Million dollar woman

Publié le 8 Mars 2011

 

MDB-n-2-017.jpg 

                            photo (c) Luciamel, Gif-sur-Yvette, joueuse de "touch rugby".

 

 

 

J'aime pas les trucs tendance (fashion week... oblige) : alors, Galliano ? Pourtant ça s'est passé juste à côté de chez moi, un café devant lequel je passe presque tous les jours, fréquenté par les mannequins et stylistes, La Perle, hiver comme été, tous les jours de la semaine c'est bondé, avec autant de gens sur le trottoir qu'à l'intérieur. 

 

J'aime pas sacrifier à l'actualité : combien de blogueurs ne font que copier/coller/macher/digérer des titres glanés à droite à gauche... sur des sites d'info. Et Marine Le Pen ? et les sondages ? et Kadhafi ? tiens... on ne parle pas beaucoup de Chirac... Mais c'est pourtant comme ça, à faire le perroquet, qu'on est bien classé "en politique" au Wikio, ou autres sites de blogueurs. On vous demande de commenter et de réagir, en vous pliant à l'actualité. Ca n'est pas réfléchir. Ca n'est pas penser. 

 

J'aime pas les marronniers : aujourd'hui c'est la journée de la femme... ou le carnaval, à vous de décider. Les marrons, les châtaignes, j'aurais bien envie de faire comme à Ivrea près de Turin, de les balancer comme ils le font là-bas avec des oranges pour se souvenir de la révolte du peuple au Moyen Âge qui s'était retourné contre son tyran (entraînés par la fille du meunier). Et puis, je mélangerais tout : la Lybie, la Tunisie, l'Egypte, la banlieue, l'Islam, Marine Le Pen, Sarkozy, Galliano, Kadhafi, les hommes machistes et tortionnaires, les violeurs, les profiteurs, les femmes dominatrices et castratrices, les privilégié(e)s... pour leur balancer à travers la gueule des marrons, des châtaignes, des oranges, des tomates... bref, pour un jour, de fêter Carnaval ! Et puis de continuer, pas seulement pour Carnaval, pour demain, pour après demain, continuer à protester, à gueuler, à dire non, à ne pas se laisser rouler dans la farine, dans les entourloupes de l'endormissement de nos consciences. 

 

Dimanche dernier j'étais à Gif-sur-Yvette pour une rencontre de "touch rugby" féminin, j'en ai encore des courbatures... Je voudrais seulement dire combien le sport d'équipe est important pour nous femmes, combien nous devrions apprendre à penser "collectif". Je suis désolée de travailler dans une petite société où les salariées sont à 100% des femmes, et où c'est chacune pour soi, où (ça revient au même) ça fonctionne en petit clan : on navigue pour favoriser ou dégommer une personne, c'est-à-dire, pour nous femmes, à désigner celle qui pourra représenter la maman. On a du mal à s'associer pour faire gagner tout le monde (je me suis battue pour obtenir gain de cause pour nous toutes, tant que c'était l'intérêt de chacune j'ai été épaulée, puis quand on n'a plus vu si je pouvais servir à cela on n'a pas hésité à me dégommer). Or, il se trouve que dans notre entreprise les femmes sont sous-payées, la profession est dévalorisée... Il n'y aurait qu'en se liguant, en se serrant les coudes qu'on pourrait faire avancer la condition de toutes. Mais, les femmes ne pensent qu'à leur petit intérêt personnel : leur couple, leur famille, leur petite personne, et, surtout, il leur faut empêcher qu'une autre (qui n'est pas leur "maman") puisse être valorisée. Elles seront les plus cruelles avec celle qui veut se détacher du lot, car une seule le peut : maman. Et maman, ça ne peut être que soi. 

