DSK... ou Si, si, si... le ciel...

Publié le 16 Mai 2011

IMAG2145.JPG

                                                                     photo (c) Luciamel

 

 

 

Nous avons tous une ombre, nous avons tous une casserole que nous traînons plus ou moins silencieusement... Je me demande comment est la mienne (je la croise de temps en temps... pas agréable comme sensation). DSK... est en pleine lumière, son ombre même est flagrante... Ce qu'il traverse est lourd, à la mesure du pouvoir qu'il avait. Je n'ai pas compris qu'en France, on ait écarté si facilement et d'un revers de main gauche... (connaissant les penchants, les faiblesses, les erreurs... précédentes de l'inculpé) les dires et le courage (éventuel) de la femme qui a bravé ce que peu de femmes osent, surtout s'agissant de l'un des hommes les plus puissants du monde. S'il l'a vraiment violée (car le texte de la plainte déposée contre D. Strauss-Kahn ne laisse pas beaucoup de doutes, et les charges semblent avérées), il mérite d'être traité comme le commun des mortels. Ce n'est pas nous dont les dirigeants politiques viennent sur des plateaux télé se vanter de la domination sexuelle que leur statut leur confère qui allons donner des leçons au pays qui traite d'égal à égal un directeur du FMI et une femme de chambre du Sofitel. Non, rien ne justifie les traitements de faveur dans ces cas-là (ni d'autres d'ailleurs).

 

Qu'elle ait pu tout inventer n'est rien de plus que sa possible culpabilité à lui.

 

Il a demandé un traitement spécial et ne l'a pas obtenu. Je dirai que c'est l'exemple que nous donne l'Amérique aujourd'hui, à eux en retour de notre cadeau d'autrefois, de nous apprendre ce qu'est le symbole de la Liberté !!! 

 

Sur DSK, des scandales sortent... mais bien sûr, en France, on trouve que ce sont les délires de femmes n'ayant pas eu le courage de se prononcer avant. Yasmina Reza avait déjà signalé la personnalité  du prévenu... mais on avait fait le dos rond... car l'abus sexuel, ou le harcèlement, est plutôt assimilé (en France et en Italie) à de la vigueur... la preuve même, comme disent certains, qu'on serait plus taillé pour le job en tant qu'homme.

 

Cette affaire semble tellement la caricature des abus de notre monde qu'elle en deviendrait exemplaire :

 

- un homme violentant, ou violant une femme;

 

- un riche abusant d'une pauvre;

 

- un blanc humiliant une noire;

 

- un Français... se prenant pour le roi du monde.

 

 

Alors, les larmes de Martine Aubry (c'est son karma !), les cris d'orfraie de Jack Lang... ne me font ni chaud ni froid, leur favori a flambé... J'entends plutôt celui que j'avais pressenti : Bertrand Delanoë qui semble avoir compris que son tour est venu. Ségolène Royal se tient sur les rangs, elle semble très sereine face à tout ça (elle en a vu d'autres, la trahison de son ex-compagnon, ses ex-ennemis (tous alliés contre elle) maintenant au pilori... et elle n'en retire même pas de satisfaction).

 

 

Je suis optimiste, car les pourris de cette planète devraient se préparer à traverser une mauvaise passe...

 

L'ère du Verseau est bien là.

 

 

 

 

 

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0
Commenter cet article

lucia mel 21/05/2011 11:56



@J.Earthwood (José) : je crois que dans cette affaire nous dépassons le niveau de la pensée consciente. Ce qui se joue (et ce qui se trame) vient vraiment de l'ombre de l'âme humaine.


 


@Noèse : oh, c'est effectivement ahurissant comment les Français perçoivent l'affaire, ils sont près de 70% à croire au complot, les plus grands noms de la politique et du journalisme sont prêts
à le blanchir... à ne pas pouvoir considérer l'énormité de l'accusation, à nier même les faits. Je crains malheureusement, comme le dit un de nos journalistes d'origine américaine (FOG : Franz
Olivier-Giesbert) que la justice américaine après un premier temps de grand égalitarisme (pour la galerie) n'en vienne dans un second temps à redonner son pouvoir au puissant : grâce à l'argent
on peut tout s'acheter : même l'impunité. Là-bas aussi deux justices : celle des riches et celle des pauvres. J'espère qu'il s'est trompé et que cette fois-ci, justice sera vraiment rendue.



noese cogite 20/05/2011 17:25



J ai écrit aussi sur ce K ds mon blog


Pour moi tout ce qui entour le politique en France relève de la psychanalyse


Je ne comprend pas que des gens OSENT défendre cet homme qui maintenant est INCULPÉ..


