Articles avec #enfants d'espoir tag

Publié le 16 Août 2010

Scène d'intérieur. Repas de famille. Bruit de fond : conversation à table. Gros plan sur un enfant aux boucles blondes, silencieux, il mange... l'air sérieux, comme si ce qu'il entendait l'ennuyait. Le père et la mère babillent... 

 

"(...)

- Pourquoi il parle pas, pourquoi tu parles pas mon chéri... tiens voilà un peu de Roquefort, mon chéri.

- C'est bon le Roquefort... 

- Mais... il parle ! Pourquoi tu disais jamais rien mon chéri ?

- Y a rien d'intéressant à dire."

 

Slogan : "Le Roquefort. Pour rendre vos quotidiens, un peu moins quotidiens". 


 

 

 

Ce soir, je mange du Roquefort... tandis que je lis d'un oeil distrait twitter, et que j'écoute d'une oreille attristée les infos... me disant que, heureusement, il y a le Roquefort dans la vie... 

 

Cette publicité m'avait marquée en son temps, la preuve... elle me revient souvent à la mémoire... 

 


Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Enfants d'espoir

Repost 0

Publié le 29 Mai 2010

 

      sarahbouhaddigaetanethi

                                                                photo FFF 

 

 

Je vous sens à cran. Le suspens devenant insoutenable pour mes lecteurs fidèles, je vais donc vous donner les réponses au petit jeu... du billet précédent


Une seule photo de pieds montrait ceux d'un homme !!! Allez, je vous laisse vérifier laquelle. La photo "à l'envers" c'était celle de mes pieds... ben oui, forcément. 


Alors, que s'apprêtent à faire tous ces pieds ? 


Allez, je vous laisse recompter le nombre de personnes... Onze... Ca ne vous évoque rien ? 


Ok, ok, je vous donne la réponse : c'est le nombre de joueurs pour un match de foot ! (je vous jure que c'est un pur hasard, je n'avais pas calculé en prenant les photos). 


Ces pieds vont taper dans un ballon ! pour jouer à la balle au pied


Et je vous propose de méditer sur le théorème suivant :

 

"Pourquoi un terrain de football fait-il 100m sur 65m, et pourquoi y a-t-il 11 joueurs sur le terrain ? Ces règles, fixées empiriquement, ont pourtant un fondement mathématique. Et on peut ainsi calculer le nombre de joueurs nécessaires en fonction de la taille du terrain". La réponse se trouvant ici. 


Filles de tous pays, je vous le dis, notre avenir est dans le foot !!! Dernier bastion à conquérir pour l'égalité de salaires, l'égalité de pouvoir social, la clé de la domination masculine se trouvant là. 


Je vous engage à suivre Adriana Karembeu dans sa nouvelle croisade (rémunérée comme il se doit), la FFF ayant décidé de mettre en avant le foot féminin, pour lequel, s'il le faut, elle se dit prête à se déshabiller (pourquoi, les filles super canon lorsqu'on leur parle de foot veulent-elles toujours se mettre à poil ? je comprends mieux la démarche des footballeuses qui se sont prêtées au jeu, photo ci-dessus, comme ces Messieurs footballeurs et rugbymen, elles se permettent de dévoiler leurs charmes, et pourquoi pas ? une façon de combattre le "voile intégral"...).


Arrêtons de dégommer le foot, arrêtons ce combat d'arrière-garde


Rappelons tout d'abord qu'aux Etats-Unis le football européen est presque exclusivement un sport féminin, les Américaines l'ont d'ailleurs d'abord dominé. Aujourd'hui ce sont les Allemandes. La prochaine Coupe du Monde de football féminin aura lieu en Allemagne, en 2011. Mesdames les féministes, à vos tablettes !


Je vous en prie intéressez-vous-y, je vous assure qu'il y a énormément à gagner (ne serait-ce qu'à comprendre comment ça fonctionne l'esprit d'un homme, et même de celui qui dit détester le foot). 


Les règles de ce sport sont fascinantes, alors arrêtez de vous scandaliser pour des Zahia, comme vous le feriez pour des Monica Lewinsky (c'est la même histoire). On sait que le pouvoir les rend fous (les hommes), ils se mettent à copuler et à croire qu'ils sont devenus les dieux du stade (je m'occuperai du rugby plus tard), que personne ne peut leur résister. A-t-on arrêté de faire de la politique sous prétexte que Marylin, ou Monica, ou Carla... ont été mises sur le tableau de chasse de ces Mister President ? 


