Bien sûr...

Publié le 24 Février 2013

20121201-018-copie-1.jpg

photo (c) Luciamel, parc Daumesnil, Paris, le 1er déc. 2012.

 

 

Comme ça doit être triste d'être devenu un blogueur affilié au pouvoir... (comment dit-on déjà ? un asservi ? un serviteur ? un laquais ? ou, comme les appelle Iacub, "les larbins"... ceux qui acceptent, bien volontiers, cet état de choses qui consiste à flatter les puissants). Je les vois, à longueur de journée, essayer de rattraper toutes les bourdes du gouvernement, encenser la moindre petite décision, tresser des lauriers à tous ceux qui pourraient leur donner quelques miettes à grignoter... A croire que Duflot est plus libre qu'eux.

 

Ca devient lassant, inintéressant et stérile... d'assister à ces panégyries de François Hollande.

 

Ils ont participé, de façon assez acharnée, à l'élimination des femmes du PS (Royal, Aubry), ils sont complices et fiers d'avoir porté au pouvoir un des leurs... un traître à sa famille et à sa femme, un opportuniste, un mou, un mollusque... plutôt qu'un cochon (DSK). Voilà leur choix. Tout, plutôt qu'une femme. Telle est leur philosophie (leur pensée ?).

 

Alors, maintenant que Sarkozy est parti, et leur a oté toute substance intellectuelle, ils se contentent de pédaler dans la semoule de leur gloubiboulga.

 

Mais, enfin ! une femme est arrivée pour mettre les pieds dans leur plat, eh non, ce n'est pas Ségolène Royal, c'est Marcela Iacub.

 

J'ai lu l'article de Christine Angot, réagissant à la polémique suscitée par le livre de Iacub, sa posture (d'artiste, d'écrivain) face à la position, plus sauvage, de Iacub m'a convaincue que chacun, chacune, voit toujours midi à sa porte... J'aime la force, l'élégance, la virtuosité des deux artistes et ne souhaite en écarter aucune. Vous deux, mesdames, dites haut et fort ce que je pense, dites de façon irrévérencieuse que nous, femmes, sommes plus libres, par notre condition de dominées, que ceux qui nous dominent. Eux doivent se prosterner face au pouvoir, eux doivent s'écraser s'ils veulent obtenir un poste, s'ils veulent arriver au sommet. François... Hollande a su sacrifier suffisamment (sa famille, ses enfants, son passé, ses engagements) pour être là où il est. Nous, femmes, socialement opprimées (la plupart du temps), je ne dis pas dominées psychologiquement, car le propre du dominé est de trouver un moyen de dominer son dominant... (et les femmes l'ont trouvé : les enfants... et leur maternité !), nous, femmes, n'avons qu'une seule autre arme (mis à part notre ventre et notre capacité à procréer) : l'excès, ou l'hystérie ! en tout cas, l'éclat.

 

Alors, oui. J'approuve la démarche de Marcela Iacub, car elle a réussi à décrire ce qu'est la domination masculine dans toute "sa splendeur"...

 

"Je suis une féministe. Je suis persuadée que la domination masculine se transmet surtout par des voies douces. Par exemple, les codes amoureux." (M. Iacub)

 

Pour conclure mon propos, je voudrais juste indiquer qu'une femme a été élue Présidente de la république en Corée du Sud, et qu'en Afghanistan il y a toujours beaucoup plus de femmes élues au Parlement qu'en France. Nous, Français, sommes le reflet de la domination masculine dans toute sa splendeur depuis des lustres, depuis le code Napoléon.

 

Pour illustrer mon propos deux films :

 

Wadjda

 

Pierre de patience

 

 

 

et une chanson...

 

 

 

 

 

 

et les paroles...

 

 

Voir un ami pleurer,

Jacques Brel

 

Bien sûr, il y a les guerres d´Irlande
Et les peuplades sans musique
Bien sûr, tout ce manque de tendre
Et il n´y a plus d´Amérique
Bien sûr, l´argent n´a pas d´odeur
Mais pas d´odeur vous monte au nez
Bien sûr, on marche sur les fleurs
Mais, mais voir un ami pleurer!

