Publié le 26 Octobre 2011

20110925-lavagem-Madeleine-Tristane-Banon-023.jpg

                               photo (c) Luciamel, rue des Blancs Manteaux, Paris, octobre 2011

 

 

 

Je me souviens du temps où on n'avait pas le téléphone... Alors, c'était le super engagement, à telle heure à tel endroit, ça devait être sûr, c'était "croix de bois, croix de fer". Les rendez-vous tenaient parfois sur des semaines (imaginez que pour annuler quelque chose il fallait s'écrire des lettres qui mettaient des jours à arriver...). Pourtant, on se voyait tout autant, si ce n'est plus, qu'aujourd'hui. Et puis, on se faisait des visites surprise...

 

Un jour le téléphone s'est généralisé (dans les familles modestes s'entend), ça ne fait pas si longtemps : 30 ans, 35 ans ? Personne n'aurait imaginé de ne pas répondre quand il sonnait. On était soit là, soit pas là. Point. Logiquement, à certaines heures, on était presque toujours sûr de joindre les gens.

 

Puis, d'abord des Etats-Unis, les premiers répondeurs sont arrivés. Des engins permettant de "filtrer" les communications : on pouvait décider de répondre, ou non, suivant l'envie, ou notre disponibilité... à celui qui nous appelait. C'était le milieu des années 80. Les répondeurs-enregistreurs étant les plus sophistiqués, car ils permettaient à nos interlocuteurs (en même temps que nous les écoutions...) de nous laisser un message. Le pouvoir de la COMMUNICATION commençait à édicter sa loi sur nos vies.

 

Le reste vous le connaissez :  le téléphone portable, les sms, les messageries, les mails... Aujourd'hui, on est joignable comme on le veut et quand on le veut. On filtre, on zappe à tout va. L'autre est devenu une sorte d'émission de télé, qu'on regarde en direct ou qu'on enregistre pour plus tard.

 

Je ne suis pas vraiment nostalgique des temps anciens, la fuite n'attend pas le nombre des années... On a toujours su se défiler de l'autre, on a toujours su s'en rapprocher... quand le besoin s'en faisait sentir. On pouvait faire des kilomètres pour rejoindre sa bien-aimée, tant la séparation nous coûtait, on pouvait aussi accepter un travail éloigné pour quitter une relation pesante. Aujourd'hui, rien n'a changé, si ce n'est qu'on est souvent obligé de répondre aux sms, aux messages laissés sur le portable, ou aux mails dans notre messagerie... à l'autre bout du monde on peut couper le fil à n'importe quel moment, mais on est tenu de COMMUNIQUER à un moment donné. Le silence, le temps de la suspension du contact est de plus en plus court : on a tout au plus un jour pour répondre, sinon c'est un incident diplomatique (le délai servant à indiquer la valeur de la relation).

 

J'aime cette nouvelle forme de communication, ces nouveaux échanges, qui nous rendent plus exigeants, mais aussi plus créatifs : nous écrivons tout le temps... Nous parlons moins, nous écrivons plus. L'écrit nous rapproche de notre âme, la parole nous mettant quant à elle souvent hors de nous, pour nous faire communier avec autrui, soit ! mais en nous faisant perdre parfois notre chemin...

 

Je vous le dis quand même, rien ne vaudra jamais un bon tête-à-tête. Etre deux, en un même endroit, à se regarder, à se parler, à s'écouter... c'est magique. Vous devriez essayer. 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0

Publié le 20 Octobre 2011

20111020-001.jpg

                                   photo (c) Julien et Luciamel, rue du Col. Driant, Paris, octobre 2011

 

 

 

Il vaut mieux parfois se parler à soi-même pour être entendu,

crier seul dans la nuit pour être compris...

 

Je rentre d'une soirée Green Peace (pour leur 40e anniversaire), fort réussie, excellente organisation, haute teneur des débats, intervenants très compétents (des doctorants... m'ont dit les bénévoles de l'entrée, celles qui tenaient le vestiaire). Franchement, ça m'a rassurée quant à l'utilisation de mes dons. J'ai quand même bien noté que ce sont toujours les mêmes qui se retrouvent en haut de l'échelle (fût-elle alter-mondialiste) : des haut du panier social (ceux qui savent "ce que parler veut dire", ceux qui maîtrisent les codes de la société : pas les dames de l'entrée).

 

Surtout, j'ai trouvé remarquable le buffet bio : là, vraiment, chapeau !

