Les blogs liquides

Publié le 4 Mars 2009



Etre blogueur c'est... être narcissique, je l'ai dit et redit, petit poucet rêveur qui égrenne des mots, écrivain frustré... ou journaliste en devenir, il se débat. C'est aussi donner... Celui qui fait son blog, avant tout, ouvre ses mains, il se met à nu (c'est facile de le lire, de ne même pas le commenter et de doucement rigoler... - quelle banalité, quel abruti (je laisse le masculin...), franchement il ferait mieux de se taire -  ou de le jalouser, de l'admirer... au mieux).

Il donne de sa personne, de sa vie, de son nombril... (comme le disait si joliment Marie-Georges en faisant une fausse sortie).

Quand il nous quitte, pour de vrai... et ça lui est dur de vraiment s'y tenir, comme les chanteurs en fin de carrière qui nous font le coup de leur tournée d'adieux, il doit s'y reprendre à plusieurs fois... les feux de la rampe... trop dur de s'en séparer.

Alors, décidément... je m'interroge, en voyant disparaître les uns après les autres les blogueurs qui m'ont vue naître...

D'abord
Milla, toujours vivante, soit ! mais un peu en veilleuse quand même.

Puis, Greg, ben plus de lien, puisqu'il a disparu... (il m'avait bien incendiée en partant... De profundis ! et tous mes regrets, mais il officie peut-être ailleurs, incognito...)

Simon Gaetan, il m'inquiète Simon... nous faisant le coup du blog réservé à certains privilégiés... (dont je n'étais pas) puis disparaissant corps et biens...

Et là !!! Mtislav... incompréhensible, incommensurable. Pourquoi ??? autant les autres j'avais pu le pressentir, autant là... je suis sans voix.

Il avait... non, je me refuse à l'imparfait. Il a une voix à la fois douce et insolente, à l'écoute de tous, essayant de les valoriser, par-ci par-là, se mettant très rarement en avant (sa vie privée ? à peine une manif et sa ville de résidence, que savez-vous de lui ?). J'ai cru comprendre qu'il était, ou sa famille, originaire de Venise.  Mais, je ne suis pas une ancienne...

Je n'ose croire... qu'il l'ait vraiment fait, en plus sans prévenir. Disparu.

L'absurde en ce médium, ce truc, le blog... se confirmerait encore plus. Aucun compte à rendre à qui que ce soit, aucun lien social établi, tu disparais sans te justifier... Presque une relation amoureuse des temps modernes... T'envoies juste ta rupture par sms... et honte à celui ou celle qui crierait à la trahison... mais t'es possessive (ça c'est souvent féminin)... t'es pas cool !

Ca me renvoie, naturellement, à mon cher Zygmunt Bauman, souvent cité  :

ici ou

"La question reste ouverte : lequel des deux côtés de la médaille a contribué le plus à faire du réseau électronique et de ses instruments d'entrée et de sortie une monnaie d'interaction humaine si populaire et utilisée avec tant d'avidité ? Est-ce la nouvelle facilité avec laquelle on se connecte ? Ou la nouvelle facilité avec laquelle on rompt la connexion ? (...)

Les contacts demandent moins de temps et d'efforts pour s'y engager, moins de temps et d'efforts pour les briser. La distance ne fait pas obstacle au contact - mais entrer en contact ne fait pas obstacle à l'éloignement. (...)

Contrairement à l'ancienne proximité topographique, [la proximité virtuelle] ne demande pas plus que les liens soient établis à l'avance que de réussir à les établir en conséquence. "Etre connecté" coûte moins qu'"être engagé" - mais c'est également moins productif en termes de construction et d'entretien de liens."

Zygmunt Bauman,
L'amour liquide - De la fragilité des liens entre les hommes (titre original : Liquid Love)

Oui, dans cet ouvrage Bauman se penche surtout sur les relations affectives entre... les humains... (homme-femme, ou autre).

Je cite (la 4e de couverture) :

 

"Le monde liquide de la modernité triomphante est celui de la liberté, de la flexibilité, mais aussi de l'insécurité. Bauman s'interroge sur ces relations humaines où l'on jauge, évalue, choisit, jette, où l'on passe des contrats et des deals temporaires : tu me plais-tu ne me plais plus; je te prends-je te quitte. Je refais ma vie. Les couples se composent, se décomposent, et se recomposent ou bien ils vivent "semi-attachés". Les relations durables ont été "liquidées" au profit de liaisons flexibles, de connexions temporaires et de réseaux qui ne cessent de se modifier, aussi bien sur les plans sexuel et affectif qu'au niveau du voisinage, de la ville et finalement de la société tout entière."

