More, my Lord

Publié le 13 Avril 2010

05042010

 

Tant de choses à lire sur Google reader... et bien plus partout ailleurs (je termine la lecture des Justes, de Camus). Qu'est-ce qu'un blog ? et qu'y écrit-on ? toujours et encore je reviens à cette question. Voici un temps, je dénonçais la tendance boboïsante consistant à vouloir faire de son blog un espace littéraro... sorte d'atelier d'écriture en ligne. Il me semble, en effet, que le "lieu blog" suppose une nouvelle forme d'écriture, entre journalisme et billet d'opinion. Je ne crois pas trop au "roman" ou à "la nouvelle" diffusés sur le Net. J'ai moi aussi été tentée par le genre : ce fut Le bel amant (ici en rubrique sur la droite de l'écran), mais cette histoire je l'avais écrite pour ma petite soeur, pour l'amuser, elle qui ne pouvait bouger de son lit, j'imprimais le nouvel épisode et le lui portais au fur et à mesure, elle l'appelait Le bel ami, le dernier ayant été écrit après sa mort.

 

Je dois vous l'avouer, quand je vois sur vos blogs des feuilletons s'annoncer, avec des personnages et des constructions romanesques... ça me barbe vite. Ne vous étonnez donc pas que je ne commente pas trop. Une personne fait peut-être exception : Nina. Ses histoires sont très courtes : un ou deux paragraphes, son style est ramassé, intense, percutant. Anne et L'oiseau se sont tous deux lancés dans "l'atelier d'écriture", et ils ont raison : ils écrivent fort bien, mais... (pardon!) la fiction ce n'est pas ce que je préfère dans les blogs... J'aime plus y deviner le reflet de votre vécu.

 

Vous me direz "tu charries"... et vous aurez sans doute raison, car j'ai aussi râlé contre les "blogs politiques" qui reprennent en abîme les infos servies par leurs médias ou blogs de prédilection... en ce moment ça pourrait être les retraites, ou la rumeur de la rumeur... (tiens, mais moi je n'ai pas écrit un truc là-dessus ?), ou encore la Pologne... Et, sinon, de quoi pourrait-on parler ??? si ce n'est de ce qui est déjà largement rebattu en large, en long et en travers, un peu partout ?


05042010(003)

 

Ce qui me plaît c'est de suivre les fils conducteurs... J'avais lu ce texte de Dorham où il abordait un thème religieux, j'en avais même conseillé la lecture dans mon précédent billet, puis fus surprise de retrouver Dieu chez Mtislav, je découvris enfin qu'il y avait une chaîne (on dit un tag) : et remontant à la source de celle-ci, je tombai sur Nicolas, qui lui-même avait lu Dorham (ce dernier ayant, en commentaire de son billet, questionné l'athée sur son athéisme, je rappelle au passage à certains lecteurs de Dorham qu'athée s'écrit avec "ée" à la fin, même au masculin, c'est comme lycée, ou musée... pardon, si la remarque fait un peu prof de français... il se trouve que je l'enseigne, le français, aux étrangers...).

 

Le plus curieux c'est que dans la fameuse chaîne (le tag) plus personne ne parlait de Dorham ni de son billet, ni ne lui répondait vraiment, non, tous s'étaient focalisés sur le tag d'un certain Unhuman... et sur des questions dérisoires et néanmoins amusantes.

 

Alors pour revenir au point de départ : Pâques et la résurrection. Oui ou non Jésus a-t-il ressuscité, est-il ressuscité ? comment pouvons-nous le concevoir ? comment ce thème est-il abordé par les artistes d'aujourd'hui ? J'ai dans mon précédent billet fait référence aux chanteuses (et chanteurs), je voudrais à présent renvoyer sur le site d'une galerie : L'art de rien  qui consacre une expo à cette question du religieux traité par de jeunes artistes plasticiens contemporains.

 

J'étais au vernissage, j'ai admiré son oeuvre et eu la chance d'échanger avec Barbara D'Antuono sur sa perception du synchrétisme religieux et de la simplicité avec laquelle elle envisage une spiritualité moderne; d'autres artistes en ont une approche plus ironique, ou plus politique, voire par moments "satanique" (messe noire). Peu de photos de ses oeuvres sont accessibles sur Internet (mis à part sur le site de la galerie, c'est sa Vierge Marie qui illustre l'affiche). 


Parlant du religieux dans l'art contemporain, je ne peux oublier de mentionner mon cher ami Simon Gaetan. Il est lui aussi sur mon Google reader et je ne rate aucun de ses textes ou de ses dessins. 

