Publié le 26 Mars 2008

Face à l'enthousiasme général... wouah!!! un article sur Noam Chomsky... sur les médias et la fabrication du consentement (et les liens sur l'intégralité d'un documentaire exceptionnel démontrant comment le principe de liberté de parole est baffoué en démocratie...), j'ai décidé de vous en remettre une couche : Qui est Noam Chomsky ?

Je l'ai croisé (pas lui... hein ? ses textes...) en année de D.E.A. (aujourd'hui on dit Master), j'ai lu, et me suis passionnée, pour sa discussion avec Dell Hymes... sur la définition de l'objet de la linguistique : "doit-on s'attacher à analyser le langage en tant que code (la langue) en dehors de son utilisation par les individus (la parole) ? (ce sera la position défendue par N. Chomsky, qui déconnectera sa recherche de l'idée même de communication) ; doit-on, plutôt, étudier l'utilisation ordinaire que les sujets parlants font d'une langue ?" (je cite mon mémoire de D.E.A.). Et aujourd'hui encore la polémique perdure... en effet deux écoles se font face (c'est toujours la même histoire, celle de l'oeuf et de la poule...) : sa grammaire générative transformationnelle pose qu'il y a une grammaire universelle (comme une pensée de base), des structures universelles, face à une linguistique qui dirait que tout ça (le langage) n'est qu'apprentissage et conditionnement (des ordinateurs aujourd'hui pourraient créer du langage). C'est l'inné et l'acquis. Bref, cet homme est un génie.

Mais, Chomsky, pour moi, c'est aussi... et avant tout ? le militant, le socialiste "libertaire" américain, engagé contre la guerre du Viêt Nam, c'est celui qui s'oppose au soutien des Etats-Unis à Israël contre les Palestiniens, celui qui a dénoncé le pouvoir et la manipulation des médias, celui qui s'est exprimé sur les attentats du 11 septembre, celui qui contribue régulièrement au Monde diplomatique, celui qui s'est fait huer, et "ostraciser", en France pour sa défense à la liberté d'expression de Faurisson, celui qui a un site officiel que voici que voilà : Noam Chomsky.

Et, pour mieux vous le faire connaître, voici le premier extrait (le plus intéressant peut-être) du documentaire, Les médias et les illusions nécessaires - la fabrication du consentement :

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0

Publié le 25 Mars 2008

N1GE02A_20080211_px_470__w_ouestfrance_-copie-2.jpgIl y a quelques années, en France, personne ne parlait du Timor oriental, personne mis à part Danielle Mitterrand et  Paul Moreira sur Canal +, ce n'était pas à la mode... en ce temps-là...  Les journaux, de droite et de gauche... n'avaient que peu à faire de ce petit pays, perdu près de la lointaine Indonésie sous la coupe du dictateur Suharto, cette ancienne colonie portugaise où depuis un quart de siècle tout un peuple se faisait trucider sous les yeux, complaisamment, clos de la communauté internationale. 

 

Xanana Gusmao, le Premier ministre (à gauche) et José Ramos Horta, le chef de l'État timorais (photographiés ici en août 2007), ont été victimes d'une attaque rebelle. Le second a été grièvement blessé. : AFP, le 12 fév. 2008


Ils se sont fait massacrer au vu et au su du monde entier... sans que presqu'aucune ligne ne soit publiée dans notre pays de liberté de parole... de liberté d'expression... de liberté de pensée, de liberté de la presse, dit-on...

Pourquoi ? quels censeurs nous ont empêchés de nous exprimer ? L'Indonésie, à cette époque-là, ne s'était pas encore débarrassée de son dictateur, Suharto, et les Etats-Unis, l'Australie, la France, y avaient de très gros intérêts économiques... Alors, on a fermé les yeux, l'encre de nos stylos s'est asséchée d'elle-même, car nos journaux sont financés par nos multinationales implantées sur ces terres d'inhumanité... Pas besoin de leur interdire de parler, aux journalistes, ils le font d'eux-mêmes... ils l'ont fait pendant 25 ans... et 200 000 Timorais sont morts de par la complicité du monde occidental avec la dictature de Djakarta.