Je vous incite à le lire, encore une fois.



Photo (c) Luciamel. Pardon, si je n'ai pas actualisé...

Rédigé par Luciamel

Publié dans #blogs et blogueurs

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lucia mel 23/03/2009 19:56

@Kfigaro : ah, ben voilà, c'était donc ça : je suis très web 2.0... merci, pour l'info.

kfigaro 23/03/2009 09:06

Non, les forums sont plus anciens et découlent directement de Usenet, une autre technologie Web 1.0 et un peu passée de mode...

lucia mel 22/03/2009 23:32

@Kfig : c'est bien ce qu'il m'avait semblé. Bon, Kommandant Che... merci de ton passage par chez moi, et continue à t'arrêter dans les parages ! j'irai aussi bientôt sur le forum... j'ai du mal... va savoir pourquoi (c'est aussi du web 2.0, les forums ?).

kfig 22/03/2009 17:15

Ici le vouvoiement (voulue de ma part) est juste une "barrière", elle instaure une distance me "protégeant" de Dorham et permettant justement une communication peut être plus simple car moins conflictuelle (et ça marche car je trouve que la communication passe bien mieux ainsi du moins dans le cas de 2 personnalités un peu opposées comme nous deux !), pour nous deux c'est différent, visiblement nous sommes à peu près sur la même longueur d'onde (en matière de livres, d'astrologie, socio et chansons lusophones même si j'accroche un peu moins au fado que toi), mais c'est exceptionnel car d'habitude je préfère également le tutoiement...sinon le web 1.0 c'était le web d'avant les blogs, les sites de vidéos en streaming, le RSS, etc... plus simplement c'est le web où l'on trouvait d'un côté des sites persos (sans possibilité de commenter) et de l'autre les sites "pros" mais presque rien au milieu. Pour le K de mon pseudo, c'est un peu compliqué à expliquer, en réalité mon pseudo est une contraction de "Kommandant Figaro", une suite de mots étranges que j'avais cru entendre dans les choeurs du couplet le chanson "Pink Orange Red" (Cocteau Twins), rien à voir avec la pièce de théâtre et encore moins avec le journal ! ;)

lucia mel 22/03/2009 12:56

@Kfig : j'ai tout lu ;-) et ben, ma foi, merci... pour toutes ces précisions, voilà l'intérêt du web 2.0 (c'est quoi le 1.0 ?) : des dialogues, impossibles autrement, peuvent y avoir lieu.Sinon, pourquoi tu le vouvoies maintenant Dorham ? ça me rappelle Didier... mais lui vouvoie tout le monde (systématiquement).Votre différence d'âge à Dorham et toi... moi la mamie des blogs, ça me fait sourire : un bout de génération, dis-tu, pour 5 ans ? ouïe, ouïe, ouïe... et pour 10 ou 15 ans de différence ? ça fait une époque ?

