MDB # 12 : FR3 et la révolution des oeillets

Publié le 25 Avril 2012

FR3 est venue nous filmer. Quelle effervescence !

 

 

20120424-FR3-MDB-001.jpg photo (c) Luciamel, Café-Livres, 10, rue St Martin, Paris 4e, le 24/04/2012

 

 

 

Je suis arrivée alors que tout était déjà en place et organisé... bon, j'ai pu poser pour Simon, ma caméra préférée ;)) (le portrait devrait apparaître dans son blog dans un jour ou deux). Je trouve que, malheureusement, la télé ça aplatit un peu les choses, ça les affadit. On peut difficilement y montrer ce qu'est la présence aux autres.  

 

Or, le MDB n'est que ça : de la présence des unes aux autres.

 

A la télé, on devient des produits, des objets... de curiosité. N'est-ce pas cher payé pour 10 minutes de gloire ? et quelle gloire ? pour ne pas dire : quel intérêt ?

 

Mais c'était le jeu, à jouer..?

 

Ils nous ont interviewées, ou, plutôt, ils ont demandé à Polluxe et à Olympe de répondre à quelques questions : drôle de conception de ce qu'est un "groupe" de blogueuses... Eh oui, notre défaut franco-français, de toujours chercher les leaders, les porte-parole. On a du mal à penser collectif. Je croyais qu'on allait passer de table en table, tendre le micro aux unes et aux autres : "qui êtes-vous ? vous venez souvent ? pourquoi êtes-vous là ?".  Non, il nous faut centrer son attention sur quelqu'un. Je n'avais pas été prévenue au sujet de l'organisation du reportage, sinon j'aurais suggéré de procéder autrement.

 

Cela dit, elles ont été merveilleuses, naturelles et détendues, nos deux blogueuses vedettes. Elles m'ont bluffée par leur aisance à causer dans le poste : on aurait dit qu'elles avaient fait ça toute leur vie. C'est sûr que moi j'aurais bafouillé et, qui sait, été ridicule (l'autre mal français : dénoncer le "ridicule").

 

Il y eut deux cadres à cette soirée, celui de l'écran de la télé, et celui des tableaux de Simon (lui qui, habituellement, nous regarde, fait notre portrait, fixe notre image sur le papier...). Lequel restera ? laissons le temps faire son oeuvre.

 

Vous étiez là, on vous a aperçues furtivement sur l'image, et pourtant c'est avec vous que j'ai apprécié de discuter, c'est vous, quand je viens au MDB, que j'ai envie de regarder, d'écouter, car ça vaut mieux qu'une soirée télé...

 

Après le départ des caméras, c'était comme si la magie habituelle s'était envolée... avec les paillettes, les spots, et une nuée de techniciens qui allaient rentrer chez eux... le boulot terminé.

 

Où est l'humain dans tout ça ? en état de veille, sans doute.

 

Vous étiez assez nombreuses au moment du tournage, vous le fûtes beaucoup moins pour la suite de la soirée, qui n'a pas eu le charme habituel... la fée Carabosse nous avait joué un mauvais tour.

 

Exceptionnellement, car je n'ai pas beaucoup de temps, je donne la liste des présentes par compte Twitter (je complèterai mardi 1er mai, à mon retour de week-end prolongé, avec les liens sur tous les blogs) :

 

 

@Polluxeblog

@Olympeblogueuse

@Luciamel

@Nipette

@alibibi

@Scharlotte (on t'attend sur Twitter !)

@marsupilamima

@annikapanika

@blandinebs

@sblc75

@sandrinejoseph

@parolesfemmes (passées en fin de soirée)

@sophiaIfigha (passée en fin de soirée)

 

 

 

Tous les ans il y a un 25 avril, tous les ans il n'y a pas une révolution...

 

 

 

 

 

 

 

 

Grândola, vila morena
Terra da fraternidade
O povo é quem mais ordena
Dentro de ti, ó cidade
Dentro de ti, ó cidade
O povo é quem mais ordena
Terra da fraternidade
Grândola, vila morena
Em cada esquina um amigo
Em cada rosto igualdade
Grândola, vila morena
Terra da fraternidade
Terra da fraternidade
Grândola, vila morena
Em cada rosto igualdade
O povo é quem mais ordena
À sombra duma azinheira
Que já não sabia a idade
Jurei ter por companheira
Grândola a tua vontade
Grândola a tua vontade
Jurei ter por companheira
À sombra duma azinheira
Que já não sabia a idade
Grândola, ville brune
Terre de fraternité
Seul le peuple ordonne
En ton sein, ô cité
En ton sein, ô cité
Seul le peuple ordonne
Terre de fraternité
Grândola, ville brune
À chaque coin un ami
Sur chaque visage, l’égalité
Grândola, ville brune
Terre de fraternité
Terre de fraternité
Grândola, ville brune
Sur chaque visage, l’égalité
Seul le peuple ordonne
A l’ombre d’un chêne vert
Dont je ne connaissais plus l'âge
J’ai juré d’avoir pour compagne
Grândola, ta volonté
Grândola, ta volonté
J’ai juré de l'avoir pour compagne
A l’ombre d’un chêne vert
Dont je ne connaissais plus l'âge

 

traduction Wikipédia

 

 


Rédigé par Luciamel

Publié dans #Montmartre des Blogueuses - MDB

Repost 0
Commenter cet article