Précocement raté

Publié le 18 Mai 2009

Ce qui est raté est souvent ce qui est mal arrivé... ce qui est décalé. Trop tôt ou trop tard. Et pourtant le raté nous dit tant de choses... Le gâteau par exemple. Vous y avez mis les mêmes ingrédients, le même temps, le même désir du plaisir anticipé. Pourtant, que fut-ce ? un coup de fil un peu trop long, l'inattention d'un instant, vous avez détourné le regard, dit un mot qu'il ne fallait pas, et pas vu dans le regard de l'autre, pas entendu dans sa voix, le dégoût qui pourtant était là. Alors, le gâteau s'est ratatiné. Le chocolat, les oeufs, le beurre... le sucre, la farine se sont agglutinés.

De ça nous ne devons rien regretter. Le raté a le goût de l'espéré, le goût du possible, du renouvelé.

A tous ceux qui ont raté leur bac, leur mariage, leur... vie... je dis : quelle chance vous avez, votre échec est un océan de liberté, votre "invincible defeat" est l'immensité du destin; c'est ça le fado.

Ne l'oublions pas le désespéré est libre. Le raté... aussi. Car ils font face à l'inespéré.

Et elle aussi, je l'ai ratée... c'était le jeudi 14 mai à la Cigale... c'est près de chez toi, ma petite soeur, que j'en ai vu l'annonce, hier... regarde, je l'écoute quand même.




Rédigé par Luciamel

Publié dans #Portugal

Repost 0
Commenter cet article

lucia+mel 29/05/2009 01:44

Carole,le fado n'est pas triste, le fado est le fado... (comme dirait Cantona). Merci d'être venue, merci à l'oiseau. Pas de vraie joie sans fado.

carole 28/05/2009 09:57

Alors c'est pour cela que j'aime le Fado ? je ne savais pas. Merci pour ces paroles qui me consolent  ! C'est joyeux de trouver des AFFINITES. Je suis contente d'être passée, grâce à BlueBird.

lucia+mel 24/05/2009 14:11

Jeffanne, Jeff, Anne...je savais déjà que nous avions quelques affinités, heureuse que tu sois venue jusqu'ici, et que mon univers t'ait chanté... une musique ô combien précieuse pour moi. A bientôt, ici ou ailleurs :-)))

Jeffanne 23/05/2009 15:43

merci infiniment...tout ce que j'aime...

lucia+mel 21/05/2009 15:30

Balmeyer,merci...

balmeyer 19/05/2009 19:25

Super article, vraiment. Le raté, l'infime, ce qui passe à travers, c'est très juste et dit  simplement, avec force. Ca me touche. Bravo.

lucia+mel 19/05/2009 18:23

Noèse (suite),oui, accepter de perdre... et donner au monde, autour de soi, la joie d'être là, dire aux autres le bien que leur présence (existence) nous fait, seul remède à notre humaine impermanence. Merci à toi, d'être là.

lucia+mel 19/05/2009 18:19

Tini,même ce qui est raté peut avoir bon goût, car il peut contenir une joie cachée ou l'envie de recommencer... d'essayer encore.Catherine,bienvenue en ce lieu où le fado se mèle parfois à la joie de vivre, où même au plus profond de la tristesse on chante encore le bonheur (la saudade).L'oiseau,elle est merveilleuse et d'une sensualité (sa voix, mais pas seulement...) qui n'a rien à envier à Cristina, deux princesses toutes les deux.Véro, oh, ça me fait plaisir de te lire ! avoir raté quelqu'un... dans sa vie, oui, c'est peut-être ça qui est le plus dur à accepter... parce qu'on a été maladroit(e), parce qu'on ne savait pas, ou ne pouvait pas à ce moment-là.Noèse,oui, je pensais aussi à ce petit traité sur le bonheur d'A. Comte Sponville, Le bonheur désespérément. Mais ce qui est réussi, ce qui représente notre plus grand bonheur, ne peut que nous décevoir un jour, car quoi que ce soit il nous faudra le perdre, un jour.. à

noese+cogite 19/05/2009 09:57

intéressante réflexion sur ce qui a été raté. Compte-Sponville en parle ds l'un de ses livres. QUand il n'y a plus d'attente ..l'abandon est une libération.Mais ce que l'on réussi aussi donne de la liberté.L'amour , l'enfance que l'on donne , L'Amitié que l'on trouve....comme ici.

verovero7 19/05/2009 09:08

je ne peux pas mettre le son au bureau, dommage.concernant les ratages, moi j'ai raté David Bowie, à l'hypodrome, il y a 25 ans, je n'en suis pas encore remise. J'avais le billet dans mon sac, mais le bac le lendemain. J'ai eu mon bac mais j'ai jamais vu Bowie :(et le bac, à quoi ça sert, et bah à rien ! na !