Je m'souviens ma mère m'aimait

Publié le 12 Août 2011

20110812-FKDL-004.jpg

                              Photo (c) Luciamel, oeuvre de FKDL, rue Montorgueil, le 12/08/2011

 

 

 

"Il a raison Sarkozy, ça devient intolérable, je suis noir, je vis en France depuis des années, je travaille, d'autres sont obligés de travailler au noir... pour survivre, ces gens-là nous pourrissent la vie, nous devons faire comme à Londres, nous défendre !"

 

Un homme africain de forte stature, est venu à mon secours alors que je me faisais agresser par deux jeunes filles roms à un distributeur de billets, rue de Clichy, à 9h ce matin.

 

Elles m'ont encerclée, m'ont bousculée, ont tapé rapidement le montant maximum sur l'écran, j'ai crié : "Non ! allez-vous-en !". Voyant une grosse liasse de billets sortir du distributeur j'ai paniqué, attrapé l'argent, la carte bancaire, et me suis retournée vers elles : "Partez !". Rien n'y faisait, l'une m'aggripait, l'autre s'apprêtait à saisir son butin. C'est alors que mon sauveur est arrivé, il avait tout vu, accompagné d'une dame en boubou, et de deux "Français" ordinaires, ils ont fait bloc, ont plaqué contre le mur l'une des agresseuses, l'autre ayant été rattrapée par le deuxième homme. Tous sont restés jusqu'à l'arrivée de la police, voulant témoigner, voulant que cela cesse !

 

Une vieille dame est passée au moment où les jeunes filles étaient emmenées menottées dans la voiture de police. Elle a eu pitié : "Oh, les pauvres ! elles volent pour manger". La policière s'est indignée : "Non, Madame, elles ne volent pas pour manger, elles ont beaucoup plus d'argent que vous, elles se font un salaire moyen en une journée". Elle était d'autant plus en colère qu'elle savait que les personnes âgées sont les premières victimes de ces bandes organisées.

 

J'ai fait ma déposition, j'ai porté plainte. L'officier de police m'a expliqué que c'était leur quotidien, en une journée sur le 9e et le 2e arrondissement, il y avait des dizaines d'agressions et d'interpellations chaque jour. Les jeunes étaient relaché(e)s immédiatement et on les retrouvait bien souvent à un autre commissariat quelques heures plus tard. Il se désolait qu'on n'en parle pas dans les journaux, les attaques devant les distributeurs, les vols de smartphones, les attaques de vieux dans les entrées d'immeubles devenant monnaie courante. Il a aussi regretté que la police soit si mal vue... On s'imagine qu'ils sont les "méchants"... qui s'attaquent aux "pauvres"...

 

Pendant que j'attendais pour ma déposition, j'ai vu le "public" du commissariat d'un vendredi matin du mois d'août : un Monsieur souffrant d'Alzheimer ayant oublié où il habitait, une jeune policière s'est évertuée à retrouver dans son carnet d'adresses tous les gens qui auraient pu le connaître, parmi sa famille, ses voisins... elle a finalement réussi à reconstituer le fil de sa vie :

 

"Vous habitez à telle adresse, tous les jours une infirmière vient vous faire une piqûre le soir, lundi prochain une aide à domicile vient vous voir, nous allons vous raccompagner chez vous.

- Chez moi ? mais comment allez-vous faire pour me raccompagner chez moi ? pour ouvrir la porte ?

- Mais vous avez vos clés dans vos poches, et puis maintenant nous savons où vous habitez.

- Ah! c'est bien."

 

Je me dis que je deviens une "vieille conne"... que sans doute ça serait plus gauchement correct de défendre les Roms... envers et contre tout, de s'outrager qu'ils soient expulsés de partout... de suivre Béa quand elle me dit que tous ne sont pas des délinquants... qu'on ne peut pas jeter l'opprobe sur toute une communaute sous prétexte que 50% vivent de la criminalité...

 

Moui... Je vais reprendre le karaté. Et même si c'est mal vu par mes amis de gauche, je vais préférer les fliquettes de la rue de Clichy qui aident les vieux Messieurs à retrouver leur maison aux jeunes-filles venues des pays de l'est qui agressent (lâchement et salement) les vieilles dames (comme moi).