Elle a été victime de viol,,,2 FOIS,,une par fellation forcée.....et l autre par tentative de sodomie,,,,c est de cela que l on parle,


Il ne sait pas payé une prostituée...pas assez  excitant?????


ma réflexion m 'ammène à penser   qu il se croyait intouchable,,qu ailleurs les policiers n ont rien fait....masi pas aux USA:)


C est une ordure  et bien contente qu  il soit jugé aux USA,,,il va connaître l application de la loi pour tous,,,,et il en fait partie.


bien le bonjour lucai:)



J.Earthwood 18/05/2011 10:54



Vamos andando e vamos vendo, wait and see...


Et si, et si... Pour le moment, rien n'est défini clairement. Il y a déjà des zones d'ombre... Mais une "affaire" comme ça est toujours très obscure.


J'ai du mal à penser. C'est trop confus, pour l'instant.


Quoiqu'il es soit le viol est un crime, une tentative en reste un aussi...


 



lucia mel 17/05/2011 22:10



@Toff : d'accord avec toi, le seul hic, c'est que Mélenchon ne peut pas être élu Président de la République (tu en es d'accord ?), je crois même qu'il est assez intelligent pour comprendre que
là, pour ne pas faire la même connerie qu'en 1995, 2002 et 2007, va falloir que les "petits partis" de gauche se désistent le plus possible pour le candidat socialiste... Ou sinon, et c'est bien
parti pour ça, 5 ans de Sarkozy, faudra pas après venir se plaindre... et faire du SarkoFrance de profession. En fait, Delanoë, j'ai bien réfléchi... ça ne peut pas passer : homosexuel... face à
Carla/Nicolas/bébé... ça va pas le faire.


 


@Marie-Georges-Profonde : rien ne me semble plus effrayant que de vouloir se frayer un chemin dans le corps d'une femme... sans son consentement. Le moralisme des uns ou des autres ne me choque
pas tant que cette unique réalité : une femme a sans doute vécu l'abominable, parce qu'un petit macho merdeux s'est cru tous les droits, et l'impunité que pouvait lui conférer sa position. Je
frémis à l'idée que l'avion ait pu décoller, je frémis à l'idée que cette affaire se soit passée en France : cela aurait été étouffé, probablement. Il n'est que de lire les commentaires de
certains blogueurs, certaines plaisanteries, pour comprendre que les pires turpitudes sont pour eux synonymes de virilité, de force et "d'adéquation au job". C'est ça qui me semble aujourd'hui
condamnable, pas le moralisme excessif de certains. Ne nous trompons pas de procès, ni de combat.


 


La presse britannique ne s'y trompe pas. C'est aujourd'hui l'attitude des journalistes, la complaisance de toute la société française à l'égard des abus sexuels des hommes de pouvoir qui est
aujourd'hui questionnée. Le système Berlusconi ne survivrait pas deux secondes aux Etats-Unis, ni en Grande Bretagne, ni en Allemagne... ni, ni... En France oui. Nous femmes aussi devons nous
interroger sur notre trop grande facilité (cf. Anne Sinclair qui lui a sacrifié sa carrière, sa vie) à protéger... des pervers.


 


@Dorham : la justice américaine a ses travers (ceux que tu décris), je doute néanmoins qu'on puisse jamais la condamner parce qu'elle aura montré un jour (ce fut avec DSK) que le plus haut placé
dans le monde sera jugé à la même aune que le plus démuni. Que la voix de la moindre immigrée, noire, pauvre, a la même valeur à ses yeux que celle d'un nanti qui n'a pas tardé à vouloir faire
valoir ses privilèges, et essayer de se soustraire à la justice commune. Oui, ça nous montre aussi la cruelle réalité de ce que vit un inculpé lambda. Pas marrant, non. Ce qu'on veut défendre ici
en défendant la présomption d'innocence (pourquoi ne se soulève-t-on pas de la même façon pour le pauvre anonyme traité de cette même façon ?) c'est le droit aux puissants, aux privilégiés, à
pouvoir se tirer d'affaire à bon compte.


 


L'Amérique a voulu nous donner une leçon. Elle a réussi. Elle nous a montré qu'elle ne plaisantait pas avec le principe d'égalité. Elle nous a montré qu'elle ne plaisantait avec le principe de
fraternité. Elle nous a montré que la Liberté était un droit qui se méritait.


 


Nous, nous sommes un pays qui plaisante... qui montre par trop souvent que la justice a deux vitesses. Madoff a été condamné. Je sais, je sais... qu'ils sont nombreux les escrocs, les criminels à
pouvoir se payer la liberté... avec de bons avocats. Mais, que veux-tu, de temps en temps l'exemple ça peut avoir un effet éducatif.


