Dans 10 ans, nous ne volerons plus

Publié le 7 Avril 2009

Exercice sur le futur simple. Dans 10 ans : vos prévisions. Je serai chercheuse dans un laboratoire. J'aurai fini mes études (le futur antérieur nous a pris un petit moment). Je serai une graphiste célèbre. Les pigeons ne voleront plus car ils auront trop mangé (encore le futur antérieur). Les voitures voleront.

 

Hypothèses sur le futur à partir des prévisions. Si tu es chercheuse dans un laboratoire, tu gagneras beaucoup d'argent, mais pas en France... Si tu as fini tes études, tu pourras travailler en France (très difficile à comprendre le SI + passé composé, pour une hypothèse possible sur le futur... faire conceptualiser comment le futur antérieur, le passé du futur, devient un passé composé...). Si tu n'es pas une graphiste célèbre tu resteras en France. Si les pigeons ne volent plus, on en créera d'autres. Si les voitures volent, elles ne seront plus des voitures mais des avions.

 

Interruption. C'est l'AG, c'est maintenant qu'on peut voter ! pour le blocage de l'Université, la poursuite de la grève, il faut descendre maintenant avec les cartes d'étudiant.

 

Petit tour de table : vous voulez y aller ? Oui ! à la majorité. Bon, on laisse tout en plan. Et voici le groupe de Chinois, Indonésiens, Sud-Américains, Russes, Japonais, Indiens, en route vers les amphis de Paris 3. Eux, sont tous contre le blocage...

 

Les votes ont commencé répartis sur deux amphis. Super organisation. J'ai cru rajeunir de... quelques années en voyant ces jeunes mobilisés, ces profs engagés (moi, je ne le pourrais pas, dans une école privée... faut pas rêver), à débattre de l'avenir, de leur destin, à le voter...

 

16 motions, la première : "la poursuite de la grève". Le "pour", le "contre", l'explication de la motion. Puis, le vote à main levée, avec carte d'étudiant à la main, on fait le décompte (avec un "compteur" par zone) quand il y a litige. Il m'a fallu ensuite leur expliquer à mes étudiants étrangers (pour la grande majorité "communistes"...) ce que signifiait "abstention" et "ne prend pas part au vote" (NPPV), comment on les comptabilisait différemment.

 

La motion "blocage" de l'université, à reconduire ou non, après les vacances de Pâques... était le dernier point (ben oui, ils ne sont pas stupides les syndicats, arrivée massive à l'AG juste pour voter cette motion-là... ils l'ont mise en dernier, histoire de décourager les moins motivés).

 

Donc, je vous l'annonce, la grève, le blocage, le contre-sommet de Louvins : tout a été adopté.

 

Mes étudiants chinois (on a un peu discuté après) ont été choqués. Comment peut-on être aussi... légers ? j'ai senti que tout ça leur semblait plus que chaotique, anarchique... ils n'ont pas été sensibles au souci de démocratie... on vote, on explique, on discute, on s'oppose, ils ont seulement vu qu'ainsi certains empêchaient d'autres de se rendre en cours, de travailler à leurs examens, tous des conservateurs ces Chinois (?) il faudra que je leur dise que les syndicats les plus radicaux sont communistes... Les Japonais ont ri : c'est bien français, cette culture du conflit.

 

A Paris 3 aussi, c'était le printemps.








Photos (c) Luciamel, ce jour à Paris 3.

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0
Commenter cet article

lucia mel 12/04/2009 20:13

@Yane : oui, ils ont leur carte d'étudiant, oui, ils ont participé au vote, oui, pour la plupart ils viennent d'un pays communiste, ou ex-communiste... Ma surprise fut de voir leur réaction plutôt "conservatrice" face au mouvement, ils voulaient seulement une chose : que le "blocage" s'arrête, alors qu'eux ne sont pas particulièrement touchés par les blocages (on laisse passer les étudiants de FLE, français langue étrangère, vu qu'ils paient leurs cours... et sont tenus par la préfecture à être assidus). Ils ont du mal à comprendre qu'on soit si contestataire...J'ai découvert avec eux ce lieu de "démocratie", cette AG dont l'organisation m'a impressionnée, cette prise de risque, cette révolte étudiante... eux si déterminés. J'ai essayé de leur expliquer, ils étaient a priori choqués par tant de liberté. Pourtant tous réagissent au danger de l'expulsion, tous se sentent en danger.Je généralise... car certains sont très proches du mouvement étudiant (des sud-américains, journaliste et profs dans leur pays).

yane 12/04/2009 19:45

je n'avais jamais pensé à cette situation : des étudiants étrangers dans une ag parisienne : ça devait être vraiment interressant à observer !En tant qu'étudiants privés, ont-ils leur carte d'étudiant ? ont-ils partcipé au vote ? 

lucia mel 09/04/2009 21:18

@Noèse : certains disent qu'il s'agit de la culture française... la culture du printemps, mai, mai, mai... mai Paris.

noese cogite 09/04/2009 17:47

Très culturel comme réflexion,,,,la gréve,Mais j'aime les fleurs roses:)