Je suis qui je suis

Publié le 13 Septembre 2009

 

  


Photo, empruntée ici. Agustina Bessa Luis :

"Je ne me prends pas trop au sérieux.
C'est la meilleure façon de vivre.
Celui qui se prend trop au sérieux se retrouve toujours
 dans une position d'infériorité face à la vie."


***




- Oui, j'ai bien aimé.
- Ah bon ? t'as bien aimé ?
- C'est toujours comme ça le rythme de ses films, je savais.
- Tu t'es laissé prendre ?!...
- A la fin moins qu'au début, mais oui...

Vous l'avez naturellement deviné, c'est du dernier film de Manoel de Oliveira dont il était question. Devant Le latina, un soir de la semaine passée.

Il vient d'adapter, comme à l'accoutumée (rappelez-vous La princesse de Clèves... : La lettre), une oeuvre littéraire, un grand nom de la littérature portugaise, presque toujours. Cette fois-ci il s'agissait de Eça de Queiros (mais au Portugal, quand on aime on ne dit plus le nom de famille, qu'il s'agisse d'une femme ou d'un homme, on dit
"Eça", comme on dirait "Arthur" pour Rimbaud, sauf que ça ne marche pas pour Pessoa, ou Camões, ou Garrett, ou Torga... ou Saramago, ou Lobo Antunes, là, pas de Fernando, de Luis, d'Almeida ou de Miguel, de José, ou d'Antonio qui tienne... compliqué, finalement, cette histoire de prénoms : on le fait seulement pour ceux qui en ont un hors du commun).

Une nouvelle, avant d'être
un film : Singularités d'une jeune fille blonde.

Au début du film (car je n'ai pas lu la nouvelle), ça m'a fait penser à celui (trait pour trait : la fenêtre, l'homme fasciné, la blondeur de la fille, le magasin de tissus... à croire qu'Eça l'avait lu avant...) de La maison du Chat-qui-pelote, vous savez.... la nouvelle de Balzac, celle qui ouvre La Comédie humaine.

Eça était féru de littérature française et on a souvent dit de lui qu'il imitait Zola, son réalisme, mais Zola est naturaliste plus que réaliste... Moi, je le rapprocherais plus de Balzac, dans son côté "père du réalisme"... et sa fascination pour la bourgeoisie. Cette intrigue, en tout cas, me semble hautement balzacienne, ou peut-être, par la chute, non sans lien avec Flaubert (qu'il admirait beaucoup) et L'éducation sentimentale.

Vous n'y verrez pas décrit le Paris de la rue Saint Denis, en 1811 et les bourgeois qui y vivent du commerce textile (la famille de Balzac). Non, c'est de Lisbonne dont Eça nous parle ici.

Lui qui sera Consul du Portugal en France, à partir de 1886, et mourra dans sa maison de Neuilly, le 16 août 1900, a toujours admiré la culture française.

N'oublions pas, tout de même, qu'il s'agit de l'un des plus grands écrivains de langue portugaise (je le rapprocherais d'un Machado de Assis, brésilien, lisez les sublimes Mémoires posthumes de Bràs Cubas ! publiées en 1880). Et je ne vais pas vous faire la blague de vous affirmer qu'il était un écrivain femme... (comme, dans mon précédent billet, je l'avais soutenu de Pessoa et de Rimbaud). Allez le lire et vous verrez.

Mais... je voulais vous parler, avant toute chose (pour vous convaincre qu'une grande écrivaine est de la même trempe qu'un grand écrivain...) de celle qui, pour nous Portugais, est une fierté.

Elle qui a été une grande inspiratrice de Manoel de Oliveira. Elle qui comme lui est originaire de Porto, elle qui est une grande dame de la littérature portugaise : Agustina Bessa Luis. Mais on dit
"Agustina".

Sa trilogie : Le principe de l'incertitude, dont Bijou de famille (2001), L'âme des riches (2002), et Les espaces en blanc (2003) est une référence, pour Manoel de Oliveira mais aussi pour tout le monde de la lusophonie.

"Eu sou quem sou" / "Je suis qui je suis", c'est l'admirable expression d'une transcendance éternelle à l'ombre de laquelle la femme se protège. Ils sont nombreux les noms de la femme, mais elle se réserve à elle-même un symbole plus intime que personne ne connaît"
in. couverture de L'âme des riches (traduction (c) Luciamel).





Rédigé par Luciamel

Publié dans #arts - livres - films -spectacles

Repost 0
Commenter cet article

lucia mel 25/09/2009 16:43


@ Chieuvrou : bloguer sans avoir de blog, c'est le comble de la liberté ! et bientôt ce sera peut-être le comble de l'originalité ;-))) mais si je me souviens bien, tu en as eu un par le
passé (des dessins... non ?)