C'est mon neveu qui m'avait fait découvrir, voici quelques années déjà, ce sublime exemple d'émancipation des femmes par le football. A voir et à revoir. 

 

 

 

                

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Enfants d'espoir

Repost 0

Publié le 24 Mai 2010

Parce que quelques images valent mieux qu'un long discours.

 

P240510_15.190001.JPG

 

 


P240510_15.140001.JPGParce qu'aujourd'hui des filles jouaient à Vincennes (match amical... entre l'équipe de filles et celle de garçons de deux ans plus jeunes qu'elles : elles ont gagné haut la main !).

 

Les commentaires en bord de terrain allaient bon train : 


- Elles jouent bien mieux que le COV Vincennes.

- Oui, mais elles ont deux ans de plus.

 

 

 

 

Ou encore :

- Elle, tu la croises sur ton chemin, tu t'écartes... 


P240510_15.190002.JPG

 


 

J'ai interviewé les entraîneurs : "le football féminin est-il plus populaire qu'avant, y a-t-il beaucoup d'équipes ?" 

 

- Ca dépend des clubs, certaines municipalités comme Montreuil ont une tradition de foot féminin inscrite depuis des années. D'autres y viennent peu à peu. C'est vrai que c'est plus populaire qu'avant mais on retrouve les filles en général surtout après 15 ou 16 ans. 


J'ai aussi constaté, lors de ce tournoi, comme à celui de Montreuil, que des filles (une ou deux en tout) jouaient dans les équipes masculines. Là, on en avait une qui venait de Slovaquie. 

 

Mais la joie fut grande de gagner, même si après, Lucas me l'a avoué, lui dont l'équipe a remporté la finale, on est quand même un peu tristes... quand on a été sacrés champions... 

 

 

P240510_15.240001.JPG  

 

P240510_18.220002.JPG

 

P240510_18.220003.JPG  

 

P240510_18.470001.JPG  

                                                  photos (c) Luciamel le 24/05/2010

 


Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Enfants d'espoir

Repost 0

Publié le 23 Mai 2010

 

P230510_15.320001.JPG

 

 

Il me sera difficile de faire mieux qu'eux... ils sont une équipe à eux deux, ils peuvent compter sur leurs alliés, ils ont pour eux d'être ce que je ne suis pas : des hommes. 


Naître homme, presque partout en ce monde, est un avantage... Le regard qu'on porte sur vous est autre, d'être XY.., généralement, vous privilégie. La femme part avec un handicap, celui de sa supériorité biologique, car de tous temps on la lui a fait payer : elle enfante. Donnez un texte à lire à un groupe de personnes, dites qu'il a été écrit par une femme, à un autre groupe donnez le même texte et dites qu'il s'agit d'un homme, et comparez. Ma main à couper que les mêmes mots auront par enchantement été magnifiés par la masculinité affichée. Mais, me direz-vous, ces mots, même anonymes, auront été écrits par un homme ou par une femme. Alors, doublez l'expérience, prenez un texte écrit par une femme, et un autre écrit par un homme. A chacun des deux vous donnerez une "paternité" masculine et féminine, et vous constaterez que le masculin (même écrit par une femme) acquerra "naturellement" plus de qualités. 


Mais, là n'est pas mon propos, car tout cela est, pour moi, déjà totalement prouvé. Non, je voulais vous parler de foot. 


J'admire depuis quelque temps l'esprit qui y règne. Non, pas les "scories", ou, si vous préférez, les abus liés au pouvoir, à la gloire, à l'argent; ça, vous le retrouverez partout, le sport ne faisant pas exception à la règle (tout comme l'art, ou le festival de Cannes...). Ces "scories" étant, probablement, très "masculines"... il va de soi...