 

Je ne suis pas restée pour le film, semaine trop rude, journée qui commence demain très tôt... et puis je voulais... écrire.

 

Je vous en reparlerai sûrement, j'ai bien envie de retourner les voir les gens de Green Peace.

 

A deux pas, sur le trottoir devant un bar, j'ai croisé un homme téléphone à l'oreille qui se plaignait : "arrête de toujours m'agresser ! arrête de toujours m'agresser..." A qui parlait-il ? à sa femme probablement... Les hommes s'éloignent des femmes, les femmes agressent les hommes qui s'éloignent... les hommes s'enfuient plus loin encore. Les hommes ou certains hommes ? Que les femmes apprennent aussi à s'éloigner... 

 

En sortant de là, boulevard de Strasbourg j'ai vu des prostituées qui commençaient leur soirée de boulot, et sur le Sébasto c'était pas bien beau... Heureusement, très vite je suis arrivée dans mon quartier enchanté, dans mon île aux bobos où même les SDF semblent plus heureux, plus classe !

 

 

Quelques photos de ma soirée Green Peace :


 

20111020-020.jpg                               moyenne d'âge des adhérents ?.. euh... 10% ont entre 18 et 25 ans...

 

 

20111020-021.jpg

                                                   le buffet était tip-top !

 

20111020 024                                      les nouvelles recrues de Green Peace, les jeunes... sont aussi très sexy ;)))

 

 

20111020-025.jpg

                                                                au-revoir, n'oublie pas de casser la vitre !

 

 

photos (c) Luciamel, rue d'Enghein, Paris.

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0

Publié le 12 Octobre 2011

20110925-lavagem-Madeleine-Tristane-Banon-131.jpg

                                                                      photo (c) Luciamel, octobre, Ile-de-France.

 

 

 

Mes étudiants (tous des étrangers, mais de ceux qui pourraient plaire à Marine Le Pen car ils ont un fort pouvoir d'achat) me demandent depuis le début de la semaine qui va gagner aux primaires socialistes (comme ils me demandent régulièrement qui va gagner la prochaine élection présidentielle). Normal, ils sont ETRANGERS !

 

Ma réponse n'est plus aussi évidente depuis que Royal, suivant en cela ce que je redoutais, a préféré sa fidélité au pacte ancien conclu avec son ex-compagnon : "on se soutiendra toujours et on se désistera pour celui de nous deux qui sera en meilleure position pour gagner". Sauf que Hollande avait trahi le pacte d'une manière abominable (i.e. doublée de considérations familiales, affectives, et très très personnelles : je rappelle qu'en pleine campagne de sa compagne il complotait contre elle, sur un terrain de foot, donnant aux adversaires de celle-ci les moyens de la battre...). Elle a fait exactement ce que les psys du Figaro... (si, si, ils en ont !) ont dit qu'elle allait faire : face au double dilemne et à la blessure narcissique, entre la trahison personnelle (Hollande) et la trahison professionnelle (Aubry), elle allait opter pour celui qui l'avait le moins blessée narcissiquement, le père de ses enfants.

 

Je suis sous le choc. Depuis 1995 je suis sous le choc, depuis que Jacques Delors, le père de Martine Aubry, a fait le choix de se retirer de la politique pour permettre à sa fille d'un jour accéder à la présidence de la République.

 

De cette décision très personnelle (raillée à l'époque par Mitterrand, comme il se doit) a découlé pour le pays une série de désastres, ou d'erreurs d'aiguillage pour le moins flagrantes :

 

1995 : élection de J. Chirac (le peuple de gauche faisait la moue);

2002 : échec de L. Jospin à la présidentielle (le peuple de gauche préférait A. Laguiller);

2005 : victoire du "non" au projet de constitution européenne (le peuple de gauche s'enfonçait dans la confusion et permettait à l'électron libre "Sarkozy" d'entrer en orbite);

2007 : le peuple de gauche votait pour Royal (une FEMME...) en se pinçant le nez et en souhaitant secrètement que Sarkozy gagne l'élection.

 

Dimanche, je voterai pour Martine Aubry !

 

D'une part parce que j'aurais voté pour Delors en 95, et que les pommes ne tombent pas loin du pommier, les chats ne faisant pas des chiens (ou l'inverse).

