L'Amérique est encore loin...

Publié le 9 Février 2011

 

IMAG2167.JPG 

                               photo (c) Luciamel, New York, vacances... septembre 2008 

 

 

J'ai twitté, mais quelle importance de twitter ? 

 

Je le sentais venir le tour pendable : elle était la risée de tous, gauche et droite confondues, on se gaussait, on haussait les épaules d'un air entendu, et le sourire narquois. "Quelle connerie et quelle conne !", jubilait-on. Et, pendant des jours, ça n'a été que moqueries et jeux de mots sur MAMair... (ok, ça m'a bien fait rire moi aussi). On en redemandait, on se plaisait à la voir s'étrangler au journal télévisé, ah ah ah, quelle andouille et quelle incapable !

 

Mais voilà qu'un homme a fait mieux, lui est Premier ministre, lui a même été reçu pendant ses vacances par le Président égyptien, lui aussi a bénéficié des faveurs d'un dictateur, "mais, mais, mais..." entend-on bruire, déjà, dans les rangs des twitters de gauche, qui, étonnamment, se scandalisent plus doctement et beaucoup plus mollement. On sent bien que, ça, on ne pourra pas le traiter en rigolant, là, c'est sérieux, là, on doit chercher à bien réfléchir avant de twitter, on doit changer de registre. Euh, mais lui c'était à quelle date déjà ? la révolte c'était en Tunisie, pas en Egypte, à cette époque-là, et Mitterrand (François) aussi il y allait en Egypte... Là, c'est différent, et puis lui, c'est un homme, quand même !!! on ne peut pas lui appliquer le même traitement qu'aux femmes (toutes des dindes les femmes, en politique mais pas seulement, d'après ces Messieurs des tweets). 

 

Le ridicule ne tue pas... en tout cas pas les hommes. Qu'une femme dise une connerie, fasse une connerie (MAM et ses conseillers en ont fait une et une grosse) et c'est la risée, le procès d'incompétence, la preuve que... un homme, même nul, c'est quand même mieux (cf. les Guignols de l'info du 07/02/11, et leurs excuses à Bernard Kouchner, et ce avant que la question des vacances égyptiennes du Premier ministre ne soient révélées). 

 

Maintenant, on peut faire des distinguos :

 

"Le chef de file des députés PS, Jean-Marc Ayrault, a fait la distinction mercredi surRTL entre les vacances en Egypte de François Fillon, payées pour partie par ce pays, et celles de Michèle Alliot-Marie passées en Tunisie, jugeant que "ce n'est pas la même chose". (Le Monde)

 

Soudainement, les plus scandalisés se mettent à relativiser :

 

"Le président du MoDem, François Bayrou, a souligné mercredi que pour les fêtes de fin d'année, c'était "tout l'appareil d'Etat français qui se trouvait exactement dans la même situation" en vacances à l'étranger. M. Bayrou a relevé sur France Info que le président de la République "lui aussi était invité au Maroc""Vous aviez tout l'appareil d'Etat français qui se trouvait exactement dans la même situation, dans les mêmes circonstances, j'allais presque dire dans les mêmes avions, dans les mêmes privilèges", a affirmé le président du Mouvement démocrate. "C'est pour ça qu'il y a une espèce de solidarité, et je trouve que c'est ça qui est malsain, je trouve que les dirigeants ne devraient pas se satisfaire de vivre ainsi dans des privilèges discrets", a-t-il ajouté." (Le Monde)

 

Je sais bien qu'on va trouver à justifier l'injustifiable : le fait, non de critiquer l'action politique, mais de traiter avec plus de mépris et, disons-le, avec misogynie, les erreurs qui sont commises par une femme. On va me répondre que "c'est pas parce que c'est une femme qu'on ne doit pas la critiquer, si elle est conne, on doit le dire, on fait pareil pour un homme". Non, on ne fait pas tout à fait pareil. Soyons honnêtes, essayons d'observer quand nous entendons une même phrase dite par un homme ou par une femme, une même action faite par un homme ou une femme, si nous l'évaluons, vraiment, de la même façon. Commençons par regarder autour de nous, dans notre propre famille, dans notre entreprise, il nous est sûrement déjà arrivé de changer d'opinion, d'appréciation, juste parce que nous avions compris que c'était machin, et pas machine, qui avait agi (rédigé le rapport, oublié un rendez-vous, fait une confusion, obtenu une bonne note en maths, réussi à un examen, décroché l'ENA, ou "perdu ses nerfs"). Quand je dis "nous", c'est nous : hommes et femmes.

