Articles avec #blogs et blogueurs tag

Publié le 2 Mars 2014

2014_02_23-005.jpg

Photo (c) Luciamel, sur la route de Wy-dit-joli-village, dans le Vexin, le 23/02/2014.

 

 

Tous ces liens qui se défont... ceux de ma blogroll (les sites mentionnés à droite de l'écran) qui renvoient maintenant souvent sur des sites fantômes, ou des sites phagocytés par des publicités... Tous ces blogueurs, ces blogueuses, qui ne bloguent plus. Est-ce la fin du Wikio (les blogs étaient classés par notoriété, c'était l'émulation... euh... cette bonne vieille compétition scolaire qui réussit toujours à nous flatter) qui a éteint notre ferveur ? Est-ce la fin de Google Reader (agrégateur de flux RSS, bien pratique) ? Je viens à peine de paramétrer "mon" Netvibes (agrégateur de flux RSS), et je constate qu'effectivement ça ne blogue plus beaucoup dans ma blogroll...

 

Je retrouve la plupart de mes ex-petits-camarades de blogage sur Facebook, ou sur Google +, et j'ai l'impression que la communication s'est déportée sur ces espaces-là (surtout sur Facebook). Finalement, avait-on un blog pour autre chose que ça ? quelques idées lancées deci, delà, quelques commentaires sur l'actualité, quelques coups de coeur musicaux ou autre, et quelques photos... à partager.

 

Et pourtant, j'ai du mal à lâcher totalement le morceau.

 

Cette bouteille à la mer, cette navigation intemporelle, ce lieu que je sens mien, car il n'est que ce que je veux bien qu'il soit, j'y tiens. 

 

Ecrire pour soi, écrire pour l'au-delà... de soi. Quelques regards amis, qui de temps en temps me font signe qu'ils continuent à me lire. Et pour l'inconnu.

 

N'est-ce pas l'essence même de l'écriture ? (tout du moins d'une certaine écriture)

 

J'ai déjà fait escale sur certaines îles de cet océan : Ladies Room, les Epidemik, la RDB, le KDB, le MDB...

 

Le voyageur ne doit pas se désoler des dimensions de la maison qui l'accueille pour quelques nuits ou un an.., ni trop critiquer le repas qui lui est servi, il doit seulement être prêt à... poursuivre le voyage.

 

Retrouver la flamme qui nous pousse à reprendre notre baluchon. Cette ardeur que tous nous avons ressentie un jour en nous : enfants ou adolescents qui faisions (ou rêvions de faire) l'école buissonnière...

 

Tout nous enseigne cela, mais souvent nous ne voulons pas l'entendre. Trop commode de rester à ronronner sur notre sofa.

 

 

 

O lugar, le lieu, (notre place...) de Tiago Bettencourt, avec Diogo Clemente.

 

"onde tudo morre, tudo pode renascer" :

où tout meurt, tout peut renaître".

 

"descobri a casa onde posso adormecer" :

j'ai découvert la maison où je peux m'endormir

 

"aqui tudo é tao novo que pode ser amor" :

ici tout est si nouveau que ça peut être l'amour

 

"jà é dia, e a luz està em tudo que se vê, cà dentro nao se houve o que là fora faz chover, a cidade que hà em ti, encontrei o meu lugar e é em ti que vou ficar..." :

il fait jour déjà, et la lumière est dans tout ce qui se voit, ici à l'intérieur on n'entend pas ce qui fait pleuvoir dehors, la ville qu'il y a en toi, j'ai trouvé ma place et c'est en toi que je vais rester.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #blogs et blogueurs

Repost 0

Publié le 19 Août 2012

Quelque chose que je ne fais pas souvent : une petite revue de presse, extraits copiés-collés de phrases glanées dans les blogs lus cette semaine (en commençant par le plus récent), les photos et la vidéo proviennent toutes des blogs mentionnés, la mise en page étant alléatoire... l'effet est quelque peu surréaliste (cadavre exquis) : 

 

 

 

"Hier après-midi, commençant de lire le Tropisme XI de Sarraute, je me suis pris à sourire : j'avais l'impression de voir s'esquisser devant moi, en direct pour ainsi dire, une ébauche de portrait de Dame R. ; c'était aussi frappant que réjouissant. Parvenu à l'avant-dernier paragraphe, mon sourire a pris la couleur et l'aspect qui sont ceux de l'herbe du jardin depuis quelques jours : en fait, c'était peut-être bien de moi que Nathalie parlait. Voici ce tropisme :

"[...] Ils étaient ainsi un grand nombre comme elle, parasites assoiffés et sans merci, sangsues fixées sur les articles qui paraissaient, limaces collées partout et répandant leur suc sur des coins de Rimbaud, suçant du Mallarmé, se passant les uns aux autres et engluant de leur ignoble compréhension Ulysse ou les Cahiers de Malte Laurids Brigge.
   « C'est si beau », disait-elle, en ouvrant d'un air pur et inspiré ses yeux où elle allumait une “étincelle de divinité”."  

