Publié le 30 Octobre 2010

http://sfstory.free.fr/images/Metropolis/metropolis.jpg 

                                                              photo trouvée ici

 

 

Vous conter Berlin, sans photos, mon appareil déraille... sans lumière... sans arbres dorés de l'automne... avec seulement les images qui brillent encore dans ma mémoire. 

 

J'en reparlerai certainement car j'ai été bouleversée au-delà de ce que j'en puis dire à présent. Ne surnage que l'impression de l'ombre qui recouvre... la lumière.

 

Berlin, ville ombres, ville si légère en plein jour, si... si... "tout va bien dans ma vie", "je suis écolo, je suis bien équilibré(e) de partout", "je suis bien pensant(e)", même les délires sont strictement bien planifiés : à compter du vendredi à 19h, ça peut se mettre à faire "ouuuuhhhh" dans les rues : ma copine brésilienne et moi, on n'en revenait pas... "ils se lâchent, c'est vendredi !". Mais ville portant sur ses épaules l'histoire du XXe siècle : c'est pas léger. 

 

Les mondes pourtant se sont croisés, celui d'une vie passée, celui de blogueuses se voyant pour la première fois : quelle belle rencontre fut la nôtre, à Euterpe et moi, on a revu les siècles défiler, on a projeté sous nos yeux Les ailes du désir, mais aussi L'angoisse du gardien de but au moment du penalty, ainsi que Metropolis... 

 

J'ai écorché les mots de cette langue pourtant apprise au collège et au lycée, là, je suivais une formation linguistique, j'étais dans un groupe de débutants... et je ne m'en sortais pas si facilement... Dur dur d'être un débé... mais, je pense que c'est la meilleure position : celle de "l'initiant". 

 

Je vous redirai sans doute les ombres de Charlotte Roche, de Nina Hagen, des petites filles tapant du pied pour être remarquées. J'invoquerai Elfriede Jelineke, autrement plus révoltée et révolutionnaire qu'une gentille Charlotte Roche qui, à mon sens, s'est contentée de singer la grande écrivaine autrichienne... 

 

A suivre, donc... 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #métro - voyages

Repost 0

Publié le 24 Octobre 2010

Cela doit être l'air et le ciel sur Berlin qui doucement allègent mon départ de Paris. Lors du tournage des Ailes du désir (1987), Wim Wenders dit les avoir consultés souvent :

 

"Ne regrette pas la nuit!

Car la lumière est plus merveilleuse que tout.

Toute transition est épreuve.

Ne crains pas d'abandonner l'obscurité,

car la racine, éternellement dans l'obscurité,

reste unie à la fleur et au fruit."

Dialogues avec l'ange, Entretien 30 avec Lili, Samedi 15 janvier 1944.

 

 

 

prenez soin de la ville lumière en m'attendant...

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Spiritualités - astro

Repost 0

Publié le 23 Octobre 2010

P070910 17.560001
Photo (c) Luciamel, mon arrière cousine Tzézita, septembre 2010

 Parfois on me dit : "oh, le fado... c'est triste !", ma prof de chant ne l'aime pas beaucoup non plus... c'est pas gai... dit-elle, le fado... Mais, quand je regarde autour de moi, les gens, leur vie... je ne trouve pas qu'il y ait beaucoup de raisons de rigoler. Je comprends bien pourtant (je fais un effort pour cela) que même dans le malheur nous pouvons essayer de sourire, je comprends que ce qui fait la différence entre les gens heureux et les autres, c'est leur perception du malheur. 

 

J'en ai eu du malheur... et j'en ai encore... vous aussi ? tiens comme c'est bizarre... Ca fait 50 ans que je me traîne sur cette boule de terre et que j'y vois tant et tant de larmes... couler, tant de blessures, tant de luttes, mais aussi tant de lumière, tant d'espoir, tant d'appels à la justice, à la fraternité, tant d'amour, à chaque coin de rue, dans chaque maison, dans le regard de tant d'humains que j'ai croisés. 