 


Je regrette que Polanski n'ait pas été extradé. Oui, DSK va aussi payer pour ça. Trop de complaisance à l'égard des puissants. N'est-ce pas ça aussi que les révolutions au Proche Orient ont voulu
dénoncer ?


 


Le peuple est au bord de l'explosion. Il a besoin qu'on lui démontre que tous peuvent avoir à rendre compte de leurs crimes.


 


Tu connais la chanson : "tous les hommes sont des cochons, mais les femmes aiment les cochons"... Les femmes aussi doivent réfléchir à ce qui vient de se passer (à l'Université ce sont mes
étudiantes arabes qui défendaient à corps et à cris l'honneur de DSK, et le complot que certainement l'Amérique avait monté contre lui), Anne Sinclair doit réfléchir... nous sommes les complices
de ces hommes-là si nous ne les dénonçons pas, tous les hommes (heureusement !) ne sont pas comme ça. Si 5% des hommes sont pervers, il est abominable que leur image déteigne sur
l'ensemble des 95% autres, compréhensifs, doux, aimants... (bon... je ne vais quand même pas trop exagérer) qui nous accompagnent. Pour ça condamnons-les haut et fort. Ne les érigeons pas en
modèle.


 


@Emelire : effectivement, c'est ce que la presse britannique semble aujourd'hui vouloir dénoncer, la complaisance de toute une société (hommes et femmes confondus) à être TROP complaisants à
l'égard des abus sexuels commis par certains hommes de pouvoir, et par certains hommes (une minorité, il faut le rappeler), tout court. Pourquoi cette minorité de pervers est-elle préservée ? et
même, parfois, valorisée. Là est toute la problématique de notre culture latine.


 


@Euterpe : la GÔCHE s'enfonce... le PS... surtout, car Mélenchon a tout de suite très bien réagi sur son blog, il a dit qu'il prenait en compte la version de la femme de chambre. Aubry... montre
ses alliances, Delanoë aussi... (je change mon fusil d'épaule, je crois qu'il va essayer de dégommer Royal), Hollande... le meilleur candidat ? comme le dit Dorham... qu'il n'a pas trahi sa femme



(@Dorham : n'oublie pas qu'il complotait contre celle qui était encore sa compagne... et mère de ses enfants, cf. la vidéo où il est en tenue de foot, et dit à ses camarades du PS pourquoi il
faut se méfier d'elle, et comment la combattre... c'est pas de la trahison ça ?)


 


Le seul problème pour Hollande aujourd'hui c'est sa femme ;)))) et j'espère bien qu'elle lui rendra la monnaie de sa pièce, qu'elle ne nous jouera pas le coup de la femme aimante (et mère de ses
enfants) devant respecter le pacte qu'ils avaient fait : celui qui est le mieux placé doit y aller, et l'autre l'aidera. Qu'elle ne fera pas tout pour lui permettre de gagner, il ne mérite pas.
Lui aussi c'est un immonde phallocrate. Oui, osons les mots. Ca ne veut pas dire que tous les hommes le soient. Mais ceux qui le sont, non pas violeurs, non pas pervers, mais traîtres, ne doivent
pas être mis en avant. Ca n'est pas à mon sens une qualité.


 


 



Euterpe 17/05/2011 12:21



Très bon ce billet luci mel !


En fait DSK agressant sexuellement une femme de ménage noire se serait (si, si, si, comme tu dis) comme un allégorie du monde d'aujourd'hui : la puissance masculine blanche de l'occident qui
possède 80% des richesses mondiales forcant à genoux pour un viol complet la partie non blanche (et non mâle) de l'humanité déjà essorée à tous les niveaux.


Et dire que la GÔCHE pleurniche ausi bruyamment !



Dorham 17/05/2011 11:02



Emelire,


Ah, ça je ne le nie pas. Je trouve du reste inconcevable que l'on puisse reprocher aux américains de punir sévèrement les crimes sexuels. On est en retard sur cette question. Très largement. Et
je pense que cela contribue à inciter chez nous un certain nombre de femmes à ne pas porter plainte, tant la tâche à première vue, semble insurmontable, humiliante, dégradante.



Emelire 17/05/2011 10:58



Ce qu'écrit Dorham en 1re partie n'est pas faux : effectivement la Justice américaine n'est pas forcément égalitaire mais ça se révèle ensuite, lorsque les puissants prennent des avocats chers
qui vont faire le boulot en y mettant tous leurs talents et mener des contre enquêtes onéreuses, ce que les pauvres ne peuvent pas... Néanmoins il semble que l'opinion publique
américaine se range plus facilement qu'en France du côté de la victime. En France il y a une tolérance immense en cas de violence conjugale ou sexuelle, le traitement médiatique et le
choix des mots y est pour beaucoup...  