On dit qu’au bord de la Méditerranée, il n’y a pas de marée, et peu de vagues. Je peux témoigner que les jours de drapeau orange, les vagues ressemblent aux rouleaux furieux de l’océan atlantique.
Alors que personne ne s’y attend…

 

 

 

« Finalement, l’histoire du christianisme aurait eu un développent bien différent s’il n’y avait pas eu l’aide généreuse de nombreuses femmes. Pour cela, comme l’a écrit mon vénéré et cher Prédécesseur Jean Paul II dans la Lettre apostolique Mulieris dignitatem, “ l’Église rend grâce pour toutes les femmes et pour chacune d’elles. L’Église rend grâce pour toutes les manifestations du "génie" féminin apparues au cours de l’histoire, au milieu de tous les peuples et dans toutes les nations ; Elle rend grâce pour tous les charismes dont l’Esprit Saint a doté les femmes dans l’histoire du Peuple de Dieu, pour toutes les victoires que l’Église doit à leur foi, à leur espérance et à leur charité : elle rend grâce pour tous les fruits de la sainteté féminine. ” »

Le gérant d'une société de transport de personnes a été interpellé le 9 août dernier, après un préjudice évalué à plus de 300.000€, indique la préfecture de police de Paris (PP) dans un communiqué daté du 17 août.

 

 

 

C’est devenu une évidence au fil des années. Comme d’autres, je blogue parfois/souvent au moins autant pour les commentaires qu’un billet génère que pour l’improbable besoin d’avoir à exposer une opinion sur un sujet au (grand) public.

 

 

 




 Aujourd'hui, rien à signaler pour Quimper-ouest, Vannes-sud, Rennes-nord, Concarneau et Ploërmel. La nuit a été calme, il n'y aura pas de forces de police déployées dans ces endroits cités.

C'était un communiqué offert par Bretagne-villes-calmes, rendez-vous demain matin, au prochain bulletin Point de dix heures.

Fenêtre externe

 

 

 

 

 

 

 

J'ai déjà parlé de Méduse dans un autre billet, probablement une ancienne souveraine légendarisée (fictivisée). D'après Pausanias, c'est une reine qui, après la mort de son père, a repris elle-même le sceptre, gouvernant ses sujets, près du lac Tritonide, en Libye. Elle aurait été tuée pendant la nuit au cours d'une campagne contre Persée, un prince péloponnésien. Méduse, Μέδουσα / Médousa, vient de μέδω / médô qui veut dire « commander, régner ».
Je n'avais jamais remarqué combien de têtes de Méduse sont visibles dans le paysage berlinois. Petit inventaire   
Ecellent article sur Slate qui tente un bilan des jeux olympiques pour les femmes. Avec cette vidéo que je trouve vraiment bien faite. Comment décourager les petites filles ? en leur inculquant la peur de ne plus être assez féminines, c'est à dire jolies, propre sur elles, bien coiffées , habillées des vêtements limitant la mobilité, un peu musclées mais pas trop etc.. Toutes choses incompatibles avec la pratique d'un sport.  
Ça devait arriver.
Et ça a fini par se voir.

A force d’essayer de développer un avis et de le partager, de coller à l’actualité (cette demeurée), d’essayer de lui parler, de la comprendre, de lui creuser l’épiphénomène, de la précéder, d’être à sa hauteur, voir d’imaginer ce qu’elle pourrait devenir quand elle se répercute au cœur de la société, avant de rentrer dans le lard du foutu connard en face ("malgré tout, cet abruti doit bien pouvoir comprendre"), jusqu’au communiste révolutionnaire d’à-côté qui diverge à en battre la breloque car il faut bien entretenir les sanguines palpitations sinon on sombre dans la morosité, mon moi mesquin a fini par être déniché.
L'autre jour, nous allant promener sur les sommets Vosgiens... Il semble que Gus n'avait jamais rencontré de vaches...

C'est quoi, ces grosses bêtes ?
Hier, je ne suis pas allé à la messe. C'était pourtant, le 15 août, une date majeure pour les catholiques. Je n'ai donc pas participé à la prière universelle, rédigée par notre Archevêque, dont on a tant parlé cette semaine. Je ne sais d'ailleurs pas trop quoi en penser, si ce n'est qu'elle ne me semble pas vraiment différer de centaines de prières universelles qui sont dites chaque années au sein de toutes les paroisses de France. Mon avis sur le mariage homosexuel ? Je ne suis pas pour. Je ne suis pas certain d'être farouchement contre non plus. Le mariage est-il encore une valeur de nos jours ?