Oliveira : oh, la la... mais c'est impossible de se souvenir des films d'Oliveira ! ce serait se souvenir de tableaux, de sensations, de couleurs, de regards, de silences... de poésie dite, du
bruit du vent dans les arbres, ou des heures sonnées au clocher d'une église. Ou alors, il faudrait commencer par l'un des premiers : Aniki Bobo, j'en ai parlé ici.


Chieuvrou 25/09/2009 00:56



Non, je n'ai pas de blogue.

(J'ai bien conscience, à part ça, de manquer à tous les égards en répondant aussi tardivement à ta question, mais il m'a pris entre temps l'idée pour le moins saugrenue, sans doute pour me
donner l'illusion de faire une réponse un tant soit peu intelligente, d'essayer de me rappeler ce que j'avais pensé de chacun des films de Manoel de Oliveira que j'ai eu l'occasion
de voir au cours de ces vingt dernières années... Or je bloque encore sur deux ou trois d'entre eux, dont je n'ai gardé qu'un souvenir très flou)




lucia mel 15/09/2009 19:30

@Chieuvrou : l'intérêt pour Christophe Colomb, l'énigme tient à la thèse elle-même : et si Christophe Colomb était, en fait, portugais ? ce village dans le sud du Portugal dont il serait originaire... c'est tout proprement révolutionnaire; puis la relation si émouvante du cinéaste avec sa femme. Ce n'est pas, j'en conviens, d'un point de vue esthétique, son film le plus abouti, mais là n'était apparemment pas son propos. Cette fois-ci il n'adaptait une oeuvre littéraire. Il s'agissait d'un roman collectif... celui des Portugais et de leurs découvertes.Merci à toi d'être passé me dire ton intérêt pour le cinéaste, à Tours vous êtes gâtés... Dis-moi, tu as un blog ? je n'arrive pas à le retrouver... (maintenant que je sais ce que sont les flux RSS).@Noèse : oui, ça me prend parfois (bon, là c'était la faute :-) de Mtislav qui m'avait taguée, et comme je l'ai dit voici un temps, j'adore ça... ça m'inspire). Merci, de me lire :-))))

noese cogite 15/09/2009 10:43

Tu me donnes le goût de découvrir ce metteur en scéne..Tu es trés prolifique ces derniers temps..je suis en retards dans mes lectures:)Heureuse de lire ta présence. 

Chieuvrou 15/09/2009 02:12

Si je reconnais publiquement que j'ai bien aimé Singularités d'une jeune fille blonde, et plus encore, il y a huit mois, Le Miroir magique, aurai-je le droit de confesser que je m'étais par contre ennuyé ferme l'année dernière lors de la projection de Christophe Colomb, l'énigme ?J'ai d'autant plus de scrupules à faire un tel aveu que la salle dans laquelle je vis ce film (laquelle se trouve être la plus grande de mon cinéma préféré) était pleine comme un œuf et que les gens étaient apparemment ravis. Un certain nombre d'entre eux, du reste, le signifièrent chaleureusement à Manoel de Oliveira lors de la séance des questions-réponses qui suivit (le cinéaste était en effet passé par Tours pour présenter son film en avant-première). Ne voulant pas plomber l'ambiance, et par respect pour le grand maître, je me tins coi quant à moi, mais, mon mauvais esprit aidant, je ne pus m'empêcher de penser, sans doute à tort, que beaucoup de spectateurs étaient en fait venus « voir le centenaire », et que leurs applaudissements nourris saluaient au moins autant son étonnante forme physique et mentale que son film.

lucia mel 14/09/2009 19:54

@ L'oiseau : avant de t'attaquer à la trilogie... d'Agustina lis la nouvelle d'Eça... Pour Le principe de l'incertitude (romans, ou films... vas-y progressivement quand même...). @Mtislav : d'autant que le film ne dure pas longtemps (adaptation d'une nouvelle oblige), j'espère que tu as pu voir Christophe Colomb, l'énigme (2007), j'en parle ici... une pure merveille et pour un lusophile, c'est incontournable.

mtislav 14/09/2009 12:30

Si je pouvais, j'irais le voir à la minute. Mais je vais devoir attendre. Peut-être que je trouverais le roman avant...

Bluebird 14/09/2009 07:16

J'irai donc le voir, ce film, et j'essayerai de me procurer une version française de cette trilogie - la lire en version originale m'est encore impossible, et de loin.BeijinhosO pàssarinho