Bien sûr, il y a nos défaites
Et puis la mort qui est tout au bout
Nos corps inclinent déjà la tête
Étonnés d´être encore debout
Bien sûr, les femmes infidèles
Et les oiseaux assassinés
Bien sûr, nos cœurs perdent leurs ailes
Mais, mais voir un ami pleurer!

Bien sûr, ces villes épuisées
Par ces enfants de cinquante ans
Notre impuissance à les aider
Et nos amours qui ont mal aux dents
Bien sûr, le temps qui va trop vite
Ces métro remplis de noyés
La vérité qui nous évite
Mais, mais voir un ami pleurer!

Bien sûr, nos miroirs sont intègres
Ni le courage d´être juif
Ni l´élégance d´être nègre
On se croit mèche, on n´est que suif
Et tous ces hommes qui sont nos frères
Tellement qu´on n´est plus étonné
Que, par amour, ils nous lacèrent
Mais, mais voir un ami pleurer!

 

 

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lucia mel 25/02/2013 22:54


@Euterpe : la position de Iacub m'intéresse non parce que je la partage (je suis pour l'interdiction de la prostitution, et n'ai à aucun moment été complaisante à l'égard de DSK) mais parce
qu'elle me semble représenter le piège ultime de DSK... et aussi le sien, à elle, par la même occasion... Comment ces deux-là qui partagent les mêmes valeurs : de sexe libertaire, d'admiration
pour Sade, et de mépris des dominés... se retrouvent-ils à s'écharper ? Parce que telle est leur fascination : celle du vide. Je n'en reconnais pas moins qu'elle a du talent, celui d'oser aller
au bout de quelque chose, et puis ce que j'en ai lu me fait penser qu'elle a du style. C'est aussi ce qui me porte à lire Angot : son talent et son style. Je peux citer quelqu'un et approuver sa
démarche (celle de Iacub) sans approuver ses idées... Qu'elle décrive les féministes comme des liberticides paranoïaques... en vivant une liaison avec DSK (quelle idée !!!), puis en le clouant au
pilori, c'est tout bonnement "romanesque" (et ridicule) au sens des Liaisons dangereuses. Maintenant, il veut faire interdire le livre et demande d'être payé... en dédommagement du préjudice
subi. C'est rocambolesque. C'est hilarant. Jusqu'où iront-ils tous les deux ? C'est passionnant.


 


@Béatrice : merci pour ton témoignage, et bon courage pour tes sondages, si ça peut servir la cause des femmes, tant mieux. Dommage quand même que les mêmes sondages, et sondés, n'aient pas eu le
courage d'élire une femme Présidente de la république française (mais coréenne, oui). Le vent en poupe n'a pas l'air de suffire...

Béatrice 25/02/2013 18:04


 Ben tu vois, auprés de TOUTES les personnes que j'interroge pour mes sondages , ce sont les femmes qui ont la cote, problème quand même,.. Marine Le Pen est une femme, et ça la rend très
sympathique, c'est comme si les gens se disaient qu'une femme ne peut pas être bien méchante ...


  Mais enfin, les femmes ont vraiment le vent en poupe ! 

Euterpe 25/02/2013 15:33


Marcela Iacub dépeint les féministes comme des liberticides paranoïaques. Tu es d'accord avec cette définition ?

Euterpe 25/02/2013 15:27


Sincèrement je préfère quand même ce que raconte Clémentine Autain sur Marcela Iacub :
http://tempsreel.nouvelobs.com/l-affaire-dsk/20130221.OBS9709/dsk-par-marcela-iacub-un-gloubi-boulga-effrayant-sur-la-sexualite.html


Et puis je te recommande la lecture de Féministes en tous genres sur le sujet car le blog réuni un tas d'articles fort intéressant sur la question.


http://feministesentousgenres.blogs.nouvelobs.com/


Quant à la "douceur" de Marcela, elle n'a apparemment pas empêché l'affaire du Sofitel.


Qu'est ce que tu en dis ?

lucia mel 24/02/2013 21:35


@Estelle : merci :))  suis heureuse que tu aies découvert cette sublime chanson ;))


 


@Anne : merci :)))


 


 


 

anne des ocreries 24/02/2013 21:10


Bien envoyé, ce billet, c'est jubilatoire.

estelle92 24/02/2013 21:05


Bel article et une superbe chanson de Brel que je ne connaissais pas.


Merci.