C'est là (au C.O. Vincennes plus exactement) où j'ai vu des enfants (des garçons) apprendre qu'ils ont un rôle à jouer dans la collectivité, des règles et une discipline à accepter, des adversaires à respecter, pour permettre à tous de gagner. Je regrette que les filles n'apprécient pas plus ces sports de compétition. Une étudiante me racontait récemment l'anecdote suivante : 

 

P230510_15.320002.JPG


Des sociologues ont pris un groupe d'enfants à qui ils ont donné un jeu de société, d'un côté les filles, de l'autre les garçons. Au bout d'un moment, les garçons s'étant montrés tenaces face à la difficulté ont fait craquer l'un d'entre eux, qui, désolé d'avoir perdu, s'est mis à pleurer. Les filles, elles, devant la même situation, ont décidé que cela n'était pas tenable et qu'il fallait changer les règles du jeu, on ne pouvait pas laisser qu'une d'entre elles pleure. Après on s'étonnera qu'elles préfèrent abandonner la compétition sociale, pour ne pas faire pleurer autrui (leur mari, leurs enfants... leurs amies). 


Tant que les femmes se satisferont de vivre dans des gynécées, où la seule valeur, la seule façon d'être reconnue, et de pouvoir "dominer" les autres, est celle d'avoir enfanté... tout en se soumettant au Sultan du harem, et à la mère de celui-ci, elles seront les esclaves de leur destin. Je songe à l'excellent documentaire, passé hier sur Arte, sur Soliman le Magnifique et Roxelane, sa favorite... puis son épouse.


Allons-nous, éternellement, nous plaindre que les hommes nous dominent ??? et nous désoler qu'à Cannes, ou à l'Assemblée Nationale, les femmes ne sont pas assez représentées ? Nous sommes des milliards. Nous sommes plus de la moitié de l'humanité. Arrêtons de dire que nous sommes dominées, si nous sommes là où nous sommes, et pas ailleurs, c'est que nous le voulons bien, et que de voir d'autres femmes enchaînées nous arrange bien... (c'est le principe du gynécée, et de l'esclavage, la solidarité se fait avec les dominants pas avec les dominés) ou nous rassure. 

 

P230510_15.340001.JPG

                                                        photos (c) Luciamel (23/05/2010)

 


Pour nous libérer de nous-mêmes, et de nos chaînes, femmes, apprenons à jouer au foot...


Tel est mon message du soir, bonsoir !


(A suivre, la Coupe du Monde de foot féminin). 


 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Enfants d'espoir

Repost 0

Publié le 9 Décembre 2009

Le journal télé de F2, un reportage sur les suicides à France Télécom. De nouvelles formes de management, une formatrice en nouvelles techniques (douces) de management... On la voit, assise sur une chaise, face à des cadres (exclusivement des hommes) venus là pour gérer leur stress de commander. Elle leur dit de fermer les yeux, de se détendre, de bien sentir leur dos, de respirer, etc. Mais nous, nous avons gardé les yeux bien ouverts... et nous la voyons assise, jupe courte, et jambes écartées... face à eux, et,  dans ce plan qui a été gardé par la chaîne, on peut deviner la couleur de sa culotte... blanche. Je suis scandalisée ! Non que cette femme se soit habillée de telle ou telle façon, ou qu'elle n'ait pas songé à une caméra, présence inhabituelle dans son stage, mais qu'au JT on ait laissé passer une telle image... Je suis formatrice moi aussi, je sais combien on est épié, combien notre tenue, nos gestes, notre corps dans la classe... font sens. Mais là...

Etait-ce vraiment involontaire de la part de la chaîne ? les images se retravaillent, on peut couper, faire des montages... or ce plan était assez long. 

 J'ai vu d'autres choses à la télé...

Vincent Peillon et Jean-Luc Mélenchon, lundi à
Mots Croisés.

Ils étaient si proches... si complices. Tous contre un, semblait être leur devise. Non, ne vous y trompez pas, ce n'était pas Gollnich leur ennemi, ils s'amusaient de lui, ils avaient l'air si condescendant... (c'est pas comme ça, chers Messieurs, avec votre air supérieur que vous allez convaincre les gens du peuple), ils jubilaient même de lui répondre, de l'attaquer. Non, leur ennemi ce n'était pas Gérard Longuet, ils faisaient même preuve d'une certaine déférence pour lui répondre. Leur ennemie, vous l'aurez compris, est une femme, celle dont le nom a plané toute la soirée : Ségolène Royal. Ils n'auront de cesse, ces hommes de gauche, que de l'avoir éliminée, ça les ronge, on le sent, ça les travaille au-delà du dicible, ils sont prêts à toutes les alliances pour qu'elle agonise.

