Pour qu'éclate de joie chaque heure et chaque jour

Publié le 21 Mai 2010

 

P210510_13.260001.JPG

 

 

Une douce lumière vous pénètre, vous la sentez qui ouvre et dilate les petites cellules qui vous composent. Ou, plutôt, les petites cellules en question se mettent à ne plus vous appartenir totalement. Soudain, vous devenez cette douceur qui submerge tout. 


On appelle ça : canalisation. Evidemment, la mode nous vient des Etats-Unis : le channelling. Un canalisateur, avant on disait médium, établit le contact, car vous tout(e) seul(e) vous auriez du mal à y arriver avec cette même intensité. Et, ce facilitateur va se relier à un maître spirituel (Jésus, Maître Saint Germain, un ange ou un archange, ou une autre divinité, ça dépend des fois) pour faire vibrer tout, autour et en vous. 


J'avais déjà participé à quelques darshans de Mère Meera, et je dois dire que du point de vue énergétique, ou, si l'on veut, de la force spirituelle, elle atteint un haut niveau de vibration. Le channeling, ou canalisation, est beaucoup plus artisanal... ça se fait en appartement (c'est aussi une nouvelle tendance pour le théâtre : "le spectacle en appartement"). Un petit comité de 10/20 personnes qui partagent un ressenti. 


Nous, mercredi dernier, c'est Jésus (himself !!!) qui est venu nous visiter. Excusez du peu...


Je vous sens jaloux. Ben oui, il avait pris un peu d'avance sur le calendrier, la Pentecôte (la descente de l'esprit saint sur les apôtres) c'est seulement lundi prochain. 


Je me suis demandé, comme certains parmi vous, si tout ça n'était pas du pipeau... si on n'était pas en plein délire schizophrénique (je rappelle que c'est à peu près ça les symptômes, et pas seulement le dédoublement de personnalité qu'on associe habituellement à cette maladie mentale). Etant, par nature et par éducation, très rationnelle et cartésienne, j'ai essayé d'analyser (un peu comme Castaneda l'a fait : l'observation participante en anthropologie) si ce que j'expérimentais correspondait à ce que les autres participants décrivaient. Ma conclusion est que : oui. Ca ne démontre rien, et ça ne le veut pas non plus (faudrait pas me prendre pour Onfray). 


Alors, comme me le disait ma grand-mère, expliquez-moi, vous, comment un bâton peut donner des feuilles et des fruits. 

 

P210510_13.270001.JPG

 

Pourquoi je vous raconte tout ça ? est-ce le lieu ? un blog... une place semi-publique, pour ne pas dire universelle (j'ai quand même 50 visiteurs par jour !)... pour étaler ce qui est plus que de l'intimité... ben oui, parler de ses histoires sentimentales c'est normal, mais parler de spiritualité... et, qui plus est, de ce que ça nous fait... ça rejoint la folie des "mystiques", ou, comme diraient certains, des hystériques. C'est un sujet tabou.


Peut-être pourrions-nous nous interroger sur ce que ça "fait" intérieurement, mais aussi physiquement, la spiritualité. 


Comme on peut vibrer à une cantate de Bach, ou un concerto de Mozart, comme on peut trembler d'amour en pensant à quelqu'un, comme on peut pleurer de joie... 


P210510_08.580002.JPG

 

P210510_08.580003.JPG

 

 

Tous vos doutes me traversent aussi... 


P180510_17.400001.JPG

 

                                                      Photos (c) Luciamel (mai 2010)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Spiritualités - astro

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Béatrice 24/05/2010 10:13



- t'as vu comme je suis balèze en "sans dramatiser " !


Qu' est ce tu veux, je ne joue pas au foot,ça doit être ça effectivement; ( et je suis sérieuse)


Allez, bon foot !



lucia mel 24/05/2010 09:26



@Tini : c'est le côté "je suis fille de scientifique, et je ne comprends rien à la spiritualité" qui m'avait amusée... Si tu écrivais en allemand, te lirais-je ? qui sait ? après mon stage
d'allemand à Berlin, en novembre prochain ;-))))



Tini 24/05/2010 07:32



Je n'ai pas voulu blesser. Pardonne-moi. La spiritualité hors de l'église me semble si personelle. Les anges c'est quelque chose que je sens, sans preuve, sans savoir, sans explication. L'autre
je ne le sens pas (ce qui ne veut pas dire que cela n'existe pas..... mais pour moi c'est trop étrange, trop loin...... On est très différent chère amie. E t puis, me liras-tu en allemand, si
j'écrivais?:)))) Bonne journée, ma belle!