 

Décidément, je n'arrive pas à m'y faire... à ces dés toujours pipés.  

 

 

 Lucia 
 
Pourquoi ai-je l'impression qu'à partir du moment où elle est faite par un homme une connerie va soudain devenir justifiable? 
 Lucia 
 
Tout d'un coup, on va mieux comprendre et justifier ce qui avant était injustifiable #MAM#vacances
»
 Lucia 
 
J'attends de voir la mobilisation de tous les blogueurs,journalistes et twitters de gauche sur ce coup-là,pour comparer#vacances#MAM


Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0
Commenter cet article

Béatrice 12/02/2011 11:42



- Right, c'est plus gentil, et c'est sûrement pour cela qu'on ne l'emploie pas, car être gentil avec les femmes ce serait ...enfin, cela ne se fait pas . Pourquoi être gentil avec    
         ces... : radasses, ces pouffiasses et autres miasmes: Bien que miasme soit masculin me semble-t-il ?



lucia mel 12/02/2011 10:28



@Euterpe : oui, répétons-le, ce n'est parce qu'on défend les femmes qu'on ne voit pas leurs défauts, on essaie seulement de dénoncer les différences de traitement, et la pernicieuse façon de les
rabaisser. T'as vu ? dimanche les Italiennes descendent dans la rue pour bouter Berlusconnerie hors de son nid. 


 


@Béatrice : une femmelette se dit d'un homme pour le rabaisser (au niveau d'une femme...), une hommelette ;)) serait donc une femme qui aurait cassé les oeufs (enfin, tu me comprends)? c'est plus
gentil "hommelette" que "hommasse" (pour dire d'une femme qu'elle se comporte comme un homme), tu ne trouves pas ? 


 


@Mike : oh... quel dommage ;)) mais, écoute ton inconscient, ce n'est pas pour rien que tu as choisi cet exemple-là. Le Brésil c'est l'Amérique !!! si c'est un rêve, je rêverai, l'Amérique,
l'Amérique ! On dirait qu'il te vient des envies de voyager... ou d'aller loin (sans forcément partir).


 


 



MHPA 12/02/2011 10:05



Lucia,


Le brésil c'était une grosse blague. Je me disais comme les politiques se font des voyages, pourquoi pas les citoyens de base...



Béatrice 11/02/2011 19:50



- Imagine : Femmelette / hommelette, ça fait un peu cocasse, non ? - Moi j'aime bien !


 - Allez, on l'adopte, alors...qui sera le premier hommelette ??? - Je te laisse le choix!



Euterpe 11/02/2011 15:57



J'ai un autre lien si cela t'intéresse: http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=6272


Le Canard Enchaîné l'avait rapporté à l'époque : Fillon a eu le culot de raconter qu'il était à Berlin depuis le 7 alors que "Les Nouvelles" de la Sarthe de novembre 1989 révélait qu'il y était
les 16 et 17.11, seulement. Cela dit sur la photo on voit bien que le Mur est passablement entamé déjà. De plus la "chute" s'est produit un peu avant minuit et pas en plein jour ! Donc non
seulement Fillon ment mais il n'a même pas honte de se prêter aux même gamineries que son mentor.


Hommes ou femmes, il n'y en a pas un pour racheter l'autre dans ce gouvernement et pour  témoigner d'un peu de "grandeur".