 

 

05042010(004)

                     photos (c) Luciamel (finalistes Benjamins à Montreuil le lundi de Pâques 2010)

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Ce clip découvert aujourd'hui en cours... conseillé par un de mes étudiants (débutant complet en français) il paraît que ça fait un tabac en Allemagne (si si, il y a un rapport avec la résurrection). L'artiste a pour nom de scène Stromae (anagramme de Maestro)

 


 

 

Rédigé par Luciamel

Publié dans #blogs et blogueurs

Repost 0
Commenter cet article

lucia mel 15/04/2010 22:18



@Béatrice : de son vrai nom Paul Van Haver, compositeur et interprète, né à Bruxelles, il est belgo-rwandais ;-))) Bonne fin de semaine, et bonnes vacances ! (dans le privé, pas de vacances...
"alors, on danse, la la la la lalala...")


 


 



Beatrice 14/04/2010 19:07


C'est vrai qu'il est super ce clip et cet artiste aussi. J'y vois comme de la culture marocaine ds la façon de danser.Me trompje ? Bonne fin de semaine.


lucia mel 14/04/2010 18:40



@Thierry : j'aime la littérature, la poésie, ce que j'aime moins c'est la littérature sur internet (je crois d'ailleurs que les écrivains qui tiennent des blogs y écrivent autre chose que dans
leurs livres, ou autrement...). J'aime être engagée dans quelque chose quand je lis un blogueur : une réflexion, une interrogation, une émotion. Parfois le "littéraire" des blogs me semble un peu
trop "joli", mais... ce n'est qu'une opinion, que dis-je, une impression.


 


 


@Simon : je voulais justement t'envoyer un sms à ce propos : une "Tartine", je préfère. ;-))


 


@Mtislav : les photos ne sont pas totalement hors sujet, c'était le week end de  Pâques ;-)) et puis il y a la communion finale, et les coupes, ils sont 11 joueurs... (les apôtres, sans
Judas et sans Jésus). Certaines blogueuses, en effet, transcendent le genre littéraire, mais je crois que le blog n'est qu'un prétexte, une sorte de brouillon... et que dans ce cas, de "grand"
talent, à un moment ou à un autre on s'arrête d'écrire sur le blog pour essayer d'être publié "en vrai". Le blog n'est pas un lieu littéraire en soi, il est avant tout un lieu de communication.
Non ?


 


Dieu n'est ni formaté, ni formatable, soit ! C'est tout le problème des religions. 


 


 


@Dorham : j'aime quand des courants circulent... et celui que tu as initié a touché pas mal de gens, surtout Nicolas. Les athées qui sont obsédés par Dieu, oui, nous en connaissons, Onfray... par
exemple, mais là, comme il s'attaque à Freud... on risque de rigoler... après il s'attaquera à... Marx, ou Gandhi... 



Dorham 14/04/2010 13:09



Bah, je ne m'offusque pas tu sais. Je suis bêtement content d'avoir exposé clairement ce qui me titillait depuis quelques jours. Comme je n'ai pas une position "extrêmiste", cela n'engendre pas
vraiment de débat. On réagit davantage aux textes de ceux qui prétendent qu'il faut faire du saucisson avec tous les croyants, ou ceux des cathos intégristes qui aimeraient
démontrer que Dieu est blanc et d'origine picarde, et qu'il lui tarde de bouter le sarrasin hors de nos frontières.


Ce que je constate toutefois, c'est que - bien que croyant - c'est la première fois en trois ans de blogs que je parle de Dieu dans un billet et que chez certains athées, on y revient
presque toutes les semaines. Est-ce là le comportement d'un athée authentique ? Je ne le crois pas. C'est leur obsession, pas la mienne :)



mtislav 14/04/2010 12:10



C'est amusant de voir les photos de la compétition de foot... Je
partage ce que tu dis sur les blogs, reste que certaines parviennent à transcender le genre.  Pour Dieu,  ce n'est pas sûr qu'il entre aisément dans le format.



s/g 14/04/2010 10:50



Dis moi, on se fait une " Tartine" ou un "Pachyderme"  après les vacances scolaires de Pâques



Bluebird 14/04/2010 06:09



Merci, Lucia, de ton compliment quant à mon talent d'écriture. Et ne t'excuses pas de ne pas aimer, si nous étions tous touchés par les mêmes choses, ce serait bien triste. Je te comprends
parfaitement, moi-même, je préfère les gens qui se dévoilent. Peut être parce que j'en suis incapable ?


Beijinhos.


O pàssarinho