kfig 22/03/2009 00:39

@Dorham :Je crois en fait que tu as une approche fausse du jazz. cette approche, je l'ai rencontré chez nombre de personnes.Non, je n'aime pas le jazz apprécié par les puristes, c'est tout ! là du coup, c'est moi qui devient moins "rhétorique", je ne cherche plus vraiment à expliquer, bien que je sache en réalité ce qui me déplaît là dedans : la confusion mélodique, l'ultra rapidité des boeufs et généralement la virtuosité un peu "outrée" ou "too-much" des musiciens, le rythme et le discours ("bavardage") qui prime souvent sur tous le reste, etc... j'arrête parce que pour un fan de jazz, ces mots sonnent forcement comme des paroles hérétiques, des blasphèmes d'un inculte (voire d'un pauvre con ! ;)) qui n'a décidément absolument rien compris. Alors oui, effectivement le jazz et moi ça fait deux, mais attention j'ai écouté attentivement les "grands disques" et parfois plusieurs fois (car je suis curieux et je pense être de "bonne volonté") et bien souvent ça ne m'a fait ni chaud ni froid. Ah si j'adore ce que fait un Michel Portal (sans doute parce qu'il est éclectique), j'aime bien Gil Evans (son travail avec Miles Davis), le disque de Michael Brecker "Cityscape" (jazz symphonique), l'album "Focus" de Stan Getz, certains titres symphoniques d'Ornette Coleman, les disques planants et avec harpe de la femme de Coltrane (Alice Coltrane) et un titre isolé comme "Man of words" de Booker Little que je trouve réellement très beau car très lisible et épuré, très accessible aussi car de forme assez classique finalement... en fait, ce que je ne supporte pas chez le jazz, c'est la confusion, le côté anarchique, et constamment imprévisible ! c'est justement ce qui m'horripile car j'ai au contraire besoin d'une forme la plus "lisible" possible pour qu'il y est "échappée" et créativité, et je retrouve ça dans le rock : la forme est très basique, très structurée mais on trouve quand même des surprises. De plus, je suis très attaché aux "couleurs" (et le rock - surtout à partir des années 60 et 70 - est souvent plein de couleurs, de sons étonnants) et je ne me retrouve absolument pas dans une musique essentiellement basée sur les cuivres (dont assez homogène au niveau des "coloris", ce n'est d'ailleurs pas un hasard s'il est plus aisé d'écrire pour un orchestre de sax qu'avec un orchestre de bois classique, pour qui l'écriture est nettement plus rude ! je pense notamment au basson et au hautbois pas facile à doser du tout), c'est aussi pour ça que l'écriture d'un Gil Evans m'intéresse car entendre une harpe et des bois classiques au milieu d'un orchestre jazz classique m'enchante véritablement... en réalité, si j'ai besoin de rythme, j'écoute du rock, car je pense en revanche être un "bon auditeur" de rock, je sais l'écouter avec les "bons" critères (au contraire de ma femme à l'éthos trop "classique" sans doute), mais pour le jazz, je suis désespérément un "mauvais" auditeur, ça ne me "parle" pas, je n'arrive pas à prendre le bon "bout" (d'ailleurs je ne trouve même pas de bout du tout !). Pourtant, mon spectre est assez large : j'aime autant la musique classique atonale que la bossa, autant le rock d'avant garde que le tango, etc... mais le jazz pur et dur (cad les "grands disques" régulièrement conseillés aux débutants), non...@Dorham :Il y a sans doute des choses que je ne dis pas, parce que je sais aussi ce qu'est le web 2.0 ! A ce niveau là, on a aussi en commun d'avoir morflé, donc j'avance prudemment, j'évite de dire certaines choses. J'essaie néanmoins de garder suffisamment d'assurance dans mes propos, quitte de temps en temps, à me faire reprendre de volée par un mécontent de passage : avec qui je prends toujours le temps de dialoguer (on fait plus sectaire).pour ça c'est vrai que nous sommes sans doute plus proches en effet, ça fait un moment que je m'interroge sur le web 2.0 et puis je travaille plus ou moins dans l'informatique, ça aide aussi.