Puis, un jour, en 1998, Suharto est tombé, parce que les Etats-Unis, l'Australie y avaient finalement vu leur intérêt, aussi, peu avant, en 1996, on avait décidé d'attribuer le prix Nobel de la Paix aux opposants timorais... José-Ramos Horta et à l'Evêque Belo.  On a libéré Xanana Gusmao (lui resté dans les geôles indonésiennes de 1992 à 1999, dans l'indifférence totale de la communauté internationale) lui l'opposant de la première heure, lors de l'invasion du Timor oriental par l'Indonésie, le 7 décembre 1975, lui qui est devenu son premier Président en 2002. C'est alors que ce petit pays est devenu une cause à la mode...

Pendant près de 30 ans, personne dans nos pays de liberté, personne n'a rien dit... ou, presque personne... les grands médias se sont tus de concert. Quelques voix se sont élevées, pourtant. Parmi elles : Paul Moreira, Danielle Mitterrand et sa Fondation, le Dalaï Lama qui avait pris fait et cause pour le Timor (il comparait la situation de son peuple à celle des Timorais massacrés dans l'indifférence des nations), et surtout... celui qui pour moi toujours représentera la clairvoyance dans ces brumes médiatiques : Noam Chomsky. 

Dans Les médias et les illusions nécessaires, documentaire de 1993, il dénonce inlassablement et de façon implacable, ce système qui nous rend aveugles, complices, croyant que nous sommes libres et bien informés : "nos illusions nécessaires"... L'illusion de la liberté de la presse... l'illusion de se croire informé de tout... Il y déplorait, déjà, cette grande dissimulation aux yeux du monde : celle du massacre du peuple timorais...

Aujourd'hui Lhassa (Alexandra David Néel, toi qui fus la première femme occidentale à y pénétrer, je songe à toi... et je renvoie à l'article de Philiberte...) je te dis :

Lhassa brisée ! Lhassa martyrisée ! Lhassa libérée !

Maintenant, si vous avez un peu de temps... deux extraits du documentaire de Chomsky  (l'intégralité se trouve tout en bas sous forme de liens) :









Part. 1/9: http://www.dailymotion.com/video/x2fv3m_chomsky-manufacturing-consent
Part. 2/9:
http://www.dailymotion.com/video/x2fwsi_chomskymanufacturing-consent
Part. 3/9:
http://www.dailymotion.com/video/x2g7zr_chomsky-manufacturing-consent
Part. 4/9:
http://www.dailymotion.com/video/x2gp8t_chomsky-manufacturing-consent
Part. 5/9:
http://www.dailymotion.com/video/x2gqhi_chomsky-manufacturing-consent
Part. 6/9:
http://www.dailymotion.com/video/x2gypw_chomsky-manufacturing-consent
Part. 7/9:
http://www.dailymotion.com/video/x2gzv8_chomsky-manufacturing-consent
Part. 8/9:
http://www.dailymotion.com/video/x2h19x_chomsky-manufacturing-consent
Part. 9/9:
http://www.dailymotion.com/video/x2h2ex_chomsky-manufacturing-consent

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0

Publié le 24 Mars 2008


free music




J'en ai rêvé il y a deux nuits. Le rayon vert. Je le voyais se propager sur l'océan, et je disais, dans mon rêve, l'extraordinaire de le voir...

Qu'est-ce donc ? "L'existence de ce phénomène de rayon vert (lueur de couleur émeraude lorsque le soleil disparaît juste sur la mer) est attestée par plusieurs témoignages, mais semble ne se produire que dans des conditions de température et d'hygrométrie déterminées, ce qui rend l'observation du phénomène rare en pratique, et parfois contestée. L'idée contenue dans le roman selon laquelle il serait possible de prévoir où et quand observer le rayon vert reste cependant une licence d'auteur." (Wikipédia)

Ca renvoie au roman de Jules Verne de 1882, et au film de Rohmer de 1986.






Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #arts - livres - films -spectacles

Repost 0

Publié le 24 Mars 2008

24032008-004--copie-1.jpg

La Peste a pris ces deux photos aujourd'hui dans son village : c'est son
printemps alsacien. Nous, à Paris, c'est plus champêtre, on fait dans le camouflage... voici donc, en échange, Le Louvre aujourd'hui (La Joconde était de sortie dans les jardins et la cour carrée).


24032008-002--copie-1.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #photos

Repost 0

Publié le 23 Mars 2008

  (chabada.blog.free)
commune-copie-3.jpgCe matin une conversation avec Béatrice, je lui parlai de déconsommation, de mon envie d'écrire quelque chose sur le sujet... organiser une résistance, arrêter d'engraisser les sociétés du CAC 40, privilégier les produits "vertueux" (ceux qui nous sortent du cercle vicieux... celui du profit de certains au détriment du plus grand nombre). Commencer à développer une activité hors circuit, constituer des communautés "résistantes", pour obliger les grands groupes (si nous ne consommons plus leurs produits, leurs profits forcément s'effrondreront) à modifier leur politique.

Mon amie me confia avoir été très émue un peu plus tôt par une émission de France Inter, il s'agissait du témoignage de carmélites, dans un monastère de l'Yonne, qui dénonçaient la valorisation systématique dans notre société de la "réussite socio-économique", et ce même dans les magazines religieux, faisant peu de cas d'une autre forme de réussite, elle, sans espèces sonnantes et trébuchantes. Réussite personnelle, intérieure, réalisation plus que "réussite". Je retrouvai quelques heures plus tard une référence à cette émission dans mon programme télé/radio : "Nous, carmélites, sommes intégrées dans cette société, mais d'une manière différente. En ce sens, et parce qu'on dit stop à l'excès, nous sommes des révolutionnaires. Souvent dans ma prière, je demande au Seigneur de bien vouloir demander aux hommes d'arrêter cette boulimie de consommation."

Révolution au Carmel, oui, mes soeurs soulevons-nous : "Consommer, c'est faire l'expérience d'une certaine solitude, d'une carence affective. On a tous des envies. Mais une fois satisfaites, elles grandissent et rebondissent. Le tissu social est malheureusement en train de s'abîmer. Il est difficile de lutter contre le matraquage publicitaire lorsqu'on est isolé. Pour nous qui vivons en communauté, c'est plus facile." (Télérama, n° 3036)

Je suis moins sereine qu'elles, car c'est maintenant la colère qui, par moments et de plus en plus souvent, m'étreint quand je vois mon travail ne pas suffire à seulement me nourrir... quand chaque fois en fin de mois, je dois jongler pour réussir à payer les charges diverses qui pèsent sur mon pouvoir d'achat... J'ai déjà dit avoir renoncé aux sorties (la semaine prochaine j'ai la chance de bénéficier d'une place de théâtre à 10 euros : quelle chance !), j'ai dû choisir entre un traitement homéopathique non remboursé (30 euros non pris en charge ni par la sécurité sociale, ni par la mutuelle, auxquelles je cotise chaque mois) et un autre "luxe"... J'en suis arrivée à rationner mon shampooing, je me dis : mets-en moins à chaque fois, il durera plus longtemps... Le resto, ça fait belle lurette que je n'y vais plus qu'avec mes tickets-resto du midi... (et j'apporte ma "gamelle" sur mon lieu de travail).

Je ne supporte plus de voir que mon travail n'est pas estimé à sa juste valeur. J'ai onze ans d'expérience dans la même société, une qualification bac + 5 (celle qui est requise pour mon poste est de bac + 4), je suis payée 1600 euros net par mois (sans aucune prime, sans treizième mois, et j'ai 5 semaines de congés payés).

