Qui est cette femme ?

Publié le 27 Novembre 2009




Il l'a appelé La lettre volée. J'avais eu l'idée, le deuxième jour de pose, pour mon portrait, de suggérer au peintre de tenir à la main, non pas un livre, mais un coupe-papier, celui entraperçu la fois précédente sur son bureau. Il trouva cela intéressant et pensa à aussi représenter une lettre entre mes mains.  La lettre, symbole si fréquent en peinture, m'indiqua-t-il.

Ce portrait avait déjà une histoire, Henri me l'avait proposé au moment même où Zoltan entreprenait celui d'Elisa, pour le bas relief qui sera bientôt placé sur sa tombe. Henri n'était au courant de rien. Seul le destin agissait.

Mon visage de trois-quarts, le regard perdu au loin, était comme le reflet inversé de celle qui était partie de l'autre côté, elle, tournée vers l'océan, moi, la cherchant dans l'indéfini.

Ce soir-là, je retrouvai Lucas, il m'entretint d'une lettre qu'il avait écrite à sa mère décédée (sur les conseils de son psychologue), il se demandait où il allait pouvoir la placer. Je lui fis la description du tableau réalisé l'après-midi même, celui où une lettre était apparue entre mes mains. La coïncidence l'intrigua.

Tout d'abord, le visage, stylisé au noir du Japon, donnait une impression mystérieuse, celle d'un film noir des années 40-50, cette femme était plutôt celle "au couteau", celle qui, un jour de randonnée, avait voulu se protéger d'un importun surgi d'une voiture au détour d'un chemin... Puis, l'artiste y mit de la chair, les traits s'adoucirent, même les cheveux (encore assez bruns) du modèle, blanchirent sous le regard visionnaire du peintre-médium. Elle ne semblait plus désespérée, ni en colère, car elle avait fait parvenir son message, sans doute, de l'autre côté...

J'ai revu mon portrait aujourd'hui, le noir du Japon a traversé la couche de chair rose... le visage s'est légèrement durci, comme crispé... face à un océan... d'incertitude.

Je me demande ce qu'elle regarde vraiment cette femme, ce qu'elle a aperçu au loin... ou ce qu'elle ne parvient pas à distinguer. Quoi, ou Qui ?







Photos (c) Luciamel.





Rédigé par Luciamel

Publié dans #arts - livres - films -spectacles

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lucia mel 01/12/2009 00:48


@Béatrice : Henri en est d'accord, ça n'est pas forcément très ressemblant, au départ la jeune femme faisait 20 ans (tu imagines) puis son visage a évolué... (d'où que les cheveux aient
blanchi) c'est plutôt une histoire qui s'est racontée entre nous, le regard étant sans doute l'élément déclencheur. Que voit le peintre ? que voit le modèle ? que voient-ils l'un de l'autre ?
l'un dans l'autre... c'est sans nul doute là que réside un certain mystère.


Béatrice 30/11/2009 13:30


Mais chaprau au peintre car il y a quelque chose de saisissant, le regard justement, peut=être...


Beatrice 30/11/2009 10:15


Le tableau est certes impressionnant , mais t'es quand-même beaucoup plus jolie en vrai !


lucia mel 28/11/2009 18:38


@Olympe : après celle de Damoclès, une épée pour trancher... pour séparer les deux mondes, les deux soeurs... (peut-être).

@L'oiseau : ces yeux-là ne sont pas les miens, mais ceux que le peintre a vus, ceux que son pinceau a reflétés, ils sont, peut-être, ce que les siens regardent... à travers moi... ou ce que
les tiens y voient.

@Anne : couteau, coupe-papier, épée... lame ou l'âme... en question, va savoir... seule elle (l'âme) peut dire ce que sera l'avenir. Ici, le début de journée fut ensoleillé, la fin est grise
et pluvieuse, le contraste est saisissant, comme tranché par une lame :-))

@Mtislav : oui, obsessions qui nous emmènent plus loin ou qui nous malmènent. (ton compliment me touche).




mtislav 28/11/2009 12:09



Quand les questions obsédantes surgissent et que ta belle écriture point...



anne des ocreries 28/11/2009 11:24


Il est très fort ce billet Lucia, très foert et très beau. J'aime beaucoup ce portrait, l'artiste a du talent.
Ce "quoi que ce soit" qu'elle regarde, en tout cas, ne l'effraie pas, c'est certain. Est-ce défiance ou prudence, ce coupe-papier entre ses mains ? L'avenir seul pourra le dire....un outil ou une
arme, ce sera là son choix - car c'est elle qui écrit l'avenir....
Bon week end Lucia, quel temps là-haut ? pluie et vent, ici.


Bluebird 28/11/2009 07:07


tout comme - désolé pour la faute de frappe.


Bluebird 28/11/2009 07:06


Cette toile est très belle, oui, tout somme l'est son modèle. J'aimerais beaucoup savoir ce qu'on peut lire dans ces yeux-là.

Beijinhos
O passarinho 


olympe 28/11/2009 00:36


belle oeuvre !
ce couteau/coupe-papier me trouble beaucoup