Méfiez-vous pourtant... du peuple.

Un jour ou l'autre il peut vous faire basculer, vous trancher la tête... sa logique est "une", sa logique est invincible... sa logique est incontestable. Ca vous ennuie... ça vous parle de minarets... Alors, vous invoquez l'illogisme du peuple, là, (vous peuple d'une certaine gauche) vous nous dites sa souveraineté contestable, pour le "Non" au Traité Constitutionnel, vous sembliez pourtant (vous... qui êtes-vous ?) vous en accommoder.

Le peuple.

Celui qui a eu faim, qui a faim, qui est exploité.

Et ne croyez pas qu'il suffise d'être de l'ancienne LCR (nouveau NPA), ou d'être un philosophe dont la mère était femme de ménage pour nous impressionner.

Celui qui est exploité il comprend mieux Gollnich, ou Royal... (qu'elle me pardonne le raccourci) que vous, les privilégiés de la pensée... (de gauche, il va sans dire).

Celui qui pour finir ses fins de mois, pour remplir son frigo... doit... beaucoup galérer (et j'en connais quelques uns), il vous dit : faites pas chier !!!

Arrêtez votre bazar.

Votre terminale S, avec ou sans histoire... c'est bien joli, c'est vachement important, mais !!! j'aimerais que mon enfant puisse être considéré même s'il ne va pas en terminale S... même s'il a dû s'arrêter en troisième...

Vos privilèges, je dis "vos" car je suis "femme" et "immigrée" et que malgré mes diplômes et mon bac + 5, je continue à faire partie des exploités...

Alors... je vais regarder la télé, encore ce soir... il y a :
Douce France

Et puis je t'écoute encore... toi mon ami... toi l'exilé là-bas au Québec, toi Roger Tabra.


Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Enfants d'espoir

Repost 0

Publié le 29 Août 2009

Qu'est-ce qu'un être humain ? Comment devient-on être humain ? question entendue sur FIP aujourd'hui pour annoncer le spectacle Pinocchio, à partir de septembre à Strasbourg. Question aussi largement traitée dans l'extraordinaire film de Spielberg, A.I. intelligence artificielle.

Ce soir sur Arte : Aux origines de l'humanité... Où est né l'homo sapiens ? en Afrique, ou partout à la fois ? Où l'on nous explique comment les femmes ont appris à cacher leur ovulation... l'homo sapiens femelle amenant ainsi l'humanité sur les voies du plaisir paléolithique; le grand singe lui ne pensait à copuler qu'une ou deux fois par an, elle sut, savante femelle, par ce stratagème, entretenir la flamme.

La vallée du Rift... étant la clé du mystère. La taille du cerveau serait liée à la vie en société et à la taille du groupe... Le chaînon manquant reste caché dans le désert de l'Erythrée, celui qui nous permettrait de "répondre à cette grande question : d'où venons-nous ?".




Renata Rosa trio, "Maria Leonor", pour nous ramener aux origines... du fado (cette artiste brésilienne, influencée par les chants traditionnels du Nordeste, mais aussi par toutes les formes du chant féminin : indien, arabe, ou hongrois... nous fait sentir ici, très précisément, comment le fado a pu naître... chant auquel on suppose des origines brésiliennes, ou arabes... ou africaines, qui sait, près de la vallée du Rift ?)

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Enfants d'espoir

Repost 0

Publié le 8 Août 2009

Face à la sempiternelle question... pourquoi tenir un blog ? et, confrontée aux tenants et aux aboutissants du business en ligne orchestré sur le web.2 (comme dirait mon cher Kfigaro - disparu de l'autre côté du web.1) par nos chères plateformes et autres lieux de perdition; parce que, sachons-le, il y en a qui s'en mettent plein les fouilles avec nos âneries bloguesques, je réitère la question :

Pourquoi, et pour qui, t'écris toi ?

On m'a récemment fait une proposition indécente... pour être publiée sur Causette, et sur Second Sex... on me suggérait (en tant que membre du comité de rédaction de Ladies Room) de pondre... des billets olé, olé... et pour tout dire, osons le mot, "cochons" !!!




