Au coin de la rue, à esquina da rua

Publié le 21 Octobre 2009

Dormir, doucement,
s'enfouir dans le corps de l'amant,
on en rêve, on le vit, on en crève.

Pleurer, doucement,
à cause de lui, se mêler à la pluie,
et au vent.

Se souvenir du temps,
où l'on s'émerveillait du tout venant,
où nos jours regardaient le firmament.

Mes doigts sont transis,
Ma main est raidie,
Sur la lettre que je t'écris.

J'entends le chant d'un au-delà,
ta voix me guide dans l'à-venir,
je perçois un autre ciel là-bas.

Rien ne me fait plus peur,
ni maladie, ni amoureux, ni mort,
tout me semble possible, ma soeur.

Mourir n'est rien désormais,
vivre est compliqué mais...
vivre n'est plus qu'un délai.

Texte (c) Luciamel.




Il n'y a pas que des femmes fadistes... il y a aussi des hommes ! Alfredo Marceneiro fut l'un des premiers et sans doute le plus grand, l'un de ses successeurs est Camané, l'émotion ressentie (par leur voix, leurs thèmes qui sont différents de ceux des femmes), leur sensibilité souvent bouleversante, car fragiles ils osent se montrer... dans le fado.






j'essaierai de vous traduire tout ça prochainement... en attendant je vous laisse apprécier le genre musical...


Rédigé par Luciamel

Publié dans #Poésies - musiques

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lucia mel 03/11/2009 18:38


@Noèse : sans vous que serai-je, vous mes frères et soeurs humains ? qu'une plainte sans fin, qu'une mélodie sourde... que du chagrin. Merci, pour ta main tendue (elle apaise).

@ J. : si tu permets, ma traduction (libre) :

*************************
Je suis l'homme d'une vie
Vécue loin de la terre
et gagnant en contrepartie
un peu de chaque guerre

(J. Eartwood, traduction (c) Luciamel)
************************

Oui, je vais essayer de te "situer" ;-)))



J.Earthwood 03/11/2009 13:43


Contribution personnelle (sans prétention"...
Sou o homem desta vida
Que viveu longe da terra
Ganhando em contrapartida
Um pouco de cada guerra...

J.Earthwood... Il y a longtemps.
PS : si tu lis mon dernier article, il y a une indication infaillible pour me "situer"...


noese cogite 03/11/2009 11:10



Vivre exige.
Aimer attend.
Prendre et donner c'est toujours une main qui est tendue.
Aimer mon passage chez toi qui veux donner tant.


 



lucia mel 27/10/2009 23:12


Merci l'oiseau.


Bluebird 24/10/2009 12:19


Dieu que ton texte est beau ! Si beau et triste que j'en perds mes mots. Beijinhos O pàssarinho


lucia mel 23/10/2009 22:24


@Béatrice : oui, je sais, tu voulais avant tout atténuer ma peine... mais la peine ne doit pas forcément être atténuée, elle existe seulement pour nous transformer.

@Circé : je comprends que tu vis un deuil, je vais aller sur ton blog, peut-être as-tu écrit quelque chose, ton père peut-être, aujourd'hui un ami a enterré son père... mes pensées t'accompagnent,
courage.


Circé 23/10/2009 21:23


...ce soir j'ai le coeur triste, cette musique aurait pu accompagner le vieil homme qui ce matin a été mis en terre. Merci.


Béatrice 23/10/2009 10:31


Je comprends trés bien, tu sais. désolée si je n'en t'ai pas donné l'impression.


lucia mel 22/10/2009 23:41


@Lali : merci à toi la liseuse ;-)))

@Mtislav : oui, et ça me donne aussi envie de faire le tour du monde :-)

@Béatrice : les jours sont bons, ne crois pas... mais sache que même si l'on sait que ceux qu'on aime vont très bien, qu'ils sont maintenant au "paradis" (les îles, une meilleure vie, à l'autre
bout du monde) de savoir qu'on restera séparés d'eux un bon bout de temps... qu'on ne les reverra peut-être plus... le manque de leur présence ne peut que nous rendre triste, ça fait qu'il est
difficile, si on a aimé, de se réjouir vraiment... de l'absence, ou de la vivre sereinement. Etre séparé n'est pas réjouissant... même quand l'autre n'est pas mort, quand il est seulement loin de
nous... alors, imagine... la disparition à jamais (dans cette vie) de celui, de celle qu'on aime.

@Tini : merci pour le compliment... non ce n'était pas une traduction, c'était juste un poème que j'avais écrit...

@Anne : merci, merci. Oui, le deuxième chanteur : Alfredo Marceneiro, le second, est le plus GRAND... celui qui a inspiré le plus jeune, mais le document est plus brut, moins plaisant à
regarder (mélodiquement et du point de vue de l'image) je le reconnais, c'est d'ailleurs pour ça que je ne l'ai pas mis seul... ma première idée...


anne des ocreries 22/10/2009 13:14


J'ai énormément apprécié le premier morceau, moins le second, mais surtout le texte tout en haut - tellement émouvant....