Quel jour meilleur qu’aujourd’hui, jour de l’Assomption et de Lugnasad, fête de Marie et de Diane Aventine, en plein Ramadan et à trois jours de l’Aid El Fitr, à mi chemin entre Chavouot et Roch Achana, Fête des strip-teaseuses et de la bière pour les Pastafariens (mais selon le Calendrier pastafarien, c’est tous les jours la fête des strip-teaseuses et de la bière), quel meilleur jour qu’aujourd’hui, à part peut-être le 9 décembre, pour vous parler de la laïcité ?  

 

 

 

Polémique annoncée… 

Polémique annoncée…

C'est le camarade DPP qui s'y colle dans son billet du jour avec cette saillie : "Décidément, le camarade batave a une chance de... président fraichement élu après avoir reçu l'avis du Conseil constitutionnel qui ne l'oblige pas à consulter par référendum le peuple français pour adopter le TSCG."

Bon. On pourrait se demander comment le CC pourrait obliger à ...


Pendant des mois et des mois, une de mes copine a une manque de libido au niveau zéro, elle adorait écouter mes histoires pour finir chaque fois avec le commentaire: Mais moi, j'éprouve plus aucune envie, je ne me masturbe même pas - ça ne me manque pas du tout. Depuis quelques semaines elle[...]

Depuis fin juillet, le hashtag ou balise #HarcelementDeRue fait le buzz sur Twitter. Il sert à marquer et regrouper tous les témoignages de femmes sur le harcèlement qu’elles subissent dans la rue ou les espaces publics, de la part d’hommes bien sûr. Le buzz a été si fort qu’il a atteint la ministre. 

 

 

 

Bhopal Marché aux métaux précieux blog

En Inde, il existe des petits métiers pour tout. Absolument tout. Le nettoyeur d’oreilles, le nettoyeur d’ongles de pied (ohhh je ne t’ai pas encore mis la vidéo !!!), le tatoueur, le recycleur de journaux ou de plastique, le cordonnier, le tailleur, le coiffeur… Le trottoir est l’endroit où l’on travaille le plus en Inde. Oui, oui… Il suffit donc de descendre dans la rue et d’ouvrir les yeux. Se promener, oser poser son regard sur les hommes accroupis, assis en tailleur ou adossés au mur, les mains affairées à manipuler un tissu, du cuir, de l’osier, du métal, la peau de quelqu’un. Les mains recourbent, massent, grattent, percent, collent, joignent, encastrent ou polissent.

Les petites mains calleuses de l’Inde.     

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #blogs et blogueurs

Repost 0

Publié le 21 Juillet 2012

Ca s'engueule partout sur Terre... et, tout naturellement, aussi dans la blogosphère.

 

Je me demande à quoi ça sert ces colères, ce besoin d'être entendu, d'exprimer haut et fort son bon droit, contre le "mauvais" tort (forcément) de l'autre.

 

J'ai un tempérament sanguin et il m'arrive, plus souvent qu'à mon tour, d'exploser, et de croire qu'Untel ou Unetelle veut me brimer.

 

Que d'accrochages mémorables depuis qu'en 2008 (et même fin 2007) j'ai lancé mon vaisseau sur cette mer inconnue du web.2. Je ne voudrais pas tous les citer, ça risquerait de raviver des querelles.

 

Pourtant...

 

20120721-012.jpgCa me déprime, lorsque je navigue d'un blog à l'autre, et que je vois que ça s'étripe à tout-va, à-qui-mieux-mieux et en-veux-tu-en-voilà... (je devrais mettre les liens, mais ça serait encore rentrer dans le jeu, il vous suffit de savoir que si je vous lis, vous qui vous écharpez, c'est que sans doute vous aussi pouvez, ou avez pu, me lire).

 

Heureusement...

 

Ils sont nombreux les blogs qui me font respirer.

 

Envie d'en citer quelques uns, de vous dire qu'à ce moment-là de ma lecture je souriais, je rêvais ou je chantais (les voici en suivant l'ordre de leur apparition dans mes flux RSS de ces derniers jours). 

 

 

 

 

 

 

 

20120721-015.jpg 

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, de Lili et Lulu : je les adore, mes chers lusophones de Toulouse.

 

Laura em Paris, croisée lors du MDB avec Anne Hidalgo : je découvre son regard de Brésilienne sur Paris, sa créativité.

