On n'est pas tout seul à avoir des vies de congés !

Publié le 11 Décembre 2010

Je répondrai plus en détail, plus tard. Merci à Julien, Toff, Mike, Thierry, l'oiseau (passarinho) et Jeffane : vous êtes mes anges du vendredi (TGIF : Thanks God It's Friday) et du samedi matin. Je mettrai les liens plus tard (car, là, je suis super en retard : je dois me faire un masque au chocolat, si, si !, et courir vite à un rendez-vous avec mon neveu).


Non, je ne suis pas au plus profond du désespoir, le billet d'hier est parti d'une blague... euh... si, si !!! je parlais à Béatrice (de choses pas très marrantes : nos vies de con...), et puis j'ai dit, pour nous rassurer et nous remonter le moral, "oui, c'est vrai, je peux me dire "quelle vie de con, j'ai" mais, on est nombreux à être dans le même cas". Puis, on a parlé de mes prochaines vacances, mes congés... Ca nous a fait rire, les congés !!! et  "vie de con, j'ai"... 

 

Alors, j'ai décliné... "ma vie de con, j'ai..." 

 

Je vous l'accorde, mon humour est... spécial, un peu portugais peut-être, je ne sais vraiment...

 

Moi aussi, je VOUS AIME, et, promis, mon prochain billet parlera d'AMOUR, d'ESPOIR, et sera tout léger léger (j'ai déjà une idée). 

 

A l'instant sur FIP, Jean Constantin... (petit clin d'oeil à Béatrice). 

 

 

 

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lucia mel 12/12/2010 11:13



@Mike : ah ça, ce qui ressemble au cri du désespoir ? c'est le blues portugais, on l'appelle fado. La saudade, oui, ça va avec... c'est la nostalgie, le regret de ce qui te fait crier "Aline !
pour qu'elle revienne" ;))


 


 


@Anne : ben oui, les vendredis soirs sont parfois redoutables, heureusement dans ce cas-là, comme dans les autres, ils sont suivis d'un samedi. En plus, aujourd'hui, c'est déjà dimanche matin :
le moment que je préfère dans la semaine.


 


 


@Thierry, l'oiseau "passarinho" : toi, tu le connais si bien, le fado... tu sais, que sa plainte dépasse la personne du ou de la fadiste. C'est, comme le blues, un chant de l'âme, c'est elle qui
crie, au-delà de soi. Alors, il te faut, maintenant, t'approcher de l'humour à la portugaise ;)). L'humour, le dernier niveau d'accès à une langue-culture. 


 


 



O passàrinho 12/12/2010 06:39



Tant mieux, alors, j'avoue que j'étais inquiet.


Beijinhos.


O passàrinho



anne des ocreries 11/12/2010 14:19



Ah, bin avec mes retards continuels, moi j'ai raté un épisode ! Le truc bien, c'est que au moins, je pars en sachant que c'est de l'humour ! ☺



MHPA 11/12/2010 12:18



Ouf...
Encore un coup de la mélancolie portugaise, alors ! (saudade, c'est bien ça?)