C'est cela même... é isso ai...

Publié le 5 Janvier 2012

P221211_00.540003.JPG

                                      photo (c) Luciamel, café du Phare, Barra, 22/12/11, Portugal

 

 

 

Sur le fil du rasoir, on nous dit que nous sommes sur le fil du rasoir, ou au bord du gouffre. Le gouffre ça fait belle lurette que j'y suis tombée, alors... vous pensez bien que la fin du monde annoncée par les Maïas, par Jovanovic, par Jorion, par Le Parisien (volcan allemand menaçant de détruire l'Europe)... eh bien, je n'y suis plus vraiment sensible.

 

La fin du monde, non seulement je ne la crains pas mais je l'espère, "espérer" au sens espagnol et portugais d'attendre et non de désirer.  Un seul être vous manque et tout est dépeuplé... oui, c'est vrai. Ma vie a été dévastée en 2009, depuis elle se reconstruit, de manière plutôt agréable et positive, je dois le reconnaître. Elle porte le prénom d'un homme, un prénom qui fait vieux...

 

Qu'un volcan se déchaîne, que la guerre soit déclarée, que la famine nous ravage, que la maladie nous déssimine... rien ne peut vraiment m'ébranler désormais. Au contraire. Alors, vous pensez, une crise économique !

 

Ca me fatigue de lire tous les charabias de tous les blogs... reprenant tous les articles de tous les journaux... sur tous les sujets débattus en ce moment.

 

Alors, je déblatère de choses n'ayant aucune importance, comme celle de dire que j'écris pour ne rien dire.

 

Quelle serait ma lecture du "sale mec" ou de la dernière loi votée par l'Assemblée Nationale ? croyez-vous vraiment qu'elle vous éclairerait plus que ne le font les articles publiés dans les journaux nationaux ?

 

On en revient toujours, en tout cas moi j'y reviens toujours, à la question du pourquoi et quoi écrire sur un blog.

 

Pour ne rien dire... est sans doute la meilleure réponse.

 

 

 

 

 

E isso ai.

Seu Jorge et Ana Carolina.

 

 

É isso aí

Como a gente achou que ia ser
A vida tão simples é boa
Quase sempre
É isso aí
Os passos vão pelas ruas
Ninguém reparou na lua
A vida sempre continua

Eu não sei parar de te olhar
Eu não sei parar de te olhar
Não vou parar de te olhar
Eu não me canso de olhar
Não sei parar
De te olhar

É isso aí
Há quem acredite em milagres
Há quem cometa maldades
Há quem não saiba dizer a verdade

É isso aí
Um vendedor de flores
Ensinar seus filhos a escolher seus amores

Eu não sei parar de te olhar
Não sei parar de te olhar
Não vou parar de te olhar
Eu não me canso de olhar
Não vou parar de te olhar

 

ma traduction (libre)

 

 

"C'est cela même, ainsi que nous avons pensé que la vie serait, si simple... la vie est presque toujours si bonne.

 

C'est cela même, les pas parcourent les rues, personne n'a remarqué la Lune, la vie toujours continue.

 

Je ne vais pas cesser de te regarder, je ne sais pas cesser de te regarder, je ne vais pas cesser de te regarder, je ne me fatigue pas de te regarder, je ne sais pas cesser de te regarder

 

C'est cela même, il y a ceux qui croient aux miracles, ceux qui commettent des crimes, ceux qui ne savent pas dire la vérité.

 

C'est cela même, un vendeur de fleurs enseigne à ses enfants à choisir ses amours.

 

Je ne vais pas cesser de te regarder, je ne sais pas cesser de te regarder, je ne vais pas cesser de te regarder, je ne me fatigue pas de te regarder, je ne sais pas cesser de te regarder"

 

 

Rédigé par Luciamel

Publié dans #blogs et blogueurs

Repost 0
Commenter cet article

Euterpe 12/01/2012 10:35


Surtout que tu l'as traduit je ne sais combien de fois dans le billet...je suis vraiment dans la lune, moi !

Béatrice 11/01/2012 20:49


 


                                                       
      

lucia mel 11/01/2012 20:25


@Béatrice : ;))))

Béatrice 11/01/2012 09:24


 - Mais non, pas du tout, je n'ai pas voulu dire "tais-toi", mais au contraire que ds cet article même où tu disais ne rien dire, tu en disais beaucoup !


 Bonnes journées.

lucia mel 10/01/2012 21:41


@Béatrice : en somme, "sois belle et tais-toi !"  ;)) sauf que je ne suis pas belle :(( comme le chantait Brel (le grand Jacques) dans la Fanette


 


@Lali : hey ! je note, je note. Au plaisir de t'y retrouver aussi.


 


@Euterpe : "c'est exactement cela", ou "c'est cela même". Traduction ajoutée ce soir pour toi ;))


 


@Floréale : et que vive la vie, et que nos coeurs jubilent, en attendant ;)))


 


 

Floréale 10/01/2012 16:36


Ah ça, l'apocalypse selon le yéti ou le calendrier maya... il y a de quoi s'en fustiger le cristallin avec un tibia de langouste.


¡que te vaya bien!

Euterpe 09/01/2012 14:48


Mais qu'est ce que ça veut dire "é isso ai" ?

Lali 09/01/2012 00:27


Juste un petit coucou pour te transmettre ma nouvelle adresse : 


http://lalitoutsimplement.com 


 


Au plaisir de t'y retrouver!

Béatrice 07/01/2012 19:24


C'est pourtant quand tu ne " dis rien " que tu en dis le plus; - Le plus de choses essentielles z'et profondes,,, - Je trouve...  :-)

lucia mel 06/01/2012 19:28



@MHPA : oui, "é isso ai" ;))) avec en plus l'envie de se tourner vers l'essentiel, mais ça je crois que ça ne m'a jamais quittée, même aux moments les plus sombres. Ce n'est pas d'aujourd'hui
le questionnement sur le quoi et pourquoi écrire un blog, ni sur le "ne rien dire".


 


@Simon : oui, pour-quoi écrire aussi, ou surtout. Tiens, je vais t'écrire un mail, on prévoit le 1er anniv' du MDB, on t'aimerait parmi nous :)))