 

D'autre part, Montebourg avec ses leçons de français ('impétrants' et sa 'tête qui enfle') ne me dit rien qui vaille, les Uraniens (en astrologie Uranus signe la révolution française et ses excès) je m'en méfie, ils coupent facilement les têtes, Robespierre... c'est fini ! (c'est lui à qui les Jacobins, encore en place aujourd'hui, des pro-hollande sans doute, couperont la tête très vite).

 

Je ne savais pas que les femmes, même ex-candidate à la présidence de la République, pouvaient se laisser embobiner par des arguments tels que : "je suis le père de tes enfants". Lui, n'a pas hésité une seconde entre sa carrière et la "mère de ses enfants". Femmes, vous avez encore du chemin à parcourir...

 

J'ajouterai encore, et c'est la première réponse que je donne à mes étudiants :

 

"Les Français vont choisir Hollande parce que c'est un homme. La France est une société profondément machiste. Le PS est un parti hautement machiste". 

 

Mais, je leur dirai aussi que, paradoxalement, les Français risquent de choisir Marine Le Pen à François Hollande au premier tour de l'élection présidentielle. Pourquoi ? parce que les femmes peuvent surprendre, emporter, sortir les gens de leur schémas archaïques et reptiliens, malheureusement ça ne les réveille pas longtemps, et ils reviennent en un quart de temps au "c'est papa qui commande". Pour vous, papa Hollande ou papa Sarkozy ? vous dormez... vous dormez... vous dormez...

 

 

Je le disais déjà ici, en 2008.

j'ai parlé de DSK ici

ici aussi...

ici je rêve de l'alliance Royal, Aubry

encore mon dégoût pour le prévenu DSK 

 

 

Je ne voterai pas pour François Hollande car il est le "remplaçant" de l'homme qui devait être l'homme... Parce que la gauche me déçoit par son archaïsme : l'homme y est toujours prédominant. Les gens de gauche me semblent plus conservateurs, de ce point de vue-là, que l'UMP... c'est dire ma désolation.

 

Les critiques faites à Royal, ou à Aubry se font sur le "caractère", les "nerfs", la vie privée... toujours on les attend sur ce terrain-là... pas sur leurs résultats, pas sur leurs actions, non, leur caractère, seulement...

 

Hollande, bien sûr, puisque c'est un homme, a une aura conférée par son absence de "caractère"... son absence de "nerfs"... il est l'homme !!! il n'a pas ses règles lui... il est hors... cycles, c'est un homme, il va vous sauver. Il n'a à se justifier de rien (et sûrement pas de sa vie privée !).

 

Il est mort celui qui oublie le trou, le coeur, dans sa poitrine... à gauche ?

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0

Publié le 7 Octobre 2011

20110903-vacances-portugal-165.jpg

                                           photo (c) Luciamel, Portugal, Costa Nova, août 2011

 

 

 

Pourquoi aurait-on envie de me lire ? Surtout, si je me mets à vous parler de politique... Simon m'a lancée : "Dimanche, pour qui vas-tu voter ?" Il le sait très bien, et vous aussi. Faut-il encore essayer de dire... essayer de convaincre, ou se désoler de la cacophonie généralisée, et du grand merdier dans lequel nous nous sommes laissés embourber ?

 

Je vais voter pour Ségolène Royal, d'une part parce que je suis fidèle, et que, de plus, je la trouve de plus en plus solide, plus forte. Qu'elle gagne ou qu'elle perde c'est quelqu'un sur qui, dans les prochaines années, il faudra sûrement compter (voyez, simplement, les idées que tous lui piquent à qui mieux mieux) : notre époque aura besoin de gens qui résistent à l'opprobre, à la trahison, à l'injustice, mais qui continuent néanmoins de se battre. Nous vivons le temps des durs à cuire, des fiers-à-bras. Ce ne sont pas les intellos qui vont sauver le monde, ce sont les artisans, les guerriers, les rustres.

 

Oui, Montebourg en fait partie, il aura lui aussi sa place sur le radeau de la Méduse qu'il va nous falloir construire.

 

Alors, allez-y, votez pour Hollande si vous avez besoin de vous rassurer avec une image masculine, vous savez de celles qui nous disent : lui, c'est un homme, un vrai...

 

Je ne vous dis rien d'Aubry... oui, je voterai pour elle au second tour, si Royal est éliminée, mais, franchement, c'est parce que tout vaut mieux que Hollande... car sa tricherie à elle je ne l'oublie pas non plus (non, les hommes n'ont pas l'exclusivité de la saloperie).

