Bella et Edward

Publié le 17 Novembre 2009

 

                                                La belle et la bête de Jean Cocteau



J'avais dit que j'attendrais de voir le film des vampires... Twilight 2... l'amour impossible entre Bella, l'humaine, trop humaine, et son bel amoureux le vampire (la bête)... L'amour entre l'homme et la femme (oui, je sais ce que vous allez me dire...). Quand j'étais petite on me racontait des histoires de loups qui mangeaient les petites filles, et d'ogres qui dévoraient les enfants... Bien sûr on y voyait aussi des sorcières. Celles qui voulaient, en général, détruire la belle jeune fille.

J'ai entendu sur une radio (les infos de France Musique ?) qu'une campagne était lancée par des hommes, aujourd'hui, en France. Des hommes qui en avaient marre qu'une minorité d'entre eux, dix pour cent (quand même...) persiste à donner une image détestable d'eux tous. Ils veulent se battre contre la violence faite aux femmes, par certains d'entre eux, ils veulent que cesse cette loi du silence, cette ignominie qui laisse, depuis la nuit des temps, que la loi du mâle permette l'une des plus grandes injustices qui soit. Ils ne veulent plus qu'on les assimile à tout ça. Ils refusent qu'on l'admette. Impossible de trouver un lien (si vous l'avez...).

Ca me semble un progrès immense, ça me touche profondément.

J'ai assisté à la projection du film
La domination masculine, je vous renvoie aux analyses très complètes de mes amis blogueurs présents ce soir-là au Forum des Halles, et  je remercie tout particulièrement Olympe de m'y avoir invitée.

Je dirai que le débat à la fin de la projection, et depuis... la réflexion (suite aux textes de mes amis blogueurs) ont fait leur chemin.Tout d'abord, la première question posée au réalisateur et à ses invités :

- Croyez-vous que vous auriez pu faire ce film (vous aurait-on suivi ? auriez-vous eu les mêmes financements ?) si vous aviez été une femme ?

Il a, bien sûr, répondu que non... il ne l'aurait pu, que même en étant un homme ça n'avait pas été facile, mais qu'il était bien conscient que pour une femme les obstacles auraient été autrement plus conséquents. J'ai moi-même été surprise qu'il ait réalisé un tel film, et ce fut ma question (la dernière à avoir été posée durant la soirée) :

- Je suis fort étonnée, et mon étonnement est sincère, qu'on doive encore aujourd'hui faire un tel film... N'est-ce pas trop évident ce que vous dénoncez  (la violence faite aux femmes, les différences de salaire... la discrimination) ? ne sont-ce pas des poncifs ? Je pensais qu'on n'en était plus là... en 2009.

Et puis j'ai réfléchi...

Ce n'est pas une femme qui a fait le film. Les premières images, celles des phallus dominants (partout dans notre monde, dans notre culture, et ces affiches, ces photos qu'il a placardées sur un mur... de cette, selon lui, domination phallique du monde), celle aussi de ces hommes écrasés par la posture du "mâle dominant", eux qui doivent se faire opérer (et faire allonger leur pénis) pour correspondre à ce qu'on attend d'eux. Le témoignage de cet homme violent, qui, après avoir battu sa compagne de nombreuses années, a un jour pris conscience qu'il avait un problème... qu'il était un être dangereux pour elle... et pour le monde. Vous souriez ? vous ne devriez pas.

Cet autre homme qui faisant partie d'un groupe de féministes (au Québec) reconnaissait que tout était fait socialement pour l'aider à avoir un avantage social sur les femmes, lui, qui ne pouvait plus accepter un tel état de fait.

J'ai aussi assisté au spectacle de
Ludovic Boivin, j'ai vu qu'il se sentait en danger face à un "discours féminin dominant"... (tout ça dans l'humour et la dérision, et je peux témoigner que ce garçon est en tous points charmant et galant) qu'au Québec, encore, (là où un certain nombre d'hommes se disent "masculinistes", sans doute le même pourcentage de ceux qui sont violents, et qui en arrivent à tuer leur conjointe... en France et ailleurs) on vivait dans une société matriarcale...

J'ai vu que certains hommes ne supportent pas d'être taclés par les femmes... par un autre homme ok, mais une femme ! ça nous donne les orfraies de ce week-end, qui, une fois encore, nous font leurs vapeurs de sentir une femme s'approcher un peu trop près de leur territoire (celui du pouvoir). Je me réfère, bien sûr, au récent 
affrontement Peillon-Royal.

Comment, et ce sont les chroniqueurs bien pensants de France Culture... qui nous démontent la démarche de Ségolène Royal de A à Z... Of course, comment ne serait-elle pas incohérente ? comment tout ce qu'elle ferait ne servirait-il pas à exclure et à semer la zizanie ? puisqu'on vous le dit... regardez-la, écoutez-la, ne voyez-vous pas combien elle est... confuse, et pas... comment dire... n'ayant pas... enfin... n'étant pas... une vraie... chef.

Et je les écoute, ces petits chroniqueurs dans leur box... je les vois, défendre leur petit pouvoir... leur petit phallus... je me dis qu'ils ont peut-être dû se faire opérer... pour se sentir le droit de crier haut et fort... (un peu comme d'autres qui pourraient avoir un complexe par rapport à leur taille, et qui voudraient compenser). J'exagère ? si peu...

