Le souvenir de Marilyn...

Publié le 6 Août 2010

Il y a des jours où l'on se sent comme ces plantes poussées entre les pierres... à l'angle des murs, sous les grilles des égoûts, là où passent les chiens, là où tombe la pluie... 

 

Il y a des jours où l'on se sent l'âme aussi lourde que celle des pavés... où nos pieds ne portent plus que nos regards désespérés. C'est alors que nous les voyons : les fleurs du bitume. C'est alors que nous les entendons : les mouettes de Paname. 

 

Il n'est nul besoin que des princes nous invitent au bal... que des bras nous enlacent ou que des lèvres se posent sur nos cheveux. Nous laissons à la nuit le soin de nous consoler, car elle sait les rêves que nos frères humains ont oubliés. 

 

Il est des jours où nous frissonnons comme des feuilles, des herbes, s'abandonnant à la vie. 


 

P060810_15.580001.JPG 

 

P060810_16.020001.JPG 

 

P060810_16.060001.JPG 

 

P060810_16.070001.JPG 

 

P060810_16.080001.JPG 

 

P060810_16.120002.JPG 

 

P060810_16.140001.JPG 

                                                                 photos (c) Luciamel

 

 

 

 

"Une rencontre véritable assume toujours l'idée d'être le début d'une possible aventure (...) l'acceptation que quelqu'un entre dans votre vie, et quelqu'un au complet. C'est justement ce qui distingue la rencontre du libertinage (...) Il nous faut donc accepter que se produisent dans l'existence des choses qui ne sont ni calculables ni expérimentées. Que quelque chose arrive..."

(Télérama, n°3160-3161, 4 août 2010, "Entretien avec Alain Badiou")  

 

 

 

 

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Poésies - musiques

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lucia mel 12/08/2010 00:42



merci Anne.



anne des ocreries 11/08/2010 07:58



J'aime beaucoup cette petite vie discrète qui s'insinue dans le béton. Ta citation de Badiou me plaît aussi beaucoup.



lucia mel 09/08/2010 22:55



@Euterpe : merci pour le lien, que revoili-revoilou ici : oui, tu as raison, c'était tout à fait ça que j'ai vu entre les grilles... ça me rappelle aussi les herbes que ma grand-mère me montrait le long
des ruisseaux quand je la suivais dans la montagne. J'adore herboriser dans la campagne, ça me manque... Mais je ne m'inquiète pas, chaque chose en son temps, en ce moment c'est entre les pavés
que la nature vient me visiter. Nous avons nos périodes minérales... mais il faut croire que le végétal veut reprendre ses droits ;-))) Dis-moi, tu as l'air experte en botanique !!! 



Euterpe 09/08/2010 21:08



Voilà un lien sur la cymbalaire des murs ou Ruine-de-Rome :
http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://sophy.u-3mrs.fr/Photo-cp/Lin/Linaria_cymbalaria__________25_03_2004_1.JPG&imgrefurl=http://sophy.u-3mrs.fr/photohtm/SI5320.HTM&usg=__k8QAhUkzAfG4bJXNsUn4PeBJHas=&h=511&w=640&sz=100&hl=fr&start=10&um=1&itbs=1&tbnid=-RzFtiLNRb5a2M:&tbnh=109&tbnw=137&prev=/images%3Fq%3Dla%2Bcymbalaire%2Bdes%2Bmurs%26um%3D1%26hl%3Dfr%26sa%3DN%26tbs%3Disch:1


Tu vas la voir souvent si tu prends des photos comme celles-là. Elle dépose ses graines dans les trous des murs et, selon la légende botanique, aurait détruit Rome. C'est également toujours elle
que l'on trouve dans les regards, comme celui que tu as photographié.Je l'aime bien. Elle a des jolies feuilles et des jolies fleurs.


Oui, la chélidoine, en effet, tu l'avais reconnue. C'est l'herbe aux verrues mais aussi l'herbe des hirondelles. Je ne savais pas qu'elle nettoyait le foie. Merci pour l'info !



lucia mel 09/08/2010 20:32



@Tini : ah ? alors pourquoi tu dis "bonne" dimanche ? 


 


@Euterpe : wouah !!! oui, la chélidoine je l'avais bien reconnue, ainsi que le pissenlit; tu as raison de rappeler que ces plantes sont la preuve que la vie, et la Terre, sont bien plus fortes,
bien plus résistantes que toutes nos rues, nos murs... il suffit de voir les maisons en ruine dans la campagne, si l'humain s'éloigne comme la nature sait vite reprendre ses droits.



Euterpe 09/08/2010 17:52



C'est amusant, j'ai moi-même fait une série de photos sur ce thème ! Du coup, je connais bien ces plantes qui poussent entre les pavés. Si tu veux savoir pour les tiennes ce que tu as
photographié, je te fournis une identification à titre amicale :


sur la 1re photo : "ruine de Rome" (ou cymbalaire des murs) & chélidoine


la 2e : un pissenlit


la 3e : un chêne


la 4e : problabl. un noisetier & du chiendent


la 5e : du houblon


la 6e : "ruine de Rome" (de nouveau) & autre chose (difficile à distinguer) 


la 7e: du mouron & un mégot, mais ca tu as reconnu :-)



Tini 08/08/2010 19:34



Non, ma belle! Mon dieu, il faut faire attention, sinon tu fera mauvaise figure en novembre: der Sonntag, der Tag: nous ne connaissons pas cette particularité un jour, une journée: Je te
souhaite alors une bonne soirée  de dimanche!



lucia mel 08/08/2010 16:18



@Toff : ;-))) oui moi aussi ça m'a fait sourire le raccourci.


 


@Solveig : comme c'est drôle, ton lien renvoie sur Google... oui, ce lien entre Marilyn et les fleurs de goudron... nous parle de nos vies qui partent en fumée... 


 


@Tini : dimanche est féminin en allemand ?


 


@Marie-Georges : oui, très bonne idée, je vais les guetter les fleurs de pavés ! Pour info, sur la première photo, c'est aussi bien que du persil, celle qu'on appelle l'herbe à verrues, fleur
alchimique entre toutes : la chélidoine, initiatique elle nous aide à lutter contre la mélancolie (attention ! ne pas en faire de tisanes, car ainsi c'est un poison violent, on peut prendre la
préparation de chez Weleda qui nettoie le foie : Choléodoron).


 


Sinon, très belle chanson de Marilyn : "moi, mon coeur est à papa"


 



Marie-Georges Profonde 08/08/2010 13:12


J'adore ! c'est une très bonne idée de sujet de photos et de texte. Tu devrais, si je puis me permettre cette injonction, continuer la série photo sur ce thème de la revanche des faibles... La
nature "reprend ses droits" comme on dit, espérons que le peuple suivra l'exemple d'ici peu... Cette année ladite nature m'a donné des trucs chouettes : la mauvaise herbe qui poussait entre les
carreaux de la terrasse de chez mon papa s'est avérée être... du persil. :p


Tini 08/08/2010 09:47



très beau, malgré ou bien grâce au son mélancolique dans tes mots, dans tes images....... Bonne dimanche en tout cas :) Bises.