Pour qu'éclatent de joie, chaque heure et chaque jour

Publié le 1 Décembre 2009

 

                                                     (photo Luciamel, octobre 2008)


 
Tout alentour ça s'offusque, ça rougeoie, ça s'enflamme, ou ça éructe de joie... Pour quelle révolution ? quelle grève ? combien de têtes coupées ? de manifestants emprisonnés ? Pour l'instant un seul, libéré sous caution, et avec contrôle électronique à la cheville.

Nos amis Suisses, si pacifiques, si neutres, si... prompts à aller dans le sens du poil, nous font, coup sur coup, un peu de rentre dedans, dans nos consciences endormies, nos libertés... si fades, et si peu exportables... qu'elles ploient au moindre souffle de vent, venu du désert, venu des terres arides, venu... de notre passé.

Nos amis Suisses font face : à la France et ses droits des artistes, ses privilèges des privilégiés... (les Frédéric Mitterrand, les Carla Bruni et consorts, la famille Seigner, et toute une élite "rassise" et rapide à s'émouvoir que l'un des siens soit emprisonné... pour un crime de droit commun, pourtant, et c'est cela l'égalité des droits et des devoirs !).

Nos amis Suisses ont le courage de mettre les pieds dans le plat !

Quand allons-nous arrêter notre hypocrisie ? quand allons-nous dire clairement que "ça suffit !", quand allons-nous revendiquer haut et fort nos valeurs ?

Voilà ce que 51%  (taux de participation) des Suisses ont dit dans une proportion de 57%
"oui" à l'interdiction des minarets.

J'aurais voté "non".

Comme j'aurais voté "non" à l'interdiction du voile à l'école, ou prochainement à celle de la "burqa"...

Pourtant, je leur tire mon chapeau : bravo ! vous n'avez pas froid aux yeux.

Ils ont du cran, eux qui, pour ce qui est de l'égalité homme/femme, n'ont pas trop de leçons à donner (comme peu de pays en Europe d'ailleurs...), leur dernier Canton à avoir légalisé
le droit de vote des femmes l'ayant fait en 1971 !!! (le Portugal ne l'aura accordé en 1931 qu'aux seules diplômées de l'enseignement supérieur, et en 1975 à toutes les femmes, la France nous le savons c'était en 1945). Eux qui copient (pour la partie alémanique) leurs valeurs sur l'Allemagne voisine, et qui ne conçoivent que très difficilement qu'une femme travaille si elle a des enfants... (pour eux, elle est considérée comme une "mauvaise mère" si elle ne reste pas à la maison à les élever pendant leurs 5 premières années).

Mon étudiant Markus (29 ans, spécialiste de placements fiduciaires) m'avait déjà averti la semaine dernière qu'il allait voter "oui" mais qu'il pensait que le "non" allait l'emporter. Aujourd'hui, il essaie de comprendre et d'analyser. Il lit tout ce qui se publie dans tous les pays européens, il va nous faire un exposé jeudi prochain... (je vous ferai un compte rendu).

Pour lui, le fait principal est que les femmes se soient prononcées massivement pour le "oui" à l'interdiction, comme si elles sentaient qu'il s'agissait, là, de défendre leur liberté... Il se demande si la campagne récente dans la presse, montrant que les jeunes musulmanes ne pouvaient pas s'intégrer (interdiction d'aller à la piscine, de faire du sport avec les autres) n'avait pas exacerbé les peurs. Il lui semble essentiel de défendre certaines valeurs, il se dit issu d'une famille conservatrice mais aux idées progressistes.

Il a l'impression qu'il ne faut pas avoir peur d'affirmer ses valeurs.

Je me souviens de Jean-Jacques... lui qui déjà admirait... leur belle démocratie. On ne peut pas les condamner pour leurs excès, ni leurs intolérances... on pourrait leur reprocher, plutôt, de trop facilement fermer les yeux... sur nos propres bassesses, nos perversions. Que ceux qui se méfient du peuple... relisent leurs classiques (et regardent dans le miroir de leurs élitismes).

