Mes yeux, si beaux, si petit Dieu

Publié le 9 Mars 2010

 




Meus lindos olhos, qual pequeno deus                                      Mes yeux si beaux, si petit Dieu,
Pois são divinos, de tão belos os teus.                                     Oui, si divins, qu'ils sont les tiens,
Quem, tos pintou com tal feição                                                 Qui te les a peints avec une telle intensité
Jamais neles sonhou criar tanta imensidão.                               Jamais n'a cru les décrire en telle immensité

De oiro celeste,                                                                           De l''or céleste,
Filhos de uma chama agreste                                                     Fils d'une flamme agreste
Astros que alto o céu revestem                                                 Astres que le ciel revêt
E onde a tua história é escrita.                                                   Et où ton histoire est écrite.

Meus lindos olhos, de lua cheia                                                 Mes yeux si beaux par la lune pleine,
Um esquecido do outro, a brilhar p´rá rua inteira.                     L'un de l'autre oublié, l'un à l'autre éperdus,
Quem não conhece o teu triste fado                                         Qui connaissent ton triste fado
Não desvenda em teu riso um chorar tão magoado.                 Qui révèlent dans leur rire une plainte si douloureuse.

Perdões perdidos                                                                      Pardons perdus
Num murmúrio desolado                                                            Dans un murmure désolé
Quando o réu morava ao lado                                                   Quand l'accusé habitait à côté
Mais cruel não pode ser.                                                           Rien ne pouvait être plus cruel

Este fado que aqui canto                                                           Ce fado qu'ici je chante
Inspirou-se só em ti                                                                    N'est inspiré que de ta vie
Tu que nasces e renasces                                                        Toi qui nais et renais
Sempre que algo morre em ti                                                      Dès lors qu'en toi quelque chose meurt 
Quem me dera poder cantar                                                      Comme j'aimerais pouvoir chanter
Horas, dias, tão sem fim                                                             Des heures, des jours, sans fin...
Quando pedes só pra mim                                                          Quand tu me demandes, à moi...
Por favor só mais um fado.                                                        S'il te plaît, encore un fado.

(traduction (c) Luciamel)




Ah, comme ça rassure de lire les résultats des entreprises du CAC 40. Quel bonheur d'apprendre que les organismes financiers, mais surtout les banques, ont réalisé des bénéfices colossaux en 2009. Au moins notre argent aura servi à quelque chose. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres... c'est aussi les déboires des industries (Renault, PSA et compagnie) qui les obligeant à faire allégeance, et à s'endetter, a soufflé des dividendes à tous ces actionnaires assoiffés. Des vampires, vous dis-je. Des vampires.

Le mur sera terriblement dur. Nous le savons.

Eux, les nantis (les gros actionnaires, et autres "riches" profiteurs du travail du plus grand nombre) se disent que tout est au mieux dans l'Adam Smith des mondes... Tout se régule, le bas, le haut, la droite, la gauche, les noirs, les blancs... avec le marché et son libéralisme. Vas-tu te poser des questions parce que tu es un "héritier" ? non ! tu vas, naturellement, essayer d'en profiter (tu serais bien bête de ne pas utiliser les relations de papa/maman, de ne pas défendre, chèrement, ta place, celle du favorisé  : les pauvres sont si nombreux... soyons logiques, à partager équitablement toutes les richesses ça ne créerait, au bout du compte, qu'une immensité de "pauvres", alors qu'en favorisant une classe de privilégiés on préserve intact... LE REVE.  Avec en prime, le principe du Loto, tous y ont un accès -surtout les pauvres, car quand on lit les livres consacrés aux "millionnaires gagnants du Loto", on se dit qu'ils étaient tous pauvres avant ! et que seuls les pauvres gagnent, c'est, par conséquent, la justice du "libéralisme économique", vous, pauvres, vous pouvez devenir riches grâce au Loto...). C'est Metropolis
 



Ce qui me désole (pour rester "sobre") c'est le discours
"des gens de gauche" et je puis vous dire que les extrêmes me plongent dans un abîme de perplexité... Les anarco-gauchistes-écolo-trotskistes me hérissent le poil. Je suis socialiste. Royaliste. Que voulez-vous, je suis fidèle. Je me souviens des quolibets sur mon blog (et d'autres blogs "féminins", car de féministe ils n'avaient rien) quand j'osais mentionner le nom de Ségolène Royal. Je pense que les femmes ont été les juges les plus sévères, les plus cruelles, à son endroit. 

Je suis fidèle à certains idéaux, je le répète avant elle j'étais une fervente de Lionel Jospin... (quelle déconvenue de voir comment, lui et sa femme, l'ont démolie : un manque de vision certain). 

Vous qui aujourd'hui vous apprêtez à "donner une leçon à la gauche", à faire entendre votre voix... (avec Le Pen, avec Besancenot, avec Duflot...) dites-vous que vous ne servez qu'un maître : le pouvoir en place. 

Oui, vous entendez négocier votre place dans les conseils régionaux... était-ce la meilleure méthode que d'affaiblir ceux qui, dans votre camp, pouvaient l'emporter ?

Ah, vous calquez votre stratégie sur celle de la guerre. Ah, oui... 

Que savons-nous de la vie ? si ce n'est le conflit ? Et je n'élève pas la compassion en exergue pour contrebalancer l'injustice (car quel marché se compare à celui-là... celui de la charité ? l'obligation d'empathie avec la souffrance d'autrui... quelle hypocrisie ! quelle tromperie...).