 

Et tout se finit en chansons...

 

Le galérien

 

Je m'souviens, ma mèr' m'aimait
Et je suis aux galères,
Je m'souviens ma mèr' disait
Mais je n'ai pas cru ma mère
Ne traîn' pas dans les ruisseaux
T'bats pas comme un sauvage
T'amuses pas comm' les oiseaux
Ell' me disait d'être sage

J'ai pas tué, j'ai pas volé
J'voulais courir la chance
J'ai pas tué, j'ai pas volé
J'voulais qu'chaqu' jour soit dimanche
Je m'souviens ma mèr' pleurait
Dès qu'je passais la porte
Je m'souviens comme ell'pleurait
Ell' voulait pas que je sorte

Toujours, toujours ell' disait
T'en vas pas chez les filles
Fais donc pas toujours c'qui t'plait
Dans les prisons y a des grilles
J'ai pas tué, j'ai pas volé
Mais j'ai cru Madeleine
J'ai pas tué, j'ai pas volé
J'voulais pas lui fair'de peine

{1ère version:}

Un jour les soldats du roi
T'emmen'ront aux galères
Tu t'en iras trois par trois
Comme ils ont emmn'nés ton père
Tu auras la têt' rasée
On te mettra des chaînes
T'en auras les reins brisés
Et moi j'en mourrai de peine

J'ai pas tué, j'ai pas volé
Mais j'ai pas cru ma mère
Et je m'souviens qu'ell' m'aimait
Pendant qu'je rame aux galères.

{2ème version:}

Je m'souviens ma mèr' disait
Suis pas les bohémiennes
Je m'souviens comme ell' disait
On ramass' les gens qui traînent
Un jour les soldats du roi
T'emmen'ront aux galères
Tu t'en iras trois par trois
Comme ils ont emmn'nés ton père

Tu auras la têt' rasée
On te mettra des chaînes
T'en auras les reins brisés
Et moi j'en mourrai de peine
Toujours, toujours tu ram'ras
Quand tu s'ras aux galères
Toujours toujours tu ram'ras
Tu pens'ras p't'ètre à ta mère

J'ai pas tué, j'ai pas volé
Mais j'ai pas cru ma mère
Et je m'souviens qu'ell' m'aimait
Pendant qu'je rame aux galères.

 

 

 

 

 

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0
Commenter cet article

lucia mel 17/08/2011 19:50



@Paul : absolument passionnant et essentiel ce que tu écris, comment faire pour vivre avec la conscience de ces réalités-là ? de ces imperfections-là ? Je me demande parfois comment un être comme
Jésus (mythique ou réel) a pu au moment de la trahison dire à Pierre : " En vérité je te le dis : cette nuit même, avant que le coq chante, tu m'auras renié trois fois. " et ne pas le
renier lui-même, et lui dire "Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon église". Comme tu le rappelles c'est avant tout un cheminement intérieur, il est là le renoncement au
système, ne pas adhérer aux valeurs auxquelles on s'oppose, ne pas renier celui qui nous renie.


 


@Euterpe : hier, une étudiante de l'école s'est fait agresser dans la rue par deux types qui l'ont menacée en lui demandant de leur donner son portefeuille. Là, pas de sas de sécurité (ça existe
aussi à Paris, au commissariat on m'a bien recommandé de ne retirer de l'argent que dans ces endroits-là). Je ne sais si ça veut dire que deux mondes se côtoient : celui des nantis et celui des
exploités. Je crois que face à ces injustices, ces inégalités de plus en plus flagrantes certains savent comment tirer leur épingle du jeu, comment profiter. Je crois qu'une organisation
criminelle est en train de tisser ses mailles sur nos failles. Ne désespérons pas, ça va nous obliger à nous réveiller, à défendre encore plus la justice, l'égalité hommes/femmes, le respect de
l'humain.


 


Pour ce qui est de DSK : si ce type sort libre des Etats-Unis... ça sera bien la preuve que l'Amérique a trahi ses valeurs. (ils auront du mal à nous donner des leçons ensuite sur Polanski and
co).


