Les chats

Publié le 24 Mars 2010

24032010-004-.jpg


Ton corps couché sous la terre. Je vais de temps à autre vérifier la jardinière... Toi, tu n'es plus là. Tu es sur la montagne, tu es dans le soleil qui se lève, les fleurs que je t'ai apportées, la terre, le vent... Ton squelette qui se profile dans le cercueil, je l'imagine aussi... mes yeux ne veulent pas se leurrer... 

Aujourd'hui, en rendant visite, comme à chaque fois, à ton voisin Bashung, j'ai vu que sa tombe était bien fleurie... plus que la tienne, mais j'ai aussi remarqué que sa famille non plus n'avait pas encore fait poser de pierre tombale... ni de stèle. Après un an, nous t'en ferons ériger une, avec un bas relief de Zoltan Zsako, notre ami. En face du radeau de la Méduse de Géricault, tu l'auras toi aussi ton oeuvre, toi l'artiste de la vie. 
 
Voici les photos prises lors de ma dernière visite à ta nouvelle résidence secondaire... 


24032010.jpg


24032010-001-.jpg


24032010-002-.jpg


24032010-003-.jpg

                                                              Photos (c) Luciamel


Les chats

Les amoureux fervents et les savants austères
Aiment également, dans leur mûre saison,
Les chats puissants et doux, orgueil de la maison,
Qui comme eux sont frileux et comme eux sédentaires.

Amis de la science et de la volupté,
Ils cherchent le silence et l’horreur des ténèbres ;
L’Erèbe les eût pris pour ses coursiers funèbres,
S’ils pouvaient au servage incliner leur fierté.

Ils prennent en songeant les nobles attitudes
Des grands sphinx allongés au fond des solitudes,
Qui semblent s’endormir dans un rêve sans fin ;

Leurs reins féconds sont pleins d’étincelles magiques
Et des parcelles d’or, ainsi qu’un sable fin,
Etoilent vaguement leurs prunelles mystiques.

Baudelaire.







 

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Poésies - musiques

Repost 0
Commenter cet article

lucia mel 27/03/2010 16:23


@Tini : oui, nous nous consolons, oui les chats nous consolent. Oui, les cimetières sont là.

@Jeffanne : au-delà de nos textes... quelques larmes comme celle de Toquinho Vinicius et Jobim : tristeza nao tem fim, felicidade sim : tristesse n'a pas de fin, félicité, oh oui. 



jeffanne 27/03/2010 08:46


juste des larmes dans mes yeux.
pour les textes et leur au-delà


Tini 25/03/2010 19:26


Je les aime autant les chats surtout les rousses. Je trouve bien consolant que les cimetières sont des si bel endroits. Bisous à toi et pensées à E.


lucia mel 25/03/2010 19:00


@Anne : oui, un petit rouquin coquin ;-)))


anne des ocreries 25/03/2010 18:47


Hé bé dis donc, y s'en fait pas le rouquin ! Zen attitude le gars ! le renouveau se fait sentir jusque là....