Mon cher Frenchi (blogueur croyant et pratiquant, et ce, bien que protestant...) s'est lui aussi lancé dans l'exercice de style... l'érotico-blogo-à-gogo... Il m'a expliqué que c'était le seul sujet (mis à part, bien entendu, les fringues, le maquillage et le shopping) qui pouvait intéresser les filles... Ben, la culture (à part le début du mot...), la littérature, la politique, les voyages, les problèmes de société, le féminisme, ou l'économie... c'est pas du tout fédérateur (ni vendeur...), m'a-t-il suggéré.

J'étais partie sur ma lancée habituelle : la grosse colère... l'irritation... lorsque soudain, tombée du ciel, l'envie de sourire, de rire même de tout ça, me prit par le bras. Allez, viens avec moi, partons sur nos chemins de traverse, continuons à nous amuser, à faire l'école buissonnière, laisse-les croire qu'ils vont avoir de bonnes notes, et qu'avec ces bonnes notes ils seront heureux... Nous, Mila de mon enfance, on n'y a pas cru... On est allées sur la colline pour capturer des grillons et les mettre dans nos boîtes d'allumettes. Tu as été punie en rentrant... moi, mes grands-parents ne m'ont rien dit, c'est peut-être pour ça que je continue à l'aimer plus que tout, l'école buissonnière.

Arrête Lucia ! ne t'emballe pas comme ça... laisse les gens regarder le bout de leur nez, si c'est ça qui leur plaît. Tu vois bien qu'à force de croire que tu vois plus loin, ou au-delà, tu passes pour la prétentieuse et la rabat-joie de service...

Que vois-tu vraiment ? que veux-tu vraiment ?

Faire entendre sa voix, n'est-ce pas le plus important ? La note essentielle qui fait vibrer notre âme. Celle qui nous distingue, celle qui est notre voie. Pourquoi copier quelqu'un d'autre ? pourquoi vouloir réussir, avoir plein de lecteurs, être au top ? Si on n'a pas écouté la note qui nous fonde...

Quelle est ta note à toi ? quelle est ta voix ? ne voudrais-tu l'écouter ?

Envoie-les valser tous ceux qui te disent d'écrire "sexy" ou "guirly" ou "littéraro" ou "journalistico" ou "politico" ou "pro"... Ouvre ta page, laisse venir les images, dis au monde qui tu es... profite de ce lieu de liberté pour éventuellement, comme Xena, dire, le plus sincèrement du monde, ta soirée chez les pompiers...  puis aussi d'accepter que "tiens, j'ai bien envie de faire un bébé et de me caser"...

La lucia, mon pseudo... ce n'est que ma recherche de lumière. Merci à vous de me lire et de me guider dans mes ténèbres.




photos (c) Luciamel (c'était l'anniversaire de mon cousin, on a mangé du très bon cochon de lait)

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Enfants d'espoir

Repost 0

Publié le 2 Juin 2009



anniversaire, heureux sois-tu. Heureux soyons-nous à tout jamais... et le  plus possible.

"Heureux qui chante pour l'enfant
Et qui sans jamais rien lui dire
Le guide au chemin triomphant
Heureux qui chante pour l'enfant
Heureux qui sanglote de joie
Pour s'être enfin donné d'amour
Ou pour un baiser que l'on boit
Heureux qui sanglote de joie

Heureux les amants séparés
Et qui ne savent pas encor'
Qu'ils vont demain se retrouver
Heureux les amants séparés
Heureux les amants épargnés
Et dont la force de vingt ans
Ne sert à rien qu'à bien s'aimer
Heureux les amants épargnés"

Brel... 





Photo (c) Luciamel

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Enfants d'espoir

Repost 0

Publié le 18 Février 2009

Taguée par Olympe, je copie/colle les règes trouvées sur son blog...

