Boa noite solidão (bonne nuit solitude)

Publié le 3 Avril 2011

 

20111402 Art de rue, Père Lachaise, février 2011 007                               photo (c) Luciamel, 14/02/2011, Arts et Métiers, Harmonie de Volti.

 

 

Il n'y a pas de raisons que je sois seule à me réjouir, à chanter, et à m'enchanter d'être en vie. Ce soir je continue à faire mon ménage de printemps (commencé très tardivement dans l'après-midi), en attendant de revoir la sublimissime Elizabeth Taylor sur Arte, dans Soudain l'été dernier, un choc en perspective... la scène finale, Dieu quel talent... Je viens de copier le nouvel album de Mariza "Fado tradicional" sur une playlist deezer, pour votre plaisir... et le mien (en exclusivité mondiale ;). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 la playlist deezer complète

 

 

Pas encore le clip, mais déjà la vidéo Youtube... (avec les autres titres du nouveau CD)

 

 

 

 

 

 

Boa Noite Solidão

Boa noite solidão                                      Bonne nuit solitude
Vi entrar pla janela                                   J'ai vu entrer par la fenêtre
Teu corpo de negrura                               Ton corps de noirceur

Quero dar-te a minha mão                      Je veux te donner la main
Como a chama duma vela                       Comme la flamme d'une bougie
Dá a mão à noite escura                         Donne la main à la nuit


Os teus dedos solidão                             Tes doigts, solitude

Despenteiam a saudade                          Décoiffent la nostalgie
Que ficou no lugar dela                            Qui a pris sa place

Espalhas saudade plo chão                    Tu étales la saudade par terre
E contra a minha vontade                        Et contre ma volonté
Lembras-me a vida com ela                   Tu me rappelles ma vie avec elle


Só tu sabes solidão                                  Toi seule sais, solitude

A angustia que trás a dor                         L'angoisse qu'apporte la douleur
Quando o amor a gente nega                   Quand nous renions l'amour

Como quem perde a razão                      Comme qui perd la raison
Afogando o nosso amor                           Noyant notre amour
No orgulho que nos cega                         Dans l'orgueil qui nous aveugle


Com o coração na mão                             Le coeur dans la main

Vou pedir-te sem fingir                             Je te demande sans mentir
Que não me fales mais dela                     Que tu ne me parles plus d'elle

Boa noite solidão                                      Bonne nuit solitude
Agora quero dormir                                   Maintenant je veux dormir
Porque vou sonhar com ela                      Car je vais rêver d'elle


(Jorge Fernando - Carlos da Maia / traduction de Luciamel)

 

 


Rédigé par Luciamel

Publié dans #Poésies - musiques

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Danièle 16/04/2011 16:15



Magnifique !



lucia mel 06/04/2011 21:17



@Simon : "il n'y a pas d'amour heureux" Aragon... par Brassens.


 


@JEA : j'en déduis que Gombrowicz est un homme ;))) j'aime lire les hommes, aussi.


 


@Solveig : oui, un classique, avec d'autres, comme "Lavava no rio, lavava", "je lavais dans la rivière" d'Amalia... tous les titres sont consultables sur le clip Youtube de Mariza, pour son
nouveau CD. J'écoute et je suis portée vers l'âme... d'un peuple.


 



solveig 06/04/2011 09:41



Quel beau poème Lucia... merci de l'avoir traduit.



JEA 06/04/2011 08:18



Gombrowicz :


- "Je suis seul, donc je suis d'avantage".


(S'il vous plaît, ne voyez aucun machisme déplacé à déposer ici une citation au masculin singulier)



simon.gaetan 06/04/2011 07:13



Hello! merci pour le plan Liz Taylor, pour une fois j'ai r egardé la téloche, "soudain l'été dernier " c'était too much. Je suppose que je devais être un peu amoureux d'elle depuis mon
enfance.


Pour mettre mon petit grain de sel, je crois qu'il ne faut pas confondre solitude et absence ou vide... il y a des moments "seul" où l'on est rempli de la présence de l'Autre et des
moments partagés où l'on ressent cette immense solitude. le coeur du Christ est plus large que les océans... ce qui est vrai c'est que l'apprentissage est une douleur et pour reprendre
Moustaki: "  Le temps d'apprendre à vivre, il est déja trop tard.."



Grainepeace/Béatrice 05/04/2011 20:29



-   obrigado , mais je ne connais plus de coeurs que celui des fleurs - et des mots échangés, bien sur !


Bisous



lucia mel 04/04/2011 23:18



@Béatrice/Grainepeace : la nonne et le moine zen ne se démontent pas pour si peu ;)) l'amour t'a brisée ? non ! il n'a brisé que tes fragilités, là où tes failles laissaient prise à son feu
destructeur. Allez, le moine, la nonne, repartent d'un bon pas, pour trouver le chemin des coeurs :))) Bonne nuit. Bisous.



Grainepeace/Béatrice 04/04/2011 23:05



- Bisous.



Grainepeace/Béatrice 04/04/2011 23:04



- Bah, tu sais mon cloître c'est ma clairière , mon jardin ( j'ai des nouveaux copains, mais je ne suis pas bien sûre de leurs bons sentiments, cest une meute de six chiens errants, pas
forcéments bien sympas.)


 - Je suis déçue de l'amour humaine mais je continue à chercher -en vain , sans doute; Je n'ai de nonne que l'ambition;et puis ce serait plutôt moine zen, tu sais bien errant par les
chemins, Le Mat .


 Mon coeur est fracassé, car comme beaucoup, je l'avais confié à des mains qui n'avais de cesse que de le laisser tomber. - that's life, I suppose.



lucia mel 04/04/2011 22:45



@Toff : laissons-la dormir notre solitude... et rêvons.


 


@Xtinette : à voir aussi sur Youtube, et bientôt des clips du nouveau CD (en vente, dès à
présent ;))


 


@Béatrice : merci à toi qui t'es blottie dans la douceur... et la recherche de  l'innocence. Les nonnes... je n'ai jamais eu la patience nécessaire pour le cloître (ni le goût pour
l'obéissance), m'étonnerait que tu t'y tiennes longtemps.