 

Que vous dire de plus ?

 

Que Carla va accoucher pendant les préliminaires ?  la pauvre... ou pauvre monde que celui ou le pouvoir est la drogue la plus forte qui soit, celle qui leur fait même programmer (à tous ces drogués) un enfant pour réussir à le conserver ce petit pouvoir-là... Ah ? ça a été comme ça de tous temps ? on a souvent fait des enfants pour conserver le pouvoir ?

 

Bon, je me remets un petit blues... pour la route (ça me change du fado). 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0

Publié le 5 Octobre 2011

imge001.jpg                                    photo et dessin (c) Simon Gaetan, MDB, le 4 octobre 2011

 

 

 

Ces nouveaux lieux sociaux que sont les rencontres de blogueuses, ou, devrais-je dire, CE NOUVEAU LIEU SOCIAL qu'est le MDB ?

 

Car, mis à part les magazines féminins (et autres sociétés commerciales et/ou politiques) qui nous draguent éhontément ("participez à notre concours de la meilleure blogueuse, venez à la 'soirée femmes' de notre entreprise, soyez notre invitée en tant que blogueuse de renom... recevez nos cadeaux, nos produits, notre chèque, et écrivez-nous un joli billet...") je ne connais aucune autre rencontre où des femmes ont tant à s'apporter, si simplement, si généreusement, et sans aucun chichi, sans guère d'autre intérêt que celui de se connaître, de partager une expérience, des adresses, des tuyaux, des idées, et de juste passer une bonne soirée. Normal, c'est au Just Be...

 

Simon nous le disait, à Barbara et à moi, à minuit dans le métro : "C'est peut-être vous, les femmes, qui êtes en train d'inventer, par ces rencontres spontanées et inédites, une nouvelle forme de société, celle des hommes étant plus que moisie".

 

Les femmes qui viennent au MDB sont engagées socialement, actives, souvent mères de famille, souvent passionnées par la littérature, le théâtre, la photo, la spiritualité, la politique, l'éducation, le sport ! voire le rugby...

 

Hier, pour notre 7e édition, nous étions :

 

Le Blog de Polluxe

Olympe et le plafond de verre

Scharlotte en France

Decumanos, Barbara Boehm

The Célinette

Princesse 101

KlarAgora

Christelle @chrism (twitter)

et moi même Luciamel

 

et, bien sûr, notre peintre préféré : Simon, qui nous a toutes croquées (surtout @chrism, la veinarde, repartie avec son portrait en grand, fait par le maître). 

 

Les thèmes furent fort divers, cela alla des sms coquins envoyés à son mari lors d'une séparation de quelque temps, à l'éducation-réussite dans le 18e arrondissement de Paris, en passant par l'androïd de Google, on eut également droit, entre des propos sur la Nuit Blanche et la juste perception de l'art moderne, à une réflexion sur les bisous au temps de l'occupation nazie.

 

Mais le clou de notre soirée fut sans doute la révélation, le coming out, la découverte, la révélation du nom d'Olympe du Plafond de verre... Eh ben, non, vous ne le saurez pas ce soir, car elle m'a demandé le secret ;)) vous aurez tout ça en exclusivité bientôt sur son blog ;))) Olympe vient de publier un livre, ah oui !!! un livre !!! vous savez, ce qui nous fait encore tous et toutes rêver : écrire un livre. Elle l'a fait ! Ca s'appelle, et ça sera bientôt en vente dans toutes les librairies : Pourquoi les femmes gagnent-elles moins que les hommes ? Nous sommes impatientes d'avoir les réponses :)) 

 

Vous me direz que nous étions peu nombreuses... ah, vous pensez vous aussi que le plus grand nombre (les twittos...) fait le sens de l'histoire ? ah... vous y croyez vraiment ?

 

Bon, je vous laisse, j'ai un débat sur le feu... des candidats à une primaire socialiste... m'est avis que dimanche prochain nous aurons un coup de théâtre...

 

 

imge002    

 

 

imge003.jpg                                             photos et dessins (c) Simon Gaetan, MDB, le 4 octobre 2011    

 

 

 

 

Et puis une musique... car mon coeur a le fado ce soir...

 

 

 

 

ça parle des difficultés qu'on peut avoir à dire son amour... "Eu não sei falar de amor" : je ne sais pas parler d'amour...

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Montmartre des Blogueuses - MDB

Repost 0