Le colosse....

Publié le 15 Décembre 2010

 

P121210_14.020001-copie-1.JPG 

                                                            photo (c) Luciamel 

 

La nuit porte conseil

 

La nuit efface les blessures

Les monstres du soir venu

Au petit matin ont disparu

Le Cap des Tempêtes si sûr

De Bonne Espérance est devenu

 

Nous pouvons reprendre la route.

 

 

 

 

 

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Poésies - musiques

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lucia mel 17/12/2010 21:18



@Toff : les colosses, en tombant, font bien des dégâts... essayons de rester petits, mais, comme nous sommes immenses pour les fourmis... 



toff de aix 17/12/2010 19:03



le colosse, comme le reste, cache ses fragilités. Je l'ai compris le jour où j'en ai vu un se faire mettre à terre dans un tournoi de judo : le bruit qu'il fit alors était bien plus important,
bien plus grand, bien plus intense que n'importe quel autre corps en chute jusqu'alors. Et les dégâts sur mon esprit furent énormes : désormais je cultive ma petitesse : pour vivre heureux,
vivons petits !


 


bises Lucia



lucia mel 16/12/2010 19:56



@Simon : les pieds d'argile... 



simon.gaetan 16/12/2010 11:25



Le colosse s'hérode toujours aux pieds...



lucia mel 16/12/2010 07:30



@L'oiseau  : oh, c'est sans doute l'approche du départ... 


 


@Mike : j'ai dû effacer les traces de mes pas... les traces sur le sable... mais je suis montée sur le bateau. J'emporte ton message et celui de Thierry, l'oiseau, dans mon bagage.


 


 



MHPA 16/12/2010 07:23



Lucia, je sais que tu écris.
Ecris pour vivre, écris tout le temps, sans arrêt et dès que tu le peux. Exprime tout, ou n'exprime rien, car tes silences seront, de toute façon, aussi significatifs, écris pour respirer,
pour rugir, pour crier.
Au début,  j'ai cru que "le colosse" 'était une allusion au livre "le colosse de maroussi", d'henry miller, ode merveilleuse à la grèce toute entière et aux êtres fabuleux dont cette terre
recèle encore et toujours (mythiques, mythologiques ? aurions-nous tendance à dire ?)
N'hésite pas à le lire.
Et après de tels textes, sache que je ne pourrais dire simplement "beau billet", ou quelque chose s'en rapprochant, ça serait dérisoire car c'est bien au-dessus et c'est bien au-delà que tu te
promène, désormais...
Merci.



En tout cas lis le si tu ne l'a jamais lu



O passàrinho 16/12/2010 06:30



Est-ce l'approche des fêtes qui te rend si triste et amère ? Je n'aime guère te voir ainsi, Lucia. 


Beijinhos.


O passàrinho