 

 

MDB-n-2-020.jpg

                                     Photo (c) Lucas B., Gif-sur-Yvette, "touch rugby"

 

 

 

 

   
       
                                                          Photos pour Julien :
MDB-n-2-015.jpg
MDB-n-2-013-copie-1.jpg 
MDB-n-2-018.jpg 
                                                  Photos (c) Luciamel et Lucas B.

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0
Commenter cet article

lucia mel 13/03/2011 23:35



@Toff : oui, c'était ma journée "j'aime pas", tiens, ça me donne l'idée d'un prochain billet... j'avais un jour fait

toff de aix 13/03/2011 11:44



salut lucia, je suis de retour!


ça fait plaisir de revenir ici...pour ce qui est de ce sujet, sérieusement je pense qu'il n'y a pas une façon bonne de voir le monde, de le vivre, mais il y a autant de façons que de
personnes..pourquoi commenter l'actualité serait mieux, ou pire, que de penser à soi à sa petite personne en priorité, sans se préoccuper du monde chaotique autour de nous?? Tout ça est très
subjectif en fait mais je peux comprendre ceux qui se coupent de la brutalité de ce monde, ou du tintamarre incessant de l'actualité..


 


En fait c'est presque mon cas en ce moment : depuis début janvier, j'ai décidé : plus de TV, plus de radio, car trop de négatif sur lequel je n'ai pas de prise. Alors ok, il me reste le web, je
continu à m'informer et à écrire mais le fait dêtre coupé de ces sources de débilitude que sont la TV et la radio m'a déjà fait beaucoup de bien...


 


bises lucia



lucia mel 13/03/2011 10:54



@Clovis Simard : intéressant ton blog (je tutoie les blogueurs) !!! "mar yam", la goutte de la mer en hébreu; la mer : "o mar" en portugais est masculin, "mar yam" la goutte de l'océan (toutes
les eaux communiquant entre elles). CQFD ;)))


 


 


@J.Earthwood (José) : oui, ça me prend parfois, comme les colères de l'océan... a "Canção do mar". 


 


 



J.Earthwood 12/03/2011 23:27



Ta mosaïque me plaît car elle va de Galliano à un
match de touch rugby, truc que je ne connaissais pas (tu sais bien que mes origines font de moi un amateur de football et de corrida)… Toujours est-il que la révolte n’a pas de limites dès qu’il
s’agit de toutes les tares que tu énumères, violeurs, tortionnaires, Marine Le Pen,…


J’aime tes coups de gueule (là encore les œillets
ont marqué mon esprit de manière indélébile)…


J’ai aimé ta nouvelle vision du carnaval et je
citerai Frédéric Dard qui disait que les femmes manquaient d’ambition en voulant être les égales de l’homme alors qu’elles lui sont tellement supérieures…



clovis simard 12/03/2011 17:50



Bonjour,


Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.
      
Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.


La Page No-17: MARIE ! OUI, LA MÈRE DE DIEU !


LA GOUTTE DE LA MER ! THÉORÈME DE MARIE


Mathématiques d'EULER. LET IT BE !


Cordialement


Clovis Simard



lucia mel 10/03/2011 23:26



@Julien : au "touch rugby" il n'y a pas de mêlée ;))) car, justement, il n'y a pas de plaquage. Ca ressemble étrangement à ce jeu de nos cours de récré : la balle au prisonnier, celui qui est
touché perd la balle. 


 


Oui, tu as raison de me rappeler que les femmes ont des qualités qui leur sont propres. J'aimerais qu'un jour on ait des qualités qui ne soient pas liées à notre sexe, ou genre, mais en tant que
personne (toujours liée à un groupe, il va sans dire, qu'il soit culturel, social ou historique, mais pas si fortement marqué par l'appartenance sexuelle). 


Je crois que face au mur dont tu parles ce n'est plus ni le couple (homme/femme, ou h/h ou f/f), ni la famille, qui seront le rempart, seul l'humain pourra émerger, ou couler. 