Ils ont donné un coup de pied dans la termitière... et ici, je ne pense pas aux minarets, car je respecte tous les symboles religieux, mais bien à nos lâchetés.

Quand on n'a que l'amour...





Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0
Commenter cet article

lucia mel 03/12/2009 23:27


@Béatrice : d'accord avec toi concernant Dieu, et aussi au sujet au sujet des phares.


Beatrice 03/12/2009 17:18


Oui, oui, j'ai bien compris et je suis d'accord pour dire Non, Non au prosélytisme de Toutes les religions qui font souvent tant de mal à tant de monde et de plein de façons.
 Porter Dieu ds son coeur ne nécessite, à mon avis pas de signe extérieur.
  Et quand au phare, bon, faut dire qu'il y a des phallus utiles ! LOL.
Béatrice


lucia mel 02/12/2009 22:42


@L'oiseau : merci de me comprendre ;-))

@Béatrice : les Suisses ont dit "oui" à être contre... les minarets, en d'autres termes ils disent "non", en disant "oui"... et ce sont majoritairement les femmes qui se sont prononcées de cette
façon. Donc, tu serais d'accord avec elles (si j'ai bien compris).

@Dorham : pour le symbole phallique, je te laisse régler ça avec Béatrice ;-) mais est-ce que tu as déjà bien regardé un phare ?

Pour ce qui est de l'ironie, ou de la difficulté à bien percevoir le sens de mon billet, j'ajouterai simplement ceci :

Les Suisses (et les Suissesses) ne se sont pas prononcés sur des questions d'urbanisme ni d'architecture (il faudrait être naïf pour le croire) mais bien sur des questions symboliques qui touchent
à des valeurs qu'ils disent occidentales. Ils ont voulu adresser un message au monde musulman, non de rejet, puisque la pratique religieuse n'est pas en cause, mais de limitation de son
prosélytisme, et de ce qu'ils ressentent comme une remise en cause de la vie en commun. N'oublions pas que la récupération par le parti populiste ne s'est faite que dans un deuxième temps, il est
certain que ses sympathisants ont eux aussi voté massivement "oui" à l'interdiction.

Mais sachons voir que les Suisses à 57% ne sont pas tous d'extrême droite, et que leur vote indiquait à la fois une peur diffuse (l'islamisme, la burqa, l'enfermement de la femme
musulmane...), et une volonté d'affirmer qu'ils n'ont pas peur de faire face.

J'aimerais rappeler que depuis Rousseau... les Suisses ont aussi accueilli les parents d'un certain Tariq Ramadan, lui-même né en Suisse, où il a pu, ainsi que son frère,
poursuivre la diffusion des études islamiques. Et que de ce côté-là, de l'accueil des intellectuels, ou du droit d'asile... nous n'avons pas trop de leçons à leur donner.

@Julien : merci pour ta visite ! Je pourrai en savoir plus demain, car Markus va nous faire un exposé sur cette "votation", en ce qui le concerne le vote "oui" était très clairement une volonté
d'affirmer sa défense des valeurs "occidentales", il se dit progressiste et ne votait pas "oui" en espérant que le "non" passerait, il croyait que ça allait se jouer à un ou deux points, mais que
le "non" l'emporterait. La suite demain... ou vendredi.


@Mtislav : les Suisses ou ces Messieurs de Port Royal... ben, moi ça me va Pascal, et son pari...





mtislav 02/12/2009 15:56


Le type qui vote "oui" pensant que de toutes façons, c'est le "non" qui l'emportera. Ils sont encore jansénistes ou bien ils ont autorisé les jeux de hasard ?


