Chanson de l'océan

Publié le 13 Mars 2011

 

L'océan s'est déchaîné et il a tout dévasté... Notre planète a mal, elle crie, elle veut nous réveiller. Marie : la goutte de l'océan "mar" et "yam" (en hébreu), pleure et demande au ciel de s'apaiser. Elle implore les dieux, pour que leur colère s'atténue.

 

 

 

 

 

 

Canção do mar (Dulce Pontes)

Frederico de Brito / Ferrer Trindade

 

Fui bailar no meu batel
Além do mar cruel
E o mar bramindo
Diz que eu fui roubar
A luz sem par
Do teu olhar tão lindo

Vem saber se o mar terá razão
Vem cá ver bailar meu coração

Se eu bailar no meu batel
Não vou ao mar cruel
E nem lhe digo aonde eu fui cantar
Sorrir, bailar, viver, sonhar contigo


ma 2e Traduction  (la 1ère est ici) :

Parti(e) danser sur mon batel
Loin de l'océan si cruel
Lui qui dit en hurlant
Que je suis allé(e) voler
La lumière sans égal
De ton regard profond

Viens savoir si l'océan a raison
Viens pour voir mon coeur danser

Si je danse sur mon batel
Je n'irai pas vers l'océan cruel
Ni  ne lui dirai où je suis allé(e)
Chanter, sourir, danser, vivre, rêver

de toi.

 


Rédigé par Luciamel

Publié dans #Poésies - musiques

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L

@Euterpe et Julien : comme le temps passe :)) j'avais oublié de vous répondre.


 


@Philippe : voici le lien sur mon billet
Répondre
P

Bonjour,


J'aime beaucoup "l'indienne de Lonjumeau", une chanson que je redécouvre aujourd'hui en ré-écoutant de vieux enregistrements.   Mais je n'ai jamais su qui chantait la chanson, enregistrée en
1983 à la radio.  Est-ce vous ?  Luciamel ? Pouvez vous m'en dire plus sur cette chanson ?


Merci


Philippe
Répondre
J


Très belle chanson Lucia. En effet, l'océan s'est réveillé de manière naturelle ou... . Nous le serons plus tard, en tout cas, trop tard ou jamais.


Pour une information "neutre", je n'oublie pas ce site, n'oubliez pas non plus le nuage qui s'est arrêté à nos frontière en 1986... .


http://www.criirad.org/ aller dans Japon, au milieu de la page. C'est très clair et concis. Mettez cette information en parallèle des infos "nationale". Observez un peu mais personne ne nous parle du taux de radiations
exprimé en millisievert...pourtant fondamental dans ce type de "catastrophe" pour prévenir et protéger la population.


Après Hiroshima, l'histoire se répète... .



Répondre
E


Très joli.


Et dire que le Spiegel de cette semaine a pour titre "Notre planète ennemie"...



Répondre