Hiroshima ou Chandigarh : c'est loin...

Publié le 4 Août 2012

 

20120430-Toulouse-081.jpg

A Elisa, à St Bertrand de Comminges, le 30/04/2012. Photo (c) Luciamel.

 

 

 

Il vous arrive (?) d'être balayés par une lecture, par une écriture. 

 

Voilà, cet après-midi j'ai été prise par le vent... dans la mousson d'un autre univers. 

 

Depuis, mille chemins s'ouvrent dans mon esprit. Envie de les explorer, de vous en parler. 

 

Je connais Marguerite Duras de longue date... Au lycée (en 1979) une prof de français militante du "nouveau roman" nous avait fait l'apologie de Moderato Cantabile... et moi qui à l'époque lisais Gide, Flaubert, Baudelaire, Nietszche, Dostoïesvsky et... Matzneff... je peux vous dire que Duras ça ne m'avait pas du tout emballée. J'avais, comme j'en ai le défaut, un peu chahuté la pauvre prof remplaçante. 

 

Puis, j'ai vu Hiroshima mon amour... et India Song. Je ne pouvais qu'être bouleversée. 

 

J'ai lu l'Amant, comme de bien entendu, pas vu le film... d'Annaud (à part des extraits sur Youtube), car lui ne m'a pas plu. Et puis quelqu'un... m'a passé (comme on se passe un trésor) Le ravissement de Lol V. Stein... et ce fut Hiroshima ? non, juste Loin de Chandigarh, de Tarun J. Tejpal, mais c'était déjà bien initiateur...

 

J'ai ensuite écrit une nouvelle pour ma soeur, Elisa, avant sa mort... et, je ne le savais pas, pour l'en distraire. Je l'ai intitulée Le bel amant... Bien sûr, en référence à Marguerite Duras. 

 

Aujourd'hui, j'ai été... emportée par son univers, comme Lacan le fut, je me suis sentie ravie par Duras et son écriture, son expérience métaphysique, pourrait-on dire. 

 

J'ai pourtant seulement lu le Hors Série du Monde, Marguerite Duras, La voix et la passion. (en Kiosque !!! août-octobre 2012).

 

Je pourrais vous en citer des tartines...

 

La condition de la femme... L'homosexualité "intrinsèque" aux hommes. Des textes qui me font penser que je ne pourrai plus vivre sans lire Ma douleur (ed. P.O.L., 1995)... "La mort de la mouche" (Ecrire, Gallimard, 1993) me semblant rapprocher l'écriture durassienne d'une certaine spiritualité et rendre plus évidente sa mystique. 

 

Je ne peux que vous engager à vous y (re)plonger... au risque pour vous d'aimer ça... 

 

Je lui ressemble par bien des côtés... ça aussi je l'ai compris aujourd'hui. 

 

L'exil, l'engagement politique, l'écriture, la vie amoureuse, le jeu avec l'alcool (selon elle, son seul amant, et son dialogue avec Dieu, toujours absent...), heureusement pour moi, moins violent... (le dialogue). 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Poésies - musiques

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

luciamel 09/08/2012 23:25


@Euterpe : merci pour tes mots si justes. Le détachement se fait aussi grâce au lien lui-même... ici, il faut comprendre le lien avec Le bel amant :)) ce sont des boucles, des spirales, le passé et le futur se rejoignent, communiquent entre eux étrangement
(un peu comme Proust l'avait pressenti) et comme Einstein l'a théorisé. L'on n'est détaché qu'en se reliant autrement (hors du temps). Une autre façon de comprendre qu'on n'est jamais vraiment
totalement coupé (ni de son passé, ni de son futur, ni de l'au-delà de notre présent). Pourtant notre seule expérience REELLE est l'ici et maintenant. Quel mystère. La mort...  La clé de la
boucle... ou de voûte.

Euterpe 09/08/2012 14:39


La photo est trop petite. Je ne peux pas te dire ce que c'est comme fleurs. Des géraniums sauvages ? Je ne sais pas. Et puis il vaut mieux que nous ne sachions pas car tu vas en faire une
interprétation qui va devenir ton nouveau fil te rattachant à ta soeur.


Pour vivre, il faut savoir aussi lâcher les morts. Peut-être souhaite t-elle que ton coeur soit en paix à son sujet. Peut-être la mort n'est-il pas le malheur que l'on croit.


Dernièrement j'entendais Jean-Marie Pelt à la radio dire qu'il a eu une illumination au sujet de la mort un jour où le médecin, affolé, lui a dit qu'il était en grave danger d'agonie immédiate,
il a acquis alors une fulgurante conviction que la mort n'était pas la vraie vie. Et depuis la mort ne l'angoisse plus du tout.


L'angoisse de la mort empêche d'être vraiment vivant.

luciamel 05/08/2012 14:00


@Lucrecia : on se découvre petit à petit ;)) Oui, le film est très particulier (le film de nos vies aussi...).


 


@Euterpe : je te remercie pour tes questions, elles me paraissent importantes et je ne sais si c'est pour y répondre (inconsciemment) que j'ai remplacé la photo d'Elisa (je n'aurais pas pu la
voir là... tous les jours) par celle d'une fleur des roches (toi l'experte pourras me dire laquelle), prise, je l'ai vérifié ensuite, la veille de l'anniversaire de sa mort... i.e. l'anniversaire
de son dernier jour de vie. 


C'est avec Le ravissement de Lol V. Stein que j'ai vraiment été conquise (ravie) par Duras. 

Euterpe 05/08/2012 09:26


Je crois qu'il faut être dans un état d'esprit très calme très intérieur pour lire Marguerite Duras. Il faut aussi que certaines choses te glissent dessus. Si tu es un petit peu à fleur de peau
et survoltée, tu ne peux pas le lire.


Ma mère aime beaucoup, moi je n'apprécie ses textes que récités par de bon.ne.s comédien.ne.s. Je ne peux pas rester seule avec ce qu'elle écrit.


 


Elisa te ressemble. On voit bien que c'est ta soeur. Elle ne te quitte jamais, n'est-ce pas ? Et si elle vivait aujourd'hui une vie à elle dont tu ne ferais pas forcément partie, est-ce que tu
lui en voudrais ?


 

Lucrecia Bloggia 05/08/2012 06:42


Oh! On ne se connaît pas...


J'apprends que tu as une soeur et qu'elle n'est plus là en même temps. Je suis désolée. Je n'ai pas de soeur.


Qu'est-ce que je connais de Marguerite Duras? Je crois bien avoir lu L'Amant, mais je n'en garde aucun souvenir... probablement que je l'ai lu à un mauvais moment...  d'ailleurs, si je me
réfère à mes années passées, elles étaient "un mauvais moment" en général.


Par contre, j'ai écouté les huit minutes de la vidéo sans broncher. J'étais exaspérée au début, puis j'ai été happée par le récit. Bon signe.


Merci de me sortir de ma zone de confort tout en arrivant à me faire apprécier ces nouvelles références. ;¬)


 

luciamel 04/08/2012 23:02


@Anne : le numéro hors série du Monde est vraiment extra ! (pour avoir une idée complète et détonnante du personnage).

anne des ocreries 04/08/2012 22:50


Jamais réussi à lire un de ses livres en entier....hasards et concours de circonstances.....j'y retournerai !