J'attends avec impatience que passe la nouvelle loi sur la "rupture du contrat de travail par consentement mutuel" avec assurance chômage à la clé... je serai parmi les premières à demander à mon employeur de rompre. Je me mettrai au chômage, avec minima sociaux, et aides sociales diverses, je ne paierai plus plein pot pour tout... et qui sait, j'arriverai peut-être à dégager un profit !!!

Je vous le demande : quel est ce pays où il vaut mieux être au SMIC (c'est à peu près ce que je toucherai au chômage) que de travailler avec bac + 5 (c'est-à-dire un Master et une expérience professionnelle de 10 ans) ?

Un point que je dois préciser : je suis une femme... et dans mon secteur d'activité, il y a une majorité de femmes (dans mon entreprise : 100% des salariées), donc avec dévalorisation du statut de la profession et des salaires, il faut dire aussi que ce sont souvent des femmes qui y exploitent sciemment d'autres femmes. Vivement le Carmel !

La chanson du dimanche : "Cash Cash Money Money"


Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0

Publié le 23 Mars 2008

Mon blog étant toujours en rodage (je n'ai pas encore compris comment créer les rubriques...), je vais prendre exemple sur mes chères camarades de la première heure (j'ai nommé  : les Epidemik) et intégrér de temps à autre (quand mes lecteurs auront envie de voir un de leurs textes publié ici - envoyer le texte à : lucia.dez6@yahoo.fr ) - non pas un article "parasite", mais bien "vitaminique"... apportant un nouveau souffle, un dialogue, de l'humour (que je n'ai pas toujours...). Voici donc, venu de Suisse alémanique, le premier article de Tini (les illustrations sont de moi).

Pompier français :

pompier.jpg


Pompier suisse :

682963058_small.jpg



Surprenante expérience en situation critique...


De l'étranger nous adorons les particularités, soit de la nature, de la beauté des monuments, de l'art, soit des saveurs des repas régionaux, à nos palais, parfois exotiques. Nous sommes enthousiastes par toutes ces choses et voyons la vie en rose...



Mais en situation critique, accident ou maladie, nous aimerions tout d'un coup nous retrouver chez nous, où nous pouvons nous fier au système qui nous est familier, dont nous pensons qu'il est le meilleur.


Paris pour moi est devenu comme un berceau. J'y viens assez régulièrement et je me sens à la fois touriste et chez moi. Ma dernière arrivée date de deux jours. J'avais un retard de deux heures sur l'horaire prévu. Ma logeuse, prévenue par mes soins, avait tout arrangé, changement de la réservation au resto etc. La correspondance 
TGV-métro fut formidable et malgré tous mes bagages j'étais presque à l'heure... Devant l'entrée de la maison, bien cadenassée, je sortis mon portable pour appeler ma logeuse; rien ne se passa, je recommençai - rien de rien. Bon, je me renseignai au resto pensant que c'était peut-être un malentendu. Mais rien; je revins sur mes pas, renouvelai les appels, au moins 20... et commençais à m'inquièter : même si elle était endormie mes appels auraient dû la réveiller... son téléphone est situé dans ma chambre d'hôte, sa sonnerie réveillerait les morts. Ma logeuse est communicative, sereine et aime la vie. Mais je sais aussi qu'elle est diabétique. Entre temps j'avais fait plusieurs allers-retours entre la maison et le resto et commençai à avoir froid et un peu peur aussi. Je me mis à m'imaginer ma logeuse inconsciente ou sérieusement blessée suite à un accident domestique dans son appartement.


Comme je savais que la fermeture du resto était proche il était grandement temps pour agir; mais comment fait-on à Paris? Où trouver les renseignements ?