Dorham 17/05/2011 09:33



Mince, j'avais fait un commentaire et une frappe malheureuse l'a précipité dans les limbes. Je recommence alors.


Lucia, je suis à d'accord avec les trois quarts de ton billet. Pour autant, je trouve proprement terrifiante la conception de la Justice à l'Américaine. Elle induit bien du reste une différence
de traitement et paradoxalement, DSK ne va pas tarder à en profiter. Pour l'instant, certes, nous faisons face, sidérés, au choc des images, à la puissance de la médiatisation américaine. Dans un
deuxième temps, DSK bénéficiera d'un système qui laisse à charge de la Défense la démonstration de l'innocence du justiciable. Dans ce système, seuls les gros sont avantagés, seuls ceux
qui peuvent payer sont avantagés. DSK a les moyens d'une ambition qui se résume aujourd'hui à sauver sa peau. Je pense à tous ceux que ce système broie, parce qu'ils sont pauvres, sans
ressources. Je pense à ces innocents qui plaident coupable pour trouver une issue, choisissent le moindre mal pour ne pas payer de leur vie un crime qu'ils n'ont parfois pas commis.


Concernant les suites au sein du PS. Ségolène a sans doute des circonstances atténuantes mais sa campagne présidentielle (j'y ai pourtant cru un bref instant) fut désastreuse. J'ai beaucoup de
mal également avec Delanoë. Il a fait beaucoup de choses à Paris (on essaie de le réduire à Paris Plage mais c'est de la propagande mensongère de droite), notamment pour le logement, les crèches,
mais il a un problème avec la contestation : il ne la supporte pas, purement et simplement. Il suffit de se rendre à un compte rendu de mandat pour le constater.


J'espère bien que François Hollande réussira à être investi. Quand tout le monde le croyait fini, j'étais certain qu'il finirait par se révéler. Il est intelligent, il connait bien l'appareil et
il peut faire face. Je n'ai pas le caractère d'un militant, c'est certain, mais il est bien le seul au PS à me donner envie de me bouger l'arrière train pour le porter jusque l'isoloir. Par
ailleurs, je trouve que tu exagères un peu en disant que Ségolène a été trahie. Un viol, ce n'est quand même pas la même chose qu'un adultère et nous ne savons rien de ce que fut la réalité
quotidienne de ce couple. Ce que je crois, c'est que dans un couple, les torts sont souvent partagés. Les femmes sont souvent discréditées pour de très mauvaises raisons. Paradoxalement, dans les
affaires de couple, les hommes sont toujours jugés coupables par principe. Or, c'est bien souvent bien plus complexe que cela, même si l'affaire DSK va encore nous faire passer pour des porcs
incapables de réprimer leurs pulsions.



Marie-Georges Profonde 17/05/2011 08:42



Bien d'accord avec ton passage sur la caricature, ce croisement des oppressions en une seule affaire est frappant. Quant à la vigueur, ça me rappelle les considérations de Berlusconi qui se prend
pour le roi de la virilité alors qu'il n'est qu'un minable client de prostituées... C'est placer l'exploit sexuel bien bas. Il y a de fortes chances que ce soit les mêmes qui s'imaginent que le
clitoris est une pièce de théâtre antique. Maintenant, que tout le monde donne son avis (les journaux, les camarades, les opposants) sur tout et n'importe quoi en prenant cette affaire pour
prétexte (cf. les réflexions moralistes de Debré sur le sexe, comme si le peuple attendait son opinion pour savoir à quelle fréquence il faut baiser), c'est pathétique. On peut penser ce qu'on
veut, il est abject d'utiliser sa notoriété pour se frayer une tribune dans les médias au sujet du "sexe" en rebondissant sur une sombre affaire judiciaire de violences. Hors sujet complet, nos encravatés de la République, mais on avait l'habitude...



toff de aix 17/05/2011 00:00



+1 Lucia, bien vu, et dans le mille! Qu'ils aillent tous au Purgatoire, ces hypocrites, et qu'enfin ils nous refilent quelqu'un de valable! Pour Delanoe, j'aurais presque aquiescé, le seul petit
truc qui me chagrine, c'est l'arrangement avec le clan Chirac pour éviter la prison à ce dernier...ça m'avait mis hors de moi. Perso,n je serais plsu du côté de benoit Hamon (qui hélas est devenu
le caniche à sa martine quel dommage).. En fin de compte je crois qu'il me reste que Méluche : violent, menaçant, intelligent mais réellement "de gauche". Pas comme tous ces gauchistes caviar qui
commencent à me les gonfler menu quoi!


 


bises et bonne soirée