  • 1. Avoir un blog
  • 2. Écrire un article relatant ce que vous feriez s’il vous restait 500 euros et 500 secondes à vivre. Vous avez carte blanche, que ce soit en 3 mots ou en 500 lignes, laissez libre court à votre imagination.
  • 3. Relancer la chaîne en invitant 5 de vos amis à répondre à leur tour à la question.
  • 4. Faire référence à cet article et à ces mini-règles afin que l’on puisse tracer tous les participants.
  • 5. Intituler votre article “500 euros et 500 secondes par Votre Nom”


Mouais... ne sachant pas encore que j'avais été désignée (moi, chaque fois que je vois un tag quelque part, j'y réponds... même si je n'y suis pas invitée) j'ai dit à Noèse : "je m'allonge, je ferme les yeux... et j'observe le passage". Là, l'étant "officiellement", taguée, je me dois de faire un truc un peu plus plus"chiadé".

500 secondes... c'est moins de 10 minutes (oh la la, la table de 9... 9X60 secondes, ça fait..., vous savez, 9, 18, 27, 36, 45, 54, 63, 72, 81, 90... pour les dizaines 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9... et pour les unités 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1, 0... et en additionnant les chiffres de chacun des nombres obtenus ça fait... 9 (0+9= 9; 1+8=9; 2+7=9; 3+6=9... etc.). 9X60 secondes, ça fait 540, c'est trop. 60X8, c'est 480...

Donc, entre 8 et 9 minutes.

Avant la mort.

On me dit que j'ai 500 euros... bon, entre gueuler (euh, le comité des tags... si encore t'avais dit 50.000 euros, mais 500... c'est le RMI, c'est à peine moins d'un tiers de mon salaire, c'est la moitié d'un SMIC), même mourir il nous faut l'imaginer dans la pauvreté ??? Morts potentiels de tous pays, levez-vous, faites la révolution, envoyez tout valser, car vous, vous n'avez plus rien à perdre !

Tout d'abord, avant de m'allonger et de fermer les yeux : je fais la révolution !!! J'y consacre... disons, 5 minutes (le temps de trouver la bonne idée, je ne peux pas vous dire laquelle, car, en vrai, je ne vais pas mourir tout de suite...).

Ensuite, pendant les 3 minutes qui restent, presque 4... je m'allongerai et je fermerai les yeux... sans musique ?

Je pense à l'ami parti le lundi 2 février. Vendredi 6, au crematorium du Père Lachaise, sa famille avait dû choisir les musiques pour l'accompagner dans son dernier voyage. C'était "Grandola", "Aux marches du palais", "L'internationale", des fados... Amalia.

Ma petite soeur a failli nous quitter tant de fois, heureusement elle est toujours là, elle s'accroche, elle reste en vie, autant que nous, plus que nous même. Elle vous dirait : "ce jeu est complètement idiot, pourquoi m'occuper de ma mort, moi, je veux seulement vivre".

Moi, en mourant, je voudrais écouter le bruit de la mer... de l'océan, plus précisément, à 40° N... juste en face de la statue de la Liberté. Allongée sur la plage, les yeux fermés... je rejoindrai l'origine de l'humanité.

Aujourd'hui je suis vivante et je veux écouter :




Viver, sonhar contigo...
Vivre, rêver de toi...


J'allais oublier d'inviter 5 amis... à poursuivre l'aventure... je tague donc : Frenchi, Thierry (Toutaubord), Balmeyer, Dorham, Mtislav  (euh... que des garçons... va savoir pourquoi, les 9 dernières minutes à vivre ?).

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Enfants d'espoir

Repost 0

Publié le 16 Février 2009

 
Au ciel, grâce il faut que je rende.
Qu'il soit d'azur ou par Dieu habité,
Son bleu, pour sûr, nous a protégées.

Ce matin, sur ma route,
La femme aux bras levés, me disait :
Demande, et il te sera donné.

J'ai suivi la voie qu'elle me traçait,
Et les mains tendues j'ai imploré,
Téléphoné, gueulé...

Ce soir,  c'est toi qui gueules...
De douleur encore, mais moins.

Nouvelle logique hospitalière,
M'a-t-on dit... lits supprimés,
Fusion de services :
Les riches, les pauvres...
On y revient, quand ça s'en va.

Pour toi, nous on est là.
Combien sont-ils sans argent,
Sans amis, sans famille ?
Et toi, c'est déjà si douloureux.

Pourtant que d'hommes
(de femmes surtout),
à t'épauler, te laver, te nourrir,
t'accompagner,
sur le chemin de la vie.




Photos (c) Luciamel, rue Vieille du Temple, oeuvre de FKDL.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Enfants d'espoir

Repost 0