Ma prof, je la vois comme mon ange gardien [ça c'est moi ;-))) j'ai pas les chevilles qui enflent, non... seulement les ailes, excusez la modestie...], grâce à elle je me retrouvai de nouveau dans ma vie de rêve, elle me sauva. Après quelques explications confuses et houleuses [bon, je redescends de mon piédestal...] elle me conseilla d'appeler les pompiers [quand même, pas trop à la masse la prof...] et me dit que le personnel du resto certainement m'aiderait. Alors de nouveau au resto, à expliquer, convaincre avec mon français niveau C1 [ce sont les niveaux définis par le Conseil de l'Europe, C1, c'est avancé] qui régresse dans les situations délicates à A2 [c'est le niveau élémentaire]... Bon, le patron du resto établit le contact et un gentil et extrêmement patient pompier m'interrogea et me promit de l'aide; je devais attendre ses collègues devant la maison de ma logeuse. Devant la porte j'essayai une nouvelle fois de l'appeler. Et... elle répondit - tout étonnée de mon arrivée si tardive, 22h30... Bref, on se retrouva dans le jardin avec les pompiers très gentils, trois compréhensifs jeunes hommes. Ma logeuse fut heureuse de faire la connaissance de ces trois beaux jeunes hommes, et leur expliqua les yeux brillants qu'elle était bien vivante et loin d'avoir 300 ans. Grâce à son charme, et à ma sincérité, l'intervention des pompiers parisiens fut gratuite... Merci, je ne sais pas si je trouverais une telle générosité chez nous en Suisse.
(Tini)

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #métro - voyages

Repost 0

Publié le 23 Mars 2008

fleurs_de_primevere_ou_coucou_153.jpg


Saluons la grâce, la lumière de ce nouveau printemps, en ce dimanche qui suit l'équinoxe (période de l'année où "le jour a une durée égale à celle de la nuit, d'en cercle polaire à l'autre")  nous annonçant le renouveau, la survie... de notre monde.

Chantons, rions, soyons sûrs que nous survivrons... à l'hiver.



free music




free music



 

free music


 

free music



 

free music



 

free music



 

free music






free music

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Poésies - musiques

Repost 0

Publié le 22 Mars 2008

Celle qui fut la disciple, l'amie intime de Yeshoua; l'initiée à qui on attribue un évangile apocryphe (comme celui de Thomas, non reconnu dans le canon biblique de l'Eglise), fut aussi celle qui assista à sa résurrection.

"Ev Philippe 65, 55
L'Enseigneur aimait Myriam plus que tous les disciples, il l'embrassait souvent sur la bouche. Les disciples le voyant ainsi aimer Myriam lui dirent : "Pourquoi l'aimes-tu plus que nous tous ?" Le Sauveur leur répondit : "Pourquoi ne vous aimerais-je pas autant qu'elle ?" (...)

Myriam marche dans le jardin. La beauté de ce jour rend encore plus triste sa tristesse. Le gris de sa peau, au coeur tant de clarté, est comme du cristal. Les hautes herbes la prennent de plein fouet, elle marche, soumise à la violence des parfums... Elle s'approche de la pierre roulée, elle se plonge dans le vide de la tombe. Le vide la rassure. (...) "Où l'avez-vous mis ?" (...) Mais tout à coup, elle sent comme un souffle sur sa peau, la brise légère où ils se baignaient ensemble, l'haleine d'en haut ; elle entend :

"Myriam".

Ce n'est pas une foudre qui la foudroie, un éclair qui l'éveille, mais une voix terriblement familière, de cette familiarité qui n'appartient qu'à la vie, qu'à la mort, et qu'ont parfois, entre eux, les hommes et les femmes, quand l'existence a un nom, le nom une saveur, la saveur, des lèvres pour la goûter.

Elle répond, elle boit : "Rabbouni". (...)

Elle le respire. Elle tente de retenir son souffle. "Ne me retiens pas." Et de nouveau elle doit expirer, le rendre à lui-même, le tenir debout dans le temps...