Mais c'est vrai qu'à stupidités égales, les femmes sont trois fois plus stigmatisées.



lucia mel 11/02/2011 13:19



@Béatrice : "si votre ramage ressemble à votre plumage" ;))) 


 


@Euterpe : ah oui ? lui aussi Fillon avait fait le coup de la photo (je viens de retrouver ça sur Internet), imaginons seulement
si ça avait été Royal qui avait ça... mais un homme on peut tout lui pardonner, on trouvera toujours un moyen pour justifier. Très juste ta remarque sur MAM. Pour ce qui est de Nicolas (pas
Sarkozy, ni Bedos, non le Nicolas n°1 du Wikio) : je crois qu'il est moins macho et misogyne qu'il aimerait nous faire croire. Je crois (je vais faire ici sa psychanalyse sauvage on line) que ça
tient plus du potache et du gamin qui aime dire des conneries avec ses copains ;))) quand il redevient sérieux, il ne dit plus de gros mots. 


 


@Toff : ça aussi c'est une manière d'attaquer une femme, de dire que c'est pas une vraie femme... (on l'a beacoup utilisé pour Merkel ou Thatcher) mais un mec... je me suis demandé récemment
pourquoi on disait "garçon manqué" "hommasse" et pas "fille manquée", mais femmelette, et pas "femmasse". 


 


 



toff de aix 11/02/2011 08:55



le débat ne tient pas une seule seconde, vous tous n'avez rien compris (mais alors rien de quedalle).


MAM N'EST PAS UNE FEMME donc l'argument féministe ne tient pas.


Personne ne l'avait donc remarqué que c'est l'adjudant avec son baton dans le fondement qui est attaqué, et pas la femme?



Euterpe 10/02/2011 20:29



Le problème est que dès qu'une femme fait une connerie et les femmes en font autant que les hommes surtout dans un gouvernement de nuls comme celui-là,elle est quasiment lynchée parce qu'il y a
toujours le sous-entendu qu'elle n'est pas à sa vraie place (devant le fourneau de la cuisine c'est là sa vraie place hein) tandis que l'homme c'est sa place, normal, et d'ailleurs il va se
racheter c'est sûr, il faut donc lui dispenser généreusement son pardon.


Personne n'a relevé les mensonges de Fillon dans l'affaire du mur de Berlin quand la presse sarthoise a retrouvé où il traînait le 9 .11.89. Un homme qui ment sur des choses prouvables c'est
vraiment pitoyable surtout quand on est 1er ministre. Un 1er ministre qui prétend, en plus, devenir un jour président car c'est ce qu'il vise.


MAM elle est à un poste qu'elle n'a pas choisi et qui ne lui convient pas mais si on va par là Sarko, s'il a choisi son poste c'est le poste qui ne l'a pas choisi !


Sinon, je ne veux pas m'en mêler mais si tu espères convaincre quelqu'un qui se gargarise ordinairement de termes comme "gonzesse", "salope" et "vagin qui pue", bon courage.



Béatrice 10/02/2011 20:01



-" Car toujours on préfère, à incompétences égales,


-  Faire confiance à un homme plutôt qu'à une femme."


 


Tu nous as rescucité Lafontaine et Molière / saisissant !!!



lucia mel 10/02/2011 17:25



ok, Nicolas, cessons le débat, juste une précision, je n'avais pas écarté Dati, elle est dans la parenthèse, justement parce que je pense qu'elle a été liquidée politiquement (par son camp).
Quant à Pécresse, quelle incompétence ? de ne pas avoir été élue Présidente de la Région Ile-de-France, ou sur la réforme des universités ? Jouanno, ce qui lui a fait du tort c'est la rumeur de
sa liaison avec Sarko (ça c'est une arme redoutable pour tuer une femme politique, cf. Cresson). Elles sont nées en 1965, 1967 et 1969, elles ont fait leurs armes tôt, pour servir la stratégie de
Sarko : les "femmes en avant" pour contrer la gauche. 


 


Sarko incompétent, soit !!! mais ça on le savait bien en ne l'empêchant pas de se faire élire, pourtant (à gauche !!!) c'est bien son incompétence qui a prévalu face à celle de Ségolène ;),
Besson en est l'emblême et le porte étendard. Car toujours on préfère, à incompétence égale, faire confiance à un homme plutôt qu'à une femme.