Toute l'électricité vous passera dans la quéquette*...

Publié le 27 Août 2010

06072009-005-.jpg

                                  photo (c) Luciamel (Portugal juillet 2009, sans photoshop !)

 

 

 

Je laisse pour deux semaines :

 

les gens qui dorment dans la rue;

les gens qui dorment dans des roulottes;

les gens qui se prélassent à l'Elysée;

les gens qui parlent la langue de Molière.

 

Je m'en vais retrouver mon unité :

 

ma langue première, les sons, la lumière,

de l'au-delà de moi.

A ce moment-là, vous serez loin... 

et je me fondrai à l'océan.

 

Et puis je reviendrai à ce qui me constitue :

 

le goût de la liberté, la pensée raisonnée,

le gris de Paris, la Seine qui irrigue ce que je suis.

La langue de Molière.

 

Je vous laisse deux semaines.

Prenez soin de la liberté, de l'égalité et de la fraternité.

Soyez vigilants, car vous en avez la responsabilité. 

En m'attendant...

 

 

 

 

* pour comprendre le titre... de mon billet, lisez les paroles de Béranger ! 

 

Manifeste,

de François Béranger

 

On m'a dit : "Fais des chansons comme-ci"
On m'a dit : "Fais des chansons comme-ça"
Mais que surtout ça ne parle jamais
De choses vraies tellement vulgaires.

Comprenez-vous, entre nous cher ami, 
La réalité, faut un peu l'arranger
La réalité, vous savez comme c'est
Bien souvent dégueulasse.

Bon dans une chanson, faut faire des ronds
Il faut créer des images-illusions
Pour faire avaler à nous pauvres couillons
Notre ennui quotidien.

Viens mon amour, ma joie
Sur la colline aux senteurs orientales
On va sûrement rencontrer Jesus Christ
Dans un caleçon à fleurs de Monoprix.

Il aura sa plus belle auréole
En plastique à dentelle mécanique

Rien de changé sur notre quotidien
Sur toutes les choses qui font que l'on est
Bien manipulé, bien conditionné
Par une bande de requins.

Rien de changé depuis la Communale
Où pendant des années on bourre le crâne
Aux enfants à grands coups de programmes
Pour qu'ils soient bien dressés.

Rien de changé dans les usines
La gueule des mecs de l'équipe de nuit
Qui vont dormir quand le soleil se lève
Exténués, abrutis.

Les petites fleurs, les petits oiseaux
Les petites filles, le français moyen
Les grosses bagnoles et les belles motos
Pour superviriliser nos minets.

Belle fille heureuse dans son corps
Grâce au tampon Igiénix qui ne fuit pas.

Rien de changé depuis l'Algérie
Sinon que maintenant il est permis
D'en parler et de gagner des sous
Avec des milliers de cadavres.

Rien de changé depuis un tabassage
A la matraque un 14 juillet
Pour avoir osé chanter et danser
Quand c'était interdit.

Rien de changé depuis qu'un jour j'ai pissé
Sur ma télé tellement c'était chouette
Et bien sûr toute l'électricité
M'est passée dans la quéquette.

Bonsoir téléspectateurs
Ce soir sur la deuxième chaîne couleur
Dans notre série «Que la vie est belle !»
Notre grande enquête sur les mirabelles

Et puis avant d'aller au dodo
Championnat du monde de rotoplots.

Rien de changé pour la fille de treize ans
Avec ses petits seins et son visage d'enfant
Qui accouche terrorisée
Dans les chiottes du lycée.

Comme dirait un copain à moi
Un peu fou, même complètement fou
Qu'est-ce qu'on attend pour tout arrêter, 
Tout casser et recommencer ?

Alors moi vous comprenez, 
Les violons, la guimauve, les flonflons
Je trouve ça tellement anachronique
Que ça me donne la colique.

Je sais bien qu'une chanson
C'est pas tout à fait la révolution
Mais dire les choses c'est déjà mieux que rien
Et si chacun faisait la sienne dans son coin ?

Comme on a les mêmes choses sur le cœur
Un jour on pourrait chanter en chœur... {x4}

 

 


Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0
Commenter cet article

lucia mel 30/08/2010 22:08


@Toff : ça y est j y suis au pays ou les accents sont en greve: comme l a bien decrit Orsenna dans sa "revolte des accents". Je fais le lezard : on a 34 degres a l ombre. @Didier : oui, j ai pu
constater cela, que les gens du show biz (meme les plus contestataires) aiment cette reconnaissance que represente l argent. Tu dis qu il est mort la ou tu te trouvais cet ete : quelle coincidence,
n est ce pas ? @Anne : oui, j y suis et je m y sens si bien... je garde un lien avec vous (celui du cybercafe de la plage); a bientot avec les accents ;)))


anne des ocreries 29/08/2010 10:58


On est dimanche, tu y es sans doute déjà....Profites-en bien, on t'attendra et t'en fais pas, on restera debout ! :)


Didier Goux 28/08/2010 21:03



En revanche, j'ignorais qu'il était mort à Sauve, le village de la Mère Castor...



Didier Goux 28/08/2010 21:01



Ah, Béranger... J'ai un ami (plus vieux que moi de vingt ans) qui l'a bien connu, et même hébergé chez lui il y a longtemps. il m'en a parlé comme d'un type rongé par le dépit de n'être pas plus
célèbre, plus reconnu, plus riche, etc. Et pourtant, l'homme dont je vous parle est l'indulgence et la bonté mêmes.



toff de aix 28/08/2010 08:34



bonnes vacances Lucia (j'arrive peut être trop tard?) et reviens vite j'ai pris goût à ce blog^^



lucia mel 27/08/2010 23:00



@Philippe : j'espère que nous pourrons bientôt nous en conter des vertes et des pas mûres, des histoires d'avant... quand rêvait, quand on ne savait pas encore ce que serait la vie...  A
bientôt. 



lucia mel 27/08/2010 22:42



@Mike : en ce soir de... révolution pré-vacancière, je déclare que tout est permis, la répétition, l'incohérence, le non sens, la nonchalance, l'étourderie, l'inatttention, l'insouciance et
l'innocence... sont les bienvenues et sont ici chez elles tant que la liberté et l'égalité ainsi que la fraternité sont leurs amies. 


 


 



philippe meoule 27/08/2010 22:38



Tu écris bien, vraiment. Et bravo pour le clin d'oeil : j'aime depuis toujours François Béranger, dont j'ai bien connu l'excellentissime guitariste, Jean-Pierre Alarcen, décédé lui aussi. Bonnes
vacances, on s'occupe (au mieux), de tout ! Philippe.



Mike hammer papatam andropov 27/08/2010 22:23



On dirait qu'alzheimer me gagne, tiens, v'là que j'm'englue dans la répétition...(la touche de publication qui a fourché,)
(non, en vérité, c'est paske deux fois c'est quand même mieux qu'une...)



Mike hammer papatam andropov 27/08/2010 20:02



Merci pour ce merveilleux billet, Lucia, et passe le temps nécessaire loin du monde mais le plus proche de toi.
Grosses bises