 

Bah !? by CC : une sensibilité qu'on devine, sous l'humour et la légèreté.

 

Some kind of unreal music, de Docteur Blandine et Miss Storia : on se connaît depuis longtemps (sur Ladies Room), avec elle que de la gentillesse et de la tendresse.

 

mdsphotographe de Marianne Da Silva : ma chère Mya... elle aussi connue grâce à Ladies Room, aux tout premiers temps de l'aventure blogosphérique.

 

 

 

 

 

20120721-017.jpgClarence Boddicker's nasty diary, Clarence... mon cher Lion, entre nous c'est un peu magique, on s'assoit aux mêmes tables de restaurant, on marche sur les mêmes quais de Notre Dame, on a une même relation privilégiée avec le Japon, sans s'être jamais rencontrés.

 

Hérold Boulevard : je me régale de lire ses recettes avant de déguster ses mets, celle-ci de la poire pochée, je ne vais pas tarder à l'expérimenter.

 

La revue de stress de Lolobobo et sa radio de l'été, alors on danse... 

 

A la recherche du temps à perdre de Lucrecia Bloggia : venue de son Québec jusqu'à mon blog, grâce, justement, à la radio de l'été, merci encore à Lolobobo.

 

Philiberte, le retour... une "vieille" connaissance, une baroudeuse, une inclassable (son blog, comme son jardin, est toujours à l'état de friche). Je lui emprunte l'illustration musicale du jour : Casthelemis...

 

(les photos ont été prises ce 21 juillet, par (c) Luciamel, sur le pont de l'Archevêché à Paris Notre-Dame).

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #blogs et blogueurs

Repost 0

Publié le 21 Juin 2012

 

 

Le prochain MDB aura lieu

 

le 26 juin, à partir de 19h/19h30

 

  au Café Livres (ou Café l'Ivre)

10, rue St Martin, Paris 4e

(face à la tour St Jacques, et à l'angle de la rue de Rivoli).

 

 

inscrivez-vous ici,  ou sur le site Facebook.

 

 

 

Ce n'est pas demain la veille que la France se sortira de ses ornières machistes... et le fait qu'il y ait, depuis le 17 juin, 27% de femmes députées ne doit pas nous faire oublier que, de ce point de vue-là, nous sommes un pays largement à la traîne, i.e. à la 34e place mondiale.

 

On vient de l'annoncer, mais je l'avais parié, après Ségolène Royal, Elisabeth Guigou n'a pas fait long feu sur les marches du perchoir.  Il est certain que Guigou, comme Royal, aurait été dénigrée si le poste lui avait échu. On n'aurait pas fini de se moquer soit de ses jupes, soit de sa vie de famille... Ségolène Royal a apporté son soutien à Claude Bartolone, je suppose qu'elle ne voulait pas alimenter la polémique. 

 

Nous pourrons, nous blogueuses occasionnelles ou régulières, habituées des précédents MDB ou jamais venues, engagées ou non, blogueuses pros ou amateures, échanger sur les sujets qui nous tiennent à coeur (politiques ou pas), autour d'un verre et d'un petit truc à grignoter (assiettes de charcuterie et salades copieuses à prix raisonnables).

 

Simon, notre fidèle aquarelliste, fera le portrait de celles qui voudront poser pour lui une dizaine de minutes, en lui donnant à voir un peu de leur âme... Les oeuvres seront ensuite visibles sur son blog.

 

N'hésitez pas à annoncer la soirée et à en faire de la pub sur votre blog (merci de demander à vos lectrices de s'inscrire ici en commentaire ou sur le site Facebook).

 

 

 

20110508 oeuvres de rue, art de rue 011 Photo (c) Luciamel, 8/05/2011, Parvis de l'Hôtel de Ville.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #blogs et blogueurs

Repost 0

Publié le 12 Février 2012

P1020279.JPG

                         Photo (c) Luciamel, Sao Jacinto, Portugal, décembre 2011.

 

 

 

J'aime Schubert... c'est sans doute cela mon problème. Comment rester au top de l'Ebuzzing quand vous aimez Schubert ?..

 

Car pour briller chez les blogueurs, et l'e-influence, il vous faut faire des liens... citer vos gentils camarades de blogage, sinon, il n'est point d'influence qui vaille. Vous pouvez être lu, ou, plutôt, être visité (ça aussi c'est primordial : les visites), si vous ne faites pas de liens vous ne valez rien (à moins que vous ne soyez une "vraie" célébrité - littéraire, journalistique, politique - qui n'a besoin de citer personne, qui ne répond à aucun commentaire...). Vous qui êtes juste un blogueur voulant vous exprimer sans désirer être vu... chez les grecs... euh... chez les Huffington de service, vous devez savoir que vous allez très vite dégringoler du bidule qui veut vous classer. Vous allez continuer à sombrer... Alors, allez-vous, juste pour remonter la pente, établir une liste de tous les blogs ayant cité le vôtre pendant la dernière année (ce qui vous ferait remonter illico) ? Etes-vous seulement un envieux ?