 


 



Euterpe 17/08/2011 17:03



c'est moche et je compatis moi aussi.


N'empêche que c'est typique de Paris qui est une ville surpeuplée où la fracture sociale est absolument énorme d'installer des distributeurs d'argent à même la rue !


Je ne vais pas chaque fois présenter Berlin comme un exemple à suivre, mais là au moins, tu rentres avec ta carte dans des petites salles protégées où les agressions sont moins possibles. En plus
elles ont l'avantage de pouvoir abriter un.e clodo par ci par là en hiver où c'est chauffé parce que quelqu'un de charitable l'a laissé.e rentrer et personne ne peut l'embêter là-dedans (c'est
bouclé de l'extérieur par contre il/elle sort comme il/elle veut).


Dans une société injuste c'est plus pauvres comme un peu moins pauvres. Et pendant ce temps les nantis dévorent le monde y compris ceux du PS qui ne sont pas moins nantis que les autres comme on
a pu le voir avec DSK.


L'anecdote sur le film de Kubrik, c'est vrai, tu l'avais déjà mentionnée. Il faut que je le publie sur le blog angrywomenymous !



paul 17/08/2011 10:23



oui c'est ça. tout reconstruire de zéro


la plus part des contestataires font de l'opposition, c'est à dire qu'il reproduisent les mêmes valeurs de la construction de base du système mais en faisant l'opposé de l'existant dominant. donc
en fait ils ne sortent pas du système.


quand marx parle de lutte des classes, moi ce que j'ai compris de ce que j'ai lu, c'est qu'il décrit le fonctionnement du système capitaliste, montre que cette lutte des classes est une mauvaise
chose induite par les circonstances et le fonctionnement de ce système. il appelle à dépasser cette lutte des classes : donc en fait à construire un autre système qui ne générerait plus ce
système de classes, qui sont en lutte par rivalité d'intérêt économique.


quand certaines féministes parlent de politique du mâle, elles mettent en lumière que ce qui est la source de ce système c'est le sexisme, qui d'une part hyérarchise les valeurs et les individus
liés à ces valeurs, et que d'autre part, la valeur de hyérarchisation radicale du système, c'est le sexe d'une part, et le sexe masculin d'autre part. elles appellent donc à ce que l'on
construise un système dans lequel les valeurs ne seraient plus "sexualisées" et plus hyérarchisées.


Or


qu'observe-t-on chez la plus part des militants marxistes, anarchistes, féministes !


si ce n'est la continuation de la rivalité de groupe de référence hyérarchisant leurs intérêts et leurs valeurs les uns contre les autres.


qu'il soit nécessaire de reconnaître que des individus s'identifiant à des valeurs hyérarchisées d'appartenance à un groupe, bourgeoisie ou mâle, sont des dominateurs qui font souffrir les autres
est une chose incontournable. mais l'autre, indispensable pour construire un autre système et ne pas reproduire celui qui nous fait souffrir, est de reconnaître en quoi nous risquons, par
rivalité, colère due à la souffrance, de reproduire le système et donc chercher à construire comment construire un autre système d'identité et de relation sociale.


et c'est selon ma lecture athée des Evangiles, ce que précaunise à la racine Jésus. mais aussi Gautama.


L'un comme l'autre, qu'ils aient été réels ou mythologiques, ont été totalement dépassés par ceux qui s'en sont prétendus les continuateurs.


Ce que les communistes critiquent dans les religions chrétiennes et bouddhistes par exemple, ce n'est pas l'esprit des fondateurs. c'est ce que les humains ont fait en prétendant se référer aux
fondateurs. c'est l'église, chtaolique, protestante que l'on vise en tant qu'appareil à hyérarchiser des individus selon des critères arbitraires n'ayant aucun rapport avec les potentiels
socio-individuels. ce sont ces structures et ces dogmes imposant des comportements et des places aux individus, qui finissent par ne plus avoir de rapport avec l'esprit de simplicité des
Evangiles.


