Comme un enfant aux yeux de lumière

Publié le 19 Décembre 2012

J'ai cherché la chanson "changer le monde, changer le monde, mais pas toi... changer le monde, changer le monde, mais pour toi..." : sur Youtube aucun indice, sur Google non plus...

 

Je vais m'envoler demain vers l'océan. Je sais que certains craignent une fin du monde... que leur dire si ce n'est que "changer le monde", oui, mais que "changer de monde" ne sert à rien...

 

Alors, voici les clips apparus pendant ma recherche de "changer le monde"...


 

 

Michael Jackson, The man in the mirror.

 

 

 

Comme disait Michael Jackson : "si tu veux changer le monde, regarde-toi dans le miroir, et change".

 

 

Et puis, j'ai aussi trouvé Marie Myriam... la dernière Française (portugaise) à avoir gagné l'Eurovision.  Comme un enfant aux yeux de lumière qui voit passer au loin ... alors, en cette veille de peur d'apocalypse, je vous invite à écouter un chant d'espoir... même s'il peut vous paraître bien simpliste et désuet.

 

Alors, je vous le dis, comme je l'ai dit en d'autres temps... ceux d'une fin du monde à laquelle j'ai survécu, et dont ma soeur, elle, n'est pas revenue...

 

 

"Tu regarderas, la nuit, les étoiles. C'est trop petit chez moi pour que je te montre où se trouve la mienne. C'est mieux comme ça. Mon étoile, ça sera pour toi une des étoiles. Alors, toutes les étoiles, tu aimeras les regarder... Elles seront toutes tes amies. Et puis je vais te faire un cadeau...

Il rit encore.

- Ah! petit bonhomme, petit bonhomme j'aime entendre ce rire !

- Justement ce sera mon cadeau... ce sera comme pour l'eau...

- Que veux-tu dire ?

- Les gens ont des étoiles qui ne sont pas les mêmes. Pour les uns, qui voyagent, les étoiles sont des guides. Pour d'autres elles ne sont rien que de petites lumières. Pour d'autres qui sont savants elles sont des problèmes. Pour mon businessman elles étaient de l'or. Mais toutes ces étoiles-là se taisent. Toi, tu auras des étoiles comme personne n'en a...

- Que veux-tu dire ?

- Quand tu regarderas le ciel, la nuit, puisque j'habiterai dans l'une d'elles, puisque je rirai dans l'une d'elles, alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles. Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire !

Et il rit encore.

- Et quand tu seras consolé (on se console toujours) tu seras content de m'avoir connu. Tu seras toujours mon ami. Tu auras envie de rire avec moi. Et tu ouvriras parfois ta fenêtre, comme ça, pour le plaisir... Et tes amis seront bien étonnés de te voir rire en regardant le ciel. Alors tu leur diras: "Oui, les étoiles, ça me fait toujours rire !" Et ils te croiront fou. Je t'aurai joué un bien vilain tour...

Et il rit encore.

- Ce sera comme si je t'avais donné, au lieu d'étoiles, des tas de petits grelots qui savent rire...

Et il rit encore. Puis il redevint sérieux:

- Cette nuit... tu sais... ne viens pas.

- Je ne te quitterai pas.

- J'aurai l'air d'avoir mal... j'aurai un peu l'air de mourir. C'est comme ça. Ne viens pas voir ça, ce n'est pas la peine..." 

 

Le Petit Prince, Saint Exupéry 

 

 

 

 

 

 Marie Myriam, L'oiseau et l'enfant, 1977 

 

 

"Comme un enfant aux yeux de lumière
Qui voit passer au loin les oiseaux
Comme l'oiseau bleu survolant la terre
Vois comme le monde, le monde est beau

Beau le bateau, dansant sur les vagues
Ivre de vie, d'amour et de vent
Belle la chanson naissante des vagues
Abandonnée au sable blanc

Blanc l'innocent, le sang du poète
Qui en chantant, invente l'amour
Pour que la vie s'habille de fête
Et que la nuit se change en jour

Jour d'une vie où l'aube se lève
Pour réveiller la ville aux yeux lourds
Où les matins effeuillent les rêves
Pour nous donner un monde d'amour

L'amour c'est toi, l'amour c'est moi
L'oiseau c'est toi, l'enfant c'est moi

Moi qui ne suis qu'une fille de l'ombre
Qui voit briller l'étoile du soir
Toi mon étoile qui tisse ma ronde
Viens allumer mon soleil noir

Noire la misère, les hommes et la guerre
Qui croient tenir les rênes du temps
Pays d'amour n'a pas de frontière
Pour ceux qui ont un cœur d'enfant

Comme un enfant aux yeux de lumière
Qui voit passer au loin les oiseaux
Comme l'oiseau bleu survolant la terre
Nous trouverons ce monde d'amour
L'amour c'est toi, l'enfant c'est moi
L'oiseau c'est toi, l'enfant c'est moi"

 

L'oiseau et l'enfant, Marie Myriam.

 

 

On comprend pourquoi elle a gagné... ;)))

 

 

 


Rédigé par Luciamel

Publié dans #Poésies - musiques

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lucia mel 30/12/2012 20:32


@Marlowe : merci pour cette info sur l'enfant tunisien, cela m'a accompagnée pendant mes fêtes de Noël. Je te souhaite de bien finir l'année, et plein de bonnes choses pour l'année nouvelle.
Merci pour ta visite (c'est quoi déjà ton blog ?).

Marlowe 20/12/2012 12:09


Cette chanson de l'enfant et l'oiseau est super en effet...Je l'avais entendu dans une émission sur la révolution tunisienne (un enfant tunisien la chantais), ça m'avait frappé... bonnes fêtes
Luciamel !!