 


 


 



Julien 10/03/2011 13:40



Merci pour ces trois photos, prisent durant la mi-temps peut être. Je m'attendais à une photo de mêlé de femmes emmêlé qui serait venu appuyer tes propos sur la cohésion... sociale et féminine.
Allez, j'arrête de te charrier. Merci également de nous avoir fait découvrir Tasha... !


Si, selon toi, les femmes n'ont pas appris à être solidaire, elles ont d'autres valeurs. En revanche, et pour revenir ;) sur un sujet qui me préoccupe, nous verrons bien d'ici la fin de l'année
ou encore l'année prochaine si les hommes et/avec les femmes peuvent être solidaires face au mur que l'on va se prendre. Parceque c'est bien ce
dont on "perçoit" plus ou moins consciemment en ce moment. Le barrage du mensonge va bientôt céder!


Certains me diront que c'est facile de dire cela ou qu'il faut être optimiste, cultiver notre bonheur quotidien pour faire face aux difficultés de la vie (j'ai entendu/vu cela de la part d'un
psy). Oui, bien sur, il est toujours plus facile de lutter à deux que tout seul par exemple, mais... j'aime bien
faire remonter certaine chose parfois devant ce volontaire brouhaha médiatique!



lucia mel 09/03/2011 21:23



@JEA : oh, merci ! ce marronnier-là me parle mille fois plus que tous ceux dont les journaux nous assomment.


 


@Anne : ben oui, j'étais un peu carnavalesque ;))) 


 


@Solveig : si tu le permets je t'accompagnerais bien chez les Trappistes. 


 


@Julien : oui, les femmes, comme les hommes avant elles, risquent de se fourvoyer dans l'égocentrisme, mais avec un handicap supplémentaire elles n'ont pas appris à être solidaires, elles ont
tendance à ne la penser qu'au sein de clans de "copines" ou de leur couple/enfants. Pour les photos collectives, elles ne me semblaient pas très... présentables... tiens, je vais les rajouter. Tu
as raison, le "touch rugby" c'est HYPER PHYSIQUE et très épuisant. 


 


@Béatrice : la solidarité, du moment qu'on est entre femmes, la défense des intérêts collectifs disparaît. Les Jeanne D'Arc, les Arlette Laguiller, sont des pucelles, c'est pas anodin. Pour la
vidéo, je ne sais si je pourrai la poster sur le blog (mais elle existe !). 


 


 


 


 



Béatrice 09/03/2011 19:29



- Moi, je bosse dans un milieu où il n'y a que des interimaires, - donc aucun moyen de se regrouper pour se défendre. On nous parle plus mal qu'à des rats, - je n'ai fait que 2 jours : - Pas
assez flexible, ni concentrée (sur un texte débile à répéter à l'infini) et surtout obeissante, a sa "Maman", ma chef d'équipe.


- Un de ces jours, je n'aurais plus jamais de boulot...Faudra trouver autre chose, devenir herbivore et m'installer - sans piquet - Au milieu d'un champ...


- A propos de champ, j'adorerais voir une vidéo de ton touch-match !



Julien 09/03/2011 14:46



J'aime bien ce billet mêlé de colère et de revendication. Après le patriarcat, qui présentait ses limites, voici le matriarcat, où toutes veulent devenir  "La Maman"... . Il est vrai qu'avec
le déclin en flèche du patriarcat il reste à réinventer un nouvel équilibre "vertical" si j'ose dire. Parceque l'horizontal, selon moi, présente encore plus de limite, non?


En tout cas, merci de ce point de vue de l'intérieur. Il y a une phrase qui signifie bien l'état dans lequel nous allons tout de go: "Elles seront les plus cruelles avec celle qui veulent se
détacher du lot".


Comment faire alors pour "marquer", faire ressortir sa différence?


Attention Lucia, le Touch Rugby est un sport éreintant. Il y a peu de pose!


Ps: Tiens, c'est drôle, il n'y a pas de photo du collectif!