ce que nous visons, ce sont les institutionnalisations abusives de toute source de construction des sociétés, ce sont les obscurantismes émergeant de ces abbus d'interprétation masquant la
reproduction des systèmes antérieurs, donc la non évolution des mentalités prétendument volontaires au changement.


ce qu'il y a derrière tout ça, c'est que très souvent, pour réellement soi-même évoluer, il faut faire d'énormes efforts de patience à partir des textes et des échanges pour comprendre tout ce
qu'il y a à reconstruire sur soi-même puis dans la société, à partir des textes marxistes ou évangéliques.


or


bien souvent


presque pour tout le monde


ces efforts de patience


ne sont jamais faits


les gens lisent rarement marx et les autres marxistes


idem pour les évangiles


quand ils le font


leur mode d'application est le mimétisme, la mémorisation, le par-coeur.


or plus encore qu'un texte philosophique, les textes religieux doivent être interprétés, adapté par chacun au travers de l'échange avec "les autres"


et ça encore


ce n'est plus du tout fait


on veut être sûr de son identification à la référence textuelle très vite, tout de suite, pour assurer son identité de membre d'un groupe. on se presse de devenir communiste ou chrétien... et de
pouvoir s'opposer avec d'autres à ceux qui ne sont pas membres des groupes alliés : on reproduit le moteur de l'échec de l'humanité, la rivalité mimétique, faire le même sous apparence de
contraire, dominer le monde par alliance de nombre et de force de conviction idéelle... c'est l'esprit de satan... ou de prométhée.



lucia mel 16/08/2011 21:08



@Paul : que dire ? si ce n'est que ton approche me parle, qu'effectivement je perçois chez les premiers chrétiens une liberté, et une tolérance qui a disparu avec le temps. Les femmes étaient
disciples de Jésus, à l'égal des hommes et avec une place parfois privilégiée (comme Marie Madeleine). Le machisme, oui, j'imagine combien d'hommes souffrent de cette domination-là, celle des
pères, celle du clan. Vous aussi, hommes, avez un combat à mener contre cet ordre-là, pour trouver le chemin de la vraie liberté (ce qui ne consiste pas à détenir et défendre un pouvoir transmis
ancestralement mais à tout reconstruire de zéro).


 


Merci pour ton commentaire, ton témoignage et ton désir de liberté.



paul 16/08/2011 12:08



à Lucia


si si je vois très bien le rapport entre les évangiles, une bonne partie des écrits chrétiens et le marxismes ou le communismes ainsi que le féminisme. beaucoup de communistes ont d'ailleurs
soulignés, que bien qu'athées, il n'y avait aucune contradiction entre l'éthique des évangiles et celle du communisme ainsi que le marxisme. marx n'a d'ailleurs pas, contrairement à ce qu'on lui
fait dire, stygmatisé les religions en lesquelles il reconnait tout au contraire un phénomène anthropologique et social très structurant et fondaeur des éthiques issu de l'espoir des peuples à
plus d'équité, de justice sociale et d'altruisme.


l'exemple de la chine est comme celui de ce qui a été fait avec staline et ses successeurs : ce n'est pas du communisme, mais une reformulation des régimes ancestraux propres à ces cultures
foncièrement hyérarchisées, violentes, et étatiques. Les communistes dans ces régimes, notamment sous staline ont été parmi les premières victimes des guerres, des camps, des prisons de ces
régimes.


j'ai pas besoin du communisme ou du marxisme pour me sentir isolé, je le suis depuis mon enfance, mon adolescence, inspiré par des féministes comme Kate Millett quand j'avais 15 ans, du fait de
mon constat de n'avoir rien à partager avec le modèle culturel masculin qui m'est imposé par le sexisme ambiant : je n'ai pas eu d'amis dans mon adolescence, pas d'amoureuse, ni plus tard
d'ailleurs, et toujours énormément de difficultés à trouver à être embauché en devant toujours taire beaucoup de choses, fayoter à mort... et toujours finir par être démasqué comme associable,
mauvais camarade sans complicité virile, misandrie atavique. En fait, là encore, les prémisses du féminisme sont présents notamment dans les Evangiles de saint gens, dont certains chercheurs
pensent que l'auteur pourrait être une autrice.


bref


dans les Evangiles, il y a déjà communisme et féminisme. par la suite bien des penseurs chrétiens ont développé des idées sociales, qui ne seront pas suivies, mais qui préfigurent celles de nos
époques. Saint Augustin, Saint françois d'assise etc...


