Votre Palais Royal

Publié le 18 Janvier 2010

18012010.jpg


Qu'il est loin mon pays, qu'il est loin...
moi, l'oiseau migrateur égaré en vos villes
l'hiver je m'y replie, l'été je jubile.

Votre Palais Royal où les jeunes filles
trouvent à se marier...
et où dans les tilleuls taillés au carré
je parviens à me dissimuler.

Oiseau je suis, oiseau je resterai.
Demandez-moi mes papiers si vous voulez.
Arrêtez mon chant si vous le pouvez.
Surtout ne m'imposez pas votre identité.

Et si moi je ne veux pas être pigeon !

Roucoulez, faites miroiter vos belles cages dorées...

Je vous les laisse, Messieurs des beaux quartiers,

Monsieur de la Culture ministré...
Monsieur au nom galvaudé
par trop de chimères dévoyé.

Enlevez-moi ma carte...
d'identité elle n'en a que le nom,
je vous la laisse si vous y tenez.

Je m'en irai, loin de vos prisons,
sur le toit des gens de peu,
j'entonnerai mes chansons.

Texte et photo (c) Luciamel





Rédigé par Luciamel

Publié dans #Poésies - musiques

Repost 0
Commenter cet article

Beatrice 22/01/2010 11:36


 Merci.


lucia mel 20/01/2010 17:38


@Béatrice : tu mérites plein de bisous !


lucia mel 20/01/2010 17:37


@Béatrice : tu es super gentille, heureusement que je fais la chandelle tous les matins (ça fait dégonfler les chevillles et ça irrigue le cerveau, en inversant la circulation des
énergies). Merci, mais... je suis nulle en poterie...


Beatrice 20/01/2010 12:39


 - Quelle belle chanson, décidemment, toi qui est si modeste en plus, on dirait que tu as tous les talents : après de sublime photos, des textes idem.

  Tu mérites un gros bisou.

Béatrice.


lucia mel 19/01/2010 23:25



@Passarinho : "ma liberté, longtemps je t'ai gardée...". Merci pour ton compliment :-))

@Christian : oui, j'ai aimé ce cri du coeur de Nougaro pour son pays... un chef d'oeuvre, musicalement parlant aussi (merci pour les infos sur l'orchestration).

@Anne : Merci. C'est drôle, c'est en passant dans les jardins du Palais Royal, et en voyant dans les branches dénudées les nids si élaborés des petits moineaux, que j'ai été touchée par
la force de leur liberté.



anne des ocreries 19/01/2010 16:13


Très joli texte plein de passion et d'émotion, Lucia.
La Liberté - ou du moins, l'amour de la liberté, est avec l'amour ce qui se chante le mieux, je crois.


Chants éthérés 19/01/2010 09:37


ahh "Toulouse", immense chanson, immense texte et formidables orchestrations de Christian Chevallier, un musicien trop méconnu qui avait travaillé pour J.P. Melville, ce dernier l'avait d'ailleurs
tellement poussé à bout qu'il en était tombé malade ! (dépression nerveuse...)


O passàrinho 19/01/2010 07:36



Quel talent !  Bravo. Oui, nous sommes des oiseaux de passage et si certains préfèrent les cages dorées, nous choisissons la liberté.


Beijinhos


O passàrinho