 

Ou bien, est-ce que vous préférez Schubert ?..

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #blogs et blogueurs

Repost 0

Publié le 7 Février 2012

20120131-ciels-de-janvier-002.jpg                                               photo (c) Luciamel, le ciel de Paris, début 2012.

 

 

 

"Avez-vous vu le nouveau chapeau de Zozo ?" c'est une chanson de Maurice Chevalier, c'est la rengaine qui nous mène sur la scène de nos vies... parisiennes.

 

Je vous disais l'autre jour que le bobo de base promenait ses deux chiens dans les rues de la capitale, je me suis demandé aujourd'hui si le fait de ramasser les crottes de son chien le matin était un signe de progrès de la civilisation occidentale...

 

On a appris que la nouvelle mode au parti socialiste était la truffe. Je confirme, il paraît que c'est de saison. Ce soir, j'ai moi-même dégusté des toasts de brie à la truffe, et il s'agissait, en effet, d'une soirée organisée par la Ville de Paris... Après le caviar, la truffe ? Je vous assure que la truffe peut s'apprécier de façon très rustique et sobre (un demi-millimètre de truffe par carré d'un centimètre de brie), et même le champagne n'est plus servi en flûtes mais en pipettes (3 cl par éprouvette et à la paille) : rigueur oblige.

 

Mais, le nouveau chapeau de Zozo, c'est celui dont on m'a habillée, moi blogueuse de gauche (toujours), moi fervente supporter de Ségolène Royal (encore aujourd'hui, je me dis en regardant son ex et père de ses enfants, que, décidément, elle a plus de poigne, de force, d'idées... que lui), je me reconnais depuis toujours dans la couleur du parti socialiste, dans ses roses rouges ou ses oeillets portugais.  

 

Alors, c'est avec surprise, et joie, que je me suis retrouvée sur la carte du Monde qui répertorie les blogueurs politiques d'après leur couleur d'élection. Faire partie des 1500 blogueurs sélectionnés pour représenter la blogosphère politique française m'a émue, d'autant plus que je suis située près de Mtislav et de MikeHammerAndropov, nous les marins du Net, les navigateurs de coeur, les découvreurs de nouveaux horizons, au bord de l'océan... à la pointe même de l'extrême terre, la finistère (la finie-terre) de la sphère... des blogs de gauche. Polluxe, ma camarade de blogage du MDB n'est pas trop loin, mais plutôt vers le sud, dans les terres... la montagne aussi a son charme, j'aime bien m'y promener.

 

Pour me localiser sur la carte, il suffit de taper luciamel.com dans recherche d'URL.

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #blogs et blogueurs

Repost 0

Publié le 5 Janvier 2012

P221211_00.540003.JPG

                                      photo (c) Luciamel, café du Phare, Barra, 22/12/11, Portugal

 

 

 

Sur le fil du rasoir, on nous dit que nous sommes sur le fil du rasoir, ou au bord du gouffre. Le gouffre ça fait belle lurette que j'y suis tombée, alors... vous pensez bien que la fin du monde annoncée par les Maïas, par Jovanovic, par Jorion, par Le Parisien (volcan allemand menaçant de détruire l'Europe)... eh bien, je n'y suis plus vraiment sensible.

 

La fin du monde, non seulement je ne la crains pas mais je l'espère, "espérer" au sens espagnol et portugais d'attendre et non de désirer.  Un seul être vous manque et tout est dépeuplé... oui, c'est vrai. Ma vie a été dévastée en 2009, depuis elle se reconstruit, de manière plutôt agréable et positive, je dois le reconnaître. Elle porte le prénom d'un homme, un prénom qui fait vieux...

 

Qu'un volcan se déchaîne, que la guerre soit déclarée, que la famine nous ravage, que la maladie nous déssimine... rien ne peut vraiment m'ébranler désormais. Au contraire. Alors, vous pensez, une crise économique !

 

Ca me fatigue de lire tous les charabias de tous les blogs... reprenant tous les articles de tous les journaux... sur tous les sujets débattus en ce moment.

 

Alors, je déblatère de choses n'ayant aucune importance, comme celle de dire que j'écris pour ne rien dire.

 

Quelle serait ma lecture du "sale mec" ou de la dernière loi votée par l'Assemblée Nationale ? croyez-vous vraiment qu'elle vous éclairerait plus que ne le font les articles publiés dans les journaux nationaux ?