kfig 22/03/2009 00:39

Merci pour la confession par rapport à l'âge, pour ma part j'en ai bientôt 40, nous avons une toute petite différence de génération (petite c'est vrai mais suffisante peut être).@Dorham :Laissons de coté l'accusation portée contre moi? Le snobisme, c'est d'abord la mise sur piédestal d'une culture ou d'un art que l'on feint d'apprécier. On ne l'aime que parce qu'elle vous refile un pedigree. C'est pour cela que ton accusation me chagrine. Car cette musique, je l'aime bien trop pour qu'elle soit un alibi. C'est ce que je veux dire en parlant de procès en sincérité.OK, vu comme ça, c'est tout à fait défendable, je préfère effectivement une telle approche.@Dorham :Deuxièmement, le snob, il me semble se garde cette culture là pour créer une caste (je préfère cela à élite, car il ne me semble pas possible de nier qu'il existe des choses supérieures et d'autres plus triviales). Il déteste partager. Or, le partage a toujours été mon credo, je n'ai jamais cessé de parler de cette musique a tous les gens que j'ai rencontrés. Bien des gens apprécient de me lire parce que je ne parle pas de jazz en musicologue et que bien souvent, j'utilise le biais biographique (ce qui permet d'inclure nombre de gens, même ceux qui n'ont jamais écouté de jazz ou en ont une vision faussée) pour aussi redonner ses couleurs d'antan à une musique qui est avant tout une musique de la résistance[...] sur ce point, tu refuses de répondre, rentrer dans le détail de la vérité historique du jazz a l'air de te déranger, tu préfères rester dans l'abstraction, je te comprends, quand on maîtrise mal un sujet...c'est évident que n'étant pas du tout passionné de jazz (ce qui ne veut pas dire que je n'en écoute jamais, ça m'arrive d'apprécier le jazz planant, le très vieux jazz ou le jazz dit "symphonique"), je ne peux absolument lutter sur un terrain que vous maîtrisez mille fois mieux que moi, impossible non plus de lutter avec un érudit dans ce domaine quand on ne connaît qu'une dizaine de disques tout au plus. Mais je comprend que vous cherchiez à m'attirer sur votre terrain, personnellement je ne fais pas autrement avec les musiques que j'adore le plus.La grande différence entre vous et moi, et ce dont j'ai tant de mal à vous expliquer est surtout lié à des différences fondamentales de "statut" entre ces 2 (ou 3) musiques. Dans le cas du jazz, le "partage" est facilité par le fait que "l'auditeur-récepteur", même si il est au départ méfiant (car le jazz est tout sauf une musique "facile" d'accès), perçoit instinctivement - ou plutôt ressent de façon tacite et implicite-  qu'il est en face d'une musique ultra raffinée, sophistiquée, en un mot "aristocratique" et que céder à l'enthousiasme de "l'auditeur-émetteur" (cad vous !) peut être à la fois gratifiant sur le plan social (la fameuse "distinction" de Bourdieu) et sur le plan relationnel puisqu'il aura encore plus d'atomes crochus avec son initiateur.Dans l'autre cas, la "chanson" n'est pas du tout la même puisque "l'auditeur-récepteur" (qui peut être "légitimiste" voire misérabiliste et là le combat est clairement perdu d'avance, c'est d'ailleurs ce que j'ai expliqué par e-mail à l'auteur B.Ricard dont je vous parlé avant) sait qu'il n'a rien à "gagner" à apprécier une musique à la fois peu apprécié par la masse (hé oui, la "vraie" bossa n'a rien d'une "musique populaire" et la musique de film non plus, en dehors de quelques titres bien sur comme les BOs des films de Tarantino ou la fille d'Ipanema) et surtout peu estimée par l'élite, du moins en France.Et puis, vous sous-estimez totalement la force des "a-prioris", la force de "l'image sociale" qui colle ou non à telle ou telle musique, il est clair que le jazz, musique objectivement et symboliquement connotée "bourgeoise" (même si ses origines afros et "dominées" sont toute autre ! nous sommes d'accord ! je parle de son image ACTUELLE !) dégagera de toute façon plus "d'aura", sera plus "chic"  et "prestigieuse" que n'importe quelle bossa, y compris les plus bouleversantes (je pense à Leão, Regina, Edu Lobo ou Joyce). Allez, un exemple idiot et facile à comprendre : même pour n'importe quel pauvre, une jaguar ou une mercedes aura plus "d'allure" qu'une bagnole d'apparence chic mais par trop "exotique" pour qu'on puisse la comprendre et l'intégrer véritablement, on peut faire la même chose pour les vins, pour presque n'importe quoi en fait, il s'agit là encore du fameux "marché des biens symboliques" qui tire justement sa force de son invisibilité ! mais je comprend que pour un autodidacte (et j'en suis un aussi d'ailleurs), cette idée puisse choquer, qu'on la prenne pour une absence de liberté alors que pourtant ça explique aisément votre absence d'échec (en matière de partage "jazz -> auditeur non fan de jazz au départ") et mes échecs répétés, ce n'est pas seulement imputable à moi, je pense être quelqu'un de bavard et d'ouvert, du moins quand je me sens en sécurité, cet échec tient essentiellement à la représentation sociale de la musique en question (ou à l'idée qu'on en a)...Pour résumer, on ne peut pas réellement comparer des musiques aussi différentes sur le plan du statut, c'est justement ça qui nous différencient, moi je suis du "mauvais" côté et vous du "bon", même si vous avez certes des efforts à faire pour défendre cette musique, elle n'a en réalité plus besoin d'être réellement défendu ! car ça fait belle lurette que les dieux du jazz (Coltrane et compagnie...) font partie de l'Olympe de la musique savante occidentale et sont reconnus par tous (Adorno excepté ! mais y'a prescription ! ;) et puis il n'y connaissait sûrement pas grand chose...). Contrairement aux apparences, Jobim est loin d'avoir encore le statut d'un Coltrane, Edu Lobo non plus, Nara Leão non plus, Elis Regina non plus, etc... et ne parlons pas de la musique de film française !, Delerue a été méprisé par les élites toute sa vie (il y a plusieurs livres là dessus dont un écrit par François Porcile), un Philippe Sarde n'a jamais réellement conquis le coeurs des mélomanes classiques (à part les plus tolérants), s'en parler de personnalités franchement peu commentées voire presque inconnues et dont la mort est passé inaperçue, je pense à Michel Colombier (auteur d'une bouleversante "Chambre en ville"), un musicien incroyablement raffiné et sensible. Lui non plus n'a pas l'aura d'un Coltrane ! ce sont des gens comme ça que j'ai envie de défendre et non ce n'est pas par snobisme pour le rare et le méconnu ! c'est un combat comparable à celui que les fans de bebop pratiquait dans les années 40 avant que le jazz ne se danse plus, et devienne une musique d'une sophistication telle qu'elle devenait digne d'appartenir à "l'élite" et donc acquérait défitivement le statut de musique "légitime" (ou "dominante").