Non, décidément. La grandeur ne s'invente pas. Surtout, elle ne se greffe pas (ni au cerveau ni ailleurs). Alors, de grands hommes et de grandes femmes (voyez, comme nous avons peu l'habitude de le dire), nous en connaissons tous, peut-être autour de nous. Valorisons-les, et refusons les dix pour cent  (ou vingt, si on compte les femmes prêtes, elles aussi, à défendre le machisme débile) à nous tirer vers le bas, vers nos ombres, qui nous aveuglent.

Merci, Messieurs, pour ce combat.



(pour le cas où vous ne le sauriez pas encore, Twilight 2, sortie demain...)

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Hommes - je vous aime

Repost 0
Commenter cet article

lucia mel 18/11/2009 20:17


@ vous : merci Messieurs de me lire et de commenter... je vous l'ai dit : "je vous aime".

@L'oiseau : oui, pourquoi la parole de l'homme a-t-elle toujours plus d'autorité que celle de la femme ? pourquoi, du moment où ce sont des hommes qui s'en émeuvent, le prendra-t-on plus au sérieux
? pourquoi, ce discours, répété depuis si longtemps par les féministes, ne sera-t-il entendu que parce que les hommes se l'approprient ? Hommes et femmes, confondus, vont lui accorder plus de
valeur, plus de poids.

@Christian : le réalisateur a dit ne pas s'être inspiré de Bourdieu... j'ai d'ailleurs regretté (j'ai voulu le signaler lors du débat et puis j'ai oublié) que dans son film il ait un peut
stigmatisé certaines classes sociales (les témoignages de femmes battues, ou d'hommes violents, sont, toujours, ceux de personnes issues de milieux modestes... le speed
dating y est une caricature de classe aussi : les femmes y défendent l'image d'une féminité très dominée, et elles sont, elles aussi, surtout dominées socialement et culturellement,
et ça le réalisateur n'en a nullement tenu compte. Ben ouais... les cadres sup' (les ministres, les présidents de la République... les acteurs, les réalisateurs...) qui acceptent de montrer
leur bobine dans un film pour dire qu'ils maltraitent leur compagne... ça ne court pas les rues (ils préfèrent continuer à le faire dans le secret des alcôves).

Sinon, Françoise Héritier a bien décrit dans ses ouvrages le fait que la domination masculine (dans toutes les sociétés humaines, mais pas animales...) n'a qu'une cause : l'impossibilité pour
le mâle d'accepter que la femelle puisse donner naissance à un autre qu'elle-même, mais aussi à un autre que lui. Le fait que ce pouvoir d'être la porteuse de la vie soit réservé à la femelle lui
est intolérable : il a donc tout fait pour le contrebalancer, en la dominant, en l'échangeant. En gros, tout ça n'est que de la jalousie... Si on ajoute à tout ça une pincée de freudisme, vous
Messieurs, continuez à ne pas digérer le fait d'être les amants de Jocaste, votre maman, et en plus de lui avoir fait des enfants... (après avoir tué votre père Oedipe), et vous la haïssez pour
ça... elle et toutes les femmes...

@Didier : euh... je peux te donner une adresse pour rencontrer de vrais hommes (qui aiment les hommes), c'est en bas de chez moi, et le dimanche ils font, parfois, naked party... Ne te fâche pas
!!! je te taquine, c'est que notre ami Entre deux eaux... s'y promène parfois... lui, je t'assure, il les comprend les hommes...


Didier Goux 18/11/2009 14:49


Le goudron et les plumes ! C'est rien que des collabos ! À moi, les vrais hommes !


Christian 18/11/2009 09:27


Surtout que cette domination masculine (qui existe toujours malgré le livre du même nom et maintenant ce film) est uniquement d'ordre culturelle, on la retrouve par exemple dans de nombreuses
peuplades méditerranéennes depuis l'antiquité. Mais autant je parviens à comprendre les rapports dominants-dominés dans les conflits de classes (y compris dans le cursus scolaire) - puisque
finalement ils fleurissent sur un terreau d'inégalité particulièrement fertile à la base, autant la domination masculine semble artificielle et superfétatoire. A la base, il n'y a pas d'inégalité
entre les sexes, ce que la femme manque en terme de musculation pure, elle le compense par des atouts que n'auront jamais les hommes sauf en cas de révolution médicale (comme porter un enfant entre
autres), tout s'équilibre à la perfection - au contraire des inégalités sociales de départ qui nécessitent un rééquilibrage politique.

Franchement, nous devrions avoir tout intérêt à vivre dans un monde entièrement paritaire et unisexe... il n'y a guère que dans la sexualité et la séduction que les différences ont encore un
intérêt (parce que pour ma part, je ne goûte guère à l'indifférenciation sexuelle et à l'androgynie, genre l'uniforme jeans et baskets ! à quand une vraie "Journée de la jupe" dans une société
vraiment équilibrée de ce point de vue ?)


Bluebird 18/11/2009 07:20



Oui, il est étrange de constater que ce sont toujours les hommes qui nous expliquent un état de fait, une injustice flagrante qui concerne les femmes. Cette association d'hommes luttant contre le
mal fait aux femmes part en tout cas d'un très bon sentiment et je crois que j'y prendrais volontiers ma carte si je pouvais.


Bon ciné, ce soir.


 


Beijinhos


O pàassarinho.