Y avait même pas Clooney

Publié le 15 Mars 2009

Tiens, aujourd'hui c'est (c'était ?) mon anniversaire, comme disait Tadeusz Kantor  (tu avais travaillé sur son spectacle à Beaubourg). Drôle de journée. Entre un camion de pompiers et une ambulance.



Juste avant d'embarquer, un petit coup d'oeil au ciel histoire de ne pas oublier qu'aujourd'hui il faisait beau, pour mon anniversaire.



Oh, on en voit de toutes les couleurs, l'humanité est plus dense ici, car l'humain n'est plus dans les faux semblants. Entre 15h et 0h, on a le temps d'observer le personnel hospitalier, un drôle de ballet, fait de drague (surtout avec l'équipe de nuit), on sent que de côtoyer la douleur, la maladie, la mort, ça éveille l'instinct de vie (pour ne pas dire sexuel). Puis, à partir de 23h, ce sont plutôt les alcoolos qui débarquent, alors ça chahute, ces messieurs-dames de la police leur servant même d'escorte.



On entend crier, raler, péter les plombs. On voit des regards si profonds, de ceux qui semblent passés à une autre dimension, dans cette salle commune, familière maintenant... Tiens, ils ont repeint les murs, ces bandes de bleu marine, c'est plus seyant, ça donne envie de prendre le large.

Après 8h d'attente, on t'a enfin recousu les genoux, l'infirmier avait noté : "plaies très profondes aux genous", j'ai bien vu qu'il avait hésité (hibou, chou, caillou...), mais... finalement il a opté pour le "s", quand je te l'ai dit ça t'a fait rire.

 


A minuit les ambulanciers t'ont raccompagnée chez toi (ben non on ne garde plus les gens comme vous, au pire on les laisse sur des brancards, nous a dit l'infirmier, c'est la nouvelle politique hospitalière, celle des économies). Tu es immobilisée, les jambes dans des attelles, tu devras faire pipi sur toi, les internes dans leur salle d'internes... ont bien rigolé quand j'ai demandé comment tu pouvais aller aux toilettes, ils ont fait une sorte de danse de sioux (tiens, il faut un "x" même au singulier), ben oui, garder les jambes bien raides, et ils tournaient...

Après, ils sont venus m'expliquer qu'il faudrait faire au mieux... les jambes toujours droites pour s'asseoir sur la lunette. Toi, tu as dit que tu les arracherais les attelles... les points de souture vont sauter, ça va s'infecter... ai-je protesté.

Et, déception suprême, je n'ai même pas vu Georges Clooney...

Rédigé par Luciamel

Publié dans #métro - voyages

Repost 0
Commenter cet article

noese cogite 20/03/2009 13:50

Bonne fête!Heureuse que ce ne soit pas toi qui fut blessée:)

lucia mel 16/03/2009 21:03

@Tini : non, ma mère ne savait pas... je l'appelais pour ça, pour lui dire que sa fille était à l'hôpital. Anniversaires... de naissance, de mort... de divorce, de mariage, de trahison, de jubilation... de guerre... Qu'y a-t-il de plus sot que les anniversaires ?

Tini 16/03/2009 20:30

Parfois nous vivons non seulement une autre pays, mais une autre planete: l'anniversaire de quelqu'un qui me vaut beaucoup est très important pour moi ( je ne peux pas sortir de ma peau et je ne le veux pas. Embrasse E. Je suis triste pour ce qu'elle vit répètitivement avec les hôpiteaux..... Ta mère l'ha du oublié à cause de cela, je crois.....

lucia mel 16/03/2009 19:35

@Tini : mais quelle est donc cette inquiétude d'avoir laissé passer ce jour si peu important, à part pour moi et pour ma mère ? et pourtant elle aussi elle l'avait oublié... c'est moi qui ai dû lui rappeler avant qu'elle ne raccroche "euh, pendant qu'on y est, tu peux me souhaiter bon anniversaire, ça t'évitera d'avoir à repayer une communication". Je n'en ai parlé que parce que ça m'a semblé cocace : passer sa journée d'anniversaire aux urgences, à aider quelqu'un qu'on aime du fond du coeur à traverser un très mauvais moment, à observer et à aimer ces êtres si profondément humains : les blessés, les malades, les en sursis. Finalement, E. a raison quand elle me dit : tu vois, moi je t'ai fait comme cadeau d'anniversaire : les urgences. Je lui ai répété : oui, super, mais t'as oublié Clooney !@Béatrice : bienvenue au club chère soeur.@Thierry : nous sommes dans une logique administrative et chiffrée de l'humain, comme dirait Bashung : l'humain en mourira peut-être.

thierry nogier 16/03/2009 18:24

A tout vouloir rentabiliser, un jour ils s'appercevrons que les humains de + de 40 ans ne le sont pas et alors là ??Soleil vert

Tini 16/03/2009 16:36

 il a trop domi cet ange! Il a manque ton anniversaire. Pardonne-moi, Lucia........ Mes meilleures voeux pour lon nouvelle année. Tu devrais le fêter après Paques. BISOUS

beatrice 16/03/2009 09:47

What's up, sister ?

Tini 16/03/2009 07:25

Pardon, ma belle, mais je l'ai mal noté dans ma mémoire. Je croyais il était demain ton anniversaire.......Désolée. Bonne Journée et félicitations en peu en retard mais de tout mon coeur!!