C'est trop tard, elle a entendu, elle a vu... Elle ne saura plus se taire. Elle vient de fonder le christianisme : "Celui qui était mort est vivant." Elle n'y croit pas, elle le sait, sa peau est plus rouge que tous les manteaux dont elle s'était vêtue; un feu brûle en elle et ne la consume pas..."
" (Jean-Yves Leloup, Une femme innombrable - le roman de Marie-Madeleine)


femmeinnombrable.jpg

Voici en complément un lien vers un discours de Benoît XVI du 13 février 2007 (oh, la, la... ça ne va pas arranger ma réputation ça...) sur "Les femmes au Service de l'Evangile", pour le rendre plus "attractif" je dirai :
"les femmes qui suivaient Jésus"

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Spiritualités - astro

Repost 0

Publié le 21 Mars 2008







Ils sont beaux, cet amour est sublime... irréel peut-être... je les écoute et j'ai les larmes aux yeux : la "saudade", le sentiment de ce quelque chose qui a été perdu et qu'on aimait tant...

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Portugal

Repost 0

Publié le 21 Mars 2008



Ma mère me l'a appris : "Pâques en mars, et "Pascuela" (c'est le dimanche qui suit le dimanche de Pâques, la petite Pâque) aussi en mars, ça annonce une année de mort ou de troubles graves... ça ne se reproduira plus que dans 200 ans, on en parle beaucoup au Portugal en ce moment... ". Déjà qu'on dit que l'année des treize lunes c'est pas très bénéfique (c'était le cas en 2007), qu'on a en plus une année bissextile (avec un jour de travail supplémentaire le 29 février !!!), non, décidément ceux qui croient que la fin du monde est pour 2012... il paraît que ça circule sur Internet, se trompent, elle est bien pour 2008 ! D'ailleurs, je voudrais vous le révéler, la fin du monde a déjà eu lieu et vous ne vous en êtes même pas aperçus...

Nous sommes tous des survivants à la fin du monde qui a déjà eu lieu.

Que se passe-t-il ? La première pleine lune de printemps détermine le jour de Pâques (c'est le premier dimanche qui suit), or cette année, le printemps étant le 20 mars, la pleine lune est juste après, le 21, un vendredi en plus, et il est "saint", par conséquent...

Le printemps est particulier cette année... car il nous apporte la neige !!! ce n'est pas "Y aura-t-il de la neige à Noël ?", mais "à Pâques". Pourtant, comme tous les ans, je vois les phénomènes habituels : les amoureux qui éprouvent le besoin de s'embrasser dans la rue (je n'ai toujours pas compris, à part les raisons hormonales, ce qui les empêche de se bécoter de la même manière, c'est-à-dire dans les coins de rues, sur les bancs publics, mais surtout devant tout le monde... en hiver, en été ou à l'automne... non, il faut seulement, et c'est dommage, que ce soit aux premiers jours du printemps... la nature est animale quand même...). L'amour a ses raisons (biologiques et hormonales comme disait Cioran... car selon lui l'amour n'est qu'une question d'hormones...) que nous connaissons...

Je n'ose même pas écrire un billet sur LadiesRoom aujourd'hui... tout cet étalage de sexe me donne la nausée... étal de sexes exhibés... ce n'est pas de l'érotisme, ce n'est pas de la pornographie, c'est du commerce, ça s'appelle du e-commerce je crois...

C'est ça le printemps ?

Merci Seigneur, il va neiger.

MarieMadeleine.jpg
Marie Madeleine


Extrait de Wikipédia... :

"Pâques, ou de pâques, est une fête religieuse chrétienne commémorant la résurrection de Jésus-Christ, le troisième jour après sa passion (du grec "pathos" : le fait de faire l'épreuve, l'expérience de) et sa crucifixion le vendredi saint, veille du sabbat. C'est le jour le plus saint du calendrier chrétien. Il marque la fin du jeûne du Carême.

Pâque, de l'hébreu Pessah « passage », est le nom de la fête juive qui commémore la sortie d'Égypte.

Ce mot a servi à désigner la fête chrétienne car, d'après les Évangiles, c'est pendant cette fête juive (qui dure 8 jours) qu'eut lieu la résurrection de Jésus. La forme « Pâque » est utilisée pour désigner cette fête dans les Églises orthodoxes."

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Spiritualités - astro

Repost 0