 



lucia mel 23/05/2010 22:52



@Sousou : tout n'a pas besoin de dire... ou d'être dit, le vouloir dire étant notre humaine condition. 


 


@Armando : merci à tout le bleu de ton ciel, au milieu des nuages, de venir par ici. 


 


@Tini : désolée... il est vrai que nul(le) n'est obligé(e) de me lire in extenso... tu peux bien sûr picorer quelques cerises (même si elles sont encore bien vertes, d'où mes photos). Je m'étonne
toutefois qu'une fille de scientifique, comme toi, soit si sensible à la présence des anges... 


 


@Béatrice : "crucifié... le coeur a explosé... en toute légèreté... sans dramatiser", ben, qu'est-ce que ça serait en dramatisant... Allez, jouons au foot, ça nous changera les idées !



Béatrice 23/05/2010 18:09


Merci Lucia pour "le début de la spiritualité," je crois effectivement que lorsqu'on est crucifié,la lumière vient une fois que le coeur a explosé. (je dis ça en toute légèreté. Je veux pas
dramatiser non plus ;) Et Merci aussi Tini, mais, tu sais certains moments de joie sont parfois les souvenirs les plus dangereux / -quand celle-ci s'en est allée. Bisous à toi.


Tini 23/05/2010 13:41



Le texte est trop long pour moi, le début trop spirtuel. Je suis trop la fille d'un scientifique, mais je laisse la porte ouverte, car on ne sais jamais. J'aime beaucoup les derniers phrases et
la chanson de Brel, les photos si lumineuses: Je prends que la cèrise du gâteau, si tu permets.......... Bonne dimanche en plein soleil. Béatrice, je t'embrasse en te souhaitant de plus un plus
de légèreté et lumière..... La tristesse fait partie de nos vie comme la joie. Parfois la joie nous rencontre en très petits morceaux. Il faut la goûter très consciemment et garder son souvenir
comme des bijoux précieux. Je sais que c'est facile à dire........:)))



Armando 23/05/2010 12:01



Très bon moment de lecture en ce dimanche matin. 



Sousou 22/05/2010 19:11



Effectivement, la spiritualité, au sens religieux du terme, ne veut rien dire pour moi.


 


@++


Sousou - Carathésien



lucia mel 22/05/2010 18:53



@Didier : tu es sorti, soit ! mais tu as été touché  par la douce lumière (tu seras pénétré une autre fois... ok,
ok... c'est nul... comme association d'idées  


 


@Sousou : qu'est-ce que la spiritualité pour toi ? tu te dis athée, auquel cas, la spiritualité n'a aucun sens pour toi, ou, comme tu le dis, ça s'assimile à une philosophie. Toutefois, comme tu
es musicien, si je te dis que la musique (sans être une émotion) peut se ressentir intérieurement et physiquement et que les deux se mêlent... ça te parle peut-être et te donne une idée de ce
qu'est un ressenti "d'énergie spirituelle". 


 


@Béatrice : comme la tristesse est le début du bonheur, la souffrance est le début de la spiritualité... a priori, donc, tu es sur le bon chemin ;-)))


 


@Circé : certainement ! d'ailleurs, c'est toujours ça qui me retient de me joindre à ces "groupes" canalisés spirituellement... je me dis que je n'ai pas besoin d'eux pour recevoir (l'unité se
trouvant en chacun de nous, l'univers est lui aussi contenu en chacun de nous). D'autant plus qu'on trouve de sacrés énergumènes (allumés ou illuminés) dans ce genre de milieu... 


 


@Anne : même pour approcher ce genre de trucs, le doute est une donnée essentielle, et, comme tu le dis très justement, arrive un moment où le doute doit être écarté, jusqu'au jour où il revient
à nouveau... 


 


 



anne des ocreries 22/05/2010 12:13



Ah, le doute, j'aime bien, ça fait avancer quand on sait...y mettre fin à un moment donné, bien sûr, et opter. Mais, sans le doute, quelle place y aurait-il pour la pensée, n'est-ce pas ?


Par contre, ce genre d'expériences, là, c'est pas du tout pour moi.