C'est comme l'amour... tiens ! pas de plus grande escroquerie que celle de la "charité"... (voyez toutes nos associations caritatives, que de mégalos à y prospérer...), les bons sentiments... ah, comme ça se vend bien dans les milieux bobos de gauche (que de fils et de filles de bourgeois "priviliégiés" de gauche qui s'engagent et "font carrière" dans l'humanitaire).

L'amour... n'est "rentable" que tant qu'il vous rapporte (c'est comme le CAC 40). 

Est-ce choquant de le dire ? profiter de la misère d'autrui pour se faire valoir (qu'on fasse partie d'une association humanitaire n'y change rien) est une bien triste chose. La gauche se doit ne pas rester assise sur de bons sentiments. La gauche doit avoir le courage de se critiquer, et même de faire profil bas... Il ne suffit pas de prendre la défense des faibles et des plus démunis (bien que ça soit chose fondamentale), encore faut-il avoir la poigne, la réponse, la ferveur qui portera l'ensemble de la population.


 

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lucia mel 12/03/2010 17:33


@José : tu parles d'une époque où être "révolutionnaire" signifiait libérer des gens de prison, libérer la parole, sortir des carcans, aujourd'hui se disent "révolutionnaires" des fonctionnaires,
ou des abonnés de l'Etat : refusant de participer au capitalisme et d'être exploités dans les entreprises, ils n'en refusent pas pour autant de recevoir un RMI ou RSA, payé par les impôts de ceux
dont ils méprisent la vie. 

Les vampires d'aujourd'hui ne sont pas ceux d'autrefois (merci pour la référence à Zeca Afonso), les vampires sont les nantis, les privilégiés, nous sommes tous les vampires de plus miséreux que
nous. 

J'ai lu ton "truc", on en reparle à mon retour de vacances... ;-)


J.Earthwood 12/03/2010 09:19


Bon, puisque tu parles de vampires, je voudrais juste ajouter ma petite dose de gauchisme un peu gauche que je vais essayer d'exprimer sans gaucherie aucune.
...A toda a parte chegam os vampiros
Poisam nos prédios poisam nas calçadas
Trazem no ventre despojos antigos
Mas nada os prende às vidas acabadas São os
mordomos do universo todo
Senhores à força mandadores sem lei
Enchem as tulhas bebem vinho novo
Dançam a ronda no pinhal do rei Eles comem
tudo eles comem tudo
Eles comem tudo e não deixam nada...
Eles comem tudo eles comem tudo
Eles comem tudo e não deixam nada...
Note : inutile de te dire que c'est écrit par José Afonso... Et moi, ça me rappelle, quand à 12, 13 ans   j'écoutais Radio Moscou rien que pour entendre cette chanson et "Fala do
homem nascido" de Antonio Gedeao et interprétée par Adriano Correia de Oliveira...
A+
Je t'enverrai un truc que j'ai écrit "Monologue avec ma vieille branche de gauche"...


yane 11/03/2010 23:12


en dehors de tout, un petit coucou, et bravo pour ta perceverence
tu me reconnaîtras 


lucia mel 11/03/2010 21:53


@Thierry : "qu'est-ce que Ségolène Royal aurait pu faire de plus, de mieux ?" voilà bien une question que tu ne te serais pas posée si François Hollande, ou Lionel Jospin (ton favori) s'était
présenté... n'est-ce pas ? là, tout de suite, avec ces Messieurs, comme par miracle, je suis sûre que tu verrais tout ce qui aurait été fait... mais s'agissant de la "dame du Poitou" soudain se
posent des problèmes de sémantisme "bravitude", de communication "fra-ter-ni-té"... de sérieux. Ben oui... est-ce que finalement ce n'était pas mieux Sarkozy que Royal ? pourquoi n'oses-tu pas dire
les choses comme tu les penses franchement ? car ce n'est qu'à compter de ce moment-là que la gauche, mais aussi toute la société, pourra un peu avancer...


@Simyo : merci !!!

@José E. : franchement ? oui !!! mais en me méfiant beaucoup plus de certains qui se disent de gauche et d'extrême gauche que des gens de droite. Les dernières élections (à compter de 1995), la
gauche les a perdues à cause des masochisme/sadisme/mégalomanie de beaucoup de gens dits de gauche. La stratégie de l'extrême gauche étant clairement de favoriser la droite (pour affaiblir le PS et
gagner des "parts de marché"), les écolos semblant partis sur la même logique... ça me désole.

@Jeffanne : merci, on se demande... comment on va se sortir de ce traquenard, qui se resserre de plus en plus. 


jeffanne 11/03/2010 20:11


quel article...
Treès sensé qui pourrait s'appliquer à différents partis, lesquels agissent rarement dans le sens de leur promesses... profits et spéculations....


J.Earthwood 11/03/2010 15:10


Mais c'est vachement à gauche tout ça !?!... Oh, mais tu vas avoir des roblèmes, toi, tu vas avoir des problèmes ! -:)


Simyo 11/03/2010 00:20


Excellent !


Bluebird 10/03/2010 06:36


Comme tu as raison. J'adhère à la quasi intégralité de tes propos - à un petit détail près, je reste un jospiniste convaincu. Ceci dit, je me pose une question : qu'est-ce que Ségolène Royal aurait
pu faire de plus - ou de moins - si elle avait été élue ? Malheureusement, nous avons l"euro, nous ne pouvons pas faire fonctionner la planche à billets comme nous le souhaitons. Le bouclier fiscal
? Bien sûr mais cela ne suffirait pas à couvrir le coût d'une véritable politique sociale qui devient de plus en plus utopique, qui que ce soit qui emporte la prochaine présidentielle. Tant que ce
n'est pas Nicolas Ier...

Beijinhos
Thierry