 

On en revient toujours, en tout cas moi j'y reviens toujours, à la question du pourquoi et quoi écrire sur un blog.

 

Pour ne rien dire... est sans doute la meilleure réponse.

 

 

 

 

 

E isso ai.

Seu Jorge et Ana Carolina.

 

 

É isso aí

Como a gente achou que ia ser
A vida tão simples é boa
Quase sempre
É isso aí
Os passos vão pelas ruas
Ninguém reparou na lua
A vida sempre continua

Eu não sei parar de te olhar
Eu não sei parar de te olhar
Não vou parar de te olhar
Eu não me canso de olhar
Não sei parar
De te olhar

É isso aí
Há quem acredite em milagres
Há quem cometa maldades
Há quem não saiba dizer a verdade

É isso aí
Um vendedor de flores
Ensinar seus filhos a escolher seus amores

Eu não sei parar de te olhar
Não sei parar de te olhar
Não vou parar de te olhar
Eu não me canso de olhar
Não vou parar de te olhar

 

ma traduction (libre)

 

 

"C'est cela même, ainsi que nous avons pensé que la vie serait, si simple... la vie est presque toujours si bonne.

 

C'est cela même, les pas parcourent les rues, personne n'a remarqué la Lune, la vie toujours continue.

 

Je ne vais pas cesser de te regarder, je ne sais pas cesser de te regarder, je ne vais pas cesser de te regarder, je ne me fatigue pas de te regarder, je ne sais pas cesser de te regarder

 

C'est cela même, il y a ceux qui croient aux miracles, ceux qui commettent des crimes, ceux qui ne savent pas dire la vérité.

 

C'est cela même, un vendeur de fleurs enseigne à ses enfants à choisir ses amours.

 

Je ne vais pas cesser de te regarder, je ne sais pas cesser de te regarder, je ne vais pas cesser de te regarder, je ne me fatigue pas de te regarder, je ne sais pas cesser de te regarder"

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #blogs et blogueurs

Repost 0

Publié le 4 Août 2011

20110731-voiture-maison-et-pere-lachaise-005.jpg             voiture garée rue des Blancs Manteaux depuis plusieurs semaines, photo (c) Luciamel, juillet 2011.

 

 

 

Alors, je vous explique, et puis après je vous raconte ma vie... Je n'ai pas bien compris le Jegounotron de ce mois de fin juillet/début août  (dans la blogosphère et les classements Wikio, et autre, le temps passe d'une façon différente). Pourquoi tant de gens me citent-ils ? Je n'ai posté que très peu de billets et très peu commenté chez les copains, déjà en juin (d'où la chute au Wikio), puis en juillet.

 

Après consultation de quelques blogs, je comprends que je fais partie d'une liste de gens tagués. J'adore les tags. Dommage que je n'aie pas le temps de répondre à tous. L'origine de tout ça semble être Lolobobo et Euterpe.

 

Je résume :

 

- Donner son tube de l'été (je ne sais si j'ai été taguée directement par Lolobobo, ou si c'est Lyonnitude(s) qui m'a citée);

 

- Dire quelle femme de la Renaissance (XVIe) je serais (pour Euterpe);

 

- Noter les agences de notation (Je n'ai rien à dire ! Et alors ??).

 

 

Commençons par ce qui fâche : l'économie, la GRANDE crise mondiale, et les requins qui envahissent Saint Tropez. Voilà ma réponse à Je n'ai rien à dire ! Et alors ?? : les requins mangent là où il y a à manger...

 

********************************

 

Ensuite, la femme de la Renaissance que j'aurais pu être... (si l'on croit à la réincarnation).

 

Peut-être Dinamene la dernière compagne de Luis de Camões, elle à qui il écrivit ses plus beaux poèmes :

 

 

Aquela cativa / Cette Captive  :

 

Aquela cativa,

que me tem cativo,

porque nela vivo

já não quer que viva.

Eu nunca vi rosa

em suaves molhos,

que para meus olhos

fosse mais fermosa.

Nem no campo flores,

nem no céu estrelas,

me parecem belas

como os meus amores.

(...)

           * * *

 

Cette captive

qui me tient captif,

car en elle je vis

ne veut plus que je vive.

Jamais je ne vis rose

en doux bouquets,

qui à mes yeux

fût plus jolie.

Ni dans les champs fleurs,

ni dans le ciel étoiles,

ne me semblent aussi belles

que mes amours.

 

**************************

 

 

Amor é fogo que arde sem se ver...