Julien 02/12/2009 10:03


Lucia, en fait c'est pire que ça sur le droit de vote de la femme dans mon petit pays. En 1971 c'est le droit de vote à l'échelon national qui a été "accepté" par référendum. Certains cantons l'ont
fait avant et d'autres après. Le dernier est Appenzell Rhodes-Intérieur... en 1990... imposé par le tribunal fédéral. Il s'agit d'un canton retiré dans des vallées de 15'000 habitants.
Depuis 1971, le retard a été rattrappé (pas assez certes): le gouvernement compte 3 femmes sur 7 membres, la proportion de femmes parlementaires est supérieur à la France (pas encore assez, oui),
et en 2010 les 3 plus haut postes de l'Etat seront tenu par 3 femmes. Il y a encore beaucoup de boulot ceci dit! Bon c'est pas le sujet.

En fait, je voulais réagir à l'attitude de ton étudiant Markus. Je pense réellement que de nombreux suisses ont voté oui en espérant que le non passe. Il y a même des politiciens qui appellaient à
"voter oui car le non l'emportera s". Ces gens voulaient donner un signal politique... et ce sont brûlés les doigts.  C'est à cause d'eux que le oui est passé si largement. D'ailleurs, même
l'UDC ne pensait pas gagner. Dimanche après-midi, il était assez piquant d'écouter les "leaders" de l'UDC qui se sentaient gêné d'avoir gagné (en tout cas en suisse romande).

Enfin, Dohram, la Suisse avec 22% d'étranger reste une terre d'accueil. Je n'ai pas de chiffre sous la main mais je me rappelle très bien lors de la guerre en ex-Yougoslavie que les ministres
français se pavanaient devant les caméras pour avoir ramené 30 réfugiés kosovars alors que 10% de la population kosovar se trouvait en Suisse. Enfin, c'est de cette Suisse là dont je suis fier mais
peut-être que je me berce d'illusions passées...


Dorham 02/12/2009 09:05



Tout d'abord, pour commencer, je souhaiterais dire que le minaret n'est absolument pas un symbole phallique. C'était en premier lieu un batiment usuel, une sorte de phare en fait, placé à
l'entrée des ports. C'est ensuite devenu un lieu d'observation, pour épouser toute la ville tout en s'y intégrant et "apporter la lumière". Le minaret est une création chrétienne qui a été
reprise par l'Islam.

Si l'on va visiter la Grande Mosquée de Paris, on peut y distinguer un minaret, bien malin celui qui pourrait pourtant deviner où il se trouve, car les minarets n'ont pas forcément la forme
que notre imaginaire leur prête (comme sur les affiches révoltantes (minarets en forme de balles de fusil d'assaut) que le parti populiste suisse a placardé pendant la campagne référendaire). Ils
peuvent prendre simplement l'allure d'une tour carrée. Bref, le minaret peut parfaitement se fondre dans notre urbanisme (mieux sans doute que certaines architectures modernes en plastique
et plexi qui fleurissent partout en France et qui, à n'en pas douter, vieilliront encore très mal).

Ensuite, je ne suis pas vraiment d'accord avec toi Lucia, j'ai comme l'impression qu'il y a pas mal d'ironie dans ton texte mais je ne parviens pas à l'identifier tout à fait (c'est le
propre de l'ironie cela dit). Je trouve que déporter le débat relatif à l'Islam sur la question de l'urbanisme est d'une hypocrisie sans nom. Rousseau, quand il admirait la
Suisse parlait d'un temps où ce pays accueillait les dissidents, les réprouvés. ce n'est plus vraiment le cas et l'état suisse, aujourd'hui, semble mieux disposé à accueillir
les revenus de la pétro-économie et du narco-traffic que d'autres religions que la sienne ; dont l'Histoire n'est pas très glorieuse, notamment si l'on considère la Génève calviniste.


Enfin... 



Beatrice 02/12/2009 08:47


Bien sûr ok pour les mosquées pour la liberté de culte, mais le minaret faut pas pousser mémère ds les orties non plus, pis j'y vois un symbole phallique de plus et donc,oui, d'oppression.


Bluebird 01/12/2009 22:01


Comme je suis d'accord avec toi ! Cette décision nous met un peu face à nous-même et le portrait n'est pas toujours très flatteur. Mais il faut faire avec.

Beijinhos
O passarinho