Le gros problème humain, comme tu le soulignes, c'est la corruption, la tentation du mal qui est très bien ciblé par la parabole de la tentation de Jésus : la domination, être maître du monde,
dominer l'autre, se l'approprier, l'exploiter à son bénéfice égoïste, l'individualisme, l'égoïsme.


Ces idées ne sont pourtant pas le propre des Evangiles, elles sont présentes de façon plus diffuse, moins centrale que dans les évangiles, dans de nombreuses mythologies Grecques, notamment avec
le mythe de Prométhé qui est reprise et valorisé par l'esprit libéral individualiste égoïste depuis la renaissance, la conquête du monde par la classe marchande, c'est à dire les adorateurs du
veaux d'or. ça encore, c'est biblique.


donc pour moi, le marxisme ou le communisme, n'est qu'une expression moderne, scientifique, contemporaine, de très anciennes sources philosophiques chrétiennes, elles mêmes inspirées d'autres
sagesses antiques.



lucia mel 15/08/2011 13:22



@Paul : ah, tu es communiste ;)) je pense à la Chine, ils le sont toujours communistes, non ? ça fait du monde quand même, ne te sens pas trop isolé. D'autres sont chrétiens. Tu ne vois pas le
rapport ? pourtant il me semble qu'il y en a un. L'idéal de fraternité, d'égalité (pour la liberté, les premiers comme les seconds ne sont pas très disserts), en un mot "d'amour de l'humanité".
Le problème dans ces cas-là c'est toujours l'humain... très facilement corruptible. Ca donne de nombreuses dictatures (soi-disant prolétariennes, soi-disant évangéliques) ici-bas. Car, ne
l'oublions pas, nous sommes ici, bas.


NB : Polanski l'a échappé belle, DSK risque gros. J'ai foi dans ce qui nous dépasse, insconscient collectif ou divinité... comme il te plaîra de l'appeler.


 


@Floréale : se défendre soi-même, j'ai fait du kempo un certain temps (art martial japonais proche de l'aïkido), le "maître" disait que s'il se faisait agresser dans la rue son premier réflexe,
sa première réaction, serait de FUIR à toutes jambes, de surtout éviter de se battre. Auto-défense première leçon. Ensuite, face à deux jeunes filles qui pour se faire mieux entendre sortiront
les couteaux (je suis sûre qu'on va vers ça), car, ne l'oublie pas, ce sont deux femmes qui m'ont attaquée, je crois qu'il nous faudra trouver d'autres armes : l'éducation, la promotion sociale,
me semblant les meilleures (car j'imagine que ces deux jeunes filles ne sont pas vraiment libres de décider par elles-mêmes). 


Comme toi j'ai du mal à vraiment adhérer à la propagande castriste ou chaveziste. Pourtant, il faut des Robespierre et des Jacobins pour faire des révolutions. Après, on doit leur couper la tête.


 


@Toff : généraliser... une agression, deux jeunes filles roms, les policiers m'indiquent que ce sont des dizaines d'interpellations identiques auxquelles ils font face chaque jour... je dirais
qu'il y a un problème social clair, une communauté qui profite des failles d'un système : l'organisation de la justice. Pour info : cette nuit on m'a volé mon vélo en bas de chez moi. Je ne
généralise pas, j'ai été agressée jeudi pendant ma leçon de conduite : une femme rom a voulu me voler mon sac sur le banc arrière de la voiture, vendredi deux jeunes filles m'agressent en plein
jour, dans une rue avec beaucoup de passage, à 5 minutes d'un commissariat, dimanche on me vole mon vélo. Je ne généralise pas : je témoigne de ce que je vis. Tu le sais, je n'aime pas les
dimanche soir, mais là c'était un matin. Mais tout va bien ;))) en plus, Julien et moi on est allés à la messe à Notre Dame pour la fête de Marie ;))


 


 


@Noèse : oui, je crois que ces gens (les femmes, les enfants, les vieux) sont des victimes d'un système mafieux et machiste qui n'est que la reproduction de nos valeurs les pires, à cela une
seule réponse : l'état de droit, la justice. Comme ils l'ont compris en Norvège, défendre encore plus nos valeurs, si durement acquises : égalité hommes/femmes, riches/pauvres, liberté
d'expression, fraternité... entre les cultures.