Amor é fogo que arde sem se ver;
É ferida que dói e não se sente;
É um contentamento descontente;
É dor que desatina sem doer;

É um não querer mais que bem querer;
É solitário andar por entre a gente;
É nunca contentar-se de contente;
É cuidar que se ganha em se perder;

É querer estar preso por vontade;
É servir a quem vence, o vencedor;
É ter com quem nos mata lealdade.

Mas como causar pode seu favor
Nos corações humanos amizade,
Se tão contrário a si é o mesmo Amor ?

 

                               * * *

 

L'amour est un feu qui brûle sans qu'on le voie;

Il est blessure douloureuse qu'on ne sent pas;

Il est une satisfaction insatisfaite;

Il est une douleur folle qui ne fait pas souffrir;

 

Il est un ne pas vouloir plus que vouloir bien;

Il est la solitude au milieu des gens;

Il est l'insatisfaction du contentement;

Il est la croyance qu'on gagne en se perdant;

 

Il est le vouloir être prisonnier volontairement;

Il est servir celui qui vainc, le vainqueur;

Il est être loyal avec celui qui nous tue.

 

Mais comment dans le coeur des humains

Sa faveur peut-elle faire naître l'amitié,

S'il est si contraire à lui-même, l'Amour ?

 

 

traductions (c) Luciamel

******************************

 

 

Pourquoi elle, pourquoi lui ? lui, un aventurier, un Indiana Jones portugais... l'un des plus grands poètes du XVIe siècle, lui qu'on compare à Virgile, Dante, et Shakespeare, parti sur les traces des découvreurs, enfermé dans une grotte à Macao (car il avait osé écrire une satire du vice-roi), où il rédigea les Lusiades. Revenant au pays il fit naufrage, il put sauver son manuscrit des flots, mais perdit dans la tempête Dinamene, son adorée.

 

Elle n'était personne, il mourut miséreux dans un hôpital près de Lisbonne, il représente l'un des noms les plus importants de la littérature portugaise, et une référence essentielle pour la littérature mondiale, elle est aujourd'hui, grâce à ses poèmes à lui, plus vivante que les plus illustres dames du XVIe siècle.

 

 

******************************************************************

 

 

Pour terminer, mon tube de l'été... un poème de Luis de Camoes, chanté par la sublime Ana Moura... 

 

 

 

   
Je vous raconterai ma vie une autre fois...

Et merci à tous ceux qui m'ont citée en juillet (smile) :
******************************

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #blogs et blogueurs

Repost 0

Publié le 8 Mai 2011

    

20110508-oeuvres-de-rue--art-de-rue-006.jpg                             photo (c) Luciamel, 8/05/2011, oeuvre de rue, rue des Blancs Manteaux

 

 

Quand on aime danser, on prend le risque que ça nous soit reproché... on pourrait même retrouver des photos, des vidéos... certains paparazzis aiment tout traquer, le tracking... c'est nouveau chez certains internautes... et autres blogueurs zinfluents... ça les émoustille, ça fait monter la sauce de leurs cerveaux mous (ou ramollis) et ça remplit leur ventre dilaté par trop d'ennui de vivre (mais on les comprend).

 

Aujourd'hui devant l'Hôtel de Ville, à l'occasion d'une fête sur l'Union Européenne, des stands étaient dressés, et un podium France Info nous offrait un spectacle de rap, auquel des touristes chinoises n'ont pas manqué de s'associer... c'était drôle, c'était bon enfant. Je les ai pris en photo, c'était en plein air, un lieu public... pas un bar, pas autour de minuit... pas dans une semi intimité. Certains à l'autre bout de leur Iphone, de leur petit joujou... qu'ils manipulent comme une arme, en une sorte d'onanisme mal-intentionné (ou mal-orienté), devraient s'arrêter par moments pour réfléchir à la portée de leurs actes, de leurs publications (de photos, de textes, de tweets) ici ou ailleurs. Une éthique à inventer dans la blogosphère. Je le pense vraiment.  

 

Sourcer ses photos, respecter les personnes... Il est interdit de poster une photo qui pourrait sembler dégradante, sous peine d'être poursuivi, sinon... à peu près tout est permis (si ce n'est pas à des fins commerciales) et beaucoup ne s'en privent pas (que de photos sur twitter de clients de bars, ou d'usagers du métro, de passants, pris en photo sans leur consentement, avec des commentaires souvent désobligeants allant du "gros à lunettes", à la "nana à gros seins", à nous, dans nos blogs et nos tweets, de nous imposer d'autres limites que seulement celles de la loi, revendiquons celles du respect de la vie privée et d'une relative décence. A nous de réagir sur twitter, et dans les blogs, face à trop de vulgarité (se cachant souvent sous un pseudo-humour-de-gauche-libéré-des-tabous). 

