Femmes allions-nous.

Publié le 28 Novembre 2009

                                                                                           Photo (c) Luciamel


"Aujourd'hui, à 30 ans, on commence à penser à sa retraite".

"J'ai 31 ans et j'ai l'impression d'avoir déjà pris du retard pour la préparation de ma retraite."

Voilà, ça m'arrive de regarder la télé, et voilà ce que j'entends, AG2R, nous l'annonce, la retraite : le seul avenir qui nous reste...

Et puis, en musique de fond, j'entends Nicolas Sarkozy : "Tant que je serai Président de la République...", martelé, comme la litanie de celui qui s'acharne à vouloir tout dominer autour de lui.

L'autre soir j'ai aussi écouté Aubry, j'ai vu que sa relation à Chabot n'était pas facile, j'ai admiré son sang-froid, face à Coppé, et sa nonchalance quand Sarnez a voulu lui voler la vedette... Je me suis souvenue que je l'avais soutenue contre tous mes amis (comme j'avais défendu Jospin... à la Présidentielle, contre tous mes amis aussi... : peuple de gauche, quelle pulsion masochiste vous possède depuis cette époque-là ? et vous a transformé en Père Fouettard...) quand elle était Ministre du travail... combien j'avais cru en ses chances, comme je lui voyais les qualités de son père, comme j'avais regretté qu'elle n'y soit pas allée, à la Présidentielle (alors qu'elle avait été pressentie, bien avant Royal). Puis, je me suis laissée séduire par Royal, elle a (contrairement à ce que ses ennemis croient) la pugnacité et la hargne nécessaires pour devenir un(e) chef d'Etat (celui, ou celle, qui ne se laisse pas abattre par les trahisons des siens).

Et puis, j'ai rêvé... j'ai imaginé un monde où les femmes s'associeraient, où elles se diraient que, finalement, face à Hollande (le traître), DSK (le parvenu, manipulé par Sarko, et, par conséquent, très facilement dégommable par son mentor), Peillon (le parasite, celui qui sait se nourrir sur le dos de celui, ou de celle, qui lui a donné vie), Fabius (le zombie), et les autres "petits" caporaux... aux dents très très longues, les femmes avaient un boulevard qui s'ouvrait devant elles.

On les a montées l'une contre l'autre, on a voulu les instrumentaliser. Si elles sont assez intelligentes (ce dont je ne doute pas) elles sauront que leur seule chance est de s'allier.

Royal a voulu faire le premier pas à l'Université d'été (il y a eu ensuite le contentieux lié au livre dénonçant les tricheries pour l'élection de la Première Secrétaire), depuis elles ne semblent pas vouloir s'écharper, ce qui me porte à croire qu'elles ont l'intuition de ce qui peut les servir : l'union.

Alors, je fais ce rêve : femmes allions-nous, pour le bien de nous tous.

Me trouvez-vous trop naïve ?





Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jorge 06/12/2009 15:46


voici le lien http://www.daysire.blogspot.com


Jorge 06/12/2009 15:44


voici le lien


lucia mel 05/12/2009 14:07


@Jorge : en plus de la fille de Le Pen, j'ai vu que sa petite fille s'y mettait aussi... quelle ironie du sort...

Sinon, le lien que tu as indiqué pour ton blog ne semble pas être le bon...



Jorge 04/12/2009 22:16


Merci de l'avoir mis en ligne, c'est bien ce que je voulais, et merci de ta réponse, dont je partage totalement le point de vue. Il serait grand temps de montrer l'exemple, notamment pour tous les
pays convaincus de la suprématie masculine, voile, burka lapidation etc.
Oeuvrer pour une société plus juste et plus égalitaire passe par l'égalité des rémunérations, par la parité, par la représentation politique. Certaines choses avancent lentement (les viols et
violences) mais beaucoup reste à faire.J'aimerais juste voir de mon vivant la France dirigée par une femme (enfin attention, pas la fille de Le Pen, quand même, hein ?) car ce serait comme
l'Amérique avec un président noir. Une belle revanche.


lucia mel 01/12/2009 00:17


Voici le message reçu de Jorge, je le copie-colle, si tel n'était pas son souhait qu'il me le signale et je l'enlèverais :