 


 



noesecogite 15/08/2011 12:31



Bien contente que tout se soit   finalement bien passé!


J'ai de la difficluté avec les roms que j  ai vus....les femmes avec de três jeunes enfants   ou des femmes vraiment très âgées,,,,qui passent leur journée a quêter:(


Malaise


 



toff de aix 15/08/2011 02:36



j'espère que ça va mieux Lucia...


 


Pour ma part chaque agression est condamnable ET punissable, soyons d'accord là-dessus... Mais prenons surtout garde à ne pas généraliser, à ne pas stigmatiser : il y a des gens bien partout, et
des salauds itou... que ça soit chez les Roms, ou dans la Police...hélas.. Je ne généralise pas, je constate et j'essaie de ne aps réagir à froid (chose très dure, surtout après une agression, ça
m'est déjà arrivé, une bande de "djeuns" à 20 contre moi, je sais de quoi je parle, c'est TRES traumatisant...et on a envie de Justice!)


 


Je t'embrasse.



Floréale 14/08/2011 22:47



Je me souviens avoir vu Armand Mestral chanter "la complainte de Mackie" dans l'Opéra de quat'sous de Brecht au TEP il y a très longtemps... dans ma vie d'avant. Un bon souvenir.


Je suis absolument convaincue qu'il est bon qu'une femme sache se défendre elle-même, rien à foutre si c'est considéré "individualiste". Le B+A=BA ici:


http://www.editions-zones.fr/spip.php?page=lyberplayer&id_article=60#chapitre1


Les forces physiques déclinent avec l'âge, on devient plus vulnérable, c'est certain...


 


Fidel Castro humaniste, ça me fait bien rigoler. Les gonzes élevés chez les jésuites comme lui et Chavez, j'ai pas confiance. Je ne doute pas que leur gentillesse soit impitoyable, comme dirait
l'autre ici:


http://comite-de-salut-public.blogspot.com/2011/08/france-hospice-ciel-ouvert.html


Par contre ce lien est intéressant:


http://survie.org/francafrique/article/on-joue-mieux-avec-un-ballon



paul 14/08/2011 14:50



non, il n'y a pas eu agonie du communisme : ça c'est ce que la propagande bourgeoise capitaliste nous a imposé de croire !


il y a eu implosion d'un certain système soviétique qui dès son lancement était déjà critiqué par les marxistes (comme rosa luxemburg par exemple) puis a été critiqué ensuite pas les "non
alignés" comme Fidel Castro dont en revanche l'humanisme est évident et dont le projet a remarquablement bien "réussi" d'où toutes les attaquent infâmantes qu'il subit depuis son départ à lui.


Le projet communiste continue à se construire à Cuba, au Vénézuella notamment de façon avouée et de façon moins avouée dans d'autres pays du monde ou sous d'autres formes plus locales ou sous
d'autres formes comme à Auroville.


la propagande anti communiste est infiltrée y compris chez les anarchistes car nous sommes les seuls à fonder notre système sur la remise en cause de la liberté individualiste de s'approprier des
ressources et des moyens de productions, autrement dit la propriété privée capitaliste, et de spéculer sur les besoins d'autrui en ces ressources et moyens de productions. en fait pas les seuls
puisque avant les communistes, les thomistes avaient de semblables positions.


oui il y a un rapport avec l'affaire dsk : le viol est le fondement du système capitaliste. il consiste à dominer autrui en le privant du fruit de ses compétences, de son pouvoir de réponse à un
besoin par un échange équitable.


je me fous complètement de revandications fantasmagoriques des ordures comme dsk et polansky. ils méritent la prison à vie et sont non-recyclables même par le meilleur des systèmes de
rééducation.