 

 

20110508-oeuvres-de-rue--art-de-rue-021.jpg

 

 

20110508-oeuvres-de-rue--art-de-rue-025.jpg

 

20110508-oeuvres-de-rue--art-de-rue-027.jpg 

20110508-oeuvres-de-rue--art-de-rue-029.jpg                  photos (c) Luciamel, 8/05/2011, art de rue, Parvis de l'Hôtel de Ville, fête de l'Union Européenne

 

 

 

Mais dans la blogosphère (dans la vie...) on trouve souvent ceci, car on aime se gargariser, se gonfler d'orgueil, et de plaisir à parader... on est fier, on se croit beau, sauf qu'on ne remarque pas le pied... qui vient régulièrement nous botter : 


 

 

20110508-oeuvres-de-rue--art-de-rue-009.jpg

 

20110508-oeuvres-de-rue--art-de-rue-011.jpg

 

20110508-oeuvres-de-rue--art-de-rue-008.jpg

                                       Photos (c) Luciamel, 8/05/2011, Parvis de l'Hôtel de Ville, "Faites l'Europe".

 

 

Mon dimanche après-midi... en balade dans Paris, à croiser sur les murs, et dans la rue, un condensé de l'âme humaine, faite du meilleur et du moins bon... Nobody is perfect ! Ces deux photos, mises côte à côte sur un même mur (par hasard me semble-t-il), étaient-elles là pour le prouver  ?

 

 

20110508-oeuvres-de-rue--art-de-rue-002.jpg

 

20110508-oeuvres-de-rue--art-de-rue-005.jpg                             photos (c) Luciamel, 8/05/2011, rue Vieille du Temple, oeuvres de rue. 

 

 

 

Mais, plutôt que de nous énerver inutilement (pour pas grand chose), et avant de reprocher trop facilement à autrui la poussière qui est dans son oeil... reconnaissons que...

 

 

Nobody is perfect... , et sourions en revoyant la célèbre scène finale du film de Billy Wilder, Some like it hot, avec Marilyn Monroe.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #blogs et blogueurs

Repost 0

Publié le 16 Avril 2011

  

Côté "actualité sur le feu", "buzz incessant, en veux-tu, en voilà", on va faire court. Guéant, burqa, prostitution, blogs en grève et couci-couça... ou deci-delà, on ne trouvera rien ici de mieux que ce qui a déjà été, très bien, dit partout ailleurs. Mais bon, puisque j'étais en vacances à Paris, j'ai quand même pris quelques photos qui pourront illustrer les propos qui fleurent bon l'air du temps (mon premier parfum). 


 

20110414-moi-moche--vacances--kdb-011.jpg 

 

20110414-moi-moche--vacances--kdb-013.jpgsur le bateau mouche, il faisait chaud... très, comment se protéger du soleil ? avec un foulard, avec un gilet plié... (photos (c) Luciamel, le 11/04/2011 : "Portugaises en goguette").

 

 

20110414-moi-moche--vacances--kdb-024.jpg  

 

20110414 moi moche, vacances, kdb 041

 

20110414-moi-moche--vacances--kdb-042.jpg non, je n'oublierai jamais les vues de Paris, du haut de l'Arc de Triomphe, ou au troisième étage de la Tour Eiffel, de temps en temps, nous, Parisiens, devrions prendre de la hauteur (photos (c) Luciamel, le 12/04/2011)

 

 

20110414-moi-moche--vacances--kdb-037.jpg 

20110414-moi-moche--vacances--kdb-040.jpg

c'est elle la plus belle, entre l'homme et la femme elle se dresse, comme une annonce, un signe, une hiéroglyphe qu'il leur faut décrypter (photos (c) Luciamel le 12/04/2011).

 

 

20110414-moi-moche--vacances--kdb-062.jpg

 

20110414 moi moche, vacances, kdb 064

 

20110414-moi-moche--vacances--kdb-066.jpg 

20110414-moi-moche--vacances--kdb-067.jpg  

20110414-moi-moche--vacances--kdb-068.jpg

 

20110414-moi-moche--vacances--kdb-071.jpg

 

20110414-moi-moche--vacances--kdb-072.jpg 

20110414-moi-moche--vacances--kdb-069.jpg

pour finir mes vacances, soirée à la Comète, le KDB, à l'invitation de l'oreille n°5, que des hommes ? presque... les filles se faisant discrètes (tant qu'elles l'ont pu), (photos (c) Luciamel (tant qu'elle l'a pu) le 14/04/2011)

 

 

 

 

  

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #blogs et blogueurs

Repost 0