"Lorsque Madame AUBRY était en charge de son ministère, un surnom courait dans les couloirs : "la mère Hamptoire", féminin imagé mais très vrai.
J'ai su depuis que c'est Santini, comique trublion de la droite, qui était à l'origine de ce bon jeu de mots.
le problème c'est quand même qu'elle a imposé les trente cinq heures sans aucune concertation, convaincue d'avoir raison, et qu'elle a largement contribué à la casse et à la désorganisation de
l'hôpital public.
Surendettés, paupérisés, les gens n'ont pas besoin de travailler moins mais de gagner un peu plus.
Toujours dans ce même ministère que je connais bien, à la fin de ses fonctions Martine AUBRY avait acquis un autre sobriquet qui en dit long : Héléna Ceaucescu.
Quant à Ségolène, moi aussi je l'ai au départ soutenu pour son courage à gauche, sa libre pensée, son incroyable culot face aux éléphants et aux apparatchiks. Elle nous a hélàs montré son
incapacité à gouverner, parce que mal préparée, mal conseillée et flottante sur des dossiers cruciaux.
Lorsque l'on affronte une machine de guerre comme celle de Sarkosy, on doit préparer à fond tous les sujets, et non pas surfer sur la vague de l'amateurisme.
Après sa défaite, et alors même qu'elle a été quand même bonne, elle a complètement fondu les plombs, demandant pardon à tout le monde (une fois ça va, mais trois fois, bonjour les dégâts)elle n'a
même pas été capable de faire reconnaître les magouilles au sein de son propre parti (merci mon ex, félon de première)et pour finir, après s'être lamentablement pouillée avec Martine elle congédie
Vincent le pou, parasite éhonté, je suis d'accord.
Résultat des courses : la déconfiture est durable, et ce ne sont ni Fabius, que les français détestent, ni DSK, que les médias gonflent à mort, qui nous sortiront de cette crise.
mais croire que Martine et Ségolène sauront s'allier, c'est effectivement faire preuve, disons, de candeur.
Et pourtant, il faut absolument que la France accède enfin à une présidence féminine, je suis un homme et en suis malgré tout convaincu.
C'est difficile,lorsque l'on est de gauche, d'accepter ce qui se passe.
Voilà ce que je voulais te dire. Je voulais mettre ce message en commentaire à ton post mais je n'ai pas trouvé la zone commentaire dans ton article."


@Jorge : je ne doute pas que ces femmes, Martine et Ségolène, aient d'immenses défauts... ce qui me tracasse grandement c'est que les défauts de ces Messieurs, Nicolas et Dominique(s), ou Vincent
et Eric, les traîtrises, leurs mensonges, leurs bassesses, leurs approximations, leurs erreurs... ne les empêchent pas d'accéder aux postes de commandement. Qu'attend-on d'une femme pour l'élire
Présidente de la République qu'elle soit le Bon Dieu ou la Vierge Marie ? quelle honte pour la France... quelle honte pour les pays développés, où les femmes sont plus diplômées que les hommes, de
voir leur faible représentation aux postes de direction, ou ne serait-ce qu'à des postes de responsabilité. Quelle honte, d'être les enfants de ces pays-là. Et quel exemple nous donnons aux
pays auxquels nous voulons donner des leçons... "voyez chez nous les hommes et les femmes sont égaux" leur disons-nous... pourtant c'est chez eux que parfois des femmes accèdent aux plus hautes
fonctions, pourtant chez eux les femmes sont parfois plus représentées au Parlement. Oui, je sais, vous me direz, va vivre chez eux alors... Vous ne comprenez pas, je voudrais un "chez moi"
meilleur à leur donner en exemple, et ça c'est le plus beau des minarets : une femme libre (demain dans un billet).





lucia mel 30/11/2009 23:56


@Anne : oui, ensemble, mais pour que nous "femmes" puissions faire partie de l'ensemble... (hommes/femmes) encore faudrait-il que nous nous serrions les coudes (femmes/femmes), or, ce n'est
pas toujours le cas. Et si j'en crois Olympe, aux
prochaines régionales, côté tête de liste, c'est pas vraiment "ensemble" qu'on y va... mais comme toujou,rs : eux devant et nous derrière... Dimanche assez plaisant car nous avons fêté
son JOYEUX ANNIVERSAIRE ! à une très très bonne amie, à Béatrice, pour la nommer ;-))) et il faut dire que joyeux nous le fêtâmes (sans excès excessif).


@Noese : je crois comme toi que tant que nous ne serons pas unies, et nous le sommes très peu, ce monde restera en panne, car nous sommes la moitié de son moteur.



noese cogite 29/11/2009 19:41


J'Aime que les femmes  ne soient qu'une,,une pour aider la vie à être forte devant tant de saletés, tant de saloperies!
Unis , forte pour que nos enfants  puissent ns regarder ds les yeux quand ils ns donnent la main:)


anne des ocreries 29/11/2009 14:03


Oui et non...je trouve qu'on y arrivera seulement quand on aura compris que le monde est à construire ensembles, hommes et femmes...ce qui tendrait à dire que je suis encore plus naïve que toi,
hihi ! :))))
Je crois qu'il va falloir encore du temps, beaucoup de temps. D'ici là retroussons nos manches en tout cas parce que ça ne va pas se faire tout seul !
Bon dimanche Lucia !