Dorham 21/03/2009 22:33

Soyons clairs, j'ai 33 ans...

Dorham 21/03/2009 22:02

Allons, va pour le mécanisme de défense.Juste une chose : un blog n'est pas "soi". Un blog est soit une distorsion de soi (ce n'est pas mon cas), soit une part de soi (là, c'est mon cas). Heureusement qu'on y est pas limité. Comme je suis de nature plutôt pudique, il y a plein de choses que je garde par devers moi...Laissons de coté l'accusation portée contre moi? Le snobisme, c'est d'abord la mise sur piédestal d'une culture ou d'un art que l'on feint d'apprécier. On ne l'aime que parce qu'elle vous refile un pedigree. C'est pour cela que ton accusation me chagrine. Car cette musique, je l'aime bien trop pour qu'elle soit un alibi. C'est ce que je veux dire en parlant de procès en sincérité.Deuxièmement, le snob, il me semble se garde cette culture là pour créer une caste (je préfère cela à élite, car il ne me semble pas possible de nier qu'il existe des choses supérieures et d'autres plus triviales). Il déteste partager. Or, le partage a toujours été mon credo, je n'ai jamais cessé de parler de cette musique a tous les gens que j'ai rencontrés. Bien des gens apprécient de me lire parce que je ne parle pas de jazz en musicologue et que bien souvent, j'utilise le biais biographique (ce qui permet d'inclure nombre de gens, même ceux qui n'ont jamais écouté de jazz ou en ont une vision faussée) pour aussi redonner ses couleurs d'antan à une musique qui est avant tout une musique de la résistance (à ce sujet, tu te trompes sur le virage pris par le jazz, le jazz commence à se "sophistiquer" avec les jazzmen blancs et le cool jazz, qui notamment, travaillent sur Bach (approximativement fin des années 40 (20 ans avant Trane))... dois-je dire que je n'apprécie pas du tout ce courant là et que je préfère de très loin, le hard bop, musique excessivement plus simple : sur ce point, tu refuses de répondre, rentrer dans le détail de la vérité historique du jazz a l'air de te déranger, tu préfères rester dans l'abstraction, je te comprends, quand on maîtrise mal un sujet...).Donc élitiste, peut-être, va pour ça, sur le fait que j'adopte envers l'art une forme d'exigence (je pense tout à fait que la bossa respecte ses formes d'exigence, mais aussi à peu près toutes les formes de musique, tant qu'elles restent guidées par une certaine sincérité, une certaine volonté de faire avancer le schmilblick)). (qui oserait dire par exemple que Jobim n'est pas un compositeur de très grande importance ? Pas moi, vois-tu)Tu vois que nous avons un point en commun, je déteste pareillement les inrocks, mais je persiste pour dire qu'ils adorent découvrir le truc improbable, le truc rare, en idée comme en art. Ils aiment se distinguer.Je crois en fait que tu as une approche fausse du jazz. cette approche, je l'ai rencontré chez nombre de personnes. La plupart, j'ai toujours réussi à leur démontrer qu'ils pouvaient apprécier le jazz sans être une bible de connaissances musicologiques. A ce jeu là, je n'ai jamais échoué. Même chez une fondue de bossa comme mon épouse.Il y a sans doute des choses que je ne dis pas, parce que je sais aussi ce qu'est le web 2.0 ! A ce niveau là, on a aussi en commun d'avoir morflé, donc j'avance prudemment, j'évite de dire certaines choses. J'essaie néanmoins de garder suffisamment d'assurance dans mes propos, quitte de temps en temps, à me faire reprendre de volée par un mécontent de passage : avec qui je prends toujours le temps de dialoguer (on fait plus sectaire). 

lucia mel 21/03/2009 21:54

@Kfigaro : j'ai moi aussi eu des rencontres pas très heureuses de blogueurs... mais aussi d'autres merveilleuses, alors... Pour ce qui est de l'âge (comme du reste d'ailleurs) je crois que vous avez le même (à l'approche de la quarantaine... mais vous en faites pas les gars, il paraît que ça repart du tonnerre de Dieu à 52 ans). Surtout dis quand tu passes sur Paris, ça pourrait être sympa d'organiser une soirée : "blogs en vrai"... dans un café, autre que la "République des blogs"... qui ne veut qu'instaurer un nouveau pouvoir (à mon avis, mais je vais essayer d'y faire un saut la prochaine fois).