 

Avant je détestais les cimetières, je trouvais même morbide (euh...) et déplacé (euh...) de s'y balader. Aujourd'hui je passe une partie de ma vie au Père Lachaise... et je l'y finirai sans nul doute (à moins qu'une bombe thermonucléaire n'empêche les pompes funèbres de m'y enterrer). Cela m'apaise d'aller sur ma tombe. Cela semble si simple de dire à ceux qui vont rester : c'est toi qui devras t'en occuper après. 

 

Que voulez-vous, c'est dans ses blessures, dans ses épreuves, dans ses déchirures, ses cris de détresse, que l'humain accepte de s'ouvrir au divin, ou à la fraternité. 

 

Il faut des manifs, il faut des injustices, des crises, des inégalités criantes, pour que soudain on se réveille de sa torpeur : jusqu'où faudra-t-il aller pour l'éveiller l'humain, cette fois ? 

 

Il nous faudra remercier Nicolas Sarkozy, il nous faudra remercier cette crise bancaire, ces abus de privilégiés, ces vies de riches... qu'on suit sur nos écrans démultipliés, car grâce à eux nous allons trouver le courage de tout faire valser. 

 

Parfois des "bobos" nous font le coup du RMI/RSA... ils se font expulser du squatt de la place des Vosges, c'est jeudi noir... les "prolos hyper-diplômés de la place des Vosges". Ca me scandalise (qu'on squatte un hôtel particulier, qu'on en sorte en criant que vraiment c'est horrible, qu'on ne sait plus comment se loger... ces riches, et gosses de riches... qui se font leur petite révolution à 20 ans avant de se trouver un bon job dans une super entreprise, grâce à papa ou maman, m'agacent) que voulez-vous. Mais, je pars pour Berlin... où l'un des plus grands squatts d'artistes va être fermé... expulsion là-bas aussi (le Tacheles va prendre fin car une banque a racheté les bâtiments). Alors, ce que je comprends là-bas (que des artistes, des bobos, des gens souvent issus de milieux favorisés, contestent le pouvoir de cette façon, leur façon de privilégiés) pourquoi cela m'irrite-t-il ici ? 
...........................................................................................................................................................
Ce qui m'agace c'est le fatum... le fado... pauvre tu es et pauvre tu resteras... Les privilégiés sauront toujours nous berner. Alors, je prends ma revanche en leur disant aux prout-prout : je frôle votre monde, j'en ai le Bac+5, j'en ai la littérature, le langage même, mais je le rejette, je n'en veux pas de vos grandes écoles, de vos côteries, de vos décorums. Je suis heureuse de rester avec les petits, les humbles, et de lutter avec eux (à 1700 euros par mois, je peux dire que je ne suis pas une nantie). 
..............................................................................................................................................................
Je travaille. Je participe à la collectivité (en payant mes impôts), et je suis sereine de faire partie de la masse, de n'être pas une favorisée, ni une fille de riches profitant des aides sociales (destinées aux plus pauvres, ne l'oublions pas !).
................................................................................................................................................................
Un jour je mourrai, vous aussi, je crois. Moi, je serai dans la parcelle 21 du Père Lachaise, à côté du monument Thiers, en face de Géricault, pas loin du mime Marceau, Baschung repose un peu plus loin, depuis peu Chabrol nous a rejoints, il est voisin de Mano Solo. 
................................................................................................................................................................

 

Alors, ce soir, ce n'est pas le fado qui m'inspire, non, c'est le blues. 

.................................................................................................................................................................

 

 

 

Sur FIP, tout à l'heure, cette découverte, cette perle, ce sublime standard (en vidéo et en écoute) :

 


 

 

 
...........................................................................................................................................................
note : la mise en page absolument merdique est due à je ne sais quel bidouillage, cafouillage, de l'équipe, que dis-je, du groupe, filiale de TF1, qui se fait un fric monstre, en fournissant une plateforme à de pseudos littéraros-journaleux-blogueurs comme moi... (le bandeau noir, genre obsèques... est lui aussi indépendant de ma volonté...)

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0

Publié le 16 Octobre 2010

 

 

Quand j'étais enfant on faisait des processions, on menait Notre Dame d'Antime visiter sa soeur à Fafe. On a coutume aussi de promener Notre Dame de Fatima parmi les gens, le peuple. 

 

J'ai donc compris aujourd'hui ce qu'était la ferveur républicaine. Notre Dame Liberté est sortie de la République vers 15h... elle a rendu visite à sa soeur Notre Dame Egalité à la Bastille, avant d'arriver chez sa troisième soeur Notre Dame Fraternité à la Nation. 

 

Nous l'avons suivie, guidés par les tambours, les gongs, parfois au pas de course, tant sa colère, ou sa joie, d'être avec nous, était grande. 

 

Oui, sachez-le, ce n'est plus seulement sur les murs que s'écrit la révolte des gens, car la liberté elle-même est descendue dans la rue. Aujourd'hui j'ai vu le peuple se soulever, j'ai vu la clameur prête à emporter les discours, les mensonges des puissants. 

 

Ariane Mnouchkine lui a donné corps, elle et son Théâtre du Soleil ont voulu redire aux gouvernants, aux perchés haut, à ceux qui ont coutume de se hisser sur des talons pour se sentir supérieurs (déjà Molière en son temps avait l'audace de le faire entendre aux nobles, à la cour, au roi Soleil lui-même qui avait besoin de talons rouges pour compenser sa petite taille) que leur postérieur... pouvait les faire retomber bien plus bas que Terre, s'ils n'y prenaient garde. (V)oyez, (v)oyez ! 

 

 

P161010_13.400001.JPG 

 

P161010_13.430001.JPG 

 

P161010_13.440001.JPG 

 

P161010_13.440002.JPG 

 

P161010_15.090002.JPG 

 

P161010_15.170002.JPG 

 

P161010_15.290001.JPG 

 

P161010_15.290002.JPG 

 

P161010_15.300002.JPG 

P161010_15.340001.JPG 

 

P161010_15.430001.JPG 

 

P161010_15.450001.JPG 

 

P161010_15.460001.JPG 

 

P161010_15.560001.JPG 

 

P161010_15.560002.JPG 

 

P161010_15.560003.JPG 

 

P161010_15.560004.JPG 

 

P161010_15.570001.JPG 

 

P161010_15.570002.JPG 

 

P161010_15.570003.JPG 

 

P161010_15.580001.JPG 

 

P161010_15.590001.JPG 

 

P161010 16.060001

 

P161010_16.070001.JPG 

 

P161010_16.380003.JPG 

 

P161010_16.380001.JPG 

                                                 Ariane Mnouchkine, femme libre.

 

P161010_16.380002.JPG 

                                                    Ariane Mnouchkine, heureuse.

                                                    Photos (c) Luciamel.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0

Publié le 14 Octobre 2010

P131010 08.190002 

                                               photo (c) Luciamel (dans le métro)

 

 

Envie de vous parler du ciel. Des planètes. Mais qui dit planètes dit transits... Et retour vers la Terre (la case départ).

 

Ce carré Lune/Soleil... (premier quartier de Lune) est pesant. Et pourquoi ? me demandai-je. Il réveille mon carré Lune/Saturne natal (21° Capricorne/Balance). Que de lenteur, de retard, de frustration... Pas génial pour l'intervention télévisée de Martine Aubry. Ce n'est pas être ou avoir... mais : être et avoir (le film passe ce soir). C'est la douceur et la froideur en même temps, le caillou dans la mare... la concierge dans l'escalier... (l'élégance du hérisson !). 

 

Heureusement, sur les murs (la pierre... mon Saturne en Capricorne) de Paris, je trouve la poésie, l'imagination, la légèreté (ma Lune en Balance), et l'envie de les partager avec vous. 

 

Les vieux (Saturne/le Capricorne), confrontés à l'amour de la vie, au plaisir de vivre, à l'esthétique... (la Balance) ont retrouvé les jeunes, l'enfance (la Lune)... en eux. 

 

 

P141010_17.160002.JPG 

                                             No Rules Corp (NRC) par (c) Luciamel

 

 

P141010_17.150001.JPG 

                                   Evazé NAM, de No Rules Corp (NRC) par (c) Luciamel 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Spiritualités - astro

Repost 0

Publié le 12 Octobre 2010

 

P121010 17.040001
                  FKDL, oeuvre de rue, photographiée ce jour, rue des petits carreaux (Paris 2e).

 

 

Moi, l'exploitée du privé, celle qui ne fait jamais grève, qui ne manifeste que le week-end... j'aimerais vous faire part de ma manif à moi... aujourd'hui, je vous poste les photos de celles (femmes) qu'en chemin j'ai croisées. 

 

Vous fûtes TRES nombreux à défiler, vous le pûtes... Ne pensez pas que je me moque ou que je vous méprise... loin s'en faut, je vous remercie d'avoir été là. J'irai samedi prochain. Je sais... je pourrais faire la grève dans ma petite entreprise, il me suffirait, comme me l'indiquait, le révolutionnaire et ouvrier précaire, Mtislav, qui a souvent pris de nombreux risques, lui, à affronter sa hiérarchie, et à faire face à la précarité de l'emploi.

 

Il ne fut pas le seul (fort heureusement). Vous fûtes la fierté de notre nation et nous espérons que vous ferez renaître le mois de mai en novembre... qu'avec vous, tous ensemble ! nous arrêterons la logique imbécile, et masculine, de la non négociation de cette réforme des retraites. 

 

Vous hommes... si fermés au dialogue (comme le dit Christine Lagarde sur  ABC's... - cf. la fin de l'interview). Nous le savons bien, nous femmes, dans nos vies de couple... que vous voulez détenir la parole d'autorité... que vous n'aimez pas remettre en cause votre position... En général, vous souhaitez simplement "en rester là... basta !

 

Qui défile ? qui fait grève ? surtout les fonctionnaires ? surtout les hommes ? non ? pourquoi ? Une question de face à face, un affrontement de logiques machistes... 

 

Tous sont mécontents... pourtant on ne parvient pas à s'écouter. Intégrons des façons "féminines" de dialoguer... Soyons moins cachés, moins préoccupés par notre pouvoir... notre testostérone (comme le dit Christine Lagarde).

 

Soyons moins préoccupés par ça : 

 

P121010 17.060001

            oeuvre de vitrine... sur rue, ce jour près de la "femme" de FKDL, rue des petits carreaux.

 

 

Car, si vous ne l'avez pas remarqué, il lui manque quelque chose à la dame (à part la vie) : la tête et les bras... Et, si pour avoir ce joli corps, cet empire sur vous, Messieurs, il nous fallait renoncer à notre esprit... et à l'action, sachez-le... comme Christine Lagarde, la ministre de l'économie, nous ne serions plus disposées à vous l'accorder... aussi facilement qu'avant.

 

Et puis, écouté ce matin sur France Musique, en grève : "Rien à faire de ma fureur" dirigé par William Christie. 

 

Pas trouvé le clip de référence... alors, en hommage, à la fois à Mtislav et ses balayeurs de rue, ses batucadistes, voici "Les sauvages" des Indes Galantes, de Rameau, par William Christie et les Arts Florissants. 

 

 

 

 

 

Et mes balayeurs "à moi", durant la manif du 2 octobre... 

 

P021010_14.360001.JPG 

 

P021010_14.360002.JPG 

                                       photos (c) Luciamel, le 2 octobre 2010 à la République

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0

Publié le 9 Octobre 2010

Les semaines passent et ne se ressemblent pas vraiment, samedi dernier je battais le pavé parisien entre Bastille et Nation, aujourd'hui je suis descendue du Père Lachaise à Bastille, en passant par la rue de la Roquette. 

 

Au départ, ta tombe, ma douce, j'ai ajouté des bruyères, j'ai mis un bouquet de fleurs coupées. Tiens, où sont passés tous les galets que nous t'avions rapportés des plages portugaises ? Incroyable ! on les a volés. Il ne reste plus que les coquillages... Qui a fait cela ? des pratiquants juifs qui ont besoin de petits cailloux pour indiquer leur venue sur les tombes ? je fais un tour rapide à ton voisin le mime Marceau... non, les galets n'ont pas été déposés là... Pourquoi ? Pas bien grave, on en ramassera d'autres.

 

Petit détour par la tombe d'Allan Kardec (histoire d'illustrer la relation avec le dernier film de Woody Allen, cf. mon billet d'hier) : après tant d'années comment sa tombe est-elle toujours aussi fleurie (tous les jours de l'année) ? Ce n'est pas le cas de Chabrol... le pauvre, après son enterrement, voici environ un mois, personne n'est venu déposer un seul bouquet... il ne reste plus que deux couronnes défraîchies... dont celle de "France télévisions"... ça fait de la peine. Que sont tes amis devenus ?

 

P091010_15.570001.JPG 

                                    tombe d'Allan Kardec (1804-1869), photo (c) Luciamel

 

P091010_16.360002.JPG 

                                    tombe de Claude Chabrol (1930- 12 septembre 2010)

 

 

Mano Solo, lui, semble mieux aimé, comme de son vivant ce sont des réactions spontanées, ludiques et enfantines qui viennent le saluer.

 

 

P091010_16.370001-copie-1.JPG

                            tombe de Mano Solo (1963- 10 janvier 2010). Photo (c) Luciamel

 

Arman, "enfin seul", se voulait-il... lui, dont Beaubourg célèbre en ce moment le talent dans une expo, ne cesse dêtre dérangé par ces groupes de touristes, venus inspecter comment ça sera pour eux bientôt... 

 

P091010_16.400001.JPG 

P091010_16.400002.JPG

                                      tombe d'Arman (1928-2005). Photos (c) Luciamel.

 

 

Et puis, rue de la Roquette, une manifestation artistique à l'initiative du Théâtre de la Bastille, lecture orchestrée par Gwanaël Morin, d'un texte de Peter Handke, Introspection, je passais par là, je me suis jointe à eux... 

 

P091010_17.170001.JPG 

P091010_17.130001-copie-1.JPG 

lecture orchestrée d'Introspection de Peter Handke, au théâtre de la Bastille, photos (c) Luciamel.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #arts - livres - films -spectacles

Repost 0

Publié le 8 Octobre 2010

Dans le désordre, dans le désordonné... aussi. Entendu, vu, pas compris... 

 

Le dernier Woody Allen, Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu, à la fois (comme je le disais sur un blog ami) proustien, rothien... et kardequien (je vous recommande la visite de la tombe d'Alan Kardec au Père Lachaise, à tout moment de l'année, car toujours invraisemblablement fleurie). Il se bonifie le bonhomme, il semble prendre de la bouteille (ça y est il a compris que les petites jeunes ce n'est pas forcément une sinécure). 

 

Hier, Martine Aubry a annulé, à la dernière minute, sa participation à l'émission A vous de juger, sur France 2, rien trouvé sur la liste de mes blogs en RSS (non, pas en URSS !!!) pour l'expliquer, personne ne s'est ému de cette désaffection qui semblerait devenir une habitude de la première secrétaire... et une faiblesse de l'éventuelle future candidate du PS. C'était quoi ? une grosse grippe ? A gauche, silence radio, à droite ils ont d'autres chats (tous très bien coiffés par L'Oréal) à fouetter. Pourquoi pas, tout simplement, un problème de santé... 

 

Au début de la séance, au MK2, on passait l'album de Bertrand Belin... Hypernuit... un véritable délice, là, je vous mets Le colosse... sublime... 

 

 

Est-ce que j'ai d'autres choses à vous dire ? peut-être pas... je reprendrais bien un peu de roquefort...

 

Ah, si ! une intervention essentielle de Robert Badinter, relayée par Polluxe, au Sénat. Il nous faut encore croire, toujours croire, que des gens à gauche (ben oui, nous avons dû faire le deuil de Kouchner, de Carla Bruni (si, si! car elle en a entraîné quelques uns derrière elle - si, si), portent nos idées, portent des... idées. 

 

Ecouté l'autre soir chez Guillaume Durand, sur France 2, Luc Ferry face à Jean-Luc Mélenchon. Quelle ne fut pas ma surprise de les trouver tout aussi brillants et convaincants l'un que l'autre. Habituellement, ils m'énervent tout autant l'un que l'autre. Là, je ne cessai d'admirer leur sens de la répartie, mais surtout la solidité de leurs arguments. Deux intelligences l'une face à l'autre. Finalement, c'est le plus fascinant. Deux esprits auxquels j'ai été réceptive. 

 

Rien à dire sur Sarkozy ? ben, non. Le pape ? non, pas assez pertinent, avec ça il ne va pas rebondir... le petit bonhomme perdu sur une boule qui tourne... toujours... 

 

Et puis, surtout, ce soir après le ciné, en rentrant chez moi, cette oeuvre de rue qui m'invitait à la photographier. 

 

P081010_17.160001.JPG  

                                                                  photo (c) Luciamel 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0

Publié le 5 Octobre 2010

 

http://www.chaussures-duretz.com/catalog/images/image/MEPHISTO/hiver2010/chaussures-femmes-bottines-mephisto-rejane-noir-1.jpg 

                                                                          photo ici 

 

 

Les filles (enfin, certaines...) écrivent des trucs sur des sacs, des chaussures et des babioles... il y en a même pour les porter. (Je salue au passage ma chère consoeur de Twitter Poupimali). Je viens de faire écouter à mes étudiants l'extrait d'un enregistrement radio sur l'histoire du talon... qui en dit long : à l'origine, dans l'Antiquité, ce sont des bouchers égyptiens qui s'étaient perchés sur leurs chaussures pour ne pas patauger dans le sang, puis, Marie de Médicis voulant être à la hauteur de son futur mari s'est elle aussi surélevée, lançant ainsi une mode dans l'aristocratie... tous les nobles (hommes et femmes) allèrent par la suite à Versailles sur des échasses. Louis XIV, le petit, a, lui aussi, usé du subterfuge. La Révolution a remis tout le monde à plat : on a coupé la tête et les talons aux aristos. Au XIXe, les filles de joie ayant remis au goût du jour l'objet devenu interdit... il n'a cessé, depuis, d'alimenter les fantasmes de ces Messieurs (surtout quand dans les années 50 on l'a rendu "aiguille", qu'il est devenu scandaleux et a été proscrit de certains lieux publics). 

 

Les garçons s'intéressent plus à la réussite... euh... non ? ah... bon... figurez-vous que c'est la raison pour laquelle, au départ, ils ont porté des talons, car eux ce n'était pas pour le déhanchement suggestif, non, c'était pour en imposer (d'où l'estrade emmenée dans ses bagages par Sarkozy quand il est allé parler devant les étudiants américains), c'est vrai qu'à la Renaissance, les nobles, hommes ou femmes, étaient tous solidaires... pour parvenir à dominer (comme le disent les Pinçon, les riches savent se tenir les... talons). Les pauvres, les dominés, ont mille défauts, dont celui de se taper dessus facilement et de se rabaisser les uns les autres.

 

Mais, bon sang, pourquoi je vous parle de tout ça ? Ah, mais oui, c'est juste parce qu'aujourd'hui je me suis acheté des chaussures, j'ai passé plus de 30 minutes à les choisir et à les essayer, des super super chaussures, celles qui vous donnent des ailes, vous font voir la vie autrement, vous font aller chez le coiffeur juste après, et vous acheter des oeufs de saumon (que vous adorez encore plus que le roquefort !).

 

Ca y est, après 6 ans, je me suis enfin offert mes nouvelles Méphisto !!! des bottines, super sexy (si, si !), et en prime (je suis ruinée pour 12 ans) une paire de mocassins.

 

Pour les garçons et les filles, et à propos de pied... ("chantons jusqu'à demain") voici Monsieur Lapointe ! Aragon et Castille.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Poésies - musiques

Repost 0

Publié le 3 Octobre 2010

28022009-001-.jpg 
                                                   photo (c) Luciamel (oeuvre de rue de FKDL)

********************************************************************************************
On se demande pourquoi... il, elle... ne nous comprend pas. Pourquoi le monde ne tourne pas à notre façon... 

On voudrait, on l'aimerait mieux... s'il nous aimait... comme on veut. 
Dimanche soir, je déprime, normalement, ce soir... je m'en fous royalement... Qu'est-ce à dire ? que je suis libérée, est-ce la manif ? est-ce la fin de l'été ? 
C'est que, l'ami, on se console comme on peut. On s'en remet à Dieu, en ces temps plus qu'incertains, il est préférable de croire en son prochain. 
Alors, toi qui passes par là, je t'engage à louer la vie, à la pleurer aussi, mais à toujours lui sourire en chemin. Gracias a la vida, on ne sait jamais... 
********************************************************************************************

 

* pourquoi souffrir tant ?

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Poésies - musiques

Repost 0