, n'auraient plus trop les moyens d'aller au cinéma, je signale qu'il passera en avant première sur Arte le vendredi 20 mars.


Photo de Pietragalla ici

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0
Commenter cet article

lucia mel 31/03/2009 00:23

@Jean-mamhoud : merci pour cette visite de fin de soirée (j'allais me coucher). Oui, notre cher Didier a parfois certains emportements que ne renierait pas Madame Adjani... Je l'admire elle, dans Camille Claudel, dans La Reine Margot, dans L'été meurtrier, dans Adèle H., tu me diras (je tutoie les blogueurs... mais si tu veux tu peux me vouvoyer) que c'est le même personnage, le même jeu, à chaque fois... mais ne pourrait-on dire la même chose de tout comédien (à part les Américains, ou Daniel Day Lewis, le père de son fils) ?Le film ne m'a pas non plus semblé génialissime, mais extrêmement percutant, par le jeu des ados, et de Podalydes entre autre, par la perspective adoptée, et le rappel de cette journée de la jupe ("semaine" déjà en vigueur depuis un certain temps dans certaine région de France). Adjani a le courage de se montrer pas forcément à son avantage, ayant grossi, étant mal habillée, assez "nature", pas comme lors de ses interviews télé... elle me semble très crédible en prof de banlieue.Oui, moi aussi j'avais plus fait le lien avec L'esquive (que j'ai beaucoup apprécié), qu'avec Entre les murs (que je n'ai pas vu, et n'ai pas eu envie de voir).Moi, je t'avouerai que je débourse de plus en plus rarement 8 ou 9 euros pour un film... quel qu'il soit (à part Twilight...), j'ai d'autant plus aimé de pouvoir le voir à la télé (de même que La belle personne, sublime film !)Bonne nuit ! et à bientôt ici (où tu es le bienvenu) ou ailleurs.

jean-mamhoud 30/03/2009 23:55

bon, comme vous, euh... tu- as la gentillesse de continuer cette petite discussion ciné, j'ai pris la liberté de m'inviter chez toi parce que c'est vrai, ce monsieur goux, c'est sympa chez lui mais des fois, il s'éprend de boisson et peut devenir un peu pénible (c'est même lui qui le dit)et en plus , ici c'est très joli, très apaisant. merci pour votre, euh, ton invitation.bon je l'ai dit et je le répète; je trouve que ce film est (très) mauvais et adjani pas terrible. les thèmes abordés méritaient mieux mais peut-être est-ce mieux que rien puisqu'au moins on en parle un peu partouttout le monde oppose ce film et le fameux "entre les murs"-que je n'ai pas vu (je suis allergique à françois bégaudeau en core plus qu'aux téléfilms...) mais  à l'émission "le cercle"- ce qui ressemble le plus à une émission de critique de cinéma à la télé depuis longtemps- aurélien ferenczi (télérama)  rappellait un autre film où une prof essayait aussi de donner le gôut du théâtre à des gamins désespérants: "l'esquive" de abdellatif kechicheavec le recul c'était effectivement plutot frais et émouvant. avec des défauts de film français mais quand même.et adjani. en fait, j'aime bien adjani, mais pas au point de débourser 8 euros pour aller la voir au ciné. je trouve que son jeu ne s'est guère renouvellé et encore moins dans "la jupe". la rareté de ses apparitions depuis une dizaine d'années l'a hélas cantonnée/condamnée à de "grands" rôles ou taillés sur mesure pour faire son adjani. that's entertainmentelle aurait gagné à casser cette image, à faire des films d'auteurs, à se planter peut-être mais explorer d'autres registres de son talent. bon, il semblerait qu'elle soit de retour et "en veule"... tant mieux.et en plus, monica bellucci lui ressemble de plus en plus...à très bientôt lucia mel, ici ou ailleurs...

lucia mel 01/03/2009 14:17

@Mélisane : même si ça leur semble mystérieux aux hommes, on a besoin de femmes comme elle pour se connaître soi-même (dans nos : faiblesse, peur, courage, colère, vieillissement et renaissance).@Didier, cher Monsieur Goux : oh, ce n'est pas d'aujourd'hui que l'homme et la femme se trompent, se jettent... se trahissent... un certain Adam et sa première femme, Lilith, déjà se chamaillaient pas mal (par exemple: elle voulait pendant les ébats être dessus, ou, exigeait de contrôler les naissances, elle remettait même en question la parole de Dieu). Pas d'aujourd'hui non plus que les hommes se plaignent à Dieu de l'imperfection de cette furie (Lilith), celle que Dieu avait pourtant faite à son image... ce pourquoi, et écoutant la plainte d'Adam, dans sa grande bonté, IL lui a refilé : Eve (une partie de lui, ça ne pouvait que lui plaire : soumise, douce, silencieuse...).

Didier Goux 01/03/2009 12:12

Cette pauvre Adjani, elle ne ressemble vraiment plus à rien. Son gros avantage, c'est qu'elle ne prétend pas être capable de diriger le pays, c'est toujours ça...Pour le reste (les ruptures, largages et autres "trahisons"), il y a aussi, peut-être, que les hommes se font moins d'illusions sur les femmes que l'nverse (mais je ne suis pas sûr d'avoir raison) et qu'en tout état de cause ils pleurnichent moins. Enfin, je crois...

mélisane 01/03/2009 02:48

Grâce à ta people attitutude, j'ai retrouvé Adjani = merci.Je l'avais oubliée. Pourtant elle m'a tant marqué ! j'oublie ma propre histoire …Oui je vais guetter "la journée de la jupe" parce que l'éducation public en est là, je le pense,  (on veux tuer son chien on dit qu'il a la rage ou … on lui file la rage …)parce que Adjani, dans la bande annonce me fait retrouver et perdre Adjani. En tout cas ne femme qui choisi ce qu'elle veut faire. Un grand merci à elle. 

lucia mel 28/02/2009 12:35

@Mistlav : people... ou populaire, comme dit un de mes étudiants (suisse et fier d'être menuisier...), pour désigner les lecteurs du Parisien : "populaire, c'est-à-dire le peuple normal".@Nina : des femmes au "caractère trempé", comme on me l'a à moi aussi reproché, ça fait peur... à certains hommes. Mais, il est long le chemin, qui nous permet, homme ou une femme, de devenir un jour un humain.@Noèse : le non-dit masculin, le mutisme... que de poèmes on pourrait écrire là-dessus. L'homme de Mars, et la femme de Vénus... c'est grand public et popu., on peut s'en irriter, mais c'est assez juste quand même.

noese cogite 27/02/2009 22:18

Ta loyauté t'honnore.Tout comme toi...je crois que les hommes ne peuvent vivre seul et quittent souvent une femme pour une autre. Ils ne peuvent vivre vraiment seul.C'est p-ê pour cela qu'ils ont tellement de difficluté avec leur émotion...ils ne prennent pas le temps de décompresser entre 2 relations.Je suis dans le non-dit maculin!:) J e vais me faire trucider.

nina de zio peppino 27/02/2009 14:15

Voilà deux filles au caractère de feu. Ça fait fuir les garçons!!!!!!!!!

mtislav 27/02/2009 13:48

Ouai... Note que je n'ai rien contre l'info people.Une sagesse populaire dit : "Il